NoScript
General.CookieInfo
General.Confirm
Homepage > Régions et pays > Afrique > Afrique centrale > Tchad > L’Afrique sans Kadhafi : le cas du Tchad

L’Afrique sans Kadhafi : le cas du Tchad

Rapport Afrique N°180 21 oct. 2011

SYNTHESE

La chute violente de Mouammar Kadhafi, mort après sa capture le 20 octobre dans sa ville natale de Syrte, est porteuse d’une promesse de transition démocratique en Libye. Cependant, elle place aussi la Libye et ses voisins au premier rang desquels le Tchad, face à une multitude de potentiels nouveaux problèmes. Kadhafi a joué un rôle ambivalent dans les conflits qui ont affecté le Tchad et a mené une politique de proximité avec l’actuel président Idriss Déby. La décision de celui-ci de reconnaître le Conseil national de transition (CNT), après ses velléités initiales de soutien politique à Kadhafi, n’augure pas forcément d’une décrispation des relations entre le Tchad et les nouvelles autorités libyennes. Les accusations, suivies des dénégations de N’Djamena, sur la présence de combattants tchadiens aux côtés des forces pro-Kadhafi, les exactions visant les ressortissants d’Afrique noire vivant en Libye, les déplacements de populations ainsi que la volatilité de la situation le long de la frontière commune pourraient compliquer la donne entre les deux pays.

Tout au long de ses 42 ans de règne, Kadhafi a mené vis-à-vis de N’Djamena une politique d’influence : à la fois acteur et médiateur des conflits affectant le Tchad, il s’est employé à faire de son voisin le champ expérimental de ses ambitions régionales. Cette situation s’est renforcée avec le régime du président Déby, celui-ci laissant Kadhafi multiplier ses initiatives de patronage en échange de son soutien politique et économique. Néanmoins, en dépit de leur bonne entente apparente sur fond d’échanges de bons procédés, les rapports entre les deux dirigeants ont parfois suivi un cours sinueux avec des divergences politiques aussi nombreuses qu’indicibles.

L’un des paradoxes des relations entre Kadhafi et N’Dja­me­na est qu’après avoir été un acteur déstabilisateur du Nord du Tchad, région historiquement frondeuse et théâtre de nombreux soulèvements, le Guide libyen a contribué ces dernières années à sa pacification relative à travers une politique de médiation auprès des groupes armés y opérant. Eu égard à cette situation et percevant Kadhafi comme indispensable à sa propre politique régionale, le président Déby a mis longtemps à envisager l’hypothèse de sa chute après le déclenchement de l’insurrection libyenne et à en tirer les conséquences. Au début de la crise, ses accusations réitérées sur la collusion des insurgés libyens avec des islamistes ont été perçues comme une tentative de soutien politique au Guide. Bien que son gouvernement ait démenti tout soutien militaire à Kadhafi, la présence de ressortissants tchadiens parmi les forces loyalistes a ruiné tout le crédit de ces accusations et accru les suspicions contre N’Djamena à qui il a été reproché de brandir le chiffon rouge de l’islamisme pour détourner l’attention.

D’accusateur du CNT, le Tchad en est devenu le suspect principal, soupçonné d’être favorable au maintien de Kadhafi au pouvoir, avec des conséquences graves sur le traitement de ses ressortissants dans les zones conquises par les insurgés. Au fur et à mesure de l’infléchissement des rapports de forces induit par l’entrée en jeu de l’Otan, le pouvoir tchadien a adopté une attitude politiquement et stratégiquement plus prudente. Le soutien politique initial à Kadhafi a peu à peu fait place à un appel à la négociation, puis à de premiers contacts avec le CNT.

Loin d’être un simple revirement ou le résultat de pressions externes, cette évolution traduit avant tout la prise en compte de facteurs historiques et géopolitiques. Idriss Déby sait qu’il est stratégiquement périlleux pour N’Dja­me­na d’avoir des rapports hostiles avec Tripoli qui auraient pour conséquence la déstabilisation de la partie septentrionale du Tchad. Alors que la normalisation récente avec le Soudan, amorcée avec l’aide de Kadhafi, est loin d’être irréversible, le Tchad voudrait éviter des tensions avec les nouvelles autorités libyennes. A cette donnée s’ajoute le sort des ressortissants tchadiens en Libye, dont la plupart ont été fréquemment assimilés à des mercenaires alors que la grande majorité d’entre eux sont de simples travailleurs immigrés. Le Tchad est aussi préoccupé par des aspects économiques liés au maintien des échanges entre le Nord du pays et le Sud de la Libye ainsi que la question des investissements. Autant d’enjeux qui ont conduit le pouvoir tchadien à prendre rapidement acte de l’évolution du rapport de forces en faveur du CNT et à éviter toute compromission supplémentaire avec Kadhafi.

Malgré le rapprochement amorcé avec le CNT, concrétisé par sa reconnaissance diplomatique et une rencontre entre Idriss Déby et Moustafa Abdel Jalil (chef du CNT), l’après-Kadhafi s’inscrit davantage en termes d’interrogations que de continuité pour les relations tchado-libyennes. Les nouveaux maîtres de Tripoli et le pouvoir de N’Djamena pourront-ils rapidement rétablir la confiance et aplanir les crispations nées des huit mois de crise ? Quelles conséquences aura l’évolution de la volatile situation au Sud de la Libye sur ces relations ? Quelle sera la politique de la nouvelle Libye vis-à-vis de l’équation tchado-soudanaise, et plus globalement, sa politique africaine ?

En raison de la durée de son règne ainsi que des politiques d’influence et de patronage qu’il a menées, l’ombre de Kadhafi continuera de planer pendant longtemps sur la Libye et ses voisins. Les bouleversements qui ont précédé ou suivi sa chute le démontrent : reflux migratoire, tensions entre tribus libyennes, attaques plus ou moins racistes contre les ressortissants des pays d’Afrique subsaharienne, résurgence potentielle de l’islamisme, prolifération de combattants et d’armes, etc. S’il est hâtif d’affirmer que ces bouleversements se transformeront à moyen et long termes en instabilité dans la région, le cas spécifique du Tchad, pays charnière entre l’Afrique noire et le monde maghrébin, entre l’Est et l’Ouest du Sahel, éclaire les enjeux et dangers régionaux de l’ère post-Kadhafi.

N’Djamena/Nairobi/Brussels, 21 octobre 2011

 
Disponible en:
English
Français
中文

Plus d'informations