Guinea: The Transition Has Only Just Begun
Guinea: The Transition Has Only Just Begun
Table of Contents
  1. Overview
Ebola en Guinée : une épidémie « politique » ?
Ebola en Guinée : une épidémie « politique » ?
Briefing 58 / Africa

Guinea: The Transition Has Only Just Begun

The military junta that took control of the country just hours after President Conté’s death on 23 December 2008 has tightened its grip on power. The self-proclaimed president, Moussa Dadis Camara, and his group of mid-ranking officers calling itself the National Council for Democracy and Development (Conseil national pour la démocratie et le développement, CNDD), have shown few signs of moving towards elections by the end of 2009 as promised.

  • Share
  • Save
  • Print
  • Download PDF Full Report

Overview

The military junta that took control of the country just hours after President Conté’s death on 23 December 2008 has tightened its grip on power. The self-proclaimed president, Moussa Dadis Camara, and his group of mid-ranking officers calling itself the National Council for Democracy and Development (Conseil national pour la démocratie et le développement, CNDD), have shown few signs of moving towards elections by the end of 2009 as promised. As Guinea’s dire economic prospects erode popular support, the junta, unpracticed in governing, is also in danger of resorting to authoritarian measures. With the risk of a counter-coup from dissatisfied army elements still present, a democratic transition at best faces a long and difficult road. Concerted national and international pressure is urgently needed to produce a return to civilian rule, even before elections if the junta begins to stall on preparations for a vote.

Conté left a legacy of abusive security forces, a collapsed economy and lack of trust among a divided civil society and quarrelsome political parties. Despite their troubled relationship with the military, many Guineans have welcomed the junta as the least worst option. Political parties and civil society groups have argued that the constitution was so manipulated under Conté that it could not provide a way out of the crisis he left behind.

The junta’s leaders are unacquainted with the exercise of state power. While some are undoubtedly sincere in their declared intention of cleaning up the corruption of the Conté years, serious allegations of human rights abuses have been levelled against others. Although the junta has said it is willing to hand over to a civilian president, it has spent more than two months consolidating its grip on power by replacing dozens of administrators with its own supporters. Most of the key posts in the government named on 14 January are held by the military. The junta’s governance style is unlikely to be sustainable, but the exercise and sinecures of power may prove too attractive for the soldiers to give it up voluntarily.

The principal risks to the transition are fractures within the junta and subsequently among the wider security forces as they fight over the spoils of power and perhaps fragment on ethnic lines as well. A violent counter-coup is a distinct possibility and likely to become more so the longer the junta stays in power. Other risks include a spillover into the streets of public dissatisfaction with the junta’s record and the continuing decline in living standards; divisions emerging between newly formed youth groups and political parties competing for junta patronage; intractable disagreements over the transition; or a combination of any of these.

High expectations have led to a proliferation of uncoordinated demands and proposals for reform, but if civil society groups and political parties are to play a constructive role in the transition, they need to overcome their historical differences and concentrate on the priorities of the next ten months. A clear transition timetable needs to be agreed upon. If a National Transitional Council (Conseil national de transition, CNT), as proposed by both the Economic Community of West African States (ECOWAS) and civil society groups and now endorsed by the junta, is to be put in place, its terms of reference and precise powers must be agreed upon with no further delay.

Preparations for elections still have a long way to go, and potentially controversial issues are yet to be resolved. The longer elections are delayed, the greater is the junta’s ability to create further obstacles from which a dangerous impasse could result. This should not be allowed. The 16–17 February meeting of the International Contact Group on Guinea helpfully pressed the CNDD to stick to a short transition timetable, but it did not go far enough. There is no reason why civil society, political parties and the international community should accept the CNDD remaining in power beyond the end of 2009 if elections are delayed. The military needs to be edged out, to prevent it becoming rooted in the country’s public administration. Although the nomination of a civilian transitional head of state might pose problems, other scenarios could be much worse. The debate over alternative governance arrangements should start now.

The CNDD is in a similar position to the reformist governments Guinea has known over the last ten years. Initial popular support will be put to the test by a deteriorating economy. The international community will then, once again, be asked to bail out the government. It is vital to use donor leverage effectively this time, so as to minimise the risks that military rule presents to Guinea and the region. The following steps are urgent:

  • The CNDD should rein in security force abuse, stop centralising state functions in its hands and instead allow the newly formed government to work unhindered. CNDD leaders should clarify their position on the transition, accepting unanimously the principle of leaving power by the end of 2009, regardless of the electoral timetable, and making clear plans for a return to barracks.
     
  • Political parties and civil society must put the euphoria of late December aside, urgently build a working consensus on the rules for democratic transition that includes alternative transitional governance arrangements as necessary and demand a clear timetable for the CNDD’s departure by the end of 2009, independent of the electoral timetable.
     
  • The international community must significantly support democratic transition by pressing the junta on elections, assisting their preparation and providing early observation, as well as emphasising that the apparent legitimacy of the bloodless coup will fade rapidly if the transition drags on. It should press the junta to allow the government to work free of military influence and desist from appointing military personnel to posts in public administration. With Guineans, it should decide on an end-of-year deadline for return of civilian rule even if elections have not yet been held. International organisation (AU, ECOWAS) and bilateral (U.S.) measures put in place after the coup, including suspension of Guinea’s membership and limitations on aid, should be maintained until there is firm progress on transition, and it should be made clear that violence within the junta or against civilians will be met with targeted sanctions.

 

Dakar/Brussels, 5 March 2009

guinea-1oct15
Ebola Treatment Centre in Nzérékoré, Guinea, 9 January 2015. UN PHOTO/Martine Perret
Commentary / Africa

Ebola en Guinée : une épidémie « politique » ?

Alors que l’épidémie d’Ebola apparue fin 2013 en Guinée semble se terminer, il est intéressant de revenir sur l’un de ses aspects les plus troublants : l’hostilité avec laquelle les équipes impliquées dans la lutte contre la maladie ont par endroit été reçues par la population. Elle ne trouve pas une explication satisfaisante dans la « primitivité » volontiers prêtée à la population par les observateurs occidentaux et les élites urbaines guinéennes, ni même dans la faiblesse de l’information des citoyens concernés ou dans la manipulation éventuelle de rumeurs par l’opposition.

Cette hostilité est révélatrice du rapport entre les citoyens et l’Etat. Ebola aura été un puissant indicateur de la mauvaise santé de l’Etat, de la faiblesse de son système sanitaire mais aussi, plus largement, de la faiblesse de sa légitimité et de sa capacité à susciter la confiance et l’adhésion. Alors que la Guinée s’approche d’un nouveau moment de tension politique, avec l’élection présidentielle du 11 octobre prochain, dont les conditions d’organisation suscitent encore aujourd’hui un vif débat, il y a là des leçons à tirer.

La peur du médecin ?

Le 16 septembre 2014, à Womey, dans le sud-est de la Guinée, le sous-préfet, plusieurs médecins et agents de santé, des journalistes et un employé d’une organisation évangélique en mission de sensibilisation Ebola sont tués par des villageois. Quelques mois plus tard, le 23 février 2015, une équipe de Médecins Sans Frontières venue au village de Wéndébèdou, dans le sud-est guinéen, sensibiliser les habitants à l’épidémie d’Ebola est accueillie à coup de pierres. Trois membres de l’équipe sont blessés et leur véhicule est très endommagé.

A Womey comme à Wéndébèdou, les logiques des incidents se ressemblent. A chaque fois, c’est l’intervention impromptue de personnes extérieures (agents de l’Etat, agents de santé, policiers, missionnaires chrétiens ou représentants d’organisations de développement), souvent peu préparée, qui suscite une réaction dans une communauté fermée. Dans bien des cas, des gens se sont demandés ce qu’étaient vraiment venus faire ces visiteurs et ont craint que, loin de venir soigner, ils venaient en réalité diffuser Ebola, ou bien diverses substances mortelles. L’arsenal sanitaire, pulvérisations, vaccination, solutions chlorées pour les puits ou le lavage des mains, ou thermomètres infrarouges, était souvent perçu comme des instruments visant à diffuser la maladie. Dans certaines interprétations, centres de traitement et funérailles sécurisées étaient même soupçonnés de couvrir des trafics d’organes.

Pour comprendre ce qui a pu se passer, peut-être convient-il d’abord de souligner que c’est partout qu’Ebola, maladie à la létalité élevée et à la symptomatique spectaculaire et pour laquelle il n’existe encore aucun traitement curatif, a provoqué des réactions fortes. Les tensions suscitées aux Etats-Unis et en Espagne de la simple évacuation médicale, très contrôlée, d’une poignée de malades l’ont montré. Ainsi, est-ce totalement déraisonnable qu’un citoyen pense que l’ouverture dans sa communauté d’un centre de traitement pose un risque ?

En Guinée, les réactions ont été d’autant plus fortes que l’épidémie a été violente, que le système de santé n’a pas souligné tout de suite que les centres d’isolement pouvaient augmenter les chances de survie des personnes contaminées et que les conséquences sociales d’une contamination étaient incalculables. Le fort risque de mortalité du fait de l’absence de protocole thérapeutique au début de l’épidémie, ainsi que celui d’un ostracisme immédiat et de la misère socioéconomique ont poussé les gens au déni et à la recherche de boucs émissaires. Mais de l’avis des intervenants médicaux rencontrés par Crisis Group, les incidents ont été plus fréquents en Guinée qu’au Liberia et en Sierra Leone et se sont prolongés plus longtemps, pourquoi ?

Le « complotisme » guinéen

La vraie énigme est ailleurs : il s’agit de savoir comment des segments non négligeables de la population guinéenne ont pu penser que l’Etat et ses partenaires internationaux pouvaient être impliqués dans des projets d’extermination de masse.

Le premier facteur à prendre en compte est sans doute le complotisme aigu qui marque la Guinée depuis l’indépendance. On sait comment, sous son premier président, Ahmed Sékou Touré, le pays a vécu dans les complots, réels et imaginaires. Cette vision a survécu à la mort de Touré, et chaque revirement politique est en Guinée l’objet d’interprétations infinies, certaines franchement délirantes, empruntant à la numérologie islamique ou aux obsessions mondialisées du complot juif ou franc-maçon. Les luttes de la décennie passée autour des ressources minières considérables du pays ont fourni bien des occasions aux lectures complotistes. Beaucoup de citoyens guinéens considèrent que les événements politiques majeurs, interventions des militaires, assassinats ou élections contestées, ont été organisés par tel ou tel segment de l’armée ou de la classe politique aux ordres de tel ou tel grand investisseur minier. Le « complot » semble pour beaucoup de Guinéens la meilleure réponse à l’apparente énigme de l’absence de développement du pays, « scandale » géologique et agricole, selon l’expression consacrée.

Par ailleurs, l’idée que, par des moyens mystérieux et violents, un petit nombre de privilégiés prospèrent de la misère des autres est un trait caractéristique de la croyance, forte en Afrique de l’Ouest, et pas seulement dans les campagnes reculées, en la sorcellerie. Cette idée résonne d’ailleurs fortement avec l’obsession complotiste mondialisée circulant sur internet. Ainsi, des sites internet locaux ont repris un article venant d’un site italien d’extrême-droite, anti-globalisation et complotiste qui accuse les milliardaires Bill Gates et George Soros d’être responsables de l’épidémie d’Ebola, au travers d’un programme de recherche d’armes bactériologiques qu’ils auraient financé en Sierra Leone, à la frontière avec la Guinée. Ces visions nourrissent une sorte de populisme réflexe, de colère irréductible qui, compte tenu des rapports de force, ne trouve à s’exprimer que très épisodiquement, dans des émeutes et des lynchages.

Il faut également tenir compte de l’histoire longue d’une biomédecine d’origine occidentale et qui n’a pas toujours été sans ambiguïté dans son déploiement dans les pays du sud. L’historien Matthew Connelly a montré comment la biomédecine a pu être liée à des projets de contrôle des populations qui, un temps au moins, n’étaient pas exempt de réflexes coercitifs, voire d’une ingénierie démographique malthusienne franchement raciste. Mais en Guinée, à la différence de ce qui a pu se passer lors de certaines campagnes de vaccination au nord du Nigéria, c’est au moins autant l’Etat que l’Occident qui a semblé mis en doute.

Un Etat mal accepté

Il faut également mentionner un contexte politique extrêmement tendu qui continue de prévaloir en Guinée, l’opposition refusant toujours, plus ou moins explicitement, de reconnaitre la validité des élections de 2010 et 2013 et s’inquiétant des conditions de préparation de l’élection présidentielle, prévue pour le 11 octobre prochain. La controverse porte d’ailleurs maintenant sur la mise en œuvre de l’accord signé entre pouvoir et opposition le 20 août dernier pour tenter de renforcer la crédibilité du processus électoral.

Ce n’est sans doute pas un hasard si c’est à Womey que l’incident le plus violent a eu lieu, précisément dans la région de Nzérékoré qui avait été secouée par de violentes émeutes inter-communautaires en juillet 2013 et par une controverse intense lors des législatives de septembre 2013, avec l’annulation inexpliquée des résultats de plus de 180 bureaux de vote. Rappelons aussi que l’élection présidentielle de 2010 avait été marquée par des rumeurs sur l’empoisonnement de l’eau distribuée lors d’un rassemblement organisé à Conakry par le parti de l’actuel président, Alpha Condé, rumeurs qui avaient entrainé des violences en différents points du pays. L’idée que l’action politique peut passer par la maladie ou l’empoisonnement n’est donc pas nouvelle en Guinée.

Beaucoup de Guinéens ont d’ailleurs une vision très politique de l’épidémie d’Ebola. Du côté du pouvoir, on a prêté volontiers des sources politiques aux rumeurs, on a traqué les « réseaux malveillants », et on a accusé parfois explicitement des opposants. L’opposition a démenti toute implication. Certains de ses chefs ont participé à un clip de sensibilisation préparé par la télévision publique en octobre 2014, et la justice n’a jusqu’à présent pas confirmé l’implication de responsables de l’opposition dans les incidents. Mais certains ont été plus loin : un responsable local du RPG a ainsi publiquement dénoncé dans l’épidémie d’Ebola « un complot bactériologique contre la Guinée », « une manière de bloquer les grands projets du pays ».

Pour leur part, l’opposition et la presse qui en est proche affirment que les sensibilisations à Ebola ont permis au pouvoir de faire campagne, de dynamiser ses réseaux et de recruter et rémunérer ses jeunes militants avec l’argent des partenaires internationaux alors que les opposants étaient interdits de mobilisation pour des raisons sanitaires. L’opposition affirme que le pouvoir a obtenu de ses partenaires internationaux des ressources importantes, dons et annulation de dette, et soutient que ces ressources n’auraient pas été gérées dans la transparence. Tout ceci aide à comprendre pourquoi, dans un contexte si malsain, acteurs politiques et simples citoyens peuvent avoir le sentiment que quelque chose se cache derrière Ebola, que du pouvoir et de la richesse se nourrissent du malheur et de la mort. Les soupçons sont parfois très directs. En juin dernier, lors d’une rencontre de Crisis Group avec des responsables d’un parti d’opposition influent parmi la communauté soussou de Basse Côte, ces derniers s’étonnaient que l’épidémie, qui frappait alors fort en Basse Côte, touchait les villages soussou et pas les autres. Pour eux, c’était la conséquence logique d’une malveillance – celle du pouvoir en place.

Il faut enfin prendre en compte un effet de seuil. La brutalité fondatrice de l’épisode de Womey a alimenté aussi bien les rumeurs quant à la réalité d’Ebola et aux intentions de l’Etat que l’inquiétude des agents publics. Interventions sanitaires, enquêtes sur les contacts ou visites lors des décès suspects, se sont souvent déroulées sous protection policière. Il s’agit d’une solution pour le moins ambiguë, étant donné l’impunité quasi absolue dont bénéficient les forces de l’ordre, encore assez timidement remise en cause par le régime du président Condé, et l’habitude prise par la population de répondre par la violence aux violences policières.

Quelles leçons ?

Ebola n’a donc pas été seulement un problème sanitaire. De multiples dimensions politiques en ont compliqué la gestion, et elles compliqueront la gestion de menaces sanitaires futures. Si les autorités guinéennes veulent gagner la confiance des citoyens, elles doivent renforcer la transparence dans la gestion des fonds publics et lutter contre l’impunité, y compris quand des agents de l’Etat sont impliqués dans des violences. Elles ne doivent pas non plus perdre de vue l’autre urgence guinéenne : apaiser la sphère politique. Alors que les élections sont imminentes mais que le cadre en reste contesté, une collaboration de bonne foi entre l’opposition, le pouvoir et les partenaires internationaux sur les questions électorales est indispensable.

Subscribe to Crisis Group’s Email Updates

Receive the best source of conflict analysis right in your inbox.