icon caret Arrow Down Arrow Left Arrow Right Arrow Up Line Camera icon set icon set Ellipsis icon set Facebook Favorite Globe Hamburger List Mail Map Marker Map Microphone Minus PDF Play Print RSS Search Share Trash Crisiswatch Alerts and Trends Box - 1080/761 Copy Twitter Video Camera  copyview Youtube
In the Central African Republic, Peace Requires More Than a Bigger U.N. Force
In the Central African Republic, Peace Requires More Than a Bigger U.N. Force
UN peacekeeping soldiers guard school compound used as an electoral centre at the end of the presidential and legislative elections, in the predominantly Muslim PK5 neighbourhood of Bangui, Central African Republic, 14 February 2016. REUTERS/Siegfried Modola
Alert / Africa

Centrafrique : alerte de crise

En Centrafrique, le statu quo qui a suivi l'investiture du président Touadéra en mars 2016 est déjà remis en cause. Les tensions montent tandis que le blocage est total sur l’accord de désarmement, démobilisation et réinsertion, nœud gordien de la crise centrafricaine. Tout doit être mis en œuvre lors de la conférence des donateurs pour la Centrafrique, qui se déroule le 17 novembre à Bruxelles, pour éviter une nouvelle tentative de déstabilisation, voire un renversement du pouvoir.

Alors que la conférence des donateurs pour la Centrafrique se déroule le 17 novembre à Bruxelles, le statu quo postélectoral est déjà remis en cause. L’impasse des négociations sur la mise en œuvre du programme de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) conduit à une montée des tensions susceptible d’aboutir à une nouvelle tentative de déstabilisation. En effet, le mécontentement des parties prenantes de la crise centrafricaine augmente dans un contexte de vulnérabilité stratégique accrue : la saison sèche débute, le gouvernement français a officiellement mis fin à la mission militaire Sangaris le 31 octobre et la mission de maintien de la paix des Nations unies (Minusca) n’est pas suffisamment dissuasive.

La fin du statu quo sur le terrain et la mise à l’épreuve de la Minusca

Au lendemain de son investiture en mars 2016, le président Faustin-Archange Touadéra a engagé le dialogue avec les groupes armés ex-Seleka (la Seleka était une coalition de différents mouvements armés venant principalement du Nord-Est du pays) et anti-balaka (milices d’autodéfense) pour conclure un nouvel accord sur le DDR. Malheureusement, ces discussions achoppent sur la volonté des ex-Seleka d’être intégrés dans l’armée et les perspectives d’un rapprochement des positions de la partie gouvernementale et des groupes armés sont très minces. Un signe ne trompe pas : les poids lourds de l’ex-Seleka n’ont pas participé au dernier cycle de discussions sur le DDR.

Le blocage est total sur ce qui constitue le nœud gordien de la crise centrafricaine, l’accord de DDR dont l’enjeu réel est la composition de l’armée. En effet, les anti-balaka et ex-Seleka ont conservé leur capacité de nuisance et l’enlisement du dialogue accentue chaque jour un peu plus la partition de facto de la Centrafrique. A la fin de la saison des pluies, certains groupes de l’ex-Seleka se sont concertés à Bria et au Tchad et une série de violences a secoué le centre du pays (à Kaga-Bandoro mi-octobre puis à Bambari fin octobre).

Facilités par la saison sèche, les mouvements des groupes armés se traduisent par une recrudescence des attaques contre des villages et du grand banditisme sur les axes routiers. Par ailleurs, les couloirs de transhumance étant l’objet de toutes les convoitises, des regroupements d’éléments armés sont observés dans les zones de Ngaoundaye, Koui, Yelewa, Markounda, Kabo, etc. La partition de fait permet aux groupes de l’ex-Seleka de s’enraciner davantage dans certains territoires et de consolider leur rente financière en interdisant toute action effective de l’administration gouvernementale. En écho à l’agitation des éléments de l’ex-Seleka, on observe la réactivation de certains groupes anti-balaka.

Par ailleurs, malgré la fuite de Bangui de certains chefs des groupes armés au mois d’octobre, le quartier du PK5 dans la capitale continue de poser un grave problème sécuritaire. Le 4 octobre, le commandant Mokemba, ex-aide de camp de la présidente de la transition, y a été assassiné en pleine rue et plusieurs musulmans ont été tués dans des actions de représailles. Le 30 octobre, des violences entre groupes armés dans ce quartier ont coûté la vie à deux chefs de groupes, Abdoul Danda et Issa Capi, alias 50/50, et à au moins huit autres personnes. Ces affrontements ont repris sporadiquement depuis le 2 novembre.

L’enlisement du conflit centrafricain fragilise à la fois le président Touadéra et la Minusca qui cristallisent un mécontentement populaire croissant.

Les Casques bleus de la Minusca sont attaqués, leur action est publiquement critiquée tant par des membres du gouvernement que par des organisations de la société civile et la presse centrafricaine, et des pétitions circulent contre les contingents de l’ONU que la population accuse de complicité avec l’ennemi. Le mécontentement est tel qu’il se transforme désormais en hostilité ouverte : le 24 octobre, une manifestation organisée à Bangui par le Groupe de réflexion de la société civile autour du slogan « Minusca out » a dégénéré et fait quatre morts. Plus récemment, trois Casques bleus musulmans ont failli être lynchés à Bossangoa.

La fin de l’état de grâce

L’état de grâce du président Touadéra, élu à la suite du ralliement de nombreux politiciens et avec une confortable avance, aura été de courte durée. Dans le microcosme politique incestueux de Bangui, les antagonismes de la transition ressurgissent à l’identique. Les relations entre les pouvoirs législatif et exécutif sont tendues (le Premier ministre a échappé de peu à une motion de censure quelques mois après sa prise de fonction), des organisations de la société civile et des chefs religieux expriment publiquement leur déception et les principaux partis d’opposition tels que le Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC) et l’Union pour le renouveau centrafricain (URCA) font aussi entendre leur désapprobation. Parallèlement, dans l’ombre, le clan Bozizé prépare son retour (Francis Bozizé, un des fils de l’ex-président Bozizé, est revenu à Bangui au mois d’août) et certains membres du gouvernement jouent double jeu, en maintenant leurs alliances avec des éléments nuisibles.

Cette ambiance est rendue encore plus délétère par ceux qui tentent d’exploiter la crédulité et le mécontentement populaires en affirmant que la sécurité sur le territoire centrafricain sera rétablie par les Forces armées centrafricaines (FACA). Cette promesse aussi fausse que démagogique joue sur le désespoir du peuple centrafricain et les demandes de formation militaire du gouvernement auprès d’armées connues pour leur brutalité ne peuvent que compliquer la réforme du secteur de la sécurité.

L’impasse des négociations et l’incapacité de l’ONU à changer la donne sur le terrain constituent une configuration idéale pour ceux qui veulent déstabiliser le tout nouveau régime. Et ce d’autant plus que le schéma de déstabilisation a déjà été testé à plusieurs reprises. A Bangui, comme cela a été démontré en octobre, une insurrection urbaine peut être le produit d’une mauvaise nouvelle bien exploitée. De nouvelles violences commises au PK5 ou en province par les ex-Seleka peuvent être instrumentalisées pour créer un mouvement de révolte dans la capitale, notamment lors d’un des très fréquents voyages du président hors du pays.

Recommandations

Pour éviter une nouvelle tentative de déstabilisation, voire un renversement du pouvoir politique en place, et débloquer les négociations relatives au DDR, il convient de :

Pour le Conseil de sécurité des Nations unies :

  • Affirmer que la Minusca réagira immédiatement pour éviter toute tentative de coup d’Etat à Bangui ;
     
  • Prendre les dispositions opérationnelles préventives qui s’imposent pour protéger Bangui, les institutions de l’Etat et le président ; et
     
  • Donner à la Minusca l’ordre et les moyens d’arrêter certains seigneurs de guerre de l’ex-Seleka conformément à la résolution du Conseil de sécurité S/RES/2301 du 26 juillet 2016.

Pour le président Touadéra :

  • Elargir son assise politique en ouvrant son gouvernement à des formations politiques d’opposition et en consultant régulièrement les dirigeants de partis d’opposition ;
     
  • Tenir un discours de vérité sur l’état des FACA et engager une réforme structurelle des forces de sécurité qui inclut un assainissement et un renouvellement de leur personnel de façon à ce que les diverses ethnies et régions du pays soient représentées ; et
     
  • Se garder de démarcher des pays dont les armées sont connues pour leur brutalité et leur manque de professionnalisme pour obtenir des formations militaires.

Pour le président Idriss Déby qui entretient des relations bien connues avec des chefs de groupes armés en Centrafrique :

  • Utiliser son influence pour convaincre certains dirigeants de l’ex-Seleka de revoir à la baisse leurs revendications en matière de postes dans l’armée et les instances gouvernementales.

Pour le gouvernement français :

  • Mettre en garde les candidats au coup d’Etat et souligner, de concert avec d’autres partenaires tels que l’Union africaine, qu’aucun gouvernement issu d’une telle entreprise ne serait reconnu par la communauté internationale, et que ses commanditaires seraient tenus pour responsables de toute exaction commise ; et
     
  • Mettre rapidement à la disposition de la Minusca les drones annoncés par le ministère de la Défense pour lui permettre d’anticiper les mouvements hostiles.

Pour les bailleurs qui participent à la conférence de Bruxelles le 17 novembre, dont l’Union européenne :

  • Inscrire leur aide dans une logique de soutien à la stabilisation et à la sortie de crise avec une perspective temporelle d’au moins cinq ans ;
     
  • Conditionner la partie non humanitaire de cette aide à l’assainissement des finances publiques et à une réforme structurelle des forces de sécurité et faire une priorité de ces deux chantiers essentiels à la reconstruction d’un Etat fonctionnel en Centrafrique ;
     
  • Prendre une position réaliste sur la capacité du gouvernement centrafricain de mettre en œuvre des projets de plusieurs dizaines de millions d’euros et en tirer les leçons en termes de modalités de mise en œuvre ; et
     
  • Consacrer une partie importante de l’aide à des projets qui contribueront directement au redressement des communautés et au développement des compétences en leur sein.
Op-Ed / Africa

In the Central African Republic, Peace Requires More Than a Bigger U.N. Force

Originally published in World Politics Review

The U.N. Security Coucil approved a resolution to extend the mandate of the U.N. Mission in the Central African Republic (MINUSCA) until 15 November 2018, also increasing the mission’s troop ceiling by 900. Richard Moncrieff, Project Director for Central Africa, states that the Central African Republic needs more than just troops to meet the country's security challenges.

On Nov. 15, the United Nations Security Council will meet to decide on the fate of the U.N. mission in Central African Republic, known by its acronym MINUSCA. In stark contrast to the debate over the U.N. mission in the neighboring Democratic Republic of Congo, which the U.S. pushed to reduce last April after citing its ineffectiveness and cost, few in New York expect cuts to the Central African Republic (CAR) mission. 

To the contrary, U.N. Secretary-General Antonio Guterres visited CAR at the end of October and called for increasing the mission’s authorized troop ceiling, currently just over 12,000, by an additional 900 troops. Adama Dieng, his adviser on genocide prevention, and Stephen O’Brien, the undersecretary for humanitarian affairs, both also visited the country in recent months and warned of the escalating violence and a distressing humanitarian catastrophe there. The troubling situation and the pockets of success the U.N. force has achieved so far have left the U.S. relatively favorably disposed to increasing troop numbers, despite serious concerns over allegations of sexual abuse by some contingents. 

The U.N. mission is in an increasingly complicated position on the ground. Having made some gains in late 2016 and early 2017 by pushing armed groups out of some towns and deterring some attacks, the U.N. force has since appeared overwhelmed by the scale of the crisis as well as by its own rigidity. Poor mobility—the mission has two operational helicopters in a country larger than France—a lack of intelligence, and an unwillingness to react quickly when such intelligence is available have rendered it ineffective in the face of rising violence among competing militias. 

This has put the U.N. under intense pressure in the capital, Bangui. When Guterres spoke to CAR’s parliament on Oct. 27, government and opposition politicians managed a rare moment of unity, criticizing the U.N. for its passivity and, according to some, even complicity in the face of the violence. Aside from wanting a far more proactive posture from the U.N., the parliamentarians want to see CAR’s national army up and running, despite slow progress on training and its history of incompetence and abuse. Guterres, sensing the mood, acknowledged that the army would start deploying soon. Unless his U.N. force can up its game, calls for ever greater—and ever riskier—deployment of the national army will increase.

The U.N. force certainly needs more troops, and the Security Council should increase the ceiling. It also needs greater mobility and a stronger willingness to react quickly and decisively. But these measures alone would still limit the U.N. mission to merely putting out fires. The U.N., and other international actors, also need to address the incentive structure that is driving the violence.

Read the full article at: World Politics Review