icon caret Arrow Down Arrow Left Arrow Right Arrow Up Line Camera icon set icon set Ellipsis icon set Facebook Favorite Globe Hamburger List Mail Map Marker Map Microphone Minus PDF Play Print RSS Search Share Trash Crisiswatch Alerts and Trends Box - 1080/761 Copy Twitter Video Camera  copyview Whatsapp Youtube
Popular Protests in North Africa and the Middle East (IV): Tunisia’s Way
Popular Protests in North Africa and the Middle East (IV): Tunisia’s Way
Table of Contents
  1. Executive Summary
La Tunisie se rend aux urnes dans un contexte délétère
La Tunisie se rend aux urnes dans un contexte délétère

Popular Protests in North Africa and the Middle East (IV): Tunisia’s Way

As Tunisia continues its transition to democracy, it will need to balance the urge for radical political change against the requirement of stability; integrate Islamism into the new landscape; and, with international help, tackle deep socio-economic problems.

  • Share
  • Save
  • Print
  • Download PDF Full Report

Executive Summary

Tunisia is where it all began. It is also the country where the democratic transition arguably has the greatest chance of success. There are many reasons for this, but the most significant lies in the country’s history of political activism and social mobilisation, which decades of regime repression never fully stifled. This politically activist tradition served the nation well during the uprising, as workers, the unemployed, lawyers and members of the middle class coalesced into a broad movement. It will have to serve the nation well today as it confronts major challenges – namely, balancing the desire for radical political change against the imperative of stability; finding a way to integrate Islamism into the new political landscape; and tackling immense socio-economic problems that are at the origin of the political revolution but which the political revolution on its own is incapable of addressing.

In hindsight, Tunisia possessed all of the required ingredients for an uprising. Notwithstanding the so-called economic miracle, vast expanses of the country had been systematically neglected by the regime. The unemployment rate was climbing, especially among the young and university-educated. The distress triggered by these socio-economic, generational and geographic disparities was epitomised by the self-immolation, on 17 December 2010, of a young, unemployed, vegetable seller, from a small town, who was supporting his sister’s university studies. His suicide quickly came to embody far wider grievances; notably, it was widely reported and believed by most demonstrators that Bouazizi was a university graduate. In the wake of his death, young demonstrators took to the streets in the south and centre of the country, demanding jobs, economic opportunities and better educational and health services.

The uprising spread both geographically and politically. Trade unions played a crucial role. Initially hesitant, the principal trade union, the Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT), soon after assumed the leadership role. Pressed by its more militant local branches and fearful of losing the support of its base, the UGTT mobilised ever greater numbers of activists in a growing number of cities, including Tunis. Satellite television channels and social networking sites – from Facebook to Twitter – helped spread the movement to young members of the middle class and elite. At the same time, violence perpetrated against protesters helped forge a link between socio-economic and political demands. The image that the regime projected of itself was of an indiscriminate police repression, so it was only logical that the demonstrators perceived it that way. Nothing did more to turn the population in favour of the uprising than the way Ben Ali chose to deal with it.

As for the regime, its bases of support shrivelled in dramatic fashion. In his hour of greatest need, President Zine el-Abidine Ben Ali found himself basically alone without support. Over time, what had been a one-party state had become the private preserve of the president and the first family. Economic resources that had been previously shared among the elite were increasingly monopolised by Ben Ali and his wife, Leila Trabelsi, and the private sector paid a hefty price. The ruling party, the Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), no longer served as a source of patronage; it was unable to organise a single pro-regime demonstration despite repeated calls by the president’s entourage. Likewise, the army suffered under Ben Ali, who did not trust it in the least; in the end, the military was loyal to the state, not the regime. Even the security services were distrusted by Ben Ali, with the exception of the presidential guard, whose privileged treatment only fostered greater resentment.

The uprising was fuelled by these contrasting dynamics, which stimulated increased support for the revolution amid increased defections from the regime. All in all, the country experienced mounting popular resentment, the mobilisation of young citizens using social networking sites, growing involvement of political parties and trade unions, and a weakened power structure, which had alienated its traditional sources of support. At every stage, the authorities’ response – from the use of lethal violence to Ben Ali’s delayed and disconnected reactions – helped transform a largely spontaneous and localised popular movement into a determined national revolution.

When Ben Ali hastily fled on 14 January, the game was far from over. The country faced three fundamental challenges; of these, it has made headway in managing one, taken initial steps to tackle the other and has yet to address the third.

The first task was to devise transitional institutions that could address competing concerns: fear of a return to the past versus fear of a plunge into chaos. There were many hurdles to overcome. The post-Ben Ali government’s first incarnation seemed to many to be a carbon copy of the old, with remnants of the RCD including holdovers from the last cabinet. The opposition responded by establishing a council claiming to embody genuine revolutionary legitimacy. After a period of institutional tug-of-war and several false starts, however, an acceptable institutional balance appears to have been found. Controversial ministers left the government and the council overseeing the transition was expanded to include a representative mix of political forces and civil society. Elections for a constituent assembly – a key demand of the protesters – have been scheduled for 23 October 2011.

Tunisia’s experience carries important lessons. Ben Ali’s successors did themselves substantial harm by failing to consult broadly or communicate clearly. By displaying flexibility and a willingness to shift course in response to public demands, they subsequently were able to avoid a major political crisis.

A second imperative is to integrate Islamists into the reconstructed political system. Tunisia starts with a not inconsiderable advantage. An-Nahda – the country’s principal Islamist movement – stands out among its Arab counterparts by virtue of its pragmatism, efforts to reach out to other political forces, and sophisticated intellectual outlook. Some secular parties too have sought, over the years, to build bridges with the movement. An-Nahda took a back seat during the uprising and, since the revolution, has been at pains to reassure. But mutual mistrust persists. Women’s groups in particular doubt the movement’s sincerity and fear an erosion of their rights. In turn, the Islamists still recall the brutal 1990s when the organisation was systematically crushed by the Ben Ali regime.

The third challenge is also the most pressing – attending to deep-seated socio-economic grievances. For the many ordinary citizens who took to the streets, material despair was a decisive motivating factor. They did want freedom and a voice in politics, of course, and have every reason to rejoice at democratic progress. But the political victory they achieved has done little to change the conditions that triggered their revolt in the first place. To the contrary: the revolution inevitably – if unfortunately – devastated tourism; regional instability pushed oil prices upwards; uncertainty harmed foreign investment; and the conflict in Libya provoked a refugee crisis that hit Tunisia hard.

A difficult economic situation was made worse. In the absence of strong domestic steps and generous international assistance, there is every reason to expect renewed social unrest coupled with an acute sense of regional imbalance, and a sense of political disconnect between the north and southern and central regions of the country.

Such concerns notwithstanding, Tunisia remains for now cause for celebration rather than alarm. The transition is not being led by a strong army any more than it is by a handful of politicians. Rather, a heterogeneous blend of institutions, political forces, trade unions and associations is finding its way through trial and error, negotiations and compromise. For the region and the rest of the world, that should provide ample reason to pay attention and to help Tunisians on their way.

Tunis/Brussels, 28 April 2011

A man looks election posters of presidential candidates in Tunis, Tunisia, 2 September 2019. REUTERS/Zoubeir Souissi
Q&A / Middle East & North Africa

La Tunisie se rend aux urnes dans un contexte délétère

Le premier tour de l’élection présidentielle anticipée tunisienne aura lieu ce dimanche 15 septembre. Selon l’analyste principal de Crisis Group sur la Tunisie, Michael Ayari, les risques de déraillement du processus électoral et de violences sont réels.

Quels sont les enjeux et les risques des élections présidentielle et législatives tunisiennes ?

La Tunisie entre dans une période électorale déterminante pour sa stabilité. Le 15 septembre 2019, plus de 7 millions d’électeurs choisiront un nouveau chef de l’Etat, ou plus vraisemblablement deux finalistes, si aucun des 26 candidats n’obtient la majorité absolue. Selon les dispositions prévues par la Constitution, la présidence par intérim de Mohamed Ennaceur – le président Béji Caïd Essebsi est décédé le 25 juillet 2019, quelques mois avant la fin de son mandat – doit prendre fin le 23 octobre 2019 au plus tard. Si ces délais sont respectés, le second tour de l’élection présidentielle devrait avoir lieu avant le 13 octobre 2019. Lors du scrutin législatif du 6 octobre 2019, les Tunisiens éliront 217 députés parmi 15 073 listes (673 partisanes et 518 indépendantes).

Si l’intensité de la campagne présidentielle, lancée le 2 septembre 2019, témoigne d’une certaine vitalité démocratique, la plupart des observateurs de la vie politique tunisienne sont inquiets. Tout d’abord, aucun compromis ou pacte politique pré-électoral n’adoucit la compétition, créant beaucoup d’incertitudes. Les forces en présence ont le sentiment que leur existence dépend de ces scrutins, ce qui pourrait les pousser à prendre des positions jusqu’au-boutistes. Lors des périodes précédant l’élection de l’Assemblée constituante en octobre 2011 et les scrutins législatifs et présidentiel en octobre-décembre 2014, les principales forces politiques négociaient une formule équitable de partage de pouvoir. Le contexte international et régional était plus clair qu’aujourd’hui : 2011 et 2014 correspondaient grosso modo au début et à la fin du « printemps arabe ». En 2011, les islamistes avaient le vent en poupe. En 2014, c’étaient les « séculiers ». La Tunisie a suivi ces tendances idéologiques tout en se gardant de basculer dans l’un des axes géopolitiques qui les défendent (Turquie-Qatar/Emirats arabes unis-Arabie saoudite-Egypte) grâce à sa formule du consensus (coalition parlementaire et gouvernementale entre islamistes et « séculiers ») soutenue notamment par l’Algérie voisine.

Cinq ans plus tard, aucun signe n’indique nettement de quel côté la balance va pencher au niveau international et régional, tandis que l’expérience du consensus n’a pas rendu la Tunisie plus gouvernable. Les grandes puissances, comme les Etats-Unis, sont moins soucieuses de la stabilité du pays qu’en 2013. Alger est occupé à gérer son mouvement de contestation interne. Les conflits perdurent et s’enveniment en Libye et au Moyen-Orient. Les élites politiques tunisiennes ont donc du mal à se positionner sur un échiquier géopolitique mouvant et hésitent sur la recette politique à même de stabiliser durablement le pays. Elles comptent sur la sanction des urnes pour clarifier le rapport de forces, plutôt que sur le dialogue avec leurs adversaires.

De nombreux Tunisiens n’ont plus confiance en la neutralité des institutions, le régime politique issu de la Constitution de 2014 et la démocratie, ce qui pourrait favoriser le déraillement du processus électoral.

Par ailleurs, de nombreux Tunisiens n’ont plus confiance en la neutralité des institutions, le régime politique issu de la Constitution de 2014 et la démocratie, ce qui pourrait favoriser le déraillement du processus électoral. Contrairement aux scrutins de 2014, les élections à venir n’ont pas été précédées d’une période de « dépolitisation de l’administration publique », durant laquelle un gouvernement non partisan, appuyé par une instance de dialogue national composée des principales formations politiques et organisations de la société civile, passe en revue les nominations dans l’administration centrale, régionale et locale et les instances administratives indépendantes pour identifier celles qui répondent à des considérations partisanes.

Au contraire, depuis mai 2017, lorsque le chef de gouvernement, Youssef Chahed, a lancé une « guerre contre la corruption » sélective, les querelles politiciennes se sont multipliées. La scène politique s’est polarisée autour de son maintien ou de son départ. Ceci a contribué à paralyser l’action publique et le travail législatif et a également divisé et discrédité la classe politique, renforçant la conviction chez nombre de citoyens que Chahed, appuyé par le parti d’inspiration islamiste An-Nahda, instrumentaliserait l’administration publique, notamment les ministères de la Justice et de l’Intérieur, à des fins électorales.

Les évènements récents semblent leur donner raison. Le 18 juin 2019, à un mois du début du dépôt des candidatures pour le scrutin présidentiel, le gouvernement fait adopter au parlement une série d’amendements au Code électoral, qui empêchent de fait le favori des sondages, le magnat de la communication Nabil Karoui, de se présenter. Le 20 juillet 2019, la présidence de la République annonce le refus du chef de l’Etat de promulguer cette loi qu’il qualifie de « taillée sur mesure » contre certains partis ou personnalités politiques. Tahya Tounes (Vive la Tunisie), le parti de Chahed, accuse alors Béji Caïd Essebsi de violation de la Constitution. Et le 23 août, Nabil Karoui est incarcéré dans des conditions floues pour des soupçons de fraude fiscale et de blanchiment d’argent. Il reste néanmoins en lice pour briguer la présidence de la République (et son parti Kalb Tounes (cœur de la Tunisie) maintient ses listes de candidats aux élections législatives).  

Quels scénarios sont à craindre après le premier tour de l’élection présidentielle ?

Beaucoup de Tunisiens expriment leur inquiétude quant au résultat du premier tour du scrutin présidentiel. Etant donné ce contexte et les tensions qui en découlent, il est possible que des candidats contestent les résultats de ce premier tour, en particulier s’ils diffèrent fortement des intentions de vote exprimées dans les sondages, que la plupart des équipes de campagne électorale fétichisent.

Dans ces études d’opinion, Nabil Karoui, très engagé dans des activités caritatives, dépasse de plusieurs points ses adversaires. A la seconde place se trouve tantôt Kaïs Saïed, un indépendant antisystème très conservateur, tantôt Abdelfattah Mourou, le candidat du parti d’inspiration islamiste An-Nahda, connu pour son pragmatisme. Chahed et Abdelkrim Zbidi, un civil ministre de la Défense et partisan d’un régime présidentiel fort, se situent quelques points derrière, mais toujours dans le peloton de tête. En dessous, se trouvent Abir Moussi, nostalgique de l’ère Ben Ali (1987-2011), Mohamed Abbou (opposant à Ben Ali et ministre chargé de la réforme administrative en 2011-2012) et Moncef Marzouki (président de la République de 2011 à 2014), tous deux défenseurs des « acquis démocratiques » du « printemps arabe », et Mehdi Jomaa, ancien chef du gouvernement de technocrates qui avait contribué à apaiser les tensions politiques avant le cycle électoral de 2014. L’éventuelle présence au second tour de Kaïs Saïed (qui défend une refonte totale du système politique qu’il accuse d’avoir donné naissance à un cartel) ou la qualification d’outsiders comme Lotfi Mraihi, un conservateur au franc-parler originaire du Nord-Ouest du pays, une région déshéritée, pourrait déstabiliser la classe politique.

Un second tour plus probable entre Karoui et Mourou, « un prisonnier contre un islamiste », ironise un syndicaliste, susciterait quant à lui de vives tensions. Les forces de gauche et la principale centrale syndicale l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) risqueraient d’agiter le spectre anti-islamiste contre Mourou. Ces conflits pourraient même mobiliser les corps professionnels.

Les risques de déraillement du processus électoral et de violences sont réels.

Autre scénario possible : l’absence de Karoui au second tour et une qualification confortable de Chahed. Ceci encourageait les forces qui soutiennent Karoui à contester l’équité du scrutin, en raison, sinon de trucages, du moins de son incarcération, qui l’a empêché de faire campagne comme les autres candidats. Dans ce cas de figure, Moussi et Zbidi leur emboiteraient probablement le pas, en remettant en cause la transparence et le caractère concurrentiel du processus électoral. Le 4 septembre 2019, Zbidi avait en effet accusé publiquement le chef du gouvernement d’utiliser les moyens de l’Etat dans le cadre de sa campagne électorale.

Même si ce premier tour se déroule sans accroc, plusieurs dirigeants de partis politiques soulignent que le scrutin législatif risque de donner naissance à un parlement bigarré. Il est possible qu’aucune majorité ne se dégage pour former un gouvernement dans les délais prévus par la Constitution, surtout si la formation d’inspiration islamiste, An-Nahda, qui devrait constituer un des plus grands groupes au sein du nouveau parlement, est isolée. Dans un climat économique morose et un contexte sécuritaire encore incertain, une crise parlementaire et gouvernementale de plusieurs mois conduisant à de nouvelles élections législatives est donc envisageable.

Que peuvent faire les principales forces politiques et syndicales pour réduire ces risques ?

Les risques de déraillement du processus électoral et de violences sont réels. Les principales forces politiques et syndicales doivent se montrer responsables et se garder de remettre en cause la validité des résultats si les missions d’observations électorales ne relèvent pas d’irrégularités majeures. En effet, les sondages sont loin d’être infaillibles et une fraude massive est peu probable : vu la qualité des mécanismes de contrôle électoraux, celle-ci nécessiterait un grand degré de complicité entre des acteurs aux intérêts trop divergents.

Ces forces doivent d’ores et déjà multiplier les espaces de discussion, en dépit du ressentiment entre les candidats et leurs équipes de campagne, notamment, d’un côté, celles de Karoui et Zbidi, et de l’autre, celle de Chahed, en raison de soudaines disgrâces ministérielles ou de règlements de compte dans le cadre de la « guerre contre la corruption ».

Même si l’intensité de la bataille électorale est salutaire sur le plan démocratique, réconciliant de nombreux citoyens avec le politique (3 millions de téléspectateurs ont suivi le débat télévisé le 7 septembre 2019), elle risque, si elle rejaillit sur les institutions publiques, les syndicats et les corps professionnels, de cliver la société tunisienne en profondeur pour les cinq prochaines années.  

Que devraient faire les partenaires de la Tunisie ?

Les partenaires internationaux de la Tunisie doivent se garder de toute ingérence. Pour aider à apaiser les tensions, néanmoins, ils devraient réactiver les canaux de dialogue et de médiation consulaire utilisés au plus fort de la polarisation entre islamistes et anti-islamistes de la seconde moitié de 2013, notamment en rencontrant régulièrement les représentants des principales forces politiques et syndicales.