icon caret Arrow Down Arrow Left Arrow Right Arrow Up Line Camera icon set icon set Ellipsis icon set Facebook Favorite Globe Hamburger List Mail Map Marker Map Microphone Minus PDF Play Print RSS Search Share Trash Crisiswatch Alerts and Trends Box - 1080/761 Copy Twitter Video Camera  copyview Youtube
La crise centrafricaine : de la prédation à la stabilisation
La crise centrafricaine : de la prédation à la stabilisation
In the Central African Republic, Peace Requires More Than a Bigger U.N. Force
In the Central African Republic, Peace Requires More Than a Bigger U.N. Force
Report 219 / Africa

La crise centrafricaine : de la prédation à la stabilisation

Pour stabiliser la République centrafricaine (RCA), le gouvernement de transition et ses partenaires internationaux doivent compléter l’approche sécuritaire par la relance de l’économie productive et la lutte contre la corruption et les trafics.

  • Share
  • Save
  • Print
  • Download PDF Full Report

Synthèse

La crise actuelle en République centrafricaine, qui a débuté en décembre 2012, marque la désagrégation de l’Etat, conséquence de la double prédation des autorités et des groupes armés. La Seleka a amplifié et porté à son paroxysme la mauvaise gouvernance des régimes précédents. Ses dirigeants ont pillé ce qui restait de l’Etat et fait main basse sur l’économie illicite du pays. Afin de rompre avec le cycle des crises qui caractérise la Centrafrique et de favoriser l’émergence d’un Etat fonctionnel capable de protéger ses citoyens, il est impératif de rendre l’intervention internationale plus efficace en y adjoignant comme priorités, en plus de la sécurité, la relance de l’éco­nomie productive et la lutte contre la corruption et les trafics. Seul un partenariat étroit entre le gouvernement de transition, les Nations unies et le groupe des internationaux impliqués dans cette crise (G5) permettra de relever ce défi. Ce partenariat doit notamment comprendre l’affectation de conseillers techniques étrangers au sein des ministères clés.

Le bref passage de la Seleka au pouvoir, entre mars et décembre 2013, a été marqué par une gouvernance en trompe l’œil. Affichant publiquement de bonnes intentions, le régime n’a cessé de commettre des exactions. En digne héritière des régimes précédents, la Seleka s’est adonnée au banditisme d’Etat en vidant le Trésor public et en commettant de nombreux abus de pouvoir pour s’enrichir indûment. Elle s’est également efforcée de faire main basse sur les réseaux de trafic les plus lucratifs (or, diamants et ivoire) dans lesquels certains de ses éléments étaient déjà impliqués avant d’accéder au pouvoir. L’économie de pillage mise en œuvre par la Seleka a achevé ce qui était un Etat fantôme. Par ailleurs, le ciblage systématique par les milices anti-balaka des civils musulmans, dont beaucoup sont commerçants, est venu porter un coup supplémentaire à l’économie.

Bien que l’effondrement de l’économie ait précédé celui de l’Etat, l’intervention internationale actuelle pilotée par le G5 (Union africaine, Nations unies, Union européenne, Etats-Unis et France) pare au plus pressé et continue d’appréhender la crise actuelle à travers un prisme sécuritaire. Cette attitude alimente un effort international de mobilisation de troupes mais condamne la communauté internationale à répéter des interventions superficielles qui ne traitent pas la principale cause de la crise : la prédation structurelle. La protection des civils est certes importante, mais il est également crucial de relancer l’activité économique et d’assainir la gestion des finances publiques afin de construire un système effectif de gouvernance capable de fournir des services à l’ensemble de la population – chrétiens comme musulmans.

L’intervention internationale sera matérialisée en septembre par une nouvelle mission des Nations unies (Minusca). En plus de son mandat actuel de protection des populations, de soutien à la transition, d’assistance humanitaire et de défense des droits de l’homme, elle doit inciter à une meilleure gouvernance en faisant de la reconstruction de l’économie et des fonctions clés de l’appareil d’Etat ainsi que  de la lutte contre certains trafics une priorité. La région et les organisations multilatérales concernées doivent également être impliquées. Les récentes sanctions ciblées adoptées contre plusieurs personnalités en République centrafricaine et à l’étranger doivent s’inscrire dans une stratégie plus large de relance de l’économie.

Ce partenariat étroit entre le gouvernement et la communauté internationale risque de trouver une opposition parmi les politiciens proches des groupes armés et ceux qui ont déjà les yeux rivés sur une hypothétique élection présidentielle. Mais la demande du gouvernement de transition pour un soutien international fort crée l’occasion de nouer un partenariat durable et d’adopter des mesures afin de stabiliser le pays tout en posant les fondations d’un changement de gouvernance.

Op-Ed / Africa

In the Central African Republic, Peace Requires More Than a Bigger U.N. Force

Originally published in World Politics Review

The U.N. Security Coucil approved a resolution to extend the mandate of the U.N. Mission in the Central African Republic (MINUSCA) until 15 November 2018, also increasing the mission’s troop ceiling by 900. Richard Moncrieff, Project Director for Central Africa, states that the Central African Republic needs more than just troops to meet the country's security challenges.

On Nov. 15, the United Nations Security Council will meet to decide on the fate of the U.N. mission in Central African Republic, known by its acronym MINUSCA. In stark contrast to the debate over the U.N. mission in the neighboring Democratic Republic of Congo, which the U.S. pushed to reduce last April after citing its ineffectiveness and cost, few in New York expect cuts to the Central African Republic (CAR) mission. 

To the contrary, U.N. Secretary-General Antonio Guterres visited CAR at the end of October and called for increasing the mission’s authorized troop ceiling, currently just over 12,000, by an additional 900 troops. Adama Dieng, his adviser on genocide prevention, and Stephen O’Brien, the undersecretary for humanitarian affairs, both also visited the country in recent months and warned of the escalating violence and a distressing humanitarian catastrophe there. The troubling situation and the pockets of success the U.N. force has achieved so far have left the U.S. relatively favorably disposed to increasing troop numbers, despite serious concerns over allegations of sexual abuse by some contingents. 

The U.N. mission is in an increasingly complicated position on the ground. Having made some gains in late 2016 and early 2017 by pushing armed groups out of some towns and deterring some attacks, the U.N. force has since appeared overwhelmed by the scale of the crisis as well as by its own rigidity. Poor mobility—the mission has two operational helicopters in a country larger than France—a lack of intelligence, and an unwillingness to react quickly when such intelligence is available have rendered it ineffective in the face of rising violence among competing militias. 

This has put the U.N. under intense pressure in the capital, Bangui. When Guterres spoke to CAR’s parliament on Oct. 27, government and opposition politicians managed a rare moment of unity, criticizing the U.N. for its passivity and, according to some, even complicity in the face of the violence. Aside from wanting a far more proactive posture from the U.N., the parliamentarians want to see CAR’s national army up and running, despite slow progress on training and its history of incompetence and abuse. Guterres, sensing the mood, acknowledged that the army would start deploying soon. Unless his U.N. force can up its game, calls for ever greater—and ever riskier—deployment of the national army will increase.

The U.N. force certainly needs more troops, and the Security Council should increase the ceiling. It also needs greater mobility and a stronger willingness to react quickly and decisively. But these measures alone would still limit the U.N. mission to merely putting out fires. The U.N., and other international actors, also need to address the incentive structure that is driving the violence.

Read the full article at: World Politics Review