Arrow Down Arrow Left Arrow Right Arrow Up Camera icon set icon set Ellipsis icon set Facebook Favorite Globe Hamburger List Mail Map Marker Map Microphone Minus PDF Play Print RSS Search Share Trash Crisiswatch Alerts and Trends Box - 1080/761 Copy Twitter Video Camera  copyview Youtube
Managing Mali’s elections: a short delay would pay long-term dividends
Managing Mali’s elections: a short delay would pay long-term dividends
A la frontière Niger-Mali, le nécessaire dialogue avec les hommes en armes
A la frontière Niger-Mali, le nécessaire dialogue avec les hommes en armes
Statement / Africa

Managing Mali’s elections: a short delay would pay long-term dividends

The recent agreement between the government and two rebel Tuareg groups is a positive step, but Mali’s politicians should now consider delaying presidential elections, the first round of which is currently scheduled for 28 July. This would allow authorities adequate time to prepare and ensure that those citizens who wish to vote can do so. The delay should be short – no more than three months – with timelines for outstanding tasks clearly defined. Pressing ahead within the existing timeline could lead to a chaotic and contested vote and a new president without the legitimacy essential for the country’s recovery. International partners should make it clear that setting the democratic bar too low is not a sustainable strategy, but rather one that would risk future instability the country can ill-afford.

In the last few days, interim President Dioncounda Traoré has received representatives from the main political parties to discuss the “Preliminary Agreement” his government signed last week in Ouagadougou with two principal armed groups in the north, the National Movement for the Liberation of Azawad and the High Council for the Unity of Azawad (known by their French acronyms MNLA and HCUA). The agreement should allow polls to be held across the country. It envisages the quick re-deployment of the Malian government and its security forces to Kidal, the northern-most region currently controlled by the Tuareg rebels but who have agreed to place their forces in a cantonment.

Exactly what the party representatives and president agreed during their consultations in Bamako is unclear, but they should now consider a short delay in presidential elections. Setting an ambitious date helped move along the Ouagadougou talks and accelerated steps toward elections. But despite the remarkable efforts of staff in the Ministry of the Territorial Administration – the entity responsible for organising elections – preparations for the vote still lag behind schedule. 

New ID cards have arrived in Bamako, and their delivery across the vast country will start soon, but deadlines are simply too tight for their distribution in all regions ahead of the polls. Experts fear that the majority of the 6.9 million registered voters would not receive their cards in time. They cannot vote without them, which could lead to frustration and possibly violence. Some of those that obtain cards may have moved since they registered and may lack time to request that their names be transferred, before voter lists are finalised. Prefects, the ministry staff overseeing elections in the districts, have barely returned to their offices in much of the north, further complicating preparations. Mali already has a troubled electoral history: in 2002 nearly one ballot out of four was cancelled; in 2007 some 40 per cent of voters did not receive their cards.

An election at the end of July, therefore, would likely be shambolic, with many eligible citizens protesting inability to cast ballots. The vote’s results would almost certainly be challenged. The leading candidates in the presidential election all believe today that they can win, even if the vote is disorderly – indeed some may feel they would benefit from a low turnout or one in which some regions have significantly higher participation than others. But in the aftermath of a flawed first round, losers would have plenty of ammunition to contest results. Little in Mali’s electoral history suggests the bodies responsible for resolving such disputes would be able to do so in a manner acceptable to all.

Specifically, a delay of no more than three months would give the Malian authorities time to:

  • complete the distribution of new ID cards to all registered voters;
  • re-deploy all district officers (prefects and sub-prefects) on a permanent basis and give them the necessary resources and time to restore security and prepare for the election;
  • extend the period for the internally displaced to provide their current location to the administrative committees in charge of establishing the final voter lists; and
  • complete special electoral lists for refugees in the camps in neighbouring countries and deter potential pressures and threats directed against them.

A short postponement would also give the national electoral commission (CENI), which has expressed reservations on the calendar, the necessary time to closely supervise the electoral process, its legally-mandated role. It would allow media and civil society organisations to better monitor the electoral campaign and preparations for the vote and play a key role in ensuring transparency – through accepted observation both at local voting stations and national tabulation centres – during the sensitive period of collation and publication of results, much as Senegalese civil society did during the 2012 presidential elections. Waiting until after the rainy season, which impedes movements and coincides with heavy farming activities, would also allow more voters in rural areas to cast their ballots. Finally, the Security Council confirmed only last Tuesday, 25 June, the deployment of the United Nations Stabilisation Mission in Mali (MINUSMA) as of 1 July, and a short postponement would give the mission enough time to:

  • provide the Malian authorities appropriate logistical and technical assistance and effective security arrangements as mandated by UN Security Council Resolution 2100; and
  • support the Malian authorities in anticipating sensitive immediate post-electoral challenges, including securing and conveying the polling stations’ official minutes; and deterring, or at least managing, any post-electoral violence.

The roots of Mali’s recent crisis run much deeper than flawed elections. Fixing its democracy, rebuilding its politics and military and reconciling its society will require more than a credible vote. But the presidential election is a vital first step, and it must be a step in the right direction. Mali’s politicians and international partners must do everything possible to prevent the problems of the past from resurfacing. Pressing ahead with the 28 July date would risk an election so technically deficient, and with such a low turnout, that it would fail to bestow sufficient legitimacy on the new president and could feed a new cycle of instability. Better a short delay for technical reasons – no more than what is strictly necessary and certainly no more than three months – that allows authorities to prepare properly and gives more Malians the opportunity to vote.

Dakar/Brussels

Op-Ed / Africa

A la frontière Niger-Mali, le nécessaire dialogue avec les hommes en armes

Originally published in Jeune Afrique

La stratégie qui privilégie une option militaire disproportionnée à la frontière entre le Niger et le Mali fait peser un risque sur la région : celui de créer un nouveau foyer d’insurrection. C'est le constat que dresse l’International Crisis Group, qui fait une série de recommandations.

Plus de cinq ans après le début de l’intervention militaire française au Mali, la lutte contre les groupes armés jihadistes agite toujours le Sahel. Non seulement les tensions s’étendent à de nouvelles zones, mais elles alimentent aussi de nouvelles violences en interférant avec des tensions intercommunautaires plus anciennes. C’est le cas, en particulier, à la frontière entre le Niger (régions de Tillabéri et Tahoua) et le Mali (région de Ménaka).

Dans un récent rapport, l’International Crisis Group (ICG) alerte ainsi le gouvernement du Niger, l’opération française Barkhane et leurs différents partenaires internationaux des risques liés à des interventions qui privilégient de manière disproportionnée les réponses militaires dans la zone.

Pour éviter qu’un nouveau foyer d’insurrection se développe au Sahel, le gouvernement nigérien et ses partenaires occidentaux devraient sortir du cadre restrictif de la lutte antiterroriste et subordonner l’action militaire à une approche plus politique, y compris en engageant un dialogue avec les insurgés de toute obédience.

Un « vivier d’hommes en armes »

Beaucoup de militants jihadistes ont rejoint depuis mai 2015 la branche locale de l’etat islamique dans le grand Sahara.

La situation sécuritaire dans la zone frontalière entre le Mali et le Niger s’est dégradée progressivement dans les deux dernières décennies. Les violences en zones rurales se sont aggravées à la frontière entre le Mali et le Niger sur fond de rivalités entre communautés pour le contrôle de l’espace et de difficulté des États à réguler les conflits locaux.

Dans le sillage des rébellions arabo-touareg des années 1990, la prolifération des armes de guerre a accru les niveaux de violence et graduellement changé la nature des conflits. Elle a notamment permis à une génération de jeunes hommes de vivre du métier des armes, en versant dans le banditisme ou en intégrant des milices communautaires pour défendre hommes et bétail ou négocier des prébendes avec l’État.

La crise malienne de 2012 a aggravé cette situation en amplifiant un peu plus encore la circulation des armes de guerre et en permettant à des groupes jihadistes de s’implanter. Ils ont attiré en particulier, mais pas exclusivement, de jeunes nomades dossaak et surtout peul, inquiets de voir d’autres communautés s’armer et s’organiser en groupes politico-militaires, à l’instar des Touareg avec le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA).

Les jihadistes sont parvenus à prendre pied dans la zone en fournissant des services aux communautés nomades, notamment une justice fondée sur la « Charia ». Dans le même temps, ils ont redirigé les griefs locaux contre les États centraux, accusés de partialité dans le traitement des conflits entre communautés nomades.

En 2016 et 2017, les militants jihadistes, dont beaucoup ont rejoint depuis mai 2015 la branche locale de l’Etat islamique dans le Grand Sahara (EIGS), ont multiplié les attaques contre les forces de sécurité nigériennes (FDS) dans la zone du Nord-Tillabéri, au Niger.

La tentation de collaborer avec des groupes politico-militaires

Les FDS et leurs partenaires occidentaux peinent à lutter contre un front insurrectionnel localisé dans la zone frontalière, capable de mobiliser rapidement des combattants, et d’échapper ensuite aux poursuites en se repliant du côté malien de la frontière. L’embuscade du 4 octobre 2017 à Tongo Tongo, au cours de laquelle quatre membres des forces spéciales américaines et quatre soldats nigériens ont été tués, l’a très bien illustré.

Le recours à ces groupes à des fins contre-insurrectionnelles renforce les tensions intercommunautaires.

Les autorités nigériennes déplorent l’incapacité de l’État malien à déployer des forces suffisantes dans une zone frontalière que les jihadistes utilisent comme base arrière. Pour pallier cette faiblesse, le gouvernement nigérien comme ses partenaires internationaux, en particulier la France, sont tentés de collaborer avec des groupes armés maliens qui connaissent bien le terrain, en l’occurrence le Mouvement pour le salut de l’Azawad (MSA), et le Groupe armé touareg imghad et alliés (Gatia), à majorité dossaak et touareg imghad respectivement.

Pourtant, en dépit de succès militaires à court terme, le recours à ces groupes à des fins contre-insurrectionnelles renforce les tensions intercommunautaires et menace d’embraser la région.

Ainsi, entre le 27 avril et le 18 mai, plus d’une centaine de civils auraient été tués lors d’attaques de campements dossaak et peul dans la zone frontalière. En effet, l’appui à certains groupes armés à base communautaire, comme le MSA et le Gatia, à des fins contre-insurrectionnelles ne s’effectue pas dans un espace vide d’enjeux politiques locaux mais sur fond de luttes pour le contrôle de territoires et de ressources. Les violences prennent une dimension communautaire dans une région où les groupes armés s’organisent sur la base des affinités ethniques.

Mais les raisons de prendre les armes sont multiples : la frontière entre le combattant jihadiste convaincu, le bandit armé et celui qui prend les armes pour défendre sa communauté est souvent floue. Or, faire l’économie de cette distinction conduit à ranger imprudemment dans la catégorie « jihadiste » des communautés entières ou, tout au moins, un vaste vivier d’hommes en armes que les autorités politiques et militaires du Niger, comme leurs partenaires français, gagneraient à traiter différemment.

Mettre les stratégies militaires au service d’une approche politique

Il est aujourd’hui nécessaire d’enrayer ce cycle inquiétant de violences, qui font le jeu des éléments les plus extrêmes. Aux réponses essentiellement militaires enfermées dans le cadre restrictif de la lutte antiterroriste, il faut substituer des initiatives politiques. Replacées au cœur des stratégies sécuritaires, celles-ci devront passer par un redéploiement des services publics adaptés aux populations nomades et une réforme de la carte administrative permettant une meilleure représentation des populations, en particulier des peul nomades.

Les autorités nigériennes devraient également privilégier le dialogue avec les hommes en arme, même avec les jihadistes, tant qu’ils n’ont pas commis de crime grave, et faire des offres de pardon ou d’insertion dans les forces de sécurité locale.

Négocier avec les insurgés n’est pas une voie aisée et les tentatives de dialogue se sont jusqu’ici avérées difficiles voire décevantes. Cependant, l’écrasement par la force seule de ces insurrections, option fort coûteuse en vies humaines, n’est pas réaliste dans une région où les violences à l’égard des civils renforcent le rejet de l’Etat et contribuent à l’enracinement des groupes jihadistes.

Dans ce contexte, les initiatives de dialogue mises en place par les autorités du Niger avec une partie des insurgés à la frontière ouest, ou celles ayant permis de démobiliser une partie des combattants de Boko Haram au Sud-Est du pays, apparaissent comme la seule piste raisonnable pour limiter l’extension des insurrections jihadistes.

Ces initiatives n’excluent pas le recours à l’outil militaire, elles en sont le complément. Elles replacent surtout les opérations antiterroristes dans une stratégie politique plus large qui requiert que les acteurs militaires, locaux comme occidentaux, acceptent de voir le tempo des opérations en partie dicté par les responsables politiques sahéliens.

Contributors

Deputy Project Director, West Africa
jhjezequel
Former Research Assistant, West Africa
cherbibhamza