Mali : la force n'est pas "la solution"
Mali : la force n'est pas "la solution"
France’s Troop Withdrawal from Mali
France’s Troop Withdrawal from Mali
Op-Ed / Africa

Mali : la force n'est pas "la solution"

Depuis que le Mali a basculé dans un coma profond, frappé par la résurgence d'une rébellion touarègue et par un coup d'État militaire, la seule interrogation qui vaille semble être celle de savoir quand l'intervention militaire ouest-africaine ou internationale aura lieu. La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) est-elle capable de déployer une force ? Avec quel mandat ? Bénéficiera-t-elle des renseignements militaires et de l'appui aérien de la France et des États-Unis, présents et actifs à des degrés différents dans la bande sahélo-saharienne ? Sera-t-elle acceptée par le voisin algérien ?

Dès lors que les groupes armés islamistes adossés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) ont expulsé les rebelles touaregs indépendantistes des villes du Nord, les derniers doutes sur l'opportunité d'une réponse militaire se sont envolés chez nombre d'acteurs et d'observateurs. Avec qui peut-on encore envisager de négocier, demande-t-on à ceux qui appellent à une approche politique ? Avec des djihadistes qui veulent imposer leur vision de ce que devrait être la vie d'un bon musulman ? Avec des preneurs d'otages, d'authentiques terroristes ou des trafiquants de drogue ?

Devant le choc légitime de nombre de Maliens face aux souffrances de leurs compatriotes des régions de Gao, Tombouctou, Kidal ; face à l'hébétude de beaucoup de voisins d'Afrique de l'Ouest découvrant que la menace islamiste est à leur porte ; devant les craintes des pays occidentaux, en particulier européens, de l'apparition d'un "nouvel Afghanistan" à distance de chameau de leurs capitales, il est difficile d'identifier les réponses possibles à la crise.

La question à se poser aujourd'hui n'est pas celle de savoir si une action militaire contre les groupes armés est inévitable ou non. Il faut examiner tous les symptômes présentés par le patient malien, saisir la complexité des rapports des différentes communautés originaires du Nord, entre elles, et entre elles et celles du Sud, et appréhender les intérêts des pays voisins. Lorsqu'on fait ce travail, les certitudes sont rares. Sauf peut-être celle qui consiste à estimer que l'usage de la force ne peut être qu'une option complémentaire à une approche politique mais ne saurait être "la solution". 

Les acteurs de la crise sont eux-mêmes incapables d'anticiper les conséquences de leurs initiatives. Le Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA), qui a déclenché la rébellion, s'est fait déborder par une force islamiste qu'il a dans un premier temps négligée. Ansar Eddine, le groupe dirigé par Iyad Ag Ghali, ancien rebelle touareg de Kidal qui avait voulu prendre la tête du MNLA au moment de sa création, s'est prestement allié aux chefs d'Aqmi, majoritairement algériens. Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), que nul ne connaissait encore il y a quelques mois, a fait son lit à Gao et affirme, par son recrutement à la fois multiethnique, local et multinational, une ambition politico-religieuse moins "étrangère" que sa maison mère, Aqmi.

Tous ces mouvements ont prospéré sur le terreau fertile des trafics transsahariens, du business des rançons payées pour récupérer des otages occidentaux et de l'aubaine provoquée par le chaos en Libye, pourvoyeuse de nouvelles armes. De leur côté, les putschistes emmenés par le capitaine Amadou Haya Sanogo n'ont fait qu'aider les groupes rebelles à parachever leur conquête du Nord en mettant l'État à terre.

C'est cet État qu'il faut impérativement remettre sur pied. Dès lors qu'un gouvernement représentatif des principales forces politiques et sociales aura été mis en place, les acteurs régionaux et internationaux devront afficher un soutien clair à l'État malien à travers la reprise de l'aide extérieure, l'assistance à la protection des institutions de transition et des mesures immédiates en faveur de la restructuration de l'armée. Il faut éviter à tout prix une mobilisation des jeunes dans des milices communautaires supplétives à une armée désorganisée. Emprunter cette voie, ce serait ouvrir une boîte de Pandore de laquelle s'échapperaient de nouveaux monstres qui enterreraient pour longtemps les espoirs de paix au Mali et dans l'ensemble de la région. 

Podcast / Africa

France’s Troop Withdrawal from Mali

In this episode of Hold Your Fire!, Richard Atwood and Naz Modirzadeh talk with Sahel experts Ibrahim Yahaya Ibrahim and Richard Moncrieff about France’s announcement it will pull troops from Mali, and what the withdrawal means for the fighting against jihadist insurgents.

On 17 February, President Emmanuel Macron announced he would withdraw all French troops from Mali after a deployment in the country of almost ten years. In early 2013, French forces together with Chadian troops ousted jihadists from cities and towns in northern Mali, which created space for a peace deal between Bamako and other, non-jihadist rebels. Since then, however, the French-led campaign against militants in the Sahel has struggled against local al-Qaeda and Islamic State branches. French operations have killed jihadist leaders, but militants have extended their reach from northern Mali to its centre and to parts of Niger, Burkina Faso and even Gulf of Guinea countries. Inter-ethnic violence has ballooned. Mali has also suffered two coups over the past couple of years. Relations between Paris and the junta currently holding power have deteriorated sharply, partly because Mali’s military leaders had agreed, mid-2021, to the deployment of Russian private military contractors to help fight jihadists. Popular anger toward France’s deployment has also mounted, seemingly partly fuelled by disinformation. 

This week on Hold Your Fire!, Richard Atwood and Naz Modirzadeh talk with Ibrahim Yahaya Ibrahim and Richard Moncrieff, respectively Crisis Group’s senior Sahel analyst and interim Sahel director, about the French decision, its causes and its implications. They look at the collapse in relations between Bamako and Paris, the direction the junta is currently taking Mali and how other countries in the region have responded. They talk through what the French departure might mean for other forces, including the UN force in Mali and the G5 Sahel regional force. They also examine the repercussions for the balance of force between jihadists and their enemies in the Sahel and ask what a future French presence in the region might look like after the withdrawal from Mali. 

Click here to listen on Apple Podcasts or Spotify.

N.B. This episode was recorded before Russia’s invasion of Ukraine. 

For more information, explore Crisis Group’s analysis on our Sahel regional page. For our analysis of African perspectives of the Ukraine War, check out our commentary ‘The Ukraine War: A Global Crisis’.

Subscribe to Crisis Group’s Email Updates

Receive the best source of conflict analysis right in your inbox.