icon caret Arrow Down Arrow Left Arrow Right Arrow Up Line Camera icon set icon set Ellipsis icon set Facebook Favorite Globe Hamburger List Mail Map Marker Map Microphone Minus PDF Play Print RSS Search Share Trash Crisiswatch Alerts and Trends Box - 1080/761 Copy Twitter Video Camera  copyview Youtube
Northern Nigeria: Background to Conflict
Northern Nigeria: Background to Conflict
Table of Contents
  1. Executive Summary
Grossesses et mariages précoces : la face cachée de la guerre contre Boko Haram au Cameroun
Grossesses et mariages précoces : la face cachée de la guerre contre Boko Haram au Cameroun
Report 168 / Africa

Northern Nigeria: Background to Conflict

Nigeria’s far north is not the hot bed of Islamic extremists some in the West fear, but it needs reinforced community-level peacebuilding, a more subtle security response, and improved management of public resources lest lingering tensions lead to new violence.

Executive Summary

Violence in northern Nigeria has flared up periodically over the last 30 years. Mainly in the form of urban riots, it has pitted Muslims against Christians and has seen confrontations between different Islamic sects. Although there have been some successes in conflict management in the last decade, the 2009 and 2010 troubles in Bauchi, Borno and Yobe states involving the radical Boko Haram sect show that violence still may flare up at any moment. If the situation were to deteriorate significantly, especially on Christian-Muslim lines, it could have serious repercussions for national cohesion in the build up to national elections in April 2011. To deal with the risks, community-level initiatives need to be reinforced, a more subtle security response should be formulated and the management of public resources must be improved. While some in the West panic at what they see as growing Islamic radicalism in the region, the roots of the problem are more complex and lie in Nigeria’s history and contemporary politics.

The far north, if taken to comprise the twelve states that reintroduced Sharia (Islamic law) for criminal cases at the beginning of the century, is home to 53 million people. The large majority are Muslim, but there is a substantial Christian minority, both indigenous to the area and the product of migration from the south of the country. The Sokoto Caliphate, formed in 1804-1808, is a reference point for many in the region. As West Africa’s most powerful pre-colonial state, it is a source of great pride. But for some, its defeat by the British in 1903 and subsequent dealings with colonial and post-colonial states mean the caliphate is tarnished with the corrupting influence of secular political power. The impact of colonial rule was paradoxical. While policies of indirect rule allowed traditional authorities, principally the Sultan of Sokoto, to continue to expand their power, that power was also circumscribed by the British.

In the first decades of independence, which were marked by frequent violent conflict between the regions for control of state resources, the north saw the military as a route to power and influence. But following the disastrous rule of northern General Sani Abacha (1993-1998), the return to democracy in 1999 was viewed as a chance for the north to seek political and moral renewal. This lead to the reintroduction of Sharia in twelve states between 1999 and 2002, although only two have applied it seriously. Sharia caused controversy over its compatibility with international human rights standards and the constitution and regarding the position of Christians in those states. It also exacerbated recurrent conflicts between Muslims and Christians. But it was supported by many Muslims, and some Christians, who had lost faith in secular law enforcement authorities, and it also stimulated much open and democratic debate over the rule of law. Tensions over the issue have declined in recent years.

Debates among Muslims in the region tend to divide those who respect the established religious and secular authorities and their two-century-old Sufi heritage from those who take a “reformist” view. The latter cover a very wide range of opinion, from Salafist-type anti-Sufism to Iranian-inspired Shiite movements, and combine anger at the establishment’s corruption with a promise of a more individualistic religious experience. Typically, some end up being co-opted by both religious and secular authorities, largely due to the latter’s control over public resources. But others maintain a hostile or rejectionist stance that in some isolated cases turns into violent rejection of public authority. As in the south, religion provides a sense of community and security and is increasingly public and political. In combination with more polarised communal politics, this has led to clashes over doctrine and political and spiritual authority.

Violent conflict, whether riots or fighting between insurrectional groups and the police, tends to occur at specific flashpoints. Examples are the cities of Kaduna and Zaria, whose populations are religiously and ethnically very mixed, and the very poor states of the far north east, where anti-establishment groups have emerged. Many factors fuelling these conflicts are common across Nigeria: in particular, the political manipulation of religion and ethnicity and disputes between supposed local groups and “settlers” over distribution of public resources. The failure of the state to assure public order, to contribute to dispute settlement and to implement post-conflict peacebuilding measures is also a factor. Economic decline and absence of employment opportunities, especially as inequality grows, likewise drives conflict. As elsewhere in Nigeria, the north suffers from a potent mix of economic malaise and contentious, community-based distribution of public resources.

But there is also a specifically northern element. A thread of rejectionist thinking runs through northern Nigerian history, according to which collaboration with secular authorities is illegitimate. While calls for an “Islamic state” in Nigeria should not be taken too seriously, despite media hyperbole, they do demonstrate that many in the far north express political and social dissatisfaction through greater adherence to Islam and increasingly look to the religious canon for solutions to multiple problems in their lives.

Much local-level conflict prevention and resolution does occur. For a vast region beset with social and economic problems, the absence of widespread conflict is as notable as the pockets of violence. Some state authorities have done good work on community relations, but the record is uneven. At the federal level, clumsy and heavy-handed security responses are likely to exacerbate conflicts in the future. More fundamentally, preventing and resolving conflict in the far north will require far better management of public resources, an end to their distribution according to ethnic identity and job-creating economic revival.

Northern Nigeria is little understood by those in the south, still less by the international community. Too often it is viewed as part of bigger rivalries in a putative West-Islam divide. All – from Iran to Christian evangelical preachers – need to be more careful of what they say and whom they support. Officials in the West need to put some of their fears about radical Islam into a much more Nigerian perspective. Reformist movements – highly diverse and fragmented – have contributed in many positive ways to debates over governance, corruption and rule of law. While some harbour real hostility to the West, for others criticising the U.S. is really a way of expressing frustration with Nigeria’s secular state and its multiple problems.

Dakar/Brussels, 20 December 2010

Op-Ed / Africa

Grossesses et mariages précoces : la face cachée de la guerre contre Boko Haram au Cameroun

Originally published in Le Monde

Dans la région camerounaise de l’Extrême-Nord, les forces de défense et de sécurité affrontent depuis 2014 le mouvement djihadiste Boko Haram, apparu au Nigeria. Au moins 1 900 civils et 200 militaires ont été tués par Boko Haram, et l’Extrême-Nord compte aujourd’hui 240 000 déplacés internes. Mais ce sinistre état des lieux ne dit rien des problèmes sociaux liés au conflit, en particulier des grossesses adolescentes, des mariages d’enfants et de la situation des enfants victimes de Boko Haram.

A l’occasion de travaux de recherche à Maroua, Mokolo, Mora et Kousseri, en février et mars, portant sur les comités de vigilance et les combattants de Boko Haram qui se sont rendus, International Crisis Group (ICG) a pu approfondir son analyse de ces aspects généralement méconnus du conflit, auxquels le gouvernement camerounais comme les donateurs internationaux devraient porter une plus grande attention.

Des militaires en position de force

Avant le conflit, l’Extrême-Nord était déjà l’une des régions comptant le pourcentage le plus élevé de grossesses adolescentes et de mariages d’enfants. Selon le Fonds des Nations unies pour la population (Fnuap), en 2011, parmi les jeunes filles âgées de 20 à 24 ans, 12,5 % avaient eu un premier enfant avant l’âge de 15 ans (contre 6,4 % à l’échelle nationale) et 47,2 % avant 18 ans (contre 29,9 %).

S’agissant des mariages d’enfants, selon le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), en 2013, 31,9 % des jeunes filles de l’Extrême-Nord étaient mariées avant l’âge de 15 ans (contre 13,4 % à l’échelle nationale) et 67,7 % avant 18 ans (contre 38,4 %). Depuis 2014, ces deux tendances s’accentuent dans la région alors qu’elles reculent dans le reste du pays.

En raison du conflit, les militaires sont parfois les seuls jeunes hommes présents dans certaines localités, ceux originaires de la zone ayant rejoint Boko Haram, ayant été tués ou étant partis pour gagner leur vie, se mettre en sécurité ou échapper aux recrutements forcés de Boko Haram et aux soupçons des forces de sécurité. Disposant du pouvoir et de ressources financières dans un contexte de forte précarité, les militaires sont en position de force vis-à-vis des jeunes filles. Dès lors, il n’est pas toujours aisé de déterminer si les relations sexuelles sont consenties. Mais des cas de viol sont avérés.

Dans le climat qui a prévalu de 2014 à 2017, entre suspicions et délations, certaines jeunes filles ont cherché des partenaires militaires pour protéger leurs familles. Des soldats ont par ailleurs imposé des relations sexuelles à des jeunes filles en les menaçant d’accuser des membres de leur famille d’appartenir à Boko Haram. Ces jeunes filles de l’Extrême-Nord ne sont évidemment pas tombées enceintes que de militaires, mais aussi de civils, voire de membres de Boko Haram.

Dans le village de Salack, où se situe le quartier général pour la région du Bataillon d’intervention rapide, 263 grossesses adolescentes ont été recensées en 2017, selon une étude de la Mission catholique qui n’a pas été rendue publique. Ce serait trois fois plus qu’avant le conflit. Le pourcentage de mariages d’enfants augmente aussi, car la précarité et la raréfaction des ressources sont telles que de nombreuses familles poussent leurs jeunes filles à se marier le plus tôt possible. D’autres jeunes femmes se prostituent.

Plus généralement, il faut s’interroger sur les nouvelles formes de parentalité et leurs conséquences dans la région. Ainsi, les familles monoparentales et les femmes chefs de ménages sont désormais nombreuses dans certaines localités, ainsi que parmi les communautés de déplacés, car les hommes ont souvent été plus ciblés que les femmes lors des attaques de Boko Haram.

Enfants soldats, orphelins et blessés

Le conflit avec Boko Haram a touché les enfants de diverses manières. L’Extrême-Nord compte aujourd’hui des milliers d’enfants soldats, d’orphelins ou d’enfants blessés dans des attentats perpétrés par le mouvement djihadiste. Mais peu de moyens sont alloués à leur prise en charge, qui n’est pas une priorité des pouvoirs publics et des ONG. Ainsi, l’Institution camerounaise de l’enfance (ICE) manque cruellement de moyens et de soutiens. Depuis 2015, cet organisme basé à Maroua et rattaché au ministère des affaires sociales est l’une des rares structures à suivre des enfants victimes de Boko Haram ainsi que des mineurs détenus en raison de leurs liens avec le mouvement.

Parmi les enfants pris en charge par l’ICE, ceux ayant appartenu ou collaboré avec Boko Haram sont pour la plupart des jeunes garçons et venant des villes frontalières les plus touchées par le conflit que sont Kolofata, Banki, Amchidé, Fotokol et Goulfey. Ils sont très majoritairement camerounais. Leur âge varie de 4 et 18 ans, mais la plupart ont entre 13 et 16 ans. Au sein de Boko Haram, la plupart étaient chargés de diverses corvées (puiser de l’eau, cultiver la terre, porter des messages et acheter des choses), mais certains officiaient comme guetteurs ou espions. Un tiers d’entre eux étaient des combattants. Certains ont suivi leurs parents quand ces derniers ont rejoint Boko Haram, d’autres ont été enlevés.

Le Cameroun fait face dans l’Extrême-Nord à l’un des défis sécuritaires les plus importants de sa jeune histoire.

La plupart des enfants ont été amenés à l’ICE par l’armée. Certains présentaient des signes de « radicalisation », selon les responsables de l’institution : ils refusaient de serrer la main des femmes ou de jouer avec des non-musulmans. Pour les « déradicaliser », l’ICE a fait appel à un imam et associé dialogues éducatifs, activités de groupe et animations socioculturelles. Les pensionnaires sont pris en charge dans l’enceinte de l’ICE et le site n’est pas clos. Selon le directeur, « la clôture est psychologique. Les enfants sortent et reviennent, ils ne vont pas loin. Un imam intervient chaque semaine pour des entretiens individuels et collectifs avec ceux qui sont radicalisés. Nous leur offrons aussi des jeux de rôle, des sketchs, des jeux de société et nous observons leurs attitudes ».

Les pensionnaires de l’ICE restent en moyenne un an, voire deux pour quelques-uns, surtout des Nigérians, Nigériens, Tchadiens et Centrafricains, en raison des difficultés à identifier leurs parents. En trois ans, l’ICE est parvenu à réinsérer 275 enfants enrôlés comme membres ou collaborateurs de Boko Haram dans leur famille d’origine. En mars, seuls douze enfants étaient encore pensionnaires à l’ICE, leurs familles n’ayant pu être identifiées. L’un des enfants recueillis par l’institution, un ex-combattant surnommé « Général » et décrit par les responsables de l’ICE comme « radicalisé », s’est échappé en août 2017.

Petite délinquance et criminalité

Avec seulement cinq employés et un budget annuel de moins de 100 millions de francs CFA (moins de 150 000 euros), l’ICE a des ressources très limitées, d’autant qu’elle s’occupe aussi de la réinsertion dans des familles de mineurs libérés de la prison de Maroua. Aucun psychologue professionnel ne suit les pensionnaires, et le personnel de l’ICE doit de facto assumer ce rôle. Ainsi, en lieu et place d’un programme de scolarisation, l’ICE a initié un programme d’alphabétisation. Selon le directeur, « certains enfants parviennent à dire des phrases en français après un an », ce qui représente un progrès dans cette région, la plus pauvre du Cameroun et celle où le taux de scolarisation est le plus faible.

Occasionnellement, l’ICE obtient un soutien du Comité international de la Croix-Rouge, du Fnuap, du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) et d’associations locales comme l’Association pour la protection des enfants éloignés de leurs familles (Apeef). Mais ces soutiens sont plutôt modestes et se limitent parfois à des formations pour son personnel.

A cause de ce manque de moyens, l’ICE a récemment renoncé à prendre à charge des enfants enlevés par Boko Haram ou nés en captivité qui faisaient partie d’un groupe de 410 anciens captifs arrivés dans le département du Mayo-Tsanaga en 2017. Par ailleurs, certains des mineurs réinsérés dans leurs familles retombent dans la petite délinquance et la criminalité, car les réinsertions ne s’accompagnent pas d’un véritable suivi ou d’une aide matérielle pour favoriser la scolarisation et l’insertion économique des anciens pensionnaires.

Pour leur réinsertion économique, les pensionnaires privilégient les métiers de la menuiserie, de la mécanique et de la couture, qu’ils pratiquaient parfois déjà au sein de Boko Haram. Ces métiers se trouvent aussi être les plus prisés par les anciens membres combattants adultes de Boko Haram. Ils sont réticents à opter pour le commerce, car les échanges commerciaux avec le Nigeria – principal débouché des produits de l’Extrême-Nord – restent fortement perturbés.

Ouvrir une enquête sur les cas de viols

Le Cameroun fait face dans l’Extrême-Nord à l’un des défis sécuritaires les plus importants de sa jeune histoire. Les difficultés économiques persistantes et même les questions du développement et de la réforme de la gouvernance locale ne doivent pas masquer des problèmes sociaux importants qui découlent du conflit avec Boko Haram.

Le gouvernement et les donateurs prennent actuellement conscience de la nécessité de financer la démobilisation et la réinsertion des membres de Boko Haram ainsi que d’une partie des membres des comités de vigilance, car cela permettrait d’accélérer les redditions des combattants camerounais et d’empêcher un possible basculement de certains comités de vigilance dans le banditisme et divers réseaux criminels après le conflit.

Dans la même perspective, ils devraient renforcer leur aide à la réinsertion socio-éducative et économique des enfants victimes de Boko Haram, dans le cadre d’une politique cohérente, et leur soutien aux familles monoparentales. Le ministère de la défense devrait également ouvrir une enquête sur tous les cas de viols ou abus sur mineurs commis par les militaires et sanctionner les auteurs le cas échéant. Il devrait enfin incorporer au règlement intérieur de l’armée et de la police des dispositions encadrant les relations sexuelles entre forces de sécurité et populations dans les zones de conflit.