Congo: A Comprehensive Strategy to Disarm the FDLR
Congo: A Comprehensive Strategy to Disarm the FDLR
Table of Contents
  1. Executive Summary
Tchad : le choix de Mahamat Déby
Tchad : le choix de Mahamat Déby
Report 151 / Africa

Congo: A Comprehensive Strategy to Disarm the FDLR

The joint Congo (DRC)-Rwanda military push against the Rwandan Hutu rebels has ended with scant results. Fifteen years after the Rwanda genocide and the establishment of those rebels in the eastern Congo, they have not yet been disarmed and remain a source of extreme violence against civilians.

  • Share
  • Save
  • Print
  • Download PDF Full Report

Executive Summary

The joint Congo (DRC)-Rwanda military push against the Rwandan Hutu rebels has ended with scant results. Fifteen years after the Rwanda genocide and the establishment of those rebels in the eastern Congo, they have not yet been disarmed and remain a source of extreme violence against civilians. While they are militarily too weak to destabilise Rwanda, their 6,000 or more combatants, including a number of génocidaires, still present a major political challenge for consolidation of peace in the Great Lakes region. They must be disarmed and demobilised if the eastern Congo is to be stabilised.

That requires a new comprehensive strategy involving national, regional and international actors, with a clear division of labour and better coordination, so as to take advantage of the recent improvement of relations between the Congo and Rwanda, put an end to the enormous civilian suffering and restore state authority in the Congo’s eastern provinces. Its prominent components include:

  • civilian protection by responsible Congolese security forces and the UN peacekeeping mission (MONUC);
     
  • a reformed disarmament and demobilisation program involving psychological operations and informational campaigns as well as options for return or resettlement (including in third countries);
     
  • Rwanda’s development of a list of FDLR génocidaires in eastern Congo and their subsequent isolation by sophisticated psychological operations, accompanied by talks with commanders not involved in the 1994 genocide;
     
  • in due course, limited military actions by Congolese army units specifically trained to weaken the command and control structure of the rebels in coordination with Rwandan forces;
     
  • legal initiatives in third countries to block propaganda and support from FDLR leaders outside the DRC;
     
  • consolidation of Rwanda-Congo relations; and
     
  • dividends to the people of the Great Lakes region through economic and social development.

Among the dozens of armed groups operating in the Kivus at the beginning of 2009, two had the highest military capabilities and caused the most civilian suffering: the Rwandan Hutus grouped under the Front démocratique pour la liberation du Rwanda (FDLR) and receiving some support from elements of the Congolese army, and Laurent Nkunda’s Tutsi-dominated Congrès national du peuple (CNDP), benefiting from Rwanda’s clandestine support. However, Nkunda’s personal ambition had alienated his Rwandan backers, while the total collapse of the Congolese army in front of the CNDP insurgency forced President Joseph Kabila to cut a deal with Paul Kagame, his counterpart in Kigali.

Their agreement was a significant shift of alliances in the region. In exchange for the removal of Nkunda by Kigali, Kinshasa agreed to a joint military operation against the FDLR on Congolese territory and to give key positions in the political and security institutions of the Kivus to CNDP representatives, while keeping MONUC out of the planning and implementation.

Operation “Umoja Wetu” (Our Unity) got under way on 20 January 2009. Three columns of the Rwandan army moved through North Kivu, seeking to root the rebel militia out of its main strongholds. Simultaneously the Congolese army deployed in the villages freed from FDLR control and set about to integrate combatants from the CNDP and other armed groups into its ranks. The FDLR avoided direct confrontations and dispersed in the Kivu forests. After 35 days, the results of the operation were much more modest than officially celebrated. The FDLR was only marginally and temporarily weakened in North Kivu and remained intact in South Kivu. Less than 500 FDLR combatants surrendered to MONUC to be demobilised in the first three months of 2009. Barely a month after the end of the operation, the rebels had regrouped and started to retaliate against civilians they believed had collaborated with “Umoja Wetu”.

Congo, Rwanda and MONUC have launched many initiatives for FDLR disarmament since 2002. On 9 November 2007, Kinshasa and Kigali started the Nairobi Communiqué Process, a framework for new bilateral collaboration backed by the international community that was to take care of the FDLR once and for all. But lack of goodwill and active collaboration as well as the resilience of the FDLR’s chain of command proved that traditional approaches to disarmament – whether forced or voluntary – and unilateral attempts by Congo to negotiate with the rebels could not succeed. Another lesson that should have been learned was that military action, psychological operations and informational campaigns aimed at drawing away the rebel rank and file are unlikely to produce good results unless the FDLR’s command and control structures can first be rendered ineffective, and all efforts are carefully coordinated and sequenced.

Since the Congolese national army and MONUC lack the capacity and political will to carry out an effective military operation to dismantle the FDLR chain of command, continuation of Congo-Rwanda military collaboration is also essential. The immediate priority is not a new military offensive, however – each military failure increases the suffering of ordinary Congolese. A new offensive – “Kimia II” – conducted by the Congolese national army and MONUC is currently underway. Far from disrupting the FDLR, it has failed to prevent FDLR retaliation against civilians and should be suspended. Containing, not overwhelming, the rebels and protecting civilians should be the priority, while additional resources are sought and coordination between willing partners is forged for a new kind of disarmament attempt.

A comprehensive strategy has to be developed, involving the Congo government, Rwanda, MONUC and the other international facilitators that joined in Nairobi declaration, including the African Union, the U.S. and the EU. Their political and operational inputs should be coordinated in a new FDLR disarmament mechanism that should plan both military measures and informational campaigns, as well as prepare the ground for judicial processes in the countries where FDLR political leaders have sought refuge and from which they spread the propaganda that is an important part of the hold they maintain over ordinary fighters. Without such additional efforts and new international momentum, the population of the Kivu will continue to bear the brunt of the FDLR’s presence and of the failed attempts to disarm them, and the fragile Congolese state will remain at risk.

Nairobi/Brussels, 9 July 2009

Up Next

Tchad : le choix de Mahamat Déby

Originally published in Le Monde

Op-Ed / Africa

Tchad : le choix de Mahamat Déby

Originally published in Le Monde

Enrica Picco, d’International Crisis Group, appelle le président de transition à nommer une commission d’enquête indépendante pour faire la lumière sur la répression des manifestations du 20 octobre.

La journée sanglante du 20 octobre marque un tournant dans la transition tchadienne. Jusqu’à cette date, la junte militaire, qui a pris le pouvoir en avril 2021 à la mort d’Idriss Déby, avait respecté la feuille de route pour un retour à l’ordre constitutionnel. Les risques de déstabilisation du Tchad, après 30 ans de régime autoritaire, semblaient écartés. A la tête d’une transition militaire, Mahamat Déby, 38 ans et fils du président défunt, promettait une ouverture de l’espace public que les Tchadiens espéraient depuis longtemps. La tenue de négociations dès son accession au pouvoir avec les opposants historiques du régime de son père allait dans le sens de cette promesse. Mais la répression violente de la manifestation demandant, jeudi dernier, l’aboutissement de la transition a complètement changé la donne.

L’exception tchadienne

A la mort d’Idriss Déby, l’Union africaine n’a pas considéré la prise de pouvoir par une junte militaire comme un coup d’Etat, contrairement aux décisions qu’elle avait rendues ailleurs dans la région dans des situations similaires. L’organisation continentale a cependant imposé deux conditions aux militaires tchadiens : leur pouvoir devait se limiter à une période transitoire de dix-huit mois, renouvelable une seule fois, et les membres du gouvernement de transition ne pouvaient pas se présenter aux élections à venir. Ces conditions auraient dû permettre, au terme de la transition, une alternance de pouvoir à N’Djamena.

L’année 2022 a débuté avec deux évènements prometteurs : la tenue, à partir de mars, de négociations entre des représentants du gouvernement et de 52 groupes armés rebelles à Doha, au Qatar, puis des consultations à N’Djamena entre le Président Mahamat Déby et tous les représentants de la société civile et des partis d’opposition, y compris les plus réticents à négocier avec le pouvoir. Les pourparlers entamés avec l’opposition et avec les rebelles ont abouti à une même conclusion : leur participation aux étapes de la transition était conditionnée à la garantie claire que les militaires quitteraient le pouvoir à la fin de la transition.

Des frustrations politiques et sociales

Mais en l’absence de cette garantie, de nombreux partis et groupes armés ont refusé de participer au dialogue national. Les conclusions de ce dialogue, qui s’est tenu en leur absence entre le 20 août et le 8 octobre, a mis le feu aux poudres. Encore plus que l’extension de la transition, sur laquelle il y avait un certain consensus dans le pays, c’est le fait que les membres de la transition seront désormais éligibles aux élections qui a provoqué la colère les Tchadiens. La crainte d’une succession dynastique est devenue réelle. Le gouvernement d’unité nationale, mis rapidement en place le 14 octobre, avec des opposants acquis au régime depuis le dialogue, n’a pas apaisé cette colère.

La mauvaise gouvernance et les inégalités sociales ... sont devenues insupportables pour de nombreux Tchadiens.

De plus, les frustrations débordent de la sphère politique. La mauvaise gouvernance et les inégalités sociales, héritage de 30 ans de régime Déby, sont devenues insupportables pour de nombreux Tchadiens. Aux scandales de corruption qui impliquent l’élite au pouvoir s’ajoutent le manque d’opportunités pour les jeunes, les coupures d’électricité récurrentes et des inondations qui ont laissé près 350 000 personnes sans abri dans la capitale au mois d’août.

Ces tensions, politiques et sociales, ont abouti à la journée du jeudi 20 octobre. Le dirigeant du plus important parti de l’opposition Les Transformateurs, Succès Masra, a déclaré le 19 octobre avoir créé un « gouvernement du peuple pour la justice et l’égalité », alors que la plateforme de la société civile Wakit Tama a appelé à une mobilisation permanente contre le gouvernement de transition. A la veille des manifestations, le gouvernement a dénoncé une tentative d’insurrection armée et interdit les manifestations. Mais le lendemain, des milliers de Tchadiens sont descendus dans les rues et le régime a réagi très brutalement.

Les heurts entre police et manifestants ont été d’une rare violence. Les manifestants ont saccagé et incendié le siège du parti du Premier ministre, Saleh Kebzabo, les forces de l’ordre ont ouvert le feu de façon indiscriminée sur la foule. Le bilan officiel est très élevé, plus de 50 morts et 300 blessés, et ne cesse de s’alourdir à mesure que sont relayées les informations venant des provinces. Le même jour, le Premier ministre a annoncé un couvre-feu dans les principales villes et la suspension des activités des partis impliqués dans les manifestations. La situation reste extrêmement tendue dans l’ensemble du pays.  

Moment charnière pour Mahamat Déby

Pour éviter de nouvelles violences, toutes les parties prenantes devraient prendre des mesures urgentes. Le Président Déby devrait condamner l’usage excessif de la force et nommer une commission d’enquête indépendante pour faire la lumière sur les évènements du 20 octobre. Plutôt que de réprimer toujours plus durement la société civile et l’opposition, il devrait faire appel aux médiateurs nationaux et internationaux, comme le Groupe des religieux et des sages, l’Union africaine et le Qatar, en vue d’inclure les opposants dans la dernière phase de la transition. Il devrait surtout apaiser les tensions en reconsidérant l’éligibilité aux élections des membres de la transition et en s’engageant publiquement à transférer le pouvoir aux civils à la fin de la transition.

L’Union africaine, l’Union européenne, la France et les Etats-Unis, devrait conditionner leur soutien à la poursuite de la transition.

Pour leur part, les opposants devraient également condamner toute forme de protestation violente et utiliser tous les recours légaux prévus dans la charte de transition pour garantir des élections transparentes. Finalement, l’Union africaine, l’Union européenne, la France et les Etats-Unis, devrait conditionner leur soutien à la poursuite de la transition et à la mise en place de mesures qui garantissent l’inclusion et la représentativité.  

Les évènements du 20 octobre ont sérieusement entaché les espoirs de ceux qui considéraient le Tchad comme une exception parmi les tumultueuses transitions de la région. Mahamat Déby doit faire un choix. Il peut adopter le même régime brutal que celui de son père. Mais il est aussi encore temps pour lui de corriger cette inquiétante dérive autoritaire et de ramener le Tchad sur la voie d’une réelle transition vers un régime plus démocratique.

Subscribe to Crisis Group’s Email Updates

Receive the best source of conflict analysis right in your inbox.