Arrow Left Arrow Right Camera icon set icon set Ellipsis icon set Facebook Favorite Globe Hamburger List Mail Map Marker Map Microphone Minus PDF Play Print RSS Search Share Trash Twitter Video Camera Youtube
Arming Iraq’s Kurds: Fighting IS, Inviting Conflict
Arming Iraq’s Kurds: Fighting IS, Inviting Conflict
Table of Contents
  1. Executive Summary
Dix conseils à l’attention des gouvernants pour se débarrasser de l’organisation de l’EI
Dix conseils à l’attention des gouvernants pour se débarrasser de l’organisation de l’EI
A Kurdish Peshmerga fighter holds a a rocket-propelled grenade launcher as he takes up position in an area overlooking a village in Khazir, on the edge of Mosul, controlled by the Islamic State, on 8 September 2014. REUTERS/Ahmed Jadallah

Arming Iraq’s Kurds: Fighting IS, Inviting Conflict

The US-led coalition’s military assistance to Kurdish forces against the Islamic State (IS) is inadvertently accelerating intra-Kurdish fragmentation. The West should coordinate its aid better, build upon Iraqi Kurdistan’s past efforts in transforming its peshmergas into a professional military, and encourage Kurdish coordination with Iraq’s central government in the fight against IS.

  • Share
  • Save
  • Print
  • Download Full Report

Executive Summary

Loosely organised in an ad hoc coalition, Western countries rushed military aid to Iraqi Kurds in the face of a lightning assault by the Islamic State (IS) in June 2014. They failed, however, to develop a strategy for dealing with the consequences of arming non-state actors in Iraq, a country whose unity they profess to support. Rather than forging a strong, unified military response to the IS threat, building up Kurdish forces accelerated the Kurdish polity’s fragmentation, increased tensions between these forces and non-Kurds in disputed areas and strengthened Iraq’s centrifugal forces. Delivered this way, military assistance risks prolonging the conflict with IS, worsening other longstanding, unresolved conflicts and creating new ones. A new approach is called for that revives and builds on past efforts to transform Kurdish forces into a professional institution.

Despite Western concerns, doing so is unlikely to enhance chances of Kurdish independence. Kurdish parties have become even more dependent, not less, on their alliances with Turkey and Iran since IS’s arrival. Turkey, the country with the ability to give the Kurds the independent revenue stream from oil sales they would need to move effectively toward independence, has given no indication it is prepared to do so and every indication it wishes to preserve Iraq’s unity. Western states’ current practice of channelling weapons to the Kurds via Baghdad and encouraging the two sides to resolve their outstanding disputes over oil exports and revenues also will keep the Kurdish region inside Iraq. Indeed, the development of a professional Kurdish military force is a necessary condition for effective coordination with the Baghdad government in joint operations against IS and in preparing a post-IS political plan.

Coalition military aid is premised on a belief that giving weapons and training to Kurdish forces, known as peshmergas, will in itself improve their performance against IS, a notion Kurdish leaders were quick to propagate. But the evolving state of Iraqi Kurdish politics makes for a rather more ambiguous picture: the dominant, rival parties, the KDP (Kurdistan Democratic Party) and PUK (Patriotic Union of Kurdistan), have been moving away from a strategic framework agreement that had stabilised their relationship after a period of conflict and allowed them to present a unified front to the central government as well as neighbouring Iran and Turkey. Moreover, their historic leaders, Masoud Barzani and Jalal Talabani, are on the political wane, triggering an intra-elite power struggle.

This is, therefore, a particularly fragile moment. Rather than shore up Kurdish unity and institutions, the latest iteration of the “war on terror” is igniting old and new internecine tensions and undermining whatever progress has been achieved in turning the peshmergas into a professional, apolitical military force responding to a single chain of command. In doing so, it is also paving the way for renewed foreign involvement in Kurdish affairs, notably by Iran. And it is encouraging Kurdish land grabs and a rush on resources in territories they claim as part of their autonomous region, further complicating their rapport with Sunni Arab neighbours and the government of Prime Minister Haider al-Abadi.

On the face of it, after an initial delivery directly to the KDP in August 2014, Western military aid has been provided to the Kurdistan Regional Government (KRG), with prior approval from Baghdad. In practice, however, weapon deliveries from a variety of donors are unilateral, mostly uncoordinated and come without strings regarding their distribution and use on the front lines. As a result, they have disproportionately benefited the KDP, which is dominant in Erbil, the region’s capital, and thus have pushed the PUK into greater reliance on Iranian military assistance and an alliance with the Kurdistan Workers Party (PKK), the Kurdish rebel organisation in Turkey. In this context, the KDP and PUK, formal partners in a unity government, have shown little inclination to distribute roles or mount joint operations, preferring competition over coordination. As a result, Kurdish forces have been less effective in fighting IS than they could have been.

While coalition members have tied military assistance to acceptance of the central government’s sovereign role in its distribution, they are jeopardising their stated interest in preserving Iraq’s unity. Indeed, by upsetting the fragile equilibrium among Kurds, between Kurds and Sunni Arabs and between the Kurds and the governments in Baghdad, Tehran and Ankara, they risk weakening it; moreover, by empowering Kurdish party-based forces, they hasten the state’s de-institutionalisation and invite external interference. Given how fragile and fragmented Iraq has become, one can only wonder how pouring more arms into it could have any chance of making it stronger.

Coalition members, working in coordination, need instead to persuade Kurdish parties to complete the reunification of their parallel military, security and intelligence agencies within a single, non-partisan structure by empowering the KDP-PUK joint brigades and the peshmergas’ most professional elements; to cooperate with non-Kurdish actors in the disputed territories; and to develop a post-IS plan with the central government that cements security cooperation in these territories and moves forward the process of resolving their status through negotiation.

The KRG leadership is overdue in putting its own house in order. It may revel in momentary support for its fight against IS, but old problems will soon return, arguably posing a far more serious threat to the region’s stability than IS by itself could ever represent.

Dix conseils à l’attention des gouvernants pour se débarrasser de l’organisation de l’EI

Comment vaincre l’organisation de l’État islamique ? Telle est la question que se posent les gouvernements occidentaux. Avant de se précipiter dans de nouvelles aventures, il faut prendre le temps de réfléchir et de tirer les leçons des échecs passés.

La lutte antiterroriste a pris en Occident, et tout particulièrement en France — frappée par deux attentats majeurs l’an dernier — une importance centrale. Elle s’est imposée sur les agendas médiatiques. Elle monopolise aussi les débats politiques, entre état d’urgence, révisions constitutionnelles et projets de loi. L’organisation de l’État islamique (OEI) est-elle sur le point de nous pousser à agir de façon totalement irrationnelle et contre-productive  ? Penchons-nous un instant sur l’expérience et en particulier les erreurs du passé pour y trouver quelques leçons à ne pas oublier si l’on souhaite se débarrasser de ce groupe terroriste.

1. NE PAS SURESTIMER LA MENACE

Faire peur, ce n’est jamais que l’objectif ultime des terroristes. Un assassin tue. Un terroriste aussi. Sauf que ce dernier ne le fait pas tant pour tuer que pour provoquer des représailles et susciter de l’effroi. Céder à cet effroi, c’est contribuer au succès des terroristes. La peur est mauvaise conseillère. Les gouvernants doivent prendre garde à ne pas surréagir et tomber dans les pièges que leur tendent les terroristes. Cela nécessite un meilleur contrôle du narratif, et un usage très calibré de la force.

2. NE PAS ESPÉRER DÉTRUIRE L’OEI AVEC DES BOMBES

La campagne aérienne déclenchée en août 2014 par une coalition internationale pourra certes détruire des camps d’entraînement, tuer des dirigeants ou perturber les mouvements de l’OEI. Pourtant aucun groupe terroriste n’a jamais été détruit par une campagne de bombardements. En 1998, l’aviation américaine bombardait pour la première fois des camps djihadistes en Afghanistan et une usine au Soudan. Depuis, ces bombardements n’ont guère cessé et se sont irrésistiblement accélérés. A-t-on vu reculer le terrorisme djihadiste au cours de ces trois décennies  ? Au contraire, les bombardements, avec leurs dégâts aux infrastructures et leurs inévitables victimes civiles, peuvent contribuer à pousser les populations et les générations futures du côté des extrémistes.

3. SE MÉFIER DE SES AMIS

Tout le monde se déclare prêt à combattre l’OEI, toutefois chacun a ses arrière-pensées. Les monarchies sunnites sont davantage préoccupées par l’Iran, et l’Iran par les monarchies sunnites. Les Kurdes voient dans le combat contre l’OEI une chance de récupérer l’administration d’un territoire autonome, perspective que la Turquie veut éviter à tout prix. La Russie entend consolider sa position stratégique dans la région. Personne, parmi les acteurs cités, n’a les mêmes priorités, et les divergences au sein de cette «  coalition  » l’affaiblissent.

4. NE PAS ÊTRE OBSÉDÉ PAR LE DISCOURS RELIGIEUX

L’OEI justifie avec une insistance suspecte toutes ses actions avec un discours religieux. La religion est importante pour certains de ses militants, mais elle est aussi en partie le masque de la politique : pour paraphraser Olivier Roy, nous assistons à l’islamisation de l’ultra-violence autant qu’à la radicalisation de l’islamisme. C’est d’abord la déréliction politique, économique et sociale dans laquelle ont été abandonnées les populations arabes sunnites de Syrie et d’Irak qui a créé le terreau favorable. La répression féroce qu’ils ont connue lorsqu’ils ont demandé le rétablissement de leurs droits les a poussés dans un cycle de violence dont profite l’OEI pour recruter, lui permettant de se poser en parrain et protecteur. Dans les pays en guerre, on massacre. Et chez nous, on stigmatise et discrimine. Le degré d’exclusion est différent, cependant le résultat identique. Dans tous les cas, ce sont les musulmans sunnites qui sont visés, et que l’OEI cherche à fédérer.

5. CESSER DE CROIRE DANS LES VERTUS DES RÉGIMES AUTORITAIRES

La vague contre-révolutionnaire actuelle semble remettre en selle le discours des diplomates avant les «  Printemps arabes  » : «  les dictateurs arabes sont peut-être peu fréquentables, mais ils constituent au moins un rempart efficace contre le terrorisme  ». Rien n’est plus faux. Certes, si les régimes autoritaires peuvent contenir leur société, ils le font comme la cocotte-minute contient le bouillon. Lorsqu’ils disparaissent, toutes les rancœurs, les frustrations accumulées pendant des décennies éclatent et produisent de la violence politique.

6. NE PAS PRENDRE LE RÉSULTAT POUR LA CAUSE

L’OEI, comme les autres groupes extrémistes, est un symptôme bien davantage que la cause des maux du Proche-Orient. Combattre l’OEI sans s’attaquer aux causes politiques, sociales, économiques, qui ont permis son ascension et lui ont assuré des succès est voué à l’échec. La violence, l’autoritarisme, le communautarisme, les discriminations sont les principaux carburants du terrorisme.

7. NE FAIRE RECULER L’OEI QUE LÀ OÙ UNE ALTERNATIVE EST POSSIBLE

Comme enseigné dans les écoles militaires, il ne faut pas chercher à conquérir un territoire si l’on n’a pas la volonté ou les moyens de le contrôler par la suite, sinon, la victoire de la conquête se traduit en débâcle de l’occupation. Le projet politique doit accompagner, et même anticiper, les opérations militaires. Si l’OEI s’effondrait aujourd’hui sous les coups d’une coalition militaire, cela ne signifierait pas nécessairement une victoire. Faute de projet politique, les populations seraient livrées à un chaos qui ouvrirait la voie, dans six mois, dans un an, à un groupe aussi radical que l’OEI.

8. «  DÉSESCALADER  » LE CONFLIT CHIITES-SUNNITES

Les tensions actuelles sont alimentées par des sentiments de victimisation réciproque, des envies de revanches, une vision de l’autre fantasmée et parfois paranoïaque. Dans une certaine mesure, l’OEI est la réponse du monde sunnite à la vision d’un chiisme conquérant. L’apparition de deux coalitions parallèles, l’une autour de l’axe Iran-Russie, l’autre réunissant Occident et puissance sunnites, perpétue les tensions et conforte l’OEI.

9. NE PAS LAISSER POURRIR LES CRISES

Il faut bien sûr un accord de paix en Syrie. Il faut aussi que tous les Irakiens soient représentés par des institutions justes et inclusives. Il faut évidemment ramener la paix au Yémen et en Libye. Les guerres et les crises à travers le monde musulman sont un formidable vivier pour l’extrémisme et le terrorisme. Tous les conflits naissent locaux, pourtant lorsqu’un conflit se radicalise, il acquiert une dimension internationale qui le rend inextricable. Et au-delà du Proche-Orient, n’oublions pas le Sahel et l’Afrique subsaharienne.

10. PENSER LA PAIX CIVILE AVANT TOUTE INTERVENTION MILITAIRE

Une intervention militaire peut certes produire des résultats immédiats, en détruisant l’aura d’invincibilité du mouvement. Mais l’éradication d’un groupe terroriste ne peut provenir que d’un processus politique qui peut prendre de longues années. À l’inverse, le terrorisme provoque des fractures immédiates dans nos sociétés, comme l’ont encore montré les attentats de l’an dernier. Consolider le front intérieur, fragilisé par la menace terroriste, est une urgence qui ne peut attendre le démantèlement de l’OEI. Cela passe bien sûr par une prévention efficace des attentats, et aussi par le renforcement de la cohésion nationale et un rassemblement autour de ses valeurs. Refusons les politiques de la peur.

This article first appeared in Orient XXI.