NoScript
General.CookieInfo
General.Confirm
Homepage > Type de publication > Communiqués > Mali : éviter l’escalade

Mali : éviter l’escalade

Dakar/Bruxelles  |   18 juil. 2012

Les appels en faveur d’une intervention militaire au Mali se multiplient, mais un tel choix pourrait plonger l’Etat, déjà au bord de l’effondrement, dans le chaos.

Mali : éviter l’escalade, le dernier rapport de l’International Crisis Group, appelle les principaux acteurs de la crise malienne, les organisations régionales et la communauté internationale à privilégier une solution politique plutôt que militaire. Bien que le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, n’ait pas exclu l’« option militaire » durant sa visite à Alger dimanche dernier, une intervention armée dans les conditions politiques et sécuritaires actuelles ferait plus de mal que de bien. Il est urgent de restaurer les fondations politiques, institutionnelles et sécuritaires de l’Etat pour donner une chance à un retour du Nord dans le giron de la république.

« Les acteurs armés et non armés du Sud et du Nord doivent engager des négociations en vue de trouver une solution politique à la crise », estime Gilles Yabi, directeur du projet Afrique de l’Ouest de Crisis Group. « L’amélioration des relations entre le pouvoir central à Bamako et la périphérie doit se traduire par une réforme radicale du mode de gouvernance du Nord, qui a reposé au cours des dernières années sur un maillage lâche de relations personnelles et clientélistes ».

Le Mali est plongé dans le chaos depuis qu’une rébellion touareg, encouragée par la crise libyenne, a éclaté dans le Nord et qu’un coup d’Etat a mis fin au régime du président Amadou Toumani Touré le 22 mars dernier. Malgré les efforts de médiation de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao), le manque de crédibilité des institutions de transition et la volonté du chef de la junte, le capitaine Amadou Haya Sanogo, de demeurer au premier plan empêchent tout véritable progrès. Le président par intérim, Dioncounda Traoré, se remet à Paris d’une agression par des partisans de la junte le 21 mai et le gouvernement du Premier ministre, Cheick Modibo Diarra, n’est pas représentatif de la diversité politique et sociale du pays.

Ironie tragique, le coup d’Etat et l’instabilité politique à Bamako ont facilité la conquête du Nord par la rébellion touareg, initialement menée par le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), qui a été depuis supplanté par le groupe islamiste Ançar Eddine. La présence d’al-Qaeda au Maghreb islamique fait craindre la transformation de cette partie du Sahel en un refuge pour les terroristes.

Ces perspectives sombres ne justifient cependant pas décisions hâtives et actions prématurées. Tous les acteurs doivent être conscients, compte tenu de la fragilité du pays et de l’état de ses forces armées, qu’une intervention militaire ferait du Mali un nouveau front de la « guerre contre le terrorisme » et compromettrait les chances d’une cohabitation pacifique entre les communautés. Le Mali, ses voisins et les acteurs occidentaux et multilatéraux doivent promouvoir le dialogue entre les Maliens et isoler les mouvements terroristes étrangers. Ils peuvent contribuer à remettre sur pied l’Etat à travers le soutien à un gouvernement d’union nationale, une assistance immédiate à la réorganisation de l’armée ainsi qu’une augmentation de l’aide humanitaire à la zone sahélo-saharienne afin d’éviter l’effondrement de l’économie. Les Etats qui en ont les moyens doivent aider les gouvernements de la région dans leur lutte contre les groupes terroristes, notamment en matière de renseignement.

« La peur de voir le Nord contrôlé durablement par des groupes extrémistes ne doit pas conduire à une logique exclusive de répression contre le terrorisme », prévient Comfort Ero, directrice du programme Afrique de Crisis Group. « Lutter contre la radicalisation et régler par le dialogue les conflits qui traversent la société malienne est fondamental pour espérer une sortie de crise ».

 
Disponible en:
English
Français