Arrow Left Arrow Right Camera icon set icon set Ellipsis icon set Facebook Favorite Globe Hamburger List Mail Map Marker Map Microphone Minus PDF Play Print RSS Search Share Trash Twitter Video Camera Youtube
Dix conseils à l’attention des gouvernants pour se débarrasser de l’organisation de l’EI
Dix conseils à l’attention des gouvernants pour se débarrasser de l’organisation de l’EI

Iraq: Falluja's Faustian Bargain

An alliance between the local military council and the jihadi ISIL group is keeping the besieging Iraqi army at bay around Falluja, but unless Sunni alienation is addressed, the city risks a new round of devastating conflict.

  • Share
  • Save
  • Print
  • Download Full Report

Executive Summary

As the campaign for Iraq’s 30 April parliamentary elections heated up, so too did Falluja. The situation there has taken a dramatic turn for the worse since late 2013 when the army, after a long absence, returned in response to protests around Anbar province. With the troops on the outskirts, the jihadi ISIL within and the city’s self-appointed military council trying to walk a fine line between the two, Falluja seems poised to repeat the battles of 2004, when it experienced some of the most intense fighting of the U.S. occupation. The potential for miscalculation, or calculated escalation, is enormous. It is too late for steps that might have been taken to reduce tensions before the elections. Any lasting solution requires addressing the deeper roots of Sunni alienation in a country increasingly gripped by sectarian tension. ISIL’s rise is a symptom, not the main cause, of the poor governance that is the principal reason for Iraq’s instability. The government, UN and U.S. should treat ISIL differently from the military council and Falluja as a whole, rather than bundling them together in an indiscriminate “war on terror”.

When in December 2013 Iraq’s central authorities cleared a year-long sit-in in the city that was demanding better treatment from Baghdad, Falluja’s residents took to the streets. ISIL (the Islamic State of Iraq and the Levant) took advantage of the ensuing chaos, moved forces into the city and asserted it had seized control. The claim was greatly exaggerated: while it raised its black flag above some administration buildings in the city centre, locals blocked most of their forays and forced them to retreat to the outskirts.

But Baghdad had a casus belli: it besieged the city, ignored local attempts to mediate an ISIL withdrawal and threatened to attack. Falluja residents held no brief for ISIL, but their hatred of the Iraqi army – seen as the instrument of a Shiite, sectarian regime, directed from Tehran, that discriminates against Sunnis in general and Anbar in particular – ran even deeper. The city’s rebels struck a Faustian bargain, forming an alliance of convenience with ISIL. The jihadis’ military might kept the army at bay, but their presence justified the government’s claim that the entire city was under jihadi control. A self-reinforcing cycle has taken root: jihadi activity encourages government truculence that in turn requires greater jihadi protection.

Falluja’s fighters and Baghdad’s central authorities both are posing as the country’s true patriots, deriding their adversary as a foreign enemy. ISIL has benefited by renewing its base of support in Iraq, which had been shrinking ever since the sahwa (awakening) turned against al-Qaeda in 2006. With a high profile from the fighting in Syria and superior weaponry, they once again have become a magnet for the country’s disaffected.

The crisis has rescued Prime Minister Nouri al-Maliki’s chances in the parliamentary elections, which, until ISIL entered the picture, appeared grim. His second term is widely considered a disaster: over the past year, the rising tempo of violence across the country, abuses by the security services, massive floods in the capital and the government’s mismanagement of Sunni protests damaged his credibility as a national leader among both Sunnis and Shiites. To save his prospects, he took a page out of Syrian President Bashar al-Assad’s playbook by exaggerating – and thereby exacerbating – the threat Falluja poses to national stability. It offered more than a diversion: it was an opportunity to shift the terms of debate, rally Shiites against alleged terrorists, divide and neutralise Sunnis, redeem the army’s image as defender of state and nation and lobby the international community – with an often myopic focus on jihadi terrorism – for support.

Al-Qaeda is a serious threat, which is why the government should mobilise all the help it can get. One way to do so and to defuse tension in Anbar, however, would be to distinguish among the elements in the province, in particular between local insurgents with specific grievances and political interests and transnational ISIL jihadis, whose agenda is anathema to the city’s residents. With a cohesive corporate identity unique in Anbar, Falluja would prefer to evict the jihadis if guaranteed it would not face regime attack, much as it was almost a decade ago, when the sahwa joined with the government. But the prime minister has staked his re-election on an anti-terrorism campaign with a crude sectarian cast; neither he nor any part of the Sunni spectrum is likely to retreat. The Muttahidun electoral list, a predominantly Sunni coalition that initially led protests but is now partially aligned with the government, is as invested in the terrorism narrative as the government; its and Maliki’s Sunni adversaries, believing the elections are rigged and they would lose even if they were not, are set to boycott.

The parliamentary elections, at least in Anbar, will not be credible – not only because they are proceeding with the province a virtual war zone, but also because violence, fighting terrorism and a focus on security – the very factors that have undermined the elections – have become integral elements of governance in Iraq. What is needed is a new political compact, something elections are but one way to spur.

The question is what should happen after the poll. In the short term, the government should work with Falluja’s military council – which itself should endeavour to repair its relationship with its Sunni rivals – to push ISIL from the city. In the longer term, the violence in and around Falluja should be seen for what it is: a consequence of the state’s deep political flaws, not their root cause, that needs to be addressed as such. There is no better or more convenient time to begin to do so than in the wake of the elections, when political horse-trading will be the order of the day.

Dix conseils à l’attention des gouvernants pour se débarrasser de l’organisation de l’EI

Comment vaincre l’organisation de l’État islamique ? Telle est la question que se posent les gouvernements occidentaux. Avant de se précipiter dans de nouvelles aventures, il faut prendre le temps de réfléchir et de tirer les leçons des échecs passés.

La lutte antiterroriste a pris en Occident, et tout particulièrement en France — frappée par deux attentats majeurs l’an dernier — une importance centrale. Elle s’est imposée sur les agendas médiatiques. Elle monopolise aussi les débats politiques, entre état d’urgence, révisions constitutionnelles et projets de loi. L’organisation de l’État islamique (OEI) est-elle sur le point de nous pousser à agir de façon totalement irrationnelle et contre-productive  ? Penchons-nous un instant sur l’expérience et en particulier les erreurs du passé pour y trouver quelques leçons à ne pas oublier si l’on souhaite se débarrasser de ce groupe terroriste.

1. NE PAS SURESTIMER LA MENACE

Faire peur, ce n’est jamais que l’objectif ultime des terroristes. Un assassin tue. Un terroriste aussi. Sauf que ce dernier ne le fait pas tant pour tuer que pour provoquer des représailles et susciter de l’effroi. Céder à cet effroi, c’est contribuer au succès des terroristes. La peur est mauvaise conseillère. Les gouvernants doivent prendre garde à ne pas surréagir et tomber dans les pièges que leur tendent les terroristes. Cela nécessite un meilleur contrôle du narratif, et un usage très calibré de la force.

2. NE PAS ESPÉRER DÉTRUIRE L’OEI AVEC DES BOMBES

La campagne aérienne déclenchée en août 2014 par une coalition internationale pourra certes détruire des camps d’entraînement, tuer des dirigeants ou perturber les mouvements de l’OEI. Pourtant aucun groupe terroriste n’a jamais été détruit par une campagne de bombardements. En 1998, l’aviation américaine bombardait pour la première fois des camps djihadistes en Afghanistan et une usine au Soudan. Depuis, ces bombardements n’ont guère cessé et se sont irrésistiblement accélérés. A-t-on vu reculer le terrorisme djihadiste au cours de ces trois décennies  ? Au contraire, les bombardements, avec leurs dégâts aux infrastructures et leurs inévitables victimes civiles, peuvent contribuer à pousser les populations et les générations futures du côté des extrémistes.

3. SE MÉFIER DE SES AMIS

Tout le monde se déclare prêt à combattre l’OEI, toutefois chacun a ses arrière-pensées. Les monarchies sunnites sont davantage préoccupées par l’Iran, et l’Iran par les monarchies sunnites. Les Kurdes voient dans le combat contre l’OEI une chance de récupérer l’administration d’un territoire autonome, perspective que la Turquie veut éviter à tout prix. La Russie entend consolider sa position stratégique dans la région. Personne, parmi les acteurs cités, n’a les mêmes priorités, et les divergences au sein de cette «  coalition  » l’affaiblissent.

4. NE PAS ÊTRE OBSÉDÉ PAR LE DISCOURS RELIGIEUX

L’OEI justifie avec une insistance suspecte toutes ses actions avec un discours religieux. La religion est importante pour certains de ses militants, mais elle est aussi en partie le masque de la politique : pour paraphraser Olivier Roy, nous assistons à l’islamisation de l’ultra-violence autant qu’à la radicalisation de l’islamisme. C’est d’abord la déréliction politique, économique et sociale dans laquelle ont été abandonnées les populations arabes sunnites de Syrie et d’Irak qui a créé le terreau favorable. La répression féroce qu’ils ont connue lorsqu’ils ont demandé le rétablissement de leurs droits les a poussés dans un cycle de violence dont profite l’OEI pour recruter, lui permettant de se poser en parrain et protecteur. Dans les pays en guerre, on massacre. Et chez nous, on stigmatise et discrimine. Le degré d’exclusion est différent, cependant le résultat identique. Dans tous les cas, ce sont les musulmans sunnites qui sont visés, et que l’OEI cherche à fédérer.

5. CESSER DE CROIRE DANS LES VERTUS DES RÉGIMES AUTORITAIRES

La vague contre-révolutionnaire actuelle semble remettre en selle le discours des diplomates avant les «  Printemps arabes  » : «  les dictateurs arabes sont peut-être peu fréquentables, mais ils constituent au moins un rempart efficace contre le terrorisme  ». Rien n’est plus faux. Certes, si les régimes autoritaires peuvent contenir leur société, ils le font comme la cocotte-minute contient le bouillon. Lorsqu’ils disparaissent, toutes les rancœurs, les frustrations accumulées pendant des décennies éclatent et produisent de la violence politique.

6. NE PAS PRENDRE LE RÉSULTAT POUR LA CAUSE

L’OEI, comme les autres groupes extrémistes, est un symptôme bien davantage que la cause des maux du Proche-Orient. Combattre l’OEI sans s’attaquer aux causes politiques, sociales, économiques, qui ont permis son ascension et lui ont assuré des succès est voué à l’échec. La violence, l’autoritarisme, le communautarisme, les discriminations sont les principaux carburants du terrorisme.

7. NE FAIRE RECULER L’OEI QUE LÀ OÙ UNE ALTERNATIVE EST POSSIBLE

Comme enseigné dans les écoles militaires, il ne faut pas chercher à conquérir un territoire si l’on n’a pas la volonté ou les moyens de le contrôler par la suite, sinon, la victoire de la conquête se traduit en débâcle de l’occupation. Le projet politique doit accompagner, et même anticiper, les opérations militaires. Si l’OEI s’effondrait aujourd’hui sous les coups d’une coalition militaire, cela ne signifierait pas nécessairement une victoire. Faute de projet politique, les populations seraient livrées à un chaos qui ouvrirait la voie, dans six mois, dans un an, à un groupe aussi radical que l’OEI.

8. «  DÉSESCALADER  » LE CONFLIT CHIITES-SUNNITES

Les tensions actuelles sont alimentées par des sentiments de victimisation réciproque, des envies de revanches, une vision de l’autre fantasmée et parfois paranoïaque. Dans une certaine mesure, l’OEI est la réponse du monde sunnite à la vision d’un chiisme conquérant. L’apparition de deux coalitions parallèles, l’une autour de l’axe Iran-Russie, l’autre réunissant Occident et puissance sunnites, perpétue les tensions et conforte l’OEI.

9. NE PAS LAISSER POURRIR LES CRISES

Il faut bien sûr un accord de paix en Syrie. Il faut aussi que tous les Irakiens soient représentés par des institutions justes et inclusives. Il faut évidemment ramener la paix au Yémen et en Libye. Les guerres et les crises à travers le monde musulman sont un formidable vivier pour l’extrémisme et le terrorisme. Tous les conflits naissent locaux, pourtant lorsqu’un conflit se radicalise, il acquiert une dimension internationale qui le rend inextricable. Et au-delà du Proche-Orient, n’oublions pas le Sahel et l’Afrique subsaharienne.

10. PENSER LA PAIX CIVILE AVANT TOUTE INTERVENTION MILITAIRE

Une intervention militaire peut certes produire des résultats immédiats, en détruisant l’aura d’invincibilité du mouvement. Mais l’éradication d’un groupe terroriste ne peut provenir que d’un processus politique qui peut prendre de longues années. À l’inverse, le terrorisme provoque des fractures immédiates dans nos sociétés, comme l’ont encore montré les attentats de l’an dernier. Consolider le front intérieur, fragilisé par la menace terroriste, est une urgence qui ne peut attendre le démantèlement de l’OEI. Cela passe bien sûr par une prévention efficace des attentats, et aussi par le renforcement de la cohésion nationale et un rassemblement autour de ses valeurs. Refusons les politiques de la peur.

This article first appeared in Orient XXI.