You must enable JavaScript to view this site.
This site uses cookies. By continuing to browse the site you are agreeing to our use of cookies. Review our legal notice and privacy policy for more details.
Close
Homepage > Regions / Countries > Africa > West Africa > Côte d'Ivoire > Côte d'Ivoire : le mandat de transition d'Alassane Ouattara

Côte d'Ivoire : le mandat de transition d'Alassane Ouattara

Gilles Yabi, Jeune Afrique  |   21 May 2011

Le 21 mai, Yamoussoukro, capitale politique de la Côte d’Ivoire, a connu une affluence qui n’a pas manqué de rappeler la journée du 7 février 1994. Des délégations venues du monde entier avaient rendu ce jour-là un dernier hommage à Félix Houphouët-Boigny dans la basilique que ce dernier avait fait construire à grands frais sur sa terre de naissance et en pleine crise économique. Les Ivoiriens avaient tu toutes leurs querelles et banni toute critique de l’œuvre du président défunt. Henri Konan Bédié, Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo étaient présents ce jour-là. Chacun savait déjà que le choc de leurs ambitions respectives exposait la Côte d’Ivoire à de fortes turbulences. La classe politique ivoirienne a effectivement œuvré à une descente aux enfers du pays, en différentes étapes, pendant 17 ans et trois mois. La date de l’investiture solennelle du président Ouattara restera-t-elle dans les annales comme celle de l’enterrement d’une douloureuse transition entre la Côte d’Ivoire postcoloniale modelée par Houphouët-Boigny et une nouvelle Côte d’Ivoire qui assumerait son histoire et sa géographie tout en offrant un avenir prometteur à sa masse de jeunes et de très jeunes qui n’ont connu que la crise - économique, politique, éducative et morale ? Il lui faudra avoir traversé deux périodes critiques avant de commencer à y croire.

La première période commence maintenant et s’étalera jusqu’à la fin de cette année. Les risques de dérapage violent resteront très importants. Au moins quatre menaces planeront sur le pays : des tentatives de déstabilisation de la présidence Ouattara ourdies par ses ennemis résolus et animés par un puissant désir de revanche; une incapacité à faire coexister pacifiquement la composante « ex-rébellion nordiste » des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) avec les anciennes Forces de défense et de sécurité (FDS) longtemps loyales à l’ancien président ; une explosion de l’alliance de circonstance entre ceux qui ont permis à Ouattara de gagner dans les urnes et ceux qui lui ont permis de gagner la guerre ; et enfin une poussée de l’insécurité combinant motifs crapuleux et règlements de comptes ethniquement marqués, en particulier dans l’extrême ouest et dans les communes populaires d’Abidjan.

Il y a beaucoup d’armes qui ne seront pas récupérées à brève échéance. Il y a beaucoup d’hommes qui ruminent de noires rancœurs et n’ont en rien varié dans leur conviction d’avoir mené le combat « du bien » aux côtés de Laurent et de Simone Gbagbo. Il y a un tapis de cadavres, des combattants des deux camps mais aussi des civils exécutés parce que présumés pro-Ouattara ou pro-Gbagbo en raison de leur faciès, de leur patronyme, de leur quartier de ville ou de leur village. Et il y a un président légitime qui n’a qu’un contrôle limité sur une superposition de groupes autonomes faisant office d’armée et plus ou moins soumis à l’autorité du Premier ministre et ministre de la Défense, Guillaume Soro. Ce n’est pas le meilleur cocktail pour garantir une période de sérénité.

Malgré toute sa bonne volonté et son intelligence, le président Ouattara ne peut affronter seul ces menaces réelles sur une sortie de crise enfin durable. Le retour sur la scène du facilitateur Blaise Compaoré, dans la perspective de la poursuite de la mise en œuvre des volets complémentaires de l’Accord politique de Ouagadougou, est une bonne nouvelle. Mais les tensions sociales et militaires au Burkina Faso devraient pousser la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), qui a grand besoin de redorer son blason, à s’impliquer davantage au nom de toute la région pour aider Ouattara à choisir les meilleures options pour gérer à court terme le cas Gbagbo, l’équation personnelle Soro et le problème du sort des ex-commandants de zone des Forces nouvelles.

Quant aux défis de la collecte des armes, de la sécurisation du territoire, - en particulier de l’ouest et de toutes les zones frontalières - et de la préparation des élections législatives avant la fin de l’année, ils appellent un rôle majeur de l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (Onuci). Le Conseil de sécurité ne doit pas envisager un seul instant de réduire les moyens humains et matériels de l’Onuci avant la fin des élections législatives. Si la Côte d’Ivoire ne rebascule pas dans une crise violente d’ici début 2012, il lui faudra encore affronter une deuxième période dont la dangerosité dépendra des choix qui seront faits dans les domaines de la justice, de la réforme des forces de défense et de sécurité et de l’affectation géographique des dépenses publiques visant à relancer les activités économiques. Il y a de bonnes chances pour que cette deuxième période couvre le reste du mandat de Ouattara qui n’est au fond qu’un mandat de transition et de véritable enterrement de la Côte d’Ivoire d’Houphouët-Boigny et de ses héritiers immédiats.

Gilles Olakounlé Yabi est le directeur pour l’Afrique de l’Ouest de l’organisation International Crisis Group.   

Jeune Afrique

 
This page in:
English
Français