icon caret Arrow Down Arrow Left Arrow Right Arrow Up Line Camera icon set icon set Ellipsis icon set Facebook Favorite Globe Hamburger List Mail Map Marker Map Microphone Minus PDF Play Print RSS Search Share Trash Crisiswatch Alerts and Trends Box - 1080/761 Copy Twitter Video Camera  copyview Whatsapp Youtube
Tchad : quels risques après la mort d’Idriss Déby ?
Tchad : quels risques après la mort d’Idriss Déby ?
People walk on the N'Gueli bridge, marking the border between Chad and Cameroon near N'Djamena, 4 April 2015. AFP PHOTO/PHILIPPE DESMAZES
Report 233 / Africa

Tchad: entre ambitions 
et fragilités

A la veille du scrutin présidentiel du 10 avril, la grogne sociale monte alors que le pays est confronté à une crise économique majeure, une fragilisation du modèle religieux, et des attaques violentes de Boko Haram. Le régime, qui ambitionne de prendre les commandes de la lutte antiterroriste dans la région, risque de faire face à l’émergence de toutes sortes d’acteurs violents si des institutions légitimes et un contrat social ne sont pas mis en place.

  • Share
  • Save
  • Print
  • Download PDF Full Report

Synthèse

Alors que le Tchad est devenu un partenaire privilégié des pays occidentaux dans la lutte contre le jihadisme dans l’espace sahélo-saharien, les vulnérabilités du régime s’accentuent rapidement et l’année 2016 s’annonce difficile. En plus d’un contexte très tendu avant le scrutin présidentiel du 10 avril et d’une montée de la grogne sociale, le pays fait face à une crise économique majeure, à une fragilisation du modèle religieux et aux attaques violentes de Boko Haram, même si le groupe est affaibli. L’approche principalement militaire, au détriment de l’engagement politique et social de l’Etat dans les zones affectées par la violence jihadiste, risque d’exacerber les tensions. Enfin, à la veille d’une élection qui, sauf surprise, devrait voir le président  Idriss Déby reconduit pour un cinquième mandat, de nombreux Tchadiens perçoivent l’absence d’alternance démocratique ou de plan de succession comme les germes d’une crise violente. Il est urgent d’ouvrir l’espace politique et de créer des institutions étatiques susceptibles de recevoir l’appui de la population et de durer. Cela exigera un changement d’approche à la fois des autorités nationales et de leurs partenaires. 

Jusqu’à récemment, le Tchad était considéré comme un pays pauvre, sans influence et constamment sous la menace de rébellions. Mais la donne a changé : le Tchad a normalisé ses relations avec le Soudan en 2010, est devenu un producteur de pétrole et un acteur militaire incontournable, tout particulièrement dans la bande sahélo-saharienne mais également plus au sud en République centrafricaine (RCA). En déployant ses soldats sur différents fronts : en RCA dans une intervention très critiquée, au Mali et plus récemment dans la région du lac Tchad pour lutter contre Boko Haram, le régime joue la carte de la diplomatie militaire et ambitionne de prendre les commandes de la lutte antiterroriste dans la région. Ce faisant, le Tchad consolide ses alliances avec les Occidentaux dans un partenariat fondé sur la lutte contre des ennemis communs, mais perçu par une partie des Tchadiens comme une garantie pour un régime en mal de légitimité. Ce partenariat, qui s’inscrit dans une longue histoire de proximité avec les Occidentaux, comporte ainsi des risques politiques et démocratiques importants.

Le Tchad demeure très fragile à l’intérieur de ses frontières et fait face à une situation sécuritaire inédite. Habitué aux rébellions à base ethnico-régionale, le pays est aujourd’hui engagé dans un nouveau combat, asymétrique, contre le mouvement violent jihadiste Boko Haram. Bien que ce dernier n’ait pas constitué de véritable base sociale au Tchad, des combattants tchadiens sont présents dans ses rangs. Après un premier choc frontal au début de l’année 2015, l’appareil sécuritaire tchadien doit prévenir les attentats dans la capitale et faire face à une guérilla dans la zone du lac Tchad. Les populations du lac sont ainsi confrontées aux attentats-suicides de Boko Haram et aux fréquents pillages de villages qui font de nombreuses victimes et engendrent des déplacements massifs de populations. Si le groupe est aujourd’hui affaibli par les opérations militaires des pays de la région, la menace demeure. Parallèlement, l’instabilité en Libye continue à susciter de fortes inquiétudes à N’Djamena. 

Craignant de nouvelles attaques sur le sol tchadien, y compris à N’Djamena, le gouvernement a pris une série de mesures pour renforcer le dispositif sécuritaire, adapter l’arsenal législatif aux nouvelles menaces et contrôler davantage l’espace religieux. Si beaucoup de Tchadiens, notamment dans la capitale, adhèrent à cette politique antiterroriste, des voix s’élèvent pour dénoncer les dérives des forces de sécurité lors de contrôles, mais aussi les arrestations et convocations arbitraires. 

Le pays traverse également une crise économique majeure liée à la fois à la régionalisation des attaques de Boko Haram, qui perturbe fortement ses échanges commerciaux avec le Nigéria et le Cameroun, et à la baisse du cours du pétrole, qui frappe de plein fouet une économie devenue très dépendante des revenus de l’or noir. Ces difficultés contraignent le gouvernement à une politique d’austérité. A l’approche de l’élection, la grogne sociale prend de l’ampleur. Plusieurs thèmes sont mobilisateurs : cherté de la vie, austérité budgétaire, corruption, impunité, et les manifestations prennent même une couleur plus politique avec la dénonciation de la candidature du président Déby à un cinquième mandat. Le climat politique et social est très tendu et la répression des manifestations ainsi que l’arrestation des membres de la société civile pourraient encore exacerber ces tensions.   

Enfin, la volonté du gouvernement de policer et de contrôler l’espace religieux, qui se manifeste notamment par l’interdiction de la burqa et la promotion d’un islam « tchadien », sous-entendu soufi, est plébiscitée mais rencontre aussi des résistances. Celles-ci révèlent des antagonismes profonds entre courants majoritaires soufis et minorités fondamentalistes, dans un contexte de forte expansion du wahhabisme, notamment chez les jeunes. Si ces tensions intramusulmanes ne constituent pas une menace immédiate, elles sont un facteur de délitement du tissu social sur le moyen terme. 

Face à ces défis en cascades, les autorités tchadiennes doivent avant tout éviter les politiques d’exclusion géographique ou religieuse. La menace la plus importante pour la stabilité du Tchad sur le long terme n’est pas Boko Haram, bien qu’il faille combattre ce groupe avec détermination, mais une crise politique nationale qui créerait un terreau fertile pour l’émergence de toutes sortes d’acteurs violents, y compris jihadistes. Pour éviter cela, les autorités tchadiennes doivent à tout prix ouvrir l’espace politique et bâtir des institutions légitimes capables de survivre au régime actuel. 

Nairobi/Bruxelles, 30 mars 2016

Chadian Army members are seen during an operation against rebels in Ziguey, Kanem Region, Chad on 19 April 2021. The Chadian army announced late Sunday that it has killed more than 300 rebels in the northern part of the Central African country. Abdoulaye Adoum Mahamat / Anadolu Agency
Q&A / Africa

Tchad : quels risques après la mort d’Idriss Déby ?

Le décès du président tchadien Idriss Déby suscite l'inquiétude de nombreux Tchadiens et des Etats voisins et plonge le pays dans l'incertitude. Crisis Group revient sur les récents événements et expose les principaux risques auxquels le pays est confronté.

  • Share
  • Save
  • Print
  • Download PDF Full Report

Que s’est-il passé?

Selon des sources officielles, le président tchadien Idriss Déby Itno est décédé mardi 20 avril vers 1 heure du matin, à la suite de combats entre l’armée tchadienne et la rébellion du Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (FACT), non loin de Mao dans la région du Kanem, au centre du pays. Au pouvoir depuis 30 ans, Déby venait tout juste d’être réélu pour un sixième mandat consécutif. Sa mort a été annoncée à 11 heures du matin, sur l’antenne de la télévision nationale, par le porte-parole de l’armée, le général Azem Bermandoa. Certains observateurs émettent des doutes sur cette version des faits et présentent d’autres hypothèses, non confirmées, sur les circonstances de sa mort, notamment celle d’une réunion de négociations avec des membres du FACT qui aurait tourné à la fusillade.

Le fait que le président Déby se soit rendu lui-même sur le champ de bataille n’est pas une surprise. Arrivé au pouvoir en 1990, à la faveur d’un coup d’Etat contre le président Hissène Habré, dont il avait commandé l’armée, Déby a toujours fait de sa qualité de militaire sa principale force politique. Ses forces armées avaient réussi à repousser des assauts rebelles en 2006 et 2008, et dernièrement en 2019, grâce au soutien de l’armée française, et il n’hésitait pas à aller lui-même au combat. Il avait ainsi, en avril 2020, pris la tête d’une contre-offensive contre une faction de Boko Haram, qui venait de tuer près de 100 militaires tchadiens sur les rives du Lac Tchad. Son engagement sur le terrain lui permettait de mobiliser et de galvaniser ses troupes et, par la même occasion, de se poser en garant de l’intégrité du territoire national. Son décès suscite donc de l’inquiétude chez de nombreux Tchadiens et plonge le pays dans l’incertitude.

Qui sont ces rebelles qui sont entrés au Tchad?

Il s’agit de membres du FACT, un groupe politico-militaire tchadien basé en Libye qui serait composé d’un à un millier et demi de combattants. Le groupe a été fondé en 2016 par le général Mahamat Mahdi Ali à Tanoua, au nord du Tchad, à la suite d’une scission du groupe rebelle de l’Union des forces pour la démocratie et le développement (UFDD) de l’ancien ministre de la Défense de Déby, Mahamat Nouri. Originaire de Salal, dans la région centrale du Bahr el Gazal, Mahamat Mahdi Ali, qui a fait ses études en France, a participé à plusieurs mouvements armés au Tibesti, au Darfour et en Libye et affirme se battre pour une alternance du pouvoir au Tchad. Ces itinéraires sont fréquents. Le pays a connu de nombreuses rébellions venant le plus souvent du nord et de l’est. Plusieurs groupes rebelles tchadiens chassés du Darfour voisin à la suite du rapprochement entre le Tchad et le Soudan en 2010 ont profité de la chute de l’ancien dirigeant libyen, Mouammar Khadafi, en 2011, pour s’établir dans ce pays, d’où ils mènent de fréquentes incursions en territoire tchadien.

La récente offensive du FACT s’inscrit, en outre, dans un contexte intérieur particulier. Les rebelles de ce mouvement lancent leur première incursion le jour de l’élection présidentielle tchadienne, le 11 avril 2021. Ils ont l’intention d’exploiter un contexte électoral crispé pour appeler à une convergence des luttes. Dans leurs communiqués diffusés mi-avril, ils lancent un « appel à l’opposition démocratique, à la société civile et au peuple tchadien, à maintenir la dynamique de pression sur le régime » pour aider la lutte armée. Cet appel est peu suivi par les organisations de la société civile et les partis d’opposition, qui dans un communiqué appellent les belligérants de chaque camp à observer un cessez-le-feu.

Le 11 avril, les véhicules puissamment armés des combattants du FACT progressent dans la région désertique et très peu peuplée du Tibesti. Le 15 avril, les rebelles essuient les premières frappes de l’aviation tchadienne à Zouarké. Parallèlement, plusieurs autres groupes rebelles, dont l’Union des forces de la résistance (UFR) et l’UFDD, également basés en Libye, déclarent publiquement leur soutien au FACT, sans pour autant l’appuyer sur le terrain. Les premiers affrontements d’envergure entre les combattants du FACT et les soldats tchadiens ont lieu le 17 avril, au nord de Mao, à plus de 300 kilomètres de N’Djamena. Les autorités tchadiennes annoncent avoir tué 300 rebelles et fait 150 prisonniers. Le soir du 18 avril, le chef du FACT, Mahamat Mahdi, reconnait avoir perdu des hommes et opéré un repli stratégique plus au nord, en attendant de lancer de nouvelles offensives. Mais, au même moment, plusieurs sources proches de l’opposition indiquent que les combats sont toujours en cours et que les pertes du côté de l’armée tchadienne sont importantes, y compris parmi les hauts gradés. Dans un communiqué du FACT, le président Déby est alors cité parmi les blessés.

Quel est le lien entre la Libye, d’où a été lancée l’incursion, et les événements récents?

L’incursion rebelle au Tchad depuis le sud libyen s’est produite alors qu’on assiste en Libye à des avancées majeures dans le processus de paix. En octobre dernier, les deux coalitions militaires libyennes – l’une menée par les autorités basées à Tripoli et l’autre par le maréchal Khalifa Haftar, à la tête de l’Armée nationale libyenne basée à l’est de la Libye – ont signé un accord de cessez-le-feu. En mars, ces factions rivales se sont accordées sur la formation d’un nouveau gouvernement intérimaire chargé d’unifier le pays. Une disposition centrale de l’accord de cessez-le-feu prévoyait le départ des forces étrangères, y compris tchadiennes, qui ont servi de forces supplétives et ont été financées pendant des années par les différentes coalitions militaires libyennes. Présentée comme une priorité, elle tarde pourtant à être mise en œuvre sur le terrain. Si certains groupes rebelles tchadiens ont, depuis février 2021, tenté de former des coalitions en prévision de futures tensions avec les autorités libyennes, ils n’auraient pas encore été soumis à une forte pression les forçant à quitter le territoire. L’attention internationale s’est davantage focalisée sur les mercenaires soutenus par la Russie et la Turquie.

L’incursion du FACT au Tchad a été rendue possible par le niveau d’armement et d’équipement du groupe, supérieur à celui des autres groupes rebelles tchadiens. Cela résulte sans doute, en partie, de la cooptation de ses combattants dans les rangs des forces d’Haftar. Les rebelles du FACT auraient ainsi pris possession de véhicules blindés et de l’artillerie lourde que les soutiens extérieurs d’Haftar lui avaient fournis avant la guerre de Tripoli en 2019. Selon un rapport du groupe d’experts des Nations unies sur la Libye, les forces du FACT n’y ont pas participé mais auraient été chargées de protéger les installations militaires au centre du pays dès 2017, et au sud après que les forces d’Haftar en ont pris le contrôle en février 2019. Il est donc plausible que les combattants du FACT aient pu développer une force de frappe au contact de l’armée nationale libyenne. Les forces d’Haftar n’ont pas commenté publiquement l’incursion du FACT au Tchad mais nient, en privé, toute proximité avec ce groupe. Quoi qu’il en soit, les événements qui viennent de se dérouler au Tchad montrent une nouvelle fois que l’armement de forces étrangères en Libye peut avoir des conséquences sur la stabilité de toute la région.

Les événements qui viennent de se dérouler au Tchad montrent une nouvelle fois que l’armement de forces étrangères en Libye peut avoir des conséquences sur la stabilité de toute la région.

Quelles sont les conséquences de la mort de Déby pour les voisins du Tchad?

Les dirigeants de plusieurs pays voisins ont exprimé leur peine et de vives inquiétudes à l’annonce du décès du président Déby. Le Tchad jouissait jusqu’alors d’une stabilité relative dans un environnement régional très troublé. Par ailleurs, le Tchad est un acteur incontournable de la lutte contre les groupes jihadistes dans le bassin du Lac Tchad, où il est intervenu dès 2014 à la demande de ses voisins nigérian et camerounais pour lutter contre les factions de Boko Haram, mais aussi au Sahel. La mort du président tchadien est un coup dur pour le G5 Sahel – un cadre de coopération régionale créé en 2014 pour répondre aux défis sécuritaires et de développement dans la région – au sein duquel le Tchad joue un rôle militaire prépondérant et dont Déby était le président en exercice. Egalement contributeur de troupes au sein de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) – avec plus de 1 400 Casques bleus déployés entre Tessalit, Aguelhok et Kidal au Mali – le Tchad a, en février, déployé 1 200 hommes dans le cadre de la Force conjointe du G5 Sahel, dans la zone très sensible des trois frontières (Burkina Faso, Mali et Niger). Aujourd’hui, des interrogations se font jour sur le devenir de ces contingents et sur leur possible rapatriement pour faire face aux problèmes internes. Si tel devait être le cas, cela pourrait avoir des répercussions sur le réajustement du dispositif sécuritaire des alliés du Tchad au Sahel, et notamment de la France.

Quelle est la situation au Tchad à l’heure actuelle et à quels risques le pays est-il confronté?

Immédiatement après le décès du président Déby, l’armée a annoncé la mise en place, par décret, d’un conseil militaire chargé d’assurer une transition de dix-huit mois, et promis l’organisation prochaine d’élections « libres et transparentes ». Dirigé par le fils du président défunt, Mahamat Idriss Déby, 37 ans, général à la tête des troupes d’élite de la Direction générale des services de sécurité des institutions de l’Etat, ce conseil est constitué de quinze membres ayant tous occupé des fonctions de premier plan au sein des services de sécurité. Abakar Abdelkarim Daoud, chef d’état-major des armées, Taher Erda Taïro, directeur général du renseignement militaire, ou encore d’anciens ministres de la Sécurité publique, de l’Administration du territoire et de l’Armée en sont membres. Très vite, le conseil a pris une série de mesures dont la suspension de la Constitution, la dissolution de l’Assemblée nationale et du gouvernement, l’adoption d’une charte de la transition, la mise en place d’un couvre-feu ou encore la fermeture des frontières terrestres et aériennes. Mais après quelques jours de flottement, il est déjà revenu sur certaines de ces mesures, expliquant apporter « quelques clarifications ». Ainsi, les membres du gouvernement en place restent pour l’instant en fonction pour expédier les affaires courantes et les frontières sont rouvertes.

L’opposition politique et une partie de la société civile émettent de vives critiques sur la création du conseil militaire de transition. Ces acteurs s’inquiètent du non-respect de l’ordre constitutionnel – qui stipule qu’il incombe au président de l’Assemblée nationale de diriger la transition – et de la prise de pouvoir par les militaires. Pour les partisans de l’ancien président, en revanche, ce conseil est la seule solution pour faire face à des circonstances exceptionnelles, garantir la paix et assurer la défense du territoire national en ces temps troublés.

Face à ces critiques, le conseil cherche des soutiens et a rencontré les acteurs du Cadre national de dialogue politique (CNDP) ainsi que des chefs de partis politiques influents, dont Albert Pahimi Padacké, arrivé second à l’élection présidentielle. Le conseil militaire s’est aussi engagé à former un gouvernement de transition dans les heures ou les jours qui viennent. Reste à savoir si le gouvernement proposé fera place aux différents courants et sensibilités politiques du pays et si les personnes sollicitées accepteront d’en faire partie. Pour le moment, beaucoup de responsables politiques et de figures de la société civile rejettent catégoriquement ce qu’ils qualifient de « coup d’Etat militaire ».

Le Tchad se trouve dans une situation très délicate.

Le Tchad se trouve dans une situation très délicate. Les groupes politico-militaires ont déjà annoncé qu’ils contestaient fermement la légitimité du conseil militaire. « Nous comptons poursuivre l’offensive », a ainsi assuré Kingabé Ogouzeimi de Tapol, porte-parole du FACT. Si le FACT a subi de très lourdes pertes humaines et matérielles, le décès du président Déby a sans aucun doute galvanisé ses opposants armés. Le Conseil de commandement militaire pour la Salut de la République (CCMSR), un autre groupe rebelle tchadien présent en Libye, a annoncé son soutien au FACT. Les deux groupes pourraient, selon certaines informations, mener une offensive conjointe sur des positions de l’armée tchadienne. De nouveaux affrontements pourraient donc éclater entre militaires et rebelles dans les jours à venir, en province ou plus près de la capitale N’Djamena, avec les risques que cela comporte pour la population civile. Parallèlement, les tensions pourraient se déplacer dans la rue et mener à un bras de fer entre certaines organisations de la société civile et des partis politiques d’un côté, et les nouvelles autorités militaires de l’autre. Enfin, d’autres questions restent en suspens. Beaucoup se demandent si le fils d’Idriss Déby, qui, selon des observateurs tchadiens, jouit d’une bonne réputation et de l’estime des soldats, aura l’autorité suffisante pour engager l’armée sur différents fronts, à l’extérieur mais aussi à l’intérieur du pays.

Dans un contexte aussi volatile, la priorité immédiate est la mise en œuvre d’un cessez-le-feu.

Pour une transition apaisée, il est important de trouver les voies d’un consensus entre le conseil militaire et ses opposants. Dans un contexte aussi volatile, la priorité immédiate est la mise en œuvre d’un cessez-le-feu. Il importe qu’une pression internationale soit exercée sur les différents acteurs pour favoriser la réalisation de ces objectifs.

Contributors

Former Project Director, Central Africa
Senior Analyst, Chad
Consulting Senior Analyst, Libya