Arrow Down Arrow Left Arrow Right Arrow Up Camera icon set icon set Ellipsis icon set Facebook Favorite Globe Hamburger List Mail Map Marker Map Microphone Minus PDF Play Print RSS Search Share Trash Twitter Video Camera Youtube
The International Criminal Tribunal for Rwanda: Time for Pragmatism
The International Criminal Tribunal for Rwanda: Time for Pragmatism
Table of Contents
  1. Executive Summary
Les FDLR doivent desarmer
Les FDLR doivent desarmer
Report 69 / Africa

The International Criminal Tribunal for Rwanda: Time for Pragmatism

One year ago, the International Criminal Tribunal for Rwanda (ICTR) was mired in trouble, under serious time constraint because of the firm date by which its work had to be finished.

Executive Summary

One year ago, the International Criminal Tribunal for Rwanda (ICTR) was mired in trouble, under serious time constraint because of the firm date by which its work had to be finished. It faced three challenges. First, to organise a program of investigations that would give it a realistic chance to finish all its initial proceedings by 2008. Secondly, to set up a time-table for cases that reflected its priorities, including the need for greater efficiency. Thirdly, to resist pressure from the Rwandan government, which was attempting to stymie any possibility that members of the Rwandan patriotic army (RPA) would be tried. With respect to all three challenges, the ICTR has become more pragmatic.

A deadly overburdening of the tribunal’s workload has been avoided. The flood of arrests and charges has been decisively dried up. However, there is still room for this realistic approach to be carried to its logical conclusion – namely for the court to show the courage to put a stop to new cases. It has charged 82 persons with genocide. Quite simply, the ICTR does not have the capacity to deal with any more cases. More importantly, the main suspected perpetrators have already been indicted. The departure of Carla del Ponte as prosecutor, forced by the United Nations Security Council on 28 August 2003, and her replacement by the Gambian judge Hassan Jallow do not change the court’s priorities. It needs to complete the outstanding cases and re-launch its enquiries into the war crimes presumed to have been committed by the RPA, which have been suspended for more than a year.

The cold reality is that the ICTR needs to be a good deal more efficient in handling trials. Among other things, it should maintain its priority of judging the main suspects from the army and 1994 government, whose trials have been set to begin in the last three months of 2003. It will only be possible to wrap up the initial proceedings within four to five years if the court vigorously reforms how its judges conduct the trials and if it refuses to start any new genocide investigations. The new president judge, Erik Mose, who presented a final four-year trial calendar to the UN General Assembly for the first time, shows a welcome sense of responsibility. The judges and the court must prove their total commitment to this process. Reform of the registry’s management of defence costs has also become vital.

There is one further issue. A year ago, the Rwandan government provoked a serious crisis in its difficult relationship with the court when it prevented the travel of witnesses whose presence was required for cases to proceed because it objected to the prosecutor’s inquiries into war crimes presumed to have been committed by the RPA in 1994. The formal suspension of Carla del Ponte’s investigations in September 2002 and the establishment of a U.S.-sponsored deal between the prosecutor’s office and the Rwandan authorities seemed to have improved the situation. At a tripartite meeting in Washington in May 2003 an agreement was reached in principle whereby Kigali would take responsibility for the trials, and the ICTR would only intervene if Rwanda was unable to carry them out satisfactorily. However, the ejection of Carla del Ponte from the prosecutor’s seat following the Security Council decision to separate the ICTR and the International Criminal Tribunal for the former Yugoslavia (ICTY) means that there will probably never be a trial of the RPA in Arusha. This triumph of pragmatism, however, does not absolve the prosecutor’s office of its responsibilities.

The Rwandan government is offering, in effect, no guarantee that justice will be rendered for crimes committed by the RPA. It is of the highest importance, therefore, that the ICTR resumes outside the country its investigation into the crimes allegedly committed by the RPA and does not set an end date to this investigation. The reopening of the investigation need not be done publicly but this is the minimum that would allow the tribunal to reclaim these cases should the Rwandan authorities fail to prosecute them adequately. Otherwise, the Washington “agreement” will be a total failure and bear heavy responsibility for the negative consequences with respect to reconciliation in Rwanda that would result from the ICTR’s inability to complete part of its mandate.

Nairobi/Brussels, 26 September 2003

Op-Ed / Africa

Les FDLR doivent desarmer

Originally published in Le Soir

Pourchassé par les armées du Congo (RDC) et du Rwanda et isolé politiquement par la communauté internationale, le groupe rebelle Hutu rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) a entamé depuis janvier 2009 une campagne de représailles massives contre la population des provinces du Kivu. Après 15 années de présence armée au Congo, Ignace Murwanashyaka, le président des FDLR qui réside en Allemagne, a conduit ses combattants dans une impasse politique et stratégique totale.

Le 6 août dernier, le président rwandais Paul Kagame était à Goma, la capitale du Nord-Kivu, pour s’entretenir avec son homologue congolais Joseph Kabila de coopération économique régionale et des suites de la campagne militaire que leurs forces avaient menée conjointement contre les FDLR au début de l’année. Alors que les deux anciens adversaires discutaient dans un hôtel de la ville, l’armée congolaise conduisait l’opération Kimia II à travers le Nord et le Sud-Kivu, pour désarmer les quelque 6.000 combattants restant des FDLR. En Europe, des diplomates étudiaient de nouvelles approches juridiques pour sanctionner les dirigeants du mouvement vivant dans leur pays, complices des violations des droits de l’homme commises par leurs troupes au Congo.

La situation actuelle des FDLR offre un contraste saisissant avec celle qui prévalait en 2002, lorsque le groupe rebelle bénéficiait encore du soutien officiel du gouvernement congolais.

A cette époque, les 15.000 à 20.000 combattants des FDLR constituaient une force d’appoint essentielle pour Kinshasa, dans son bras de fer permanent avec Kigali. Les dirigeants du mouvement, dont certains avaient participé au génocide de 1994 avant de se réfugier au Congo, tentaient d’imposer par la force leur retour politique au Rwanda. Malgré leur idéologie révisionniste et leur recours à la lutte armée, ils constituaient alors toujours des interlocuteurs légitimes aux yeux de membres modérés de l’opposition rwandaise en exil. Sur le terrain, les FDLR bénéficiaient également de la collaboration de certains Congolais, reprochant au Rwanda son occupation et les crimes de guerre commis contre les populations civiles pendant les deux guerres de 1996-1997 et de 1998-2003.

Suite à l’accord de paix de Pretoria de juillet 2002 qui contraint Kabila à mettre fin à l’alliance officielle entre Kinshasa et les FDLR, les membres du groupe armé rebelle n’ont plus eu les moyens militaires de combattre véritablement le régime de Kigali, comme en témoignait déjà l’échec cuisant de l’opération Oracle du Seigneur contre le Rwanda en mai-juin 2001. La hiérarchie des FDLR a donc maintenu ses combattants mobilisés, par l’espoir que la communauté internationale soutienne le concept de « dialogue inclusif interrwandais ». L’ouverture de ce dialogue, similaire au dialogue intercongolais de 2002 ayant conduit à la participation de divers chefs rebelles à un gouvernement de transition, aurait alors contraint Kagame à partager le pouvoir avec eux.

Aujourd’hui, la réalité est très différente de la propagande élaborée par la hiérarchie des FDLR pour motiver ses combattants. L’accumulation des témoignages documentant depuis sept ans la systématisation des crimes commis contre les populations civiles démontre que le groupe n’est pas un mouvement d’opposition armé en exil, mais une organisation criminelle d’occupation. Les années de fuite au Congo ont transformé le mouvement rebelle en une organisation tout entière vouée au pillage des ressources naturelles du Kivu.

Pour imposer leur contrôle aux populations locales, les FDLR multiplient régulièrement les atrocités, dont les massacres et les viols collectifs. Lors de l’opération Umoja Wetu menée par la coalition Rwanda-Congo de janvier à février 2009, les villageois du Nord-Kivu ont spontanément collaboré avec l’armée rwandaise. Surpris et furieux de ce qu’ils ont considéré être une trahison, les responsables du mouvement ont alors ordonné une campagne de représailles contre les civils congolais. Malgré les violations des droits de l’homme imputables aux soldats congolais, ce sont les rebelles rwandais qui portent la responsabilité principale des 800.000 nouveaux déplacés congolais observés depuis le début de l’année par les Nations unies au Kivu.

In fine, en dépit des lacunes démocratiques graves du régime rwandais, aucun projet politique ne saurait justifier cet asservissement des populations congolaises. L’absence de résultats significatifs obtenus par Umoja Wetu ou Kimia II démontre moins la capacité de résistance opérationnelle des FDLR aux tentatives de désarmement forcé que l’obstination de leurs responsables politiques à refuser la réalité de leur isolement et la dégradation considérable de leur situation stratégique ces derniers mois.

Les dirigeants des FDLR ne reprendront pas le pouvoir à Kigali par la force et aucun acteur extérieur n’imposera à Kagame leur présence dans un gouvernement de transition. La seule option des combattants du groupe rebelle réside dans le désarmement et leur réintégration à la vie civile au Rwanda ou dans un pays tiers.

En refusant d’admettre l’échec irrémédiable de son projet politique, Ignace Murwanashyaka retient en otage la population des Kivu de même que l’ensemble des combattants voulant désarmer. Il lui faut désormais tirer les conséquences de son isolement et de ses échecs, mettre fin à cette guerre qui n’a pas de sens ou tôt ou tard, assumer les conséquences judiciaires de ses actes.