Guinea: The Junta Must Leave
Guinea: The Junta Must Leave
Ebola en Guinée : une épidémie « politique » ?
Ebola en Guinée : une épidémie « politique » ?
Commentary / Africa

Guinea: The Junta Must Leave

The situation in Guinea remains alarming. Despite the negotiations in Ouagadougou and the build up of regional and international pressures, the junta seems like it would rather lead the country into a civil war than give up power. The Ouagadougou negotiations enter a critical phase today; their agenda should be limited to the departure of the junta. A “National Unity Government” that allows the current military regime to stay in power would only increase the risks for the region. To prevent a catastrophe, ECOWAS and the United Nations should start preparing for an eventual military intervention.

Since Dadis Camara took power in December 2008, political tensions have constantly increased. They reached the point of no return on 28 September, when security forces executed demonstrators, killing 160 people and injuring 1700. Testimonies about the organization of the killings point towards a premeditated massacre: the military units that carried it out  were already in position  while officers issued  orders at the stadium Since that day, security forces have led a terror campaign, using rape and torture as tools of repression.

Popular resentment grew against a junta that showed its determination to stay in power. In response, the junta’s leaders have paralyzed the democratic transition and blocked the creation of a National Transitional Council (Consiel national de transition CNT) an inclusive consultative body meant to over see the transition process. Opposition leaders became the target of harassment and arrests, and political discussions were banned in the national media. Given the situation, the union of opposition parties and civil society leaders, the “Forces Vives”, decided to suspend its dialogue with the junta.

Prior to that, the African Union had announced its intention to declare sanctions against the junta if Dadis Camara did not confirm that neither he nor any member of the CNDD (Conseil national pour la démocratie et le développemen) would run for the January 2010 presidential election. On 17 October, ECOWAS imposed an arms embargo on the military junta. Ten days later, the European Union and the United Nations declared targeted sanctions against some members of the junta. Following the killings, the international community demanded the creation of an independent commission of investigation. ECOWAS has named president Blaise Compaoré of Burkina Faso to mediate the crisis.

Notwithstanding the international pressure, Dadis Camara’s behavior remains unequivocal. The military junta has denied  any responsibility in the massacre and has refused to release those who were  arrested during the September demonstration. Dadis remains the Head of State despite calls for him to step down and the public administration has been militarized. All but three of 33 prefects have been replaced by military officers since 2008. Pro-junta support groups and youth organizations have been created throughout the country. The situation is particularly worrying in Guinea Forestière, where Camara’s supporters play on the resentment of local communities against Malinkés, Fulanis or Sousou, three ethnic groups that are seen as beneficiaries of previous regimes. Now idle, former militias are ready to take up arms to fight again, adding to the general tension.

In 2001, when Charles Taylor’s army attacked Guinea Forestière, Lansana Conté had recruited, trained and armed around 6000 young men from the Macenta region. After fighting for their country, many of them joined the anti-Taylor combatants in Libéria. Only few of them have been disarmed and reintegrated into their community. These trained combatants have difficulty  adjusting to civilian life and have become a major source of trouble in the region. The recruitment of militias trained outside Conakry may be the result of ethnic or personal divisions, or  the accumulation of power by individuals. They are of great concern since any violent breakdown within the military could mean civil war for Guinea or an increase in massacres against groups perceived as opponents to the junta.

Moreover, a conflict in Guinea could destabilize the entire region. Cross-border movements of combatants and refugees along the Liberian, Cote d’Ivoire and Sierra Leonean frontiers could reanimate the conflict in these still vulnerable countries.

ECOWAS’ leaders and Burkina Faso’s President, Blaise Compaoré, must not be deluded. The negotiations with the junta will be difficult, even more so because for most Guineans the only acceptable outcome is the replacement of the junta by a transitional civilian administration. They will accept no other high-ranking military official other than the Defense Minister, responsible for re-establishing order in the barracks and disarming the militias. The transitional administration should lead the electoral process, which can only be credible if it is free of any military control. Dadis Camara and all officials that have taken control of the civil administration and functions of the state must leave. Only then will Guinea’s democratic transition resume.

The Forces Vives also have a role in the transition. Their internal conflict over leadership must stop: their concern should be the interest of all Guineans rather than personal ambitions. Members of the transitional administration in charge of organizing the elections should not be allowed to run for presidency. Nor should they be allowed to place one of their allies in the State apparatus in order to finance and support their campaign.

The price for the junta’s departure could  be high. Dadis and his followers might demand a golden exile, and impunity for the crimes that were committed on 28 September. However, it is still too early to address this issue: the conclusion of the international commission of investigation must be known first. It is essential that the commission establishes the responsibility of high ranking state officials, including Dadis Camara, and draws the necessary judicial conclusions.

Moreover, the sub-region should send a military mission to Conakry without further delay. This would give the junta a clear sign that a repetition of Sierra Leone and Liberia’s civil wars will not be accepted in Guinea. The mission should start an open but firm dialogue on the dismantling of militias and the recruitment of Liberian combatants. It should be conducted in agreement with the mediation of Burkina Faso’s President. A high ranking official of the Nigerian army would likely  be best suited to lead it. The creation of a reduced protection force should be discussed and planned with the Guinean army: a force equipped with air power would be enough to protect the members of Forces Vives and the international commission. In the long term, the region will have to assure the security of the civilians and the organization of the elections.

However, the international community should be prepared for the worst. A regional military mission should be planned. The mission’s aim should be to confront militias and protect civilians. Western countries should be ready to provide rapid air transportation and other resources needed to prevent an escalation of violence in Conakry or in the country’s other major cities. This plan is not only a necessary measure to prevent the outbreak of a conflict, it also signals to the junta that its departure from power is non-negotiable.

During the last months, ECOWAS and the African Union have reacted to the deterioration in Guinea with  impressive resolution. Dadis Camara and the officers behind him are counting on the negotiations stalling: they hope that this will allow them to stay in power and buy  time until the storm of international condemnation is behind them. Recently, the military have returned to power through fraudulent elections or military coups throughout the African continent. Guinea must be the starting point to halt this trend once and for all. The status quo can only lead to chaos. There is still time to avoid it.

guinea-1oct15
Ebola Treatment Centre in Nzérékoré, Guinea, 9 January 2015. UN PHOTO/Martine Perret
Commentary / Africa

Ebola en Guinée : une épidémie « politique » ?

Alors que l’épidémie d’Ebola apparue fin 2013 en Guinée semble se terminer, il est intéressant de revenir sur l’un de ses aspects les plus troublants : l’hostilité avec laquelle les équipes impliquées dans la lutte contre la maladie ont par endroit été reçues par la population. Elle ne trouve pas une explication satisfaisante dans la « primitivité » volontiers prêtée à la population par les observateurs occidentaux et les élites urbaines guinéennes, ni même dans la faiblesse de l’information des citoyens concernés ou dans la manipulation éventuelle de rumeurs par l’opposition.

Cette hostilité est révélatrice du rapport entre les citoyens et l’Etat. Ebola aura été un puissant indicateur de la mauvaise santé de l’Etat, de la faiblesse de son système sanitaire mais aussi, plus largement, de la faiblesse de sa légitimité et de sa capacité à susciter la confiance et l’adhésion. Alors que la Guinée s’approche d’un nouveau moment de tension politique, avec l’élection présidentielle du 11 octobre prochain, dont les conditions d’organisation suscitent encore aujourd’hui un vif débat, il y a là des leçons à tirer.

La peur du médecin ?

Le 16 septembre 2014, à Womey, dans le sud-est de la Guinée, le sous-préfet, plusieurs médecins et agents de santé, des journalistes et un employé d’une organisation évangélique en mission de sensibilisation Ebola sont tués par des villageois. Quelques mois plus tard, le 23 février 2015, une équipe de Médecins Sans Frontières venue au village de Wéndébèdou, dans le sud-est guinéen, sensibiliser les habitants à l’épidémie d’Ebola est accueillie à coup de pierres. Trois membres de l’équipe sont blessés et leur véhicule est très endommagé.

A Womey comme à Wéndébèdou, les logiques des incidents se ressemblent. A chaque fois, c’est l’intervention impromptue de personnes extérieures (agents de l’Etat, agents de santé, policiers, missionnaires chrétiens ou représentants d’organisations de développement), souvent peu préparée, qui suscite une réaction dans une communauté fermée. Dans bien des cas, des gens se sont demandés ce qu’étaient vraiment venus faire ces visiteurs et ont craint que, loin de venir soigner, ils venaient en réalité diffuser Ebola, ou bien diverses substances mortelles. L’arsenal sanitaire, pulvérisations, vaccination, solutions chlorées pour les puits ou le lavage des mains, ou thermomètres infrarouges, était souvent perçu comme des instruments visant à diffuser la maladie. Dans certaines interprétations, centres de traitement et funérailles sécurisées étaient même soupçonnés de couvrir des trafics d’organes.

Pour comprendre ce qui a pu se passer, peut-être convient-il d’abord de souligner que c’est partout qu’Ebola, maladie à la létalité élevée et à la symptomatique spectaculaire et pour laquelle il n’existe encore aucun traitement curatif, a provoqué des réactions fortes. Les tensions suscitées aux Etats-Unis et en Espagne de la simple évacuation médicale, très contrôlée, d’une poignée de malades l’ont montré. Ainsi, est-ce totalement déraisonnable qu’un citoyen pense que l’ouverture dans sa communauté d’un centre de traitement pose un risque ?

En Guinée, les réactions ont été d’autant plus fortes que l’épidémie a été violente, que le système de santé n’a pas souligné tout de suite que les centres d’isolement pouvaient augmenter les chances de survie des personnes contaminées et que les conséquences sociales d’une contamination étaient incalculables. Le fort risque de mortalité du fait de l’absence de protocole thérapeutique au début de l’épidémie, ainsi que celui d’un ostracisme immédiat et de la misère socioéconomique ont poussé les gens au déni et à la recherche de boucs émissaires. Mais de l’avis des intervenants médicaux rencontrés par Crisis Group, les incidents ont été plus fréquents en Guinée qu’au Liberia et en Sierra Leone et se sont prolongés plus longtemps, pourquoi ?

Le « complotisme » guinéen

La vraie énigme est ailleurs : il s’agit de savoir comment des segments non négligeables de la population guinéenne ont pu penser que l’Etat et ses partenaires internationaux pouvaient être impliqués dans des projets d’extermination de masse.

Le premier facteur à prendre en compte est sans doute le complotisme aigu qui marque la Guinée depuis l’indépendance. On sait comment, sous son premier président, Ahmed Sékou Touré, le pays a vécu dans les complots, réels et imaginaires. Cette vision a survécu à la mort de Touré, et chaque revirement politique est en Guinée l’objet d’interprétations infinies, certaines franchement délirantes, empruntant à la numérologie islamique ou aux obsessions mondialisées du complot juif ou franc-maçon. Les luttes de la décennie passée autour des ressources minières considérables du pays ont fourni bien des occasions aux lectures complotistes. Beaucoup de citoyens guinéens considèrent que les événements politiques majeurs, interventions des militaires, assassinats ou élections contestées, ont été organisés par tel ou tel segment de l’armée ou de la classe politique aux ordres de tel ou tel grand investisseur minier. Le « complot » semble pour beaucoup de Guinéens la meilleure réponse à l’apparente énigme de l’absence de développement du pays, « scandale » géologique et agricole, selon l’expression consacrée.

Par ailleurs, l’idée que, par des moyens mystérieux et violents, un petit nombre de privilégiés prospèrent de la misère des autres est un trait caractéristique de la croyance, forte en Afrique de l’Ouest, et pas seulement dans les campagnes reculées, en la sorcellerie. Cette idée résonne d’ailleurs fortement avec l’obsession complotiste mondialisée circulant sur internet. Ainsi, des sites internet locaux ont repris un article venant d’un site italien d’extrême-droite, anti-globalisation et complotiste qui accuse les milliardaires Bill Gates et George Soros d’être responsables de l’épidémie d’Ebola, au travers d’un programme de recherche d’armes bactériologiques qu’ils auraient financé en Sierra Leone, à la frontière avec la Guinée. Ces visions nourrissent une sorte de populisme réflexe, de colère irréductible qui, compte tenu des rapports de force, ne trouve à s’exprimer que très épisodiquement, dans des émeutes et des lynchages.

Il faut également tenir compte de l’histoire longue d’une biomédecine d’origine occidentale et qui n’a pas toujours été sans ambiguïté dans son déploiement dans les pays du sud. L’historien Matthew Connelly a montré comment la biomédecine a pu être liée à des projets de contrôle des populations qui, un temps au moins, n’étaient pas exempt de réflexes coercitifs, voire d’une ingénierie démographique malthusienne franchement raciste. Mais en Guinée, à la différence de ce qui a pu se passer lors de certaines campagnes de vaccination au nord du Nigéria, c’est au moins autant l’Etat que l’Occident qui a semblé mis en doute.

Un Etat mal accepté

Il faut également mentionner un contexte politique extrêmement tendu qui continue de prévaloir en Guinée, l’opposition refusant toujours, plus ou moins explicitement, de reconnaitre la validité des élections de 2010 et 2013 et s’inquiétant des conditions de préparation de l’élection présidentielle, prévue pour le 11 octobre prochain. La controverse porte d’ailleurs maintenant sur la mise en œuvre de l’accord signé entre pouvoir et opposition le 20 août dernier pour tenter de renforcer la crédibilité du processus électoral.

Ce n’est sans doute pas un hasard si c’est à Womey que l’incident le plus violent a eu lieu, précisément dans la région de Nzérékoré qui avait été secouée par de violentes émeutes inter-communautaires en juillet 2013 et par une controverse intense lors des législatives de septembre 2013, avec l’annulation inexpliquée des résultats de plus de 180 bureaux de vote. Rappelons aussi que l’élection présidentielle de 2010 avait été marquée par des rumeurs sur l’empoisonnement de l’eau distribuée lors d’un rassemblement organisé à Conakry par le parti de l’actuel président, Alpha Condé, rumeurs qui avaient entrainé des violences en différents points du pays. L’idée que l’action politique peut passer par la maladie ou l’empoisonnement n’est donc pas nouvelle en Guinée.

Beaucoup de Guinéens ont d’ailleurs une vision très politique de l’épidémie d’Ebola. Du côté du pouvoir, on a prêté volontiers des sources politiques aux rumeurs, on a traqué les « réseaux malveillants », et on a accusé parfois explicitement des opposants. L’opposition a démenti toute implication. Certains de ses chefs ont participé à un clip de sensibilisation préparé par la télévision publique en octobre 2014, et la justice n’a jusqu’à présent pas confirmé l’implication de responsables de l’opposition dans les incidents. Mais certains ont été plus loin : un responsable local du RPG a ainsi publiquement dénoncé dans l’épidémie d’Ebola « un complot bactériologique contre la Guinée », « une manière de bloquer les grands projets du pays ».

Pour leur part, l’opposition et la presse qui en est proche affirment que les sensibilisations à Ebola ont permis au pouvoir de faire campagne, de dynamiser ses réseaux et de recruter et rémunérer ses jeunes militants avec l’argent des partenaires internationaux alors que les opposants étaient interdits de mobilisation pour des raisons sanitaires. L’opposition affirme que le pouvoir a obtenu de ses partenaires internationaux des ressources importantes, dons et annulation de dette, et soutient que ces ressources n’auraient pas été gérées dans la transparence. Tout ceci aide à comprendre pourquoi, dans un contexte si malsain, acteurs politiques et simples citoyens peuvent avoir le sentiment que quelque chose se cache derrière Ebola, que du pouvoir et de la richesse se nourrissent du malheur et de la mort. Les soupçons sont parfois très directs. En juin dernier, lors d’une rencontre de Crisis Group avec des responsables d’un parti d’opposition influent parmi la communauté soussou de Basse Côte, ces derniers s’étonnaient que l’épidémie, qui frappait alors fort en Basse Côte, touchait les villages soussou et pas les autres. Pour eux, c’était la conséquence logique d’une malveillance – celle du pouvoir en place.

Il faut enfin prendre en compte un effet de seuil. La brutalité fondatrice de l’épisode de Womey a alimenté aussi bien les rumeurs quant à la réalité d’Ebola et aux intentions de l’Etat que l’inquiétude des agents publics. Interventions sanitaires, enquêtes sur les contacts ou visites lors des décès suspects, se sont souvent déroulées sous protection policière. Il s’agit d’une solution pour le moins ambiguë, étant donné l’impunité quasi absolue dont bénéficient les forces de l’ordre, encore assez timidement remise en cause par le régime du président Condé, et l’habitude prise par la population de répondre par la violence aux violences policières.

Quelles leçons ?

Ebola n’a donc pas été seulement un problème sanitaire. De multiples dimensions politiques en ont compliqué la gestion, et elles compliqueront la gestion de menaces sanitaires futures. Si les autorités guinéennes veulent gagner la confiance des citoyens, elles doivent renforcer la transparence dans la gestion des fonds publics et lutter contre l’impunité, y compris quand des agents de l’Etat sont impliqués dans des violences. Elles ne doivent pas non plus perdre de vue l’autre urgence guinéenne : apaiser la sphère politique. Alors que les élections sont imminentes mais que le cadre en reste contesté, une collaboration de bonne foi entre l’opposition, le pouvoir et les partenaires internationaux sur les questions électorales est indispensable.

Subscribe to Crisis Group’s Email Updates

Receive the best source of conflict analysis right in your inbox.