icon caret Arrow Down Arrow Left Arrow Right Arrow Up Line Camera icon set icon set Ellipsis icon set Facebook Favorite Globe Hamburger List Mail Map Marker Map Microphone Minus PDF Play Print RSS Search Share Trash Crisiswatch Alerts and Trends Box - 1080/761 Copy Twitter Video Camera  copyview Whatsapp Youtube
Niger: Another Weak Link in the Sahel?
Niger: Another Weak Link in the Sahel?
Table of Contents
  1. Executive Summary
Covid-19 au Niger : réduire les tensions entre Etat et croyants pour mieux contenir le virus
Covid-19 au Niger : réduire les tensions entre Etat et croyants pour mieux contenir le virus
Report 208 / Africa

Niger: Another Weak Link in the Sahel?

Suicide attacks on military and mining targets, followed by a violent prison break in the capital, revealed Niger’s fragile stability in a crisis-ridden neighbourhood.

  • Share
  • Save
  • Print
  • Download PDF Full Report

Executive Summary

The 23 May 2013 twin suicide attacks targeting the Agadez army barracks and an Areva mining site in Arlit, and the 1 June violent prison break in Niamey, cast a shadow over Niger’s stability. In a deteriorating regional environment, President Mahamadou Issoufou and his Western allies have favoured a security strategy that has significant limitations, as elsewhere in the Sahel. An excessive focus on external threats can overshadow important internal dynamics, such as communal tensions, a democratic deficit and the growing marginalisation of poor, rural societies. Security spending looks likely to increase at the expense of social expenditure, carrying significant risks for a country that faces serious demographic and economic challenges. The possibility of a terrorist spillover from its neighbours is compounded by a fragile socio-economic and political environment.

Niger, a focus of outside interest mainly for its uranium and newfound oil reserves, has recently received renewed attention. For several years, Western countries have viewed the Sahel-Sahara region as a particularly dangerous zone, characterised by the rise of insecurity, political crises and poorly controlled flows of people, arms and other licit and illicit goods. The 2011 Libyan civil war, the 2012 Mali crisis and the recent intensification of military confrontations between government forces and Boko Haram in northern Nigeria all affect Niger. Ideas, weapons and combatants circulate across borders. However, surrounded by crisis-ridden neighbours, Niger appears contradictorily to be fragile and yet an island of stability. Its Western and regional allies seek to contain perceived growing threats, in particular from violent Islamist groups such al-Qaeda in the Islamic Maghreb (AQIM), Boko Haram and the Movement for Oneness and Jihad in West Africa (MUJAO).

Since 2011, Nigerien security forces have been on alert with the support of Western militaries that have been present in the country ever since. They also contribute to the UN Stabilisation Mission in Mali (MINUSMA), with a battalion deployed in the Gao region, close to Niger. The country has been included in security strategies that protect it, but over which it has little influence. Niger constitutes an important element of the French military operation in Mali; is pivotal to the European Union’s Strategy for Security and Development in the Sahel; and also accommodates a growing U.S. assistance and presence. Encouraged by its allies to upgrade its security apparatus, the government has also substantially increased its military expenditure. But such a security focus could lead to a reallocation of resources at the expense of already weak social sectors.

The security strategy pursued in the Sahel over the last decade has proven weak in neighbouring Mali. In Niger, it will be of little help to President Issoufou in establishing a bond of trust between the state and the people. The current regime, which took over after a transition from military rule in 2011, is still fragile. The president’s “Renaissance” program, a high-level platform of reforms on which he was elected, raised hopes but has yet to show tangible results. Social protests are already on the rise. This situation stirs political ambitions, and tensions surrounding the formation of the new national unity government in August 2013 revealed a fragile democracy. Moreover, as in the rest of the Sahel-Sahara region, the state and security apparatus are suspected of being infiltrated by transnational criminal networks. The risks are high when deep socio-economic distress is added to insufficient democratic consolidation.

However, these weaknesses should not obscure a more nuanced reality. In 2009, the attempt by then-President Mamadou Tandja to forcibly remain in power showed that some institutions and civil society are willing to fight to protect democracy. The military admittedly intervened in political life to stop Tandja, but returned to the barracks after a relatively short transition. These gains are certainly still weak. The historically influential military could intercede again in the event of an institutional deadlock. Corruption and impunity remain endemic, and some civil society representatives have been co-opted by the ruling elites. As in Mali, frustration over democratic shortcomings feeds the expansion of an Islamic civil society that is particularly vocal in its criticism; it can represent either a radical, potentially violent protest movement or a peaceful attempt to “re-moralise” public life.

Finally, the Tuareg issue has not been fully resolved in Niger, though it appears better managed than in neighbouring Mali. Far from being homogeneous, Tuareg society is divided along generation, clan and social fault lines; some elites are well integrated into the administration and have little reason to turn against the state, while others raise the spectre of a resurgent conflict, out of conviction or to defend their privileged position as middlemen. The population has grown tired of rebellions that have failed to keep their promises, but many youths from the north have few alternatives to trafficking and armed activities.

Rather than a security state, the people of Niger need a government that provides services, an economy that creates employment, as well as the rule of law and a reinforced democratic system. President Issoufou should keep the initial focus of his agenda on these goals and recognise that national security and stability depend at least as much on those issues as on narrow counter-terrorism military responses.

Dakar/Brussels, 19 September 2013

Prime Minister of Niger, Brigi Rafini (C), wearing a protective mask, visits a unit at the Seyni Kountche stadium in Niamey, Niger, on April 17, 2020, during the novel coronavirus COVID-19 outbreak's lockdown. Nicolas Réméné / AFP
Commentary / Africa

Covid-19 au Niger : réduire les tensions entre Etat et croyants pour mieux contenir le virus

Au Niger, alors que le ramadan va débuter dans la soirée du 23 avril, les tensions autour de la fermeture des mosquées dans le contexte de la pandémie de Covid-19 s’accentuent. Le gouvernement devrait autoriser la réouverture des mosquées en la conditionnant au respect strict des règles sanitaires préconisées par l’OMS.

Au Niger, le gouvernement continue de lutter contre le virus Covid-19 mais certaines mesures prises pour contenir sa propagation suscitent le mécontentement voire le rejet d’une frange de la population. Alors que les Nigériens semblent s’accommoder de la plupart des restrictions, celles liées à la fermeture des mosquées et à la suspension des prières collectives, au nom des règles de distanciation sociale, alimentent une contestation de plus en plus importante. Dans ce pays où 98 pour cent de la population est de confession musulmane, de violentes manifestations ont eu lieu dans plusieurs localités pour dénoncer ces mesures que certains jugent contraires à la doctrine islamique. Alors que le début du mois de ramadan (prévu pour le 23 avril) approche, le risque que ces contestations s’intensifient et se propagent est très élevé. Les jihadistes pourraient également se servir de la fermeture des mosquées pour discréditer davantage un Etat qu’ils décrivent comme hostile à l’islam.

Alors que le début du mois de ramadan approche, le risque que ces contestations s’intensifient et se propagent est très élevé.

Afin de réduire ces risques, le gouvernement devrait autoriser la réouverture des mosquées en la conditionnant au respect des règles sanitaires préconisées par l’Organisation mondiale de la santé dans le contexte du ramadan, notamment à l’intérieur des lieux de prières. Plus largement, le gouvernement devrait renforcer ses efforts de concertation pour associer les lieux de culte, mais aussi les principales organisations islamiques de la société civile à la lutte contre le Covid-19 plutôt que de risquer d’en faire des foyers de résistance.

Les mesures contre le virus

Près d’un mois après l’enregistrement de son premier cas de contamination, le Niger compte officiellement 662 personnes testées positives au 23 avril– dont vingt-deux sont décédées –, ce qui en fait le pays du Sahel le plus affecté par la pandémie et le huitième d’Afrique sub-saharienne.[fn]L’exactitude des données sur le nombre de personnes infectées fait débat. Les chiffres relativement bas enregistrés en Afrique sub-saharienne – comparés à l’expérience asiatique, européenne et américaine – peuvent s’expliquer aussi bien par la plus faible progression du virus, la meilleure résistance d’une population plus jeune mais aussi, et ce serait plus inquiétant, par la très faible capacité de tests dans la plupart de ces pays. Par exemple, depuis le début de la crise, le Niger a effectué moins de 3000 tests au total (contre plus de 60 000 au Ghana), ciblant principalement des personnes qui présentent de sérieux symptômes ou qui sont entrées en contact avec des individus contaminés.Hide Footnote  A l’instar d’autres pays du monde, le gouvernement a pris des mesures inédites afin de faire face à la pandémie. Dès le 17 mars, deux jours avant la confirmation du premier cas, le gouvernement a décrété une série de dix mesures visant à lutter contre le virus, dont notamment : fermeture des frontières, des écoles, des lieux de loisir ; interdiction des rassemblements ; et obligation de distanciation sociale. Deux jours plus tard, et à l’issue de longues discussions, le gouvernement a amené le Conseil islamique du Niger, élargi à d’autres associations islamiques, ainsi que les Eglises chrétiennes, à décider la suspension de la fréquentation des lieux du culte, invitant les fidèles à prier chez eux. Pour les musulmans, ces mesures impliquent l’interdiction des prières collectives dans les mosquées, y compris les cinq prières quotidiennes et la grande prière hebdomadaire du vendredi.

Cette mesure de restriction n’est pas l’apanage du Niger. A travers le monde musulman, les autorités de plusieurs pays ont conclu qu’il serait impossible de lutter efficacement contre la pandémie si des millions de croyants continuaient à fréquenter les mosquées selon les coutumes habituelles. En effet, lors des prières collectives, les fidèles sont tenus de se rapprocher les uns des autres et de serrer les rangs. La décision des autorités nigériennes de restreindre les rassemblements dans les mosquées n’est donc pas singulière. D’autres pays à large majorité musulmane dans la région comme le Sénégal, la Mauritanie et le Tchad ont pris des décisions similaires. De leur côté, les autorités saoudiennes ont fermé les deux mosquées les plus saintes de l’islam.

Prier à tout prix

Certains ont interprété la décision de suspendre les prières collectives comme une intrusion inacceptable des autorités dans la pratique de leur foi.

Inédites dans l’histoire du Niger, les mesures de lutte contre le Covid-19 sont éprouvantes pour de nombreuses personnes, notamment parce qu’elles ralentissent les activités économiques, provoquent une hausse des prix, et obligent les populations à changer leurs habitudes sociales. Pourtant, alors que le pays est le plus pauvre au monde en termes d’indice de développement humain (IDH 2019), ce n’est ni la réduction des revenus ni l’inflation qui semble catalyser les mécontentements, mais plutôt l’interdiction des prières collectives. Les cinq prières quotidiennes et la prière hebdomadaire du vendredi sont perçues par nombre de musulmans comme un aspect fondamental de leur foi, et les effectuer dans une mosquée comme une obligation religieuse. Certains ont interprété la décision de suspendre les prières collectives comme une intrusion inacceptable des autorités dans la pratique de leur foi. Sur les réseaux sociaux, beaucoup de Nigériens doutent également de la sincérité des autorités dans cette lutte contre le Covid-19, y voyant soit un complot ourdi par l’Occident, soit un moyen pour l’Etat de soutirer des fonds auprès de la communauté internationale.[fn]Des enregistrements audio et vidéo circulent sur les réseaux sociaux (notamment Whatsapp), mettant en doute soit l’existence de la maladie au Niger, soit le nombre de personnes déclarées positives. Les autorités ont fortement mis en garde contre la diffusion de fausses informations. Un agent de santé a été arrêté récemment pour avoir émis des doutes sur la sincérité des autorités dans la lutte contre l’épidémie. Enregistrements audios et vidéos en possession de Crisis Group.Hide Footnote

Si le Conseil islamique du Niger – censé représenter les principales autorités musulmanes du pays – soutient les décisions gouvernementales, de nombreux fidèles s’y opposent et tentent de défier les autorités en continuant d’organiser des prières collectives. Dans les zones rurales où l’Etat dispose d’une capacité moindre pour imposer ces mesures, de nombreuses mosquées sont restées ouvertes et les prières se poursuivent presque normalement. Dans les grandes villes, certains fidèles continuent de braver l’interdiction en tentant de rouvrir leur mosquée ou en se donnant rendez-vous dans des endroits de fortune, notamment dans les banlieues.

En réponse, le gouvernement a sévi contre les contrevenants, arrêtant les imams qui dirigent ces prières ou dispersant les fidèles qui y prennent part. Cette répression a provoqué des échauffourées entre fidèles et forces de l’ordre. Depuis la fin du mois de mars, des altercations se produisent régulièrement chaque vendredi dans des localités différentes à travers le pays, comme à Mirriah dans la région de Zinder, Tessaoua dans la région de Maradi et Illéla dans la région de Tahoua.[fn]Ces violences n’épargnent pas les bastions politiques du parti au pouvoir. A Illéla, chef-lieu du département natal du président Issoufou et fief du parti au pouvoir, le PNDS-Tarayya, une violente contestation a eu lieu lorsque la police a essayé d’arrêter un imam ayant dirigé une prière collective, le 3 avril 2020. Les images de ces manifestations ont été largement relayées sur les réseaux sociaux. Des sources locales contactées par Crisis Group ont confirmé le déroulement de ces évènements.Hide Footnote  A Niamey, la capitale du Niger, de sérieuses violences ont éclaté le vendredi 17 avril dans plusieurs quartiers suite à l’intervention des forces de l’ordre pour empêcher la tenue de la prière de vendredi. Ces incidents ont provoqué le blocage de plusieurs voies publiques et la destruction de propriétés publiques et privées. Le même jour à Sarkin Haoussa, une localité dans le département de Mayahi, région de Maradi, des manifestants contre l’intervention des forces de l’ordre cherchant à les empêcher de prier, ont saccagé les locaux de l’école primaire du village, le bâtiment de la mairie, et autres symboles de l’Etat dans le village, y compris du matériel d’enrôlement électoral.

Ces émeutes rappellent les grands épisodes de violences à dimension religieuse qui ont secoué le Niger ces dernières années. Elles témoignent du caractère éclaté de la société civile islamique du pays et de la difficulté des autorités politiques à la contrôler. En janvier 2015, à la suite des attentats qui ont ciblé le magazine Charlie Hebdo à Paris, et en réaction à une interview du président Mahamadou Issoufou dans laquelle il exprimait sa sympathie à l’égard des victimes de ces attaques, des manifestations meurtrières avaient éclaté, notamment à Zinder et Niamey, provoquant la mort d’au moins dix personnes et la destruction de plusieurs églises. Plus récemment, en juin 2019, l’adoption d’une loi destinée à réglementer le domaine du culte a généré de violentes émeutes dans la ville de Maradi (capitale économique du Niger, située à près de 600 km à l’est de Niamey). Ces épisodes témoignent d’une tendance chez les activistes à recourir aux manifestations souvent violentes pour exprimer leurs griefs vis-à-vis de l’Etat quand celui-ci empiète sur ce qui est considéré comme la sphère religieuse.

Argument pour les jihadistes

Au-delà de leur impopularité aux yeux d’une frange de la population, les mesures d’interdiction des prières pourraient servir la rhétorique des jihadistes contre l’Etat. La fermeture abrupte des mosquées et l’interdiction des prières collectives peuvent renforcer la perception d’un Etat sinon opposé à l’islam du moins peu soucieux de le respecter. A la frontière entre le Burkina Faso et le Niger, des jihadistes probablement affiliés à l’Etat islamique auraient interdit aux villageois de respecter les mesures de lutte contre le Covid-19, en particulier l’interdiction des prières collectives.[fn]Selon un ressortissant de Bankilaré, au nord-ouest de la région de Tillabéry, les jihadistes ont l’habitude de venir dire aux gens de ne pas obéir au gouvernement. Quand les mesures anti-Covid-19 ont été annoncées, ils sont revenus dire aux populations de continuer à faire leurs prières dans les mosquées. Entretien téléphonique, avril 2020.Hide Footnote  Des sources locales contactées par Crisis Group ont indiqué que plusieurs imams et chefs coutumiers des villages frontaliers avec le Burkina Faso où les jihadistes ont une forte présence se seraient refugiés dans la ville de Téra au nord-ouest de la région de Tillabéry par peur d’être pris en étau entre la pression des autorités et les représailles des jihadistes.[fn]Des sources locales contactées par Crisis Group ont cité plusieurs villages dont l’imam et/ou le chef coutumier sont partis. Il s’agit notamment des villages de Djagourou, Bangarey, Kalbaran, Lourgou, Boupo, Yelo Hamidou, et Dalafé.Hide Footnote

Par ailleurs, dans un enregistrement audio attribué au leader du mouvement Boko Haram au Nigéria, dont les ramifications s’étendent au sud-est du Niger, Aboubacar Shekau se démarque des dirigeants de la sous-région et critique les mesures prises contre le virus : « Nous sommes ici, nous continuons de prier ensemble les cinq prières quotidiennes et la prière de vendredi… Être en mesure de faire cela dans le contexte du monde actuel… [fait partie] des acquis pour lesquels nous remercions Dieu. »[fn]Voir « Message de la Peste Corona-Virus » par l’imam de Ahlus Sunnah, Abi Bakr Shekau, diffusé sur les réseaux sociaux, avril 2020.Hide Footnote

Rouvrir les mosquées

Non seulement les mesures des autorités nigériennes génèrent des protestations violentes, mais leur efficacité reste à prouver, tant de nombreux croyants les contournent pour prier collectivement, en ville comme dans les campagnes. Les autorités devraient prendre la mesure des dangers que pose la fermeture brutale des mosquées sur la stabilité du pays. Elles ne devraient pas pour autant céder sous la pression de la rue et rouvrir l’ensemble des lieux de culte en renonçant à y faire appliquer toute mesure de protection. En assumant leur responsabilité en matière de santé publique, elles devraient plutôt envisager d’assouplir leur politique concernant les lieux de culte.

Les autorités pourraient par exemple autoriser l’ouverture des mosquées en conditionnant celle-ci au respect par les fidèles des règles sanitaires strictes adaptées à la lutte contre le Covid-19. Elles pourraient s’inspirer des recommandations récemment émises par l’Organisation mondiale de la santé – notamment en matière de distanciation sociale et d’hygiène dans les lieux de culte pendant la période du ramadan. Pour éviter d’alimenter des rivalités sectaires entre différents courants religieux, les autorités devraient être transparentes dans la définition des critères permettant la réouverture des mosquées.

Le gouvernement a intérêt à agir vite. Alors qu’approche le mois de ramadan – habituellement un moment d’intense activité religieuse, dont une bonne partie se pratique dans les mosquées – les épisodes de contestations jusque-là localisés risquent de prendre plus d’ampleur. Sur les réseaux sociaux, des marabouts et des citoyens ont déjà commencé à hausser le ton, demandant au gouvernement d’alléger les mesures en prélude au mois saint.[fn]Crisis Group est en possession de plusieurs messages audio et vidéo des marabouts appelant à l’ouverture des mosquées pour le mois de ramadan. Dans une vidéo disponible sur Youtube, des Nigériens se prononcent largement en faveur de la réouverture des mosquées à cause du mois du ramadan. Voir « COVID-19 Niger Fermeture Mosquée pendant Ramadan », NiameyInfo, 20 avril 2020.Hide Footnote

Comme le suggère l’exemple d’épidémies récentes comme celle du virus Ebola, le combat sanitaire peut être gravement affaibli lorsque l’Etat impose des mesures sans explications suffisantes, sans concertation préalable avec les populations affectées, et sans pragmatisme. Tirant parti des expériences sous-régionales, les autorités nigériennes, qui savent par ailleurs maîtriser l’art de la concertation quand elles le souhaitent, devraient redoubler d’efforts pour gagner le soutien populaire dans la lutte contre le Covid-19. Dans ce cadre, les mosquées ne devraient pas devenir des lieux de résistance aux politiques de santé publique mais, au contraire, servir de points d’appui pour informer sur les mesures sanitaires adéquates et mieux diffuser les messages clés de prévention et de sauvegarde.

Le premier réflexe gouvernemental, justifiable, a été d’imposer des mesures très restrictives. Mais celles-ci seront nécessairement difficiles à maintenir si l’épidémie s’inscrit dans la durée ou si elles suscitent des résistances populaires farouches. L’Etat nigérien gagnerait à adopter une approche plus concertée et mieux à même de gagner la confiance de ses citoyens, associant pleinement les organisations de la société civile et visant à faire reposer l’efficacité des mesures de prévention sur la force de l’adhésion populaire.