icon caret Arrow Down Arrow Left Arrow Right Arrow Up Line Camera icon set icon set Ellipsis icon set Facebook Favorite Globe Hamburger List Mail Map Marker Map Microphone Minus PDF Play Print RSS Search Share Trash Crisiswatch Alerts and Trends Box - 1080/761 Copy Twitter Video Camera  copyview Youtube
Tunisie : 2019, année charnière ?
Tunisie : 2019, année charnière ?
Report 137 / Middle East & North Africa

Tunisie : violences et défi salafiste

Alors que l’assassinat de Chokri Belaïd a précipité la Tunisie dans la plus grave crise depuis le début de la transition, ses dirigeants doivent trouver des réponses différenciées aux multiples défis que représente la montée du salafisme.

  • Share
  • Save
  • Print
  • Download PDF Full Report

Synthèse

L’assassinat de Chokri Belaïd, figure de l’opposition, a plongé la Tunisie dans la crise la plus grave depuis la chute du président Ben Ali en janvier 2011. Bien que les coupables et leurs mobiles n’aient pas encore été identifiés, les soupçons ont rapidement pesé sur des individus proches de la mouvance salafiste. Fondées ou non, ces suspicions ont une fois de plus projeté ce courant sur le devant de la scène. Nombre de non-islamistes sont convaincus du danger qu’ils incarnent. Pire, certains estiment souvent que, nonobstant leur différends, salafistes et membres d’An-Nahda, le parti islamiste au pouvoir, font cause commune. Alors que le pays se polarise et que le Maghreb entre dans une période d’incertitude, l’heure est à des réponses différenciées à des problèmes disparates : réponse sociale à la marginalisation de jeunes qui trouvent dans le salafisme et, parfois, la violence, des exutoires faciles ; réponse idéologique au flou qui caractérise l’orientation d’An-Nahda et l’identité religieuse du pays ; et réponse sécuritaire aux menaces jihadistes qu’il ne faut ni ignorer ni exagérer.

Comme ailleurs dans le monde arabe, le phénomène salafiste – à la fois sa composante dite scientifique, forme d’islamisme plutôt quiétiste qui préconise l’immer­sion des fidèles dans les textes sacrés, et sa composante jihadiste, qui prône traditionnellement la résistance armée face aux forces non musulmanes – prend de l’ampleur depuis quelques temps. Il connait ses premières avancées sous le régime autoritaire de Ben Ali en réaction à la répression subie par les forces islamistes en général et An-Nahda en particulier. Une nouvelle génération de jeunes islamistes qui ne connait pas bien An-Nahda et se fascine pour l’imaginaire de la résistance tchétchène, irakienne ou afghane voit alors le jour.

Le soulèvement de 2010-2011 change la donne, ouvrant des perspectives nouvelles. Les salafistes-scientifiques plutôt discrets et loyalistes sous Ben Ali diffusent désormais avec vigueur leurs idées rigoristes à travers l’action associative et exercent une pression religieuse sur An-Nahda en préconisant notamment l’inscription de la Charia dans la constitution. Quant aux salafistes-jihadistes, ils soutiennent et recrutent parfois pour la lutte armée à l’étranger – en particulier en Syrie – mais affirment renoncer à la violence en Tunisie. Leur pays n’est plus selon eux terre de jihad, mais une terre de prédication au sein de laquelle il faut s’enraciner de manière pacifique, profitant du désordre et des zones de non-droit qui tendent à s’y développer pour promouvoir la loi islamique. Les appréhensions des non-islamistes montent, nombre d’entre eux accusant An-Nahda de connivence avec ces salafistes, le soupçonnant d’avoir un agenda religieux qui ne s’en distingue guère.

Pour l’instant, malgré la chute de l’ancien régime, le vide sécuritaire, les problèmes économiques, les grèves et mouvements de protestation de tout ordre, la libération et le retour d’exil des jihadistes, la Tunisie n’a pour l’instant connu ni conflit armé, ni violences d’ampleur, ni attentat terroriste majeur. La plupart des attaques et agressions salafistes, dont la plus marquante est l’attaque contre l’ambassade américaine le 14 septembre 2012, ont été plus spectaculaires que mortelles. Le pire a été évité en partie grâce à la réponse prudente d’An-Nahda aux expressions religieuses radicales, laquelle relève tant du dialogue, de la persuasion que de la cooptation.

Pourtant, cette réponse connait ses limites. De plus en plus, An-Nahda se trouve dans une position délicate, sous le feu conjoint des critiques non islamistes qui l’accusent de laxisme au niveau sécuritaire et des salafistes qui l’attaquent dès qu’il s’en démarque et soutient le recours à la force. Selon la conjoncture – violences spectaculaires ou vague d’arrestations – An-Nahda essuie les récriminations du premier ou du deuxième camp. Le parti lui-même est divisé entre prédicateurs plus religieux et hommes politiques plus pragmatiques et partagé entre les positions plus flexibles de ses dirigeants et les convictions profondes de sa base militante. Tensions qui se traduisent par un dilemme politique : plus le parti accentue son côté prédicateur et religieux, plus il inquiète les non-islamistes ; plus il se conduit de manière pragmatique, plus il s’aliène une partie de sa base et crée un appel d’air profitant à la mouvance salafiste.

Que l’opposition séculariste fasse preuve d’alarmisme excessif et formule des accusations souvent injustifiées ne fait guère de doute, comme ne fait guère de doute sa difficulté à accepter que des islamistes gouvernent désormais le pays. Mais que ses peurs soient exagérées ne veut pas dire qu’elles soient sans fondement. Cela veut dire au contraire qu’il faut clairement les définir, les distinguer et y remédier. Faire un amalgame et assimiler incidents liés à la pauvreté et au désœuvrement, tentatives d’imposer un ordre moral ainsi qu’un assassinat politique ou des violences jihadistes ne ferait que pousser les salafistes à se regrouper autour de leurs tendances les plus radicales.

Premier phénomène bien réel, la présence accrue de militants salafistes dans les quartiers populaires les plus défavorisés. En effet, ils s’implantent au niveau local, palliant avant tout la faiblesse des services publics dans les zones délaissées. Par endroits, ils sont devenus des acteurs essentiels de la vie économique. Plusieurs donnent des cours de soutien scolaire et règlent des litiges de voisinage, des petits problèmes administratifs, voire des conflits conjugaux. Dans nombre de villages et agglomérations urbaines déshérités, ils s’insèrent dans l’économie informelle et souterraine.

Seconde donnée, l’affirmation d’un dogmatisme religieux, manifestation d’un bras de fer entre deux conceptions (l’une plus tolérante que l’autre) de l’islam. Au début relativement marginales, les violences à caractère vigilantiste se banalisent peu à peu ; certains ont peur de mener leurs activités sur la place publique de crainte de provoquer la colère des salafistes. L’influence de ces derniers s’exprime également par le contrôle qu’ils exercent sur des lieux de culte et de diffusion du savoir. An-Nahda fait le pari que la radicalisation du discours religieux est un phénomène passager, défoulement obligé après les années de plomb de Ben Ali, et qu’intégrer les salafistes permettra de les modérer. Mais ce pari fait craindre à ses détracteurs une islamisation progressive de la société par le bas.

Troisième et ultime réalité, l’existence de groupuscules armés. Pour le moment, ils n’ont pas entrepris d’opération de grande envergure ; certains jihadistes quittent le pays pour la Syrie, le Mali ou l’Algérie où ils ont formé une partie importante des preneurs d’otages du site gazier d’In Amenas, mais la plupart croient encore au succès de la prédication pacifique sur le sol tunisien et n’entendent pas, pour l’heure, recourir à des actions plus violentes que le vigilantisme dont ils sont coutumiers.

Mais le désordre qui agite le Maghreb, la circulation d’armes, la porosité des frontières avec la Libye et l’Algérie ainsi que le retour éventuel de ces jihadistes au pays, risquent d’accentuer le péril. Déjà, le gouvernement a dû faire preuve de davantage de fermeté, vu la multiplication des incidents violents et la radicalisation du discours jihadiste à l’égard d’An-Nahda ainsi que les pressions d’une frange de l’opinion publique, d’éléments du ministère de l’Intérieur et des Etats-Unis suite à l’attaque contre leur ambassade. Résultat, les relations entre salafistes-jihadistes et nahdaouis semblent se dégrader et le danger d’un cercle vicieux fait de durcissement sécuritaire et de radicalisation salafiste pointe.

Pour le gouvernement et An-Nahda en particulier, les défis sont de taille et rendus d’autant plus urgents par le meurtre de Chokri Belaïd. Dans l’immédiat, il s’agit de résoudre la crise politique qui agite le pays. Au-delà, il faudra apporter des réponses adaptées à ces divers problèmes en évitant l’amalgame qui mettrait à l’index la partie la plus islamisée de la population ; limiter le caractère cacophonique du nouvel espace religieux qui se constitue tout en rassurant les plus sécularistes ; renforcer la sécurité sans tomber dans le tout-sécuritaire tout en réformant la justice et la sûreté ; enfin, renforcer la coopération avec les voisins nord-africains dans un contexte tendu et chaotique.

A défaut d’une réaction adéquate des pouvoirs publics et du parti islamiste qui donne le ton au sein de la fragile coalition gouvernementale, les violences, tout autant sociales, juvéniles et urbaines que politiques et religieuses, pourraient franchir un nouveau palier et atteindre un seuil critique.

Tunis/Bruxelles, 13 février 2013

Tunisie : 2019, année charnière ?

Divisions within Tunisia’s political leadership are preventing the government from addressing the country’s political and socio-economic challenges. In this excerpt from our Watch List 2019 for European policymakers, Crisis Group urges the EU to support measures that will prevent further polarisation.

En Tunisie, la transition politique bat de l’aile. L’espoir de voir les dirigeants, à la suite du soulèvement de 2010-2011, relever les multiples défis politiques et socioéconomiques du pays commence à être déçu. L’économie est en plein marasme et la classe politique est de plus en plus divisée entre islamistes et non-islamistes qui se disputent le contrôle des ressources de l’Etat. Ce cumul de problèmes provoque une crise de confiance généralisée envers l’élite politique, et il y a lieu de craindre que le processus démocratique post-2011 subisse un revers avant les élections présidentielle et parlementaires de la fin de l’année.

En tant que principal partenaire commercial de la Tunisie, et dans le cadre de sa politique européenne de voisinage, l’UE devrait :

  • poursuivre son assistance macrofinancière malgré la lenteur du gouvernement à mettre en œuvre les réformes nécessaires (réforme des retraites, réduction de la masse salariale du secteur public, amélioration du climat des affaires et de la transparence budgétaire, entre autres) ;
     
  • encourager le gouvernement à donner la priorité aux réformes de l’administration publique, à introduire plus de transparence dans les nominations et les transferts dans le secteur public et à établir des règles claires concernant les relations avec les hauts fonctionnaires de l’administration – autant de mesures qui peuvent aider à prévenir une polarisation accrue entre islamistes et anti-islamistes ;
     
  • encourager le parlement à parvenir à un accord sur la création d’une Cour constitutionnelle politiquement diversifiée de manière à garantir son indépendance ;
     
  • résister aux tentatives de restauration d’un régime autoritaire, par exemple en subordonnant la poursuite du soutien financier à la Tunisie au respect de la Constitution par les pouvoirs législatif et exécutif.
     

Une économie mal en point et une polarisation au sommet

L’économie bat de l’aile. Le dinar tunisien s’est déprécié de plus de 40 pour cent par rapport à l’euro depuis 2016, réduisant le pouvoir d’achat de la population, tandis que l’inflation s’élève à 8 pour cent par an. Par conséquent, le coût de la vie a augmenté de plus de 30 pour cent depuis 2016, ce qui a conduit les ménages à s’endetter. Les disparités régionales s’accentuent et le chômage reste élevé. Ces facteurs combinés ont accéléré à la fois la fuite des cerveaux et des capitaux.

Ces problèmes économiques surviennent dans un contexte de vives tensions entre le président Béji Caïd Essebsi et le Premier ministre Youssef Chahed, tensions qui n’ont cessé de croitre au cours des deux dernières années. Leur rivalité a mis au jour un vieux clivage entre islamistes (principalement le parti An-Nahda) et anti-islamistes (représentés par Nida Tounes, le parti du président), avec Chahed, issu de Nida Tounes, s’appuyant sur la domination parlementaire du bloc islamiste pour conserver son poste.

An-Nahda fait partie de gouvernements de coalition depuis 2011, mais à partir de 2016, lorsque Chahed a pris la tête d’un gouvernement d’union nationale, le parti a tout fait pour renforcer son pouvoir en plaçant un nombre croissant de ses partisans à des postes à responsabilité dans l’administration publique, les entreprises étatiques et les bureaux et agences gouvernementaux dans la capitale et les provinces. Il influence ainsi à son avantage la composition des réseaux clientélistes qui contrôlent les ressources de l’Etat et l’accès au crédit, les monopoles privés et les oligopoles. Avec le temps, cela réduira inévitablement la prédominance économique du Nord côtier de la Tunisie sur l’arrière-pays méridional.

An-Nahda a fait des bons scores lors des élections locales de mai 2018, y compris dans les grandes villes. Il a remporté 28 pour cent des sièges dans les conseils municipaux (contre 20 pour cent pour Nida Tounes). Le mois suivant, il s’est installé à la tête de 36 pour cent des municipalités (contre 22 pour cent pour Nida Tounes). Cette victoire relative a renforcé le poids politique du parti, modifié l’équilibre du pouvoir par rapport à son principal adversaire et remis en cause l’accord tacite entre islamistes et anti-islamistes en vigueur depuis les élections législatives et présidentielle de 2014. Par cet accord tacite, An-Nahda avait accepté de renoncer à une partie du pouvoir que son poids électoral lui conférait, avec seulement trois ministères, dont aucun régalien ; le parti avait également accepté de ne pas interférer avec les réseaux clientélistes établis, par exemple en plaçant ses partisans à des postes de direction.

Sa démonstration de force dans les urnes a déclenché une réaction de la part d’une coalition mal définie de hauts responsables gouvernementaux, d’associations professionnelles et de syndicats, ainsi que d’activistes d’extrême-gauche et de nationalistes arabes. Ils ont commencé à faire pression sur les ministères de l’Intérieur et de la Justice pour qu’ils répertorient le parti islamiste comme organisation terroriste, et sur les tribunaux militaires pour qu’ils le dissolvent et emprisonnent certains de ses dirigeants. Ils se sont aussi tournés vers l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis (EAU) dans l’espoir d’obtenir leur soutien contre An-Nahda, dont le dirigeant, Rached Ghannouchi, est une figure intellectuelle de premier plan parmi les Frères musulmans de la région, leur ennemi juré. La réapparition de ce clivage ramène sur la scène politique tunisienne le bras de fer qui domine le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord depuis 2013 – entre la Turquie et le Qatar, représentant le bloc islamiste, d’un côté, et l’Egypte, l’Arabie saoudite et les EAU, de l’autre.

L’intensification de la lutte pour les ressources creuserait encore davantage le fossé entre les islamistes et les anti-islamistes. En outre, cela aggraverait considérablement les tensions politiques et sociales à l’approche des élections législatives et présidentielle prévues plus tard cette année, qui pourraient s’avérer décisives pour l’orientation politique et économique du pays pour les dix ans à venir. En raison d’une scission dans le camp laïque, de la popularité persistante d’An-Nahda auprès de larges sections de la population et de sa domination des institutions gouvernementales, le parti reste le mieux placé pour remporter au moins les élections parlementaires. Mais même si ce scénario devait se confirmer, le pouvoir des islamistes pourrait être limité. An-Nahda devra bricoler une coalition gouvernementale et, idéalement, être prêt à renoncer une fois de plus à des ministères clés et à maintenir son accord tacite avec les anti-islamistes. Son influence serait encore plus restreinte s’il présentait un candidat à l’élection présidentielle et s’inclinait.

Toutefois, d’autres scénarios sont possibles. Si les tensions culminent avant les élections, la violence pourrait entraver le processus électoral. Le président pourrait être enclin à déclarer l’état d’urgence, comme le prévoit la Constitution, mais sans contrôles constitutionnels additionnels, cela pourrait remettre la Tunisie sur la voie de l’autocratie. Pour cette raison, il est essentiel que le parlement établisse une Cour constitutionnelle, qui statuerait sur le prolongement de l’état d’urgence trente jours après son entrée en vigueur. La composition politique de cette instance devrait être diversifiée. L’absence d’une Cour constitutionnelle risque en effet, si ce scénario se confirme, de mettre la Tunisie dans une situation délicate.

Eviter un dérapage : le rôle de l’UE

L’UE est le principal partenaire commercial de la Tunisie et lui a fourni un soutien financier important (entre 2011 et 2017, l’aide de l’UE à la Tunisie s’est élevée à 2,4 milliards d’euros en subventions et assistance macrofinancière). Elle a tout intérêt à protéger la stabilité de la Tunisie, pour consolider l’une des seules – sinon la seule – réussites des soulèvements arabes, atténuer l’attrait qu’exerce le jihadisme sur les Tunisiens et limiter la migration illégale en Europe. Malgré le rythme décevant des réformes économiques et politiques (réforme des retraites, réduction de la masse salariale du secteur public, amélioration du climat des affaires, transparence fiscale accrue, avancement des négociations sur l’accord de libre-échange complet et approfondi, création de la Cour constitutionnelle et remplacement de quatre membres de la Haute autorité électorale indépendante afin que cette instance puisse progresser dans l’organisation des élections législatives et présidentielle de fin 2019), l’UE devrait continuer à apporter son soutien macroéconomique pour éviter que la situation ne se détériore davantage.

En outre, elle devrait encourager le gouvernement à donner la priorité à la réforme de l’administration publique, à améliorer la transparence des nominations et des transferts dans le secteur public, et à établir des règles claires régissant ses relations avec les hauts fonctionnaires de l’administration – autant de mesures qui peuvent aider à éviter une polarisation accrue entre islamistes et anti-islamistes en réduisant le rôle des réseaux clientélistes partisans. Elle devrait également encourager les partis politiques à trouver un accord au parlement sur la composition de la Cour constitutionnelle, ce qui permettrait sa mise en place. Elle devrait enfin faire usage de son influence pour contrebalancer tout effort intérieur ou extérieur visant à rétablir un régime autoritaire en subordonnant la poursuite du soutien financier à la Tunisie au respect de la Constitution par les pouvoirs législatif et exécutif.

An intensifying struggle over resources would further deepen the rift between Islamists and anti-Islamists.

In May 2018, An-Nahda made headway in local elections. It won 28 per cent of municipal council seats (against 20 per cent for Nida Tounes), including in all the main cities. The next month, it took charge of the administration in 36 per cent of all municipalities (compared with 22 per cent for Nida Tounes). This partial victory boosted the party’s political weight, altered the balance of power vis-à-vis its principal opponent, and raised a question mark over the tacit agreement between Islamists and anti-Islamists in place since the 2014 parliamentary and presidential elections. By this unwritten agreement, An-Nahda had accepted less power than its electoral weight would suggest it should have, with just three ministries, none a major one; it had also agreed not to interfere with the established patronage networks, for example by placing its backers in senior executive positions.

Its electoral show of strength triggered a response from an inchoate coalition of senior figures in government, business and professional associations and trade unions, as well as far-left activists and Arab nationalists. They started to pressure the interior and justice ministries to classify the Islamist party as a terrorist organisation, and on the military courts to dissolve it and imprison some of its leaders. They also began reaching out to Saudi Arabia and the United Arab Emirates (UAE) in hopes of soliciting these two countries’ support against An-Nahda, whose leader, Rached Ghannouchi, is a leading intellectual figure among the regionwide Muslim Brotherhood, their staunch enemy. The resurfacing of this rift invites a return to Tunisian politics of political competition that has dominated the Middle East and North Africa region since 2013 – between Turkey and Qatar, representing the Islamist bloc, on one side, and Egypt, Saudi Arabia and the UAE, on the other.

An intensifying struggle over resources would further deepen the rift between Islamists and anti-Islamists. It also would significantly heighten political and social tensions ahead of parliamentary and presidential elections later this year, which could well prove decisive in shaping the country’s political and economic complexion for the next decade. Because of a split in the secularist camp, An-Nahda’s enduring popularity among large sectors of the population and its dominance of governing institutions, the party remains the favourite to win at least the parliamentary elections. Even were this scenario to pass, the Islamists’ power could be circumscribed. It will need to cobble together a governing coalition, and optimally will be willing once again to forgo key ministries and maintain its tacit agreement with the anti-Islamists. An-Nahda’s influence would be further curbed were it to put up a presidential candidate and loose.

However, other scenarios are possible. If tensions come to a head before the elections, violence could get in the way of the electoral process. This could prompt the president to declare a state of emergency, as provided for under the constitution, but without additional constitutional checks, this could put Tunisia back on the path of autocratic rule. For this reason, it is critical that the parliament establish a Constitutional Court, which would adjudicate whether the state of emergency can be extended thirty days after its entry into force. The court should have a politically diverse composition that might help to prevent it from endorsing such a move. Indeed, under this scenario, the absence of a Constitutional Court could plunge Tunisia into dangerous waters.

An EU Role in Preventing a Dangerous Backsliding

The EU is Tunisia’s main trading partner and has provided important financial support to the country (between 2011 and 2017, EU assistance to Tunisia amounted to € 2.4 billion in grants and macro-financial assistance). It has a clear interest in protecting Tunisia’s stability, to fortify one of the only – if not the only – success story to emanate from the Arab uprisings, dampen the appeal of jihadism to Tunisians, and limit illegal migration to Europe. It follows that, despite the disappointing pace of economic and political reforms (pension reform, reducing the public-sector payroll, improving the business climate, greater fiscal transparency, advancing negotiations about the Deep and Comprehensive Free Trade Agreement, creating the Constitutional Court and replacing four members of the Independent High Authority for Elections so that this body can move forward with organising the legislative and presidential elections of late 2019), the EU should continue to provide macro-economic support to prevent the situation from deteriorating even further.

In addition, it should encourage the government to prioritise public-administration reform, render public-sector appointments and transfers more transparent, and introduce clear rules governing its relations with senior administrative officials – all steps that, by reducing the role of partisan patronage would help prevent further polarisation between Islamists and anti-Islamists. It should also encourage political parties to reach agreement in parliament about the composition of the Constitutional Court, thus enabling its establishment. And it should use its influence to counterbalance any domestic or externally-inspired effort to restore an authoritarian regime by making continued financial support to Tunisia conditional on the legislative and executive branches’ respect for the constitution.