icon caret Arrow Down Arrow Left Arrow Right Arrow Up Line Camera icon set icon set Ellipsis icon set Facebook Favorite Globe Hamburger List Mail Map Marker Map Microphone Minus PDF Play Print RSS Search Share Trash Crisiswatch Alerts and Trends Box - 1080/761 Copy Twitter Video Camera  copyview Whatsapp Youtube
La Tunisie se rend aux urnes dans un contexte délétère
La Tunisie se rend aux urnes dans un contexte délétère
Report 137 / Middle East & North Africa

Tunisia: Violence and the Salafi Challenge

As Tunisia faces the most critical phase of its transition after Chokri Belaïd’s assassination, its leaders must devise a calibrated response to the various challenges posed by the rise of Salafism.

  • Share
  • Save
  • Print
  • Download PDF Full Report

Executive Summary

The assassination of Chokri Belaïd, a prominent opposition politician, has thrown Tunisia into its worst crisis since the January 2011 ouster of President Ben Ali. Al­though culprits have yet to be identified, suspicions swiftly turned to individuals with ties to the Salafi movements. Founded or not, such beliefs once again have brought this issue to the fore. Many non-Islamists see ample evidence of the dangers Salafis embody; worse, they suspect that, behind their ostensible differences, Salafis and An-Nahda, the ruling Islamist party, share similar designs. At a time when the country increasingly is polarised and the situation in the Maghreb increasingly shaky, Tunisia must provide differentiated social, ideological and political answers to three distinct problems: the marginalisation of young citizens for whom Salafism – and, occasionally, violence – is an easy way out; the haziness that surrounds both An-Nahda’s views and the country’s religious identity; and the jihadi threat that ought to be neither ignored, nor exaggerated.

As elsewhere throughout the region, the Salafi phenomenon has been steadily growing – both its scripturalist component, a quietist type of Islamism that promotes immersion in sacred texts, and its jihadi component, which typically advocates armed resistance against impious forces. It made initial inroads under Ben Ali’s authoritarian regime, a response to the repression inflicted on Islamists in general and An-Nahda in particular. A new generation of young Islamists, relatively unfamiliar with An-Nahda, has become fascinated by stories of the Chechen, Iraqi and Afghan resistance.

All that was changed by the 2010-2011 uprising. Scripturalist Salafis, rather discreet and loyal under Ben Ali, began to both vigorously promote their more doctrinaire ideas and pressure An-Nahda, notably on the role of Sharia (or Islamic law) in the new constitution. For their part, jihadis back armed struggle outside of Tunisia, even recruiting fighters for the cause, notably in Syria. Yet they claim to have renounced violence in their own country. Tunisia, they assert, no longer is a land of jihad. It is a land of preaching in which jihadis should take root peacefully, taking advantage of general disorder and the emergence of lawless areas in order to advance Islamic law. As a result, non-Islamists have grown more and more anxious, many among them accusing An-Nahda of conniving with the Salafis and of sharing their ultimate goals.

For now, despite the former regime’s ouster, the security vacuum, economic problems, strikes and various protest movements as well as the release and return from exile of numerous jihadis, Tunisia has experienced neither armed conflict, nor widespread violence nor major terrorist attacks. Most instances of Salafi violence – the most striking of which was the 14 September 2012 assault on the U.S. embassy – have been more dramatic than deadly. An-Nahda played no small part, helping to avert the worst thanks to its prudent management of radical religious groups through a mix of dialogue, persuasion and co-optation.

Yet, such management has its limitations. An-Nahda finds itself in an increasingly uncomfortable position, caught between non-Islamists who accuse it of excessive leniency and laxity in dealing with the security threat and Salafis who denounce it whenever it takes a harder line. Based on circumstances – a flare-up in violence or a wave of arrests – the party is condemned by either the former or the latter. An-Nahda itself is divided: between religious preachers and pragmatic politicians as well as between its leadership’s more flexible positions and the core beliefs of its militant base. Politically, such tensions give rise to an acute dilemma: the more the party highlights its religious identity, the more it worries non-Islamists; the more it follows a pragmatic line, the more it alienates its constituency and creates an opening for the Salafis.

There is not much doubt that the non-Islamist opposition has displayed excessive and premature alarm and that it sometimes levels unsubstantiated accusations. Nor is there much question that it is finding it hard to accept the reality of Islamists governing their country. But the fact that they are exaggerated does not mean that these fears are baseless. Rather, it means that one must clearly define and distinguish them, and offer finely-tuned remedies. To arbitrarily lump together incidents linked to poverty and unemployment, attempts to impose a strict moral order, a political assassination and jihadi violence would only draw Salafis toward their more radical wings.

The first trend involves the growing presence of militant Salafis in poor neighbourhoods. They have stepped in to fill the vacuum created by atrophying public services in marginalised areas; in some places, they have become key economic actors. They are known to help with schooling and serve as mediators in local conflicts, administrative issues and even marital problems. In many poor villages and urban centres, they are deeply engaged in the informal economy.

The second trend has to do with the spread of a more dogmatic form of religious expression, signalling a tug of war between two conceptions of Islam, one more and the other less tolerant. Initially relatively minor, vigilante-style violence has become increasingly commonplace; some citizens are reluctant to conduct their business publicly, fearful of provoking the Salafis’ ire. The Salafis’ influence also is manifested through their control over places of worship and of learning. An-Nahda wagers that this radicalisation of religious discourse is a temporary phenomenon, the unavoidable letting-out of pent-up frustrations after years of repression. It is confident that, by integrating the Salafis into the political system, they will become more moderate. But many party critics view this as a risky gamble that will hasten society’s gradual Islamisation from below.

The third trend concerns the existence of armed groups. They have yet to conduct large-scale operations. True, many Tunisian jihadis have been departing for Syria, Mali or Algeria, where they constituted a large portion of the hostage-takers at the In Amenas gas plant. But most jihadis seem willing to focus on proselytising in Tunisia and, at least for now, are not prepared to engage in more serious violence on its soil.

Yet this could get worse. Instability in the Maghreb, porous borders with Libya and Algeria, as well as the eventual return of jihadis from abroad, could spell trouble. Already, the government has had to harden its stance given the rise in violent incidents; the jihadis’ tougher discourse vis-à-vis An-Nahda; and growing pressure from parts of public opinion, elements within the interior ministry and, in the wake of the attack on their ambassador, the U.S. As a result, relations between Salafi jihadis and An-Nahda followers have deteriorated. This could lead to a vicious cycle between intensified repression and Salafi radicalisation.

The government and An-Nahda face considerable challenges, made all the more urgent by Chokri Belaïd’s murder. The most immediate task is to resolve the current political crisis. Beyond that, it will be to devise responses calibrated to these distinct problems while avoiding a cookie-cutter approach that would stigmatise the most devout of their citizens; provide greater coherence to an increasingly cacophonous religious space while reassuring secularists; bolster law and order without embracing an exclusively security agenda and while reforming the police and judiciary; and, finally, strengthen cooperation with neighbouring countries in a tense and chaotic context.

In the absence of an appropriate answer by the authorities and the dominant Islamist party, violence in all its shades – whether tied to social, demographic, urban, political or religious causes – could well cross a perilous threshold.

Tunis/Brussels, 13 February 2013

A man looks election posters of presidential candidates in Tunis, Tunisia, 2 September 2019. REUTERS/Zoubeir Souissi
Q&A / Middle East & North Africa

La Tunisie se rend aux urnes dans un contexte délétère

Le premier tour de l’élection présidentielle anticipée tunisienne aura lieu ce dimanche 15 septembre. Selon l’analyste principal de Crisis Group sur la Tunisie, Michael Ayari, les risques de déraillement du processus électoral et de violences sont réels.

Quels sont les enjeux et les risques des élections présidentielle et législatives tunisiennes ?

La Tunisie entre dans une période électorale déterminante pour sa stabilité. Le 15 septembre 2019, plus de 7 millions d’électeurs choisiront un nouveau chef de l’Etat, ou plus vraisemblablement deux finalistes, si aucun des 26 candidats n’obtient la majorité absolue. Selon les dispositions prévues par la Constitution, la présidence par intérim de Mohamed Ennaceur – le président Béji Caïd Essebsi est décédé le 25 juillet 2019, quelques mois avant la fin de son mandat – doit prendre fin le 23 octobre 2019 au plus tard. Si ces délais sont respectés, le second tour de l’élection présidentielle devrait avoir lieu avant le 13 octobre 2019. Lors du scrutin législatif du 6 octobre 2019, les Tunisiens éliront 217 députés parmi 15 073 listes (673 partisanes et 518 indépendantes).

Si l’intensité de la campagne présidentielle, lancée le 2 septembre 2019, témoigne d’une certaine vitalité démocratique, la plupart des observateurs de la vie politique tunisienne sont inquiets. Tout d’abord, aucun compromis ou pacte politique pré-électoral n’adoucit la compétition, créant beaucoup d’incertitudes. Les forces en présence ont le sentiment que leur existence dépend de ces scrutins, ce qui pourrait les pousser à prendre des positions jusqu’au-boutistes. Lors des périodes précédant l’élection de l’Assemblée constituante en octobre 2011 et les scrutins législatifs et présidentiel en octobre-décembre 2014, les principales forces politiques négociaient une formule équitable de partage de pouvoir. Le contexte international et régional était plus clair qu’aujourd’hui : 2011 et 2014 correspondaient grosso modo au début et à la fin du « printemps arabe ». En 2011, les islamistes avaient le vent en poupe. En 2014, c’étaient les « séculiers ». La Tunisie a suivi ces tendances idéologiques tout en se gardant de basculer dans l’un des axes géopolitiques qui les défendent (Turquie-Qatar/Emirats arabes unis-Arabie saoudite-Egypte) grâce à sa formule du consensus (coalition parlementaire et gouvernementale entre islamistes et « séculiers ») soutenue notamment par l’Algérie voisine.

Cinq ans plus tard, aucun signe n’indique nettement de quel côté la balance va pencher au niveau international et régional, tandis que l’expérience du consensus n’a pas rendu la Tunisie plus gouvernable. Les grandes puissances, comme les Etats-Unis, sont moins soucieuses de la stabilité du pays qu’en 2013. Alger est occupé à gérer son mouvement de contestation interne. Les conflits perdurent et s’enveniment en Libye et au Moyen-Orient. Les élites politiques tunisiennes ont donc du mal à se positionner sur un échiquier géopolitique mouvant et hésitent sur la recette politique à même de stabiliser durablement le pays. Elles comptent sur la sanction des urnes pour clarifier le rapport de forces, plutôt que sur le dialogue avec leurs adversaires.

De nombreux Tunisiens n’ont plus confiance en la neutralité des institutions, le régime politique issu de la Constitution de 2014 et la démocratie, ce qui pourrait favoriser le déraillement du processus électoral.

Par ailleurs, de nombreux Tunisiens n’ont plus confiance en la neutralité des institutions, le régime politique issu de la Constitution de 2014 et la démocratie, ce qui pourrait favoriser le déraillement du processus électoral. Contrairement aux scrutins de 2014, les élections à venir n’ont pas été précédées d’une période de « dépolitisation de l’administration publique », durant laquelle un gouvernement non partisan, appuyé par une instance de dialogue national composée des principales formations politiques et organisations de la société civile, passe en revue les nominations dans l’administration centrale, régionale et locale et les instances administratives indépendantes pour identifier celles qui répondent à des considérations partisanes.

Au contraire, depuis mai 2017, lorsque le chef de gouvernement, Youssef Chahed, a lancé une « guerre contre la corruption » sélective, les querelles politiciennes se sont multipliées. La scène politique s’est polarisée autour de son maintien ou de son départ. Ceci a contribué à paralyser l’action publique et le travail législatif et a également divisé et discrédité la classe politique, renforçant la conviction chez nombre de citoyens que Chahed, appuyé par le parti d’inspiration islamiste An-Nahda, instrumentaliserait l’administration publique, notamment les ministères de la Justice et de l’Intérieur, à des fins électorales.

Les évènements récents semblent leur donner raison. Le 18 juin 2019, à un mois du début du dépôt des candidatures pour le scrutin présidentiel, le gouvernement fait adopter au parlement une série d’amendements au Code électoral, qui empêchent de fait le favori des sondages, le magnat de la communication Nabil Karoui, de se présenter. Le 20 juillet 2019, la présidence de la République annonce le refus du chef de l’Etat de promulguer cette loi qu’il qualifie de « taillée sur mesure » contre certains partis ou personnalités politiques. Tahya Tounes (Vive la Tunisie), le parti de Chahed, accuse alors Béji Caïd Essebsi de violation de la Constitution. Et le 23 août, Nabil Karoui est incarcéré dans des conditions floues pour des soupçons de fraude fiscale et de blanchiment d’argent. Il reste néanmoins en lice pour briguer la présidence de la République (et son parti Kalb Tounes (cœur de la Tunisie) maintient ses listes de candidats aux élections législatives).  

Quels scénarios sont à craindre après le premier tour de l’élection présidentielle ?

Beaucoup de Tunisiens expriment leur inquiétude quant au résultat du premier tour du scrutin présidentiel. Etant donné ce contexte et les tensions qui en découlent, il est possible que des candidats contestent les résultats de ce premier tour, en particulier s’ils diffèrent fortement des intentions de vote exprimées dans les sondages, que la plupart des équipes de campagne électorale fétichisent.

Dans ces études d’opinion, Nabil Karoui, très engagé dans des activités caritatives, dépasse de plusieurs points ses adversaires. A la seconde place se trouve tantôt Kaïs Saïed, un indépendant antisystème très conservateur, tantôt Abdelfattah Mourou, le candidat du parti d’inspiration islamiste An-Nahda, connu pour son pragmatisme. Chahed et Abdelkrim Zbidi, un civil ministre de la Défense et partisan d’un régime présidentiel fort, se situent quelques points derrière, mais toujours dans le peloton de tête. En dessous, se trouvent Abir Moussi, nostalgique de l’ère Ben Ali (1987-2011), Mohamed Abbou (opposant à Ben Ali et ministre chargé de la réforme administrative en 2011-2012) et Moncef Marzouki (président de la République de 2011 à 2014), tous deux défenseurs des « acquis démocratiques » du « printemps arabe », et Mehdi Jomaa, ancien chef du gouvernement de technocrates qui avait contribué à apaiser les tensions politiques avant le cycle électoral de 2014. L’éventuelle présence au second tour de Kaïs Saïed (qui défend une refonte totale du système politique qu’il accuse d’avoir donné naissance à un cartel) ou la qualification d’outsiders comme Lotfi Mraihi, un conservateur au franc-parler originaire du Nord-Ouest du pays, une région déshéritée, pourrait déstabiliser la classe politique.

Un second tour plus probable entre Karoui et Mourou, « un prisonnier contre un islamiste », ironise un syndicaliste, susciterait quant à lui de vives tensions. Les forces de gauche et la principale centrale syndicale l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) risqueraient d’agiter le spectre anti-islamiste contre Mourou. Ces conflits pourraient même mobiliser les corps professionnels.

Les risques de déraillement du processus électoral et de violences sont réels.

Autre scénario possible : l’absence de Karoui au second tour et une qualification confortable de Chahed. Ceci encourageait les forces qui soutiennent Karoui à contester l’équité du scrutin, en raison, sinon de trucages, du moins de son incarcération, qui l’a empêché de faire campagne comme les autres candidats. Dans ce cas de figure, Moussi et Zbidi leur emboiteraient probablement le pas, en remettant en cause la transparence et le caractère concurrentiel du processus électoral. Le 4 septembre 2019, Zbidi avait en effet accusé publiquement le chef du gouvernement d’utiliser les moyens de l’Etat dans le cadre de sa campagne électorale.

Même si ce premier tour se déroule sans accroc, plusieurs dirigeants de partis politiques soulignent que le scrutin législatif risque de donner naissance à un parlement bigarré. Il est possible qu’aucune majorité ne se dégage pour former un gouvernement dans les délais prévus par la Constitution, surtout si la formation d’inspiration islamiste, An-Nahda, qui devrait constituer un des plus grands groupes au sein du nouveau parlement, est isolée. Dans un climat économique morose et un contexte sécuritaire encore incertain, une crise parlementaire et gouvernementale de plusieurs mois conduisant à de nouvelles élections législatives est donc envisageable.

Que peuvent faire les principales forces politiques et syndicales pour réduire ces risques ?

Les risques de déraillement du processus électoral et de violences sont réels. Les principales forces politiques et syndicales doivent se montrer responsables et se garder de remettre en cause la validité des résultats si les missions d’observations électorales ne relèvent pas d’irrégularités majeures. En effet, les sondages sont loin d’être infaillibles et une fraude massive est peu probable : vu la qualité des mécanismes de contrôle électoraux, celle-ci nécessiterait un grand degré de complicité entre des acteurs aux intérêts trop divergents.

Ces forces doivent d’ores et déjà multiplier les espaces de discussion, en dépit du ressentiment entre les candidats et leurs équipes de campagne, notamment, d’un côté, celles de Karoui et Zbidi, et de l’autre, celle de Chahed, en raison de soudaines disgrâces ministérielles ou de règlements de compte dans le cadre de la « guerre contre la corruption ».

Même si l’intensité de la bataille électorale est salutaire sur le plan démocratique, réconciliant de nombreux citoyens avec le politique (3 millions de téléspectateurs ont suivi le débat télévisé le 7 septembre 2019), elle risque, si elle rejaillit sur les institutions publiques, les syndicats et les corps professionnels, de cliver la société tunisienne en profondeur pour les cinq prochaines années.  

Que devraient faire les partenaires de la Tunisie ?

Les partenaires internationaux de la Tunisie doivent se garder de toute ingérence. Pour aider à apaiser les tensions, néanmoins, ils devraient réactiver les canaux de dialogue et de médiation consulaire utilisés au plus fort de la polarisation entre islamistes et anti-islamistes de la seconde moitié de 2013, notamment en rencontrant régulièrement les représentants des principales forces politiques et syndicales.