Arrow Down Arrow Left Arrow Right Arrow Up Camera icon set icon set Ellipsis icon set Facebook Favorite Globe Hamburger List Mail Map Marker Map Microphone Minus PDF Play Print RSS Search Share Trash Twitter Video Camera Youtube
Fin de transition au Rwanda: Une libéralisation politique nécessaire
Fin de transition au Rwanda: Une libéralisation politique nécessaire
Les FDLR doivent desarmer
Les FDLR doivent desarmer
Report 53 / Africa

Fin de transition au Rwanda: Une libéralisation politique nécessaire

Neuf ans après le génocide de 1994, le Rwanda se trouve à la croisée des chemins. La période de transition prévue par les accords d’Arusha doit s'achever dans moins d'un an par un référendum constitutionnel suivi d'élections pluralistes, symbole de la démocratisation réussie du pays.

  • Share
  • Save
  • Print
  • Download PDF Full Report

Synthèse

Neuf ans après le génocide de 1994, le Rwanda se trouve à la croisée des chemins. La période de transition prévue par les accords d’Arusha doit s'achever dans moins d'un an par un référendum constitutionnel suivi d'élections pluralistes, symbole de la démocratisation réussie du pays. Or, aujourd'hui, les libertés civiques et politiques sont fortement limitées et aucune indication n’apparaît dans les ébauches de projet constitutionnel que l'opposition politique aura une chance de participer à ces élections sur un pied d'égalité avec le Front Patriotique Rwandais (FPR), au pouvoir depuis 1994.

Le contrôle des activités des partis politiques était jusqu’à présent justifié par la fragilité de la situation sécuritaire qu'a vécu le Rwanda depuis 1994, en état de guerre quasi permanente avec les héritiers du régime d'Habyarimana sur le territoire de la RDC. La présence des milices hutu rwandaises au Congo, puis le soutien politique et militaire ininterrompu du régime Kabila depuis 1998 ont maintenu une pression sécuritaire continue sur le pays. La restriction de l'espace politique s'explique aussi par la perception critique qu'a le FPR du multipartisme et de la compétition politique pluraliste, inspirée par l'échec de la transition du début des années quatre-vingt dix et son dérapage incontrôlé menant directement au génocide.

Face au risque d'une compétition électorale fondée exclusivement sur la mobilisation ethnique, le FPR veut avant tout refonder la vie politique rwandaise, à travers l'éducation de la population et la responsabilisation des leaders politiques. Le leadership rwandais explique que le changement des mentalités est la condition indispensable au plein exercice des droits et libertés civiques. Ainsi, depuis trois ans, les partis politiques ont été soit décapités soit forcés d'accepter le consensus imposé par le FPR. La presse indépendante a été muselée et la société civile doit survivre entre répression et cooptation. Le FPR concentre la quasi totalité du pouvoir militaire, politique ou économique et ne tolère aucune critique ou remise en cause de sa gestion du pays. Les opposants ont été contraints à l'exil, et les discours contestataires à la clandestinité. Au nom de l'impératif d'unité et de réconciliation nationale, les différents segments de la société rwandaise ne peuvent s’exprimer librement, soumis à une idéologie paternaliste et autoritaire.

Mais le FPR devrait reconnaître que cet autoritarisme, quelque soit sa motivation, travaille contre les objectifs mêmes du mouvement et produit sa propre dynamique d’opposition. La répression de la critique par le gouvernement contribue à radicaliser l’opposition, à la fois à l'intérieur et à l'extérieur du Rwanda. Un “pacte de sang”, “Igihango” a même été scellé entre certains héritiers du “Hutu power” et certains rescapés du génocide. Ce genre d’alliance apporte une dangereuse légitimité à l'opposition armée hutu, alors que son discours ne reconnaît pas clairement le génocide. Dans un contexte régional incertain, et au moment où le gouvernement rwandais s'apprête à libérer des dizaines de milliers de prisonniers à travers les juridictions gacaca, et à rapatrier et démobiliser une bonne partie de son armée ainsi que des combattants rebelles, cette montée en puissance de l’opposition armée, et la propagation du révisionnisme et du négationnisme qui l’accompagne présente un danger pour la stabilité du pays.

Le gouvernement rwandais a honoré ses engagements vis-à-vis du processus de paix congolais et retiré ses troupes des Kivus. Il lui appartient aujourd’hui de montrer la même bonne volonté pour la gestion de la fin de la transition. Le FPR doit permettre à la critique publique de s’exprimer et ne peut rester juge et partie de la compétition politique. Une institution neutre, comme un bureau de l’ombudsman, disposant d’une indépendance politique, administrative et financière du régime, doit pouvoir fixer des règles équitables pour la compétition politique, et définir les limites des libertés d’expression et d’association, afin d’éviter tout abus de langage et appel à la haine ethnique.

ICG ne propose pas que toute surveillance et restriction des activités des partis, de la société civile et des medias soient levée. La situation sécuritaire externe et la fragilité de la stabilité interne incitent à une veille active et une prudence sans relâche. Mais la réglementation des partis doit être au delà de toute manipulation partisane et fondée des critères imposés par une autorité totalement indépendante et non par le FPR. Le gouvernement rwandais doit donner une chance à la société rwandaise de s’auto réguler, d’assumer ses responsabilités vis-à-vis du génocide et de forger elle-même les fondations de la réconciliation, sans lui en imposer de force toutes les modalités. Le gouvernement devrait tendre la main à l’opposition en exil, en lui offrant de participer à un débat national sur l’avenir du pays.

L'année qui s'annonce sera cruciale pour la crédibilité du processus de refondation constitutionnelle et celle des échéances électorales et des institutions post-transition. La communauté internationale ne peut rester silencieuse et complice de la dérive autoritaire du régime rwandais. Elle ne peut financer des élections qui n’offrent aucune garantie politique d’un minimum d’équité entre les forces en présence. Aujourd'hui, huit mois avant la fin de la transition, le gouvernement rwandais doit se résoudre à une libéralisation politique obligée.

Nairobi/Bruxelles, 13 novembre 2002

Op-Ed / Africa

Les FDLR doivent desarmer

Originally published in Le Soir

Pourchassé par les armées du Congo (RDC) et du Rwanda et isolé politiquement par la communauté internationale, le groupe rebelle Hutu rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) a entamé depuis janvier 2009 une campagne de représailles massives contre la population des provinces du Kivu. Après 15 années de présence armée au Congo, Ignace Murwanashyaka, le président des FDLR qui réside en Allemagne, a conduit ses combattants dans une impasse politique et stratégique totale.

Le 6 août dernier, le président rwandais Paul Kagame était à Goma, la capitale du Nord-Kivu, pour s’entretenir avec son homologue congolais Joseph Kabila de coopération économique régionale et des suites de la campagne militaire que leurs forces avaient menée conjointement contre les FDLR au début de l’année. Alors que les deux anciens adversaires discutaient dans un hôtel de la ville, l’armée congolaise conduisait l’opération Kimia II à travers le Nord et le Sud-Kivu, pour désarmer les quelque 6.000 combattants restant des FDLR. En Europe, des diplomates étudiaient de nouvelles approches juridiques pour sanctionner les dirigeants du mouvement vivant dans leur pays, complices des violations des droits de l’homme commises par leurs troupes au Congo.

La situation actuelle des FDLR offre un contraste saisissant avec celle qui prévalait en 2002, lorsque le groupe rebelle bénéficiait encore du soutien officiel du gouvernement congolais.

A cette époque, les 15.000 à 20.000 combattants des FDLR constituaient une force d’appoint essentielle pour Kinshasa, dans son bras de fer permanent avec Kigali. Les dirigeants du mouvement, dont certains avaient participé au génocide de 1994 avant de se réfugier au Congo, tentaient d’imposer par la force leur retour politique au Rwanda. Malgré leur idéologie révisionniste et leur recours à la lutte armée, ils constituaient alors toujours des interlocuteurs légitimes aux yeux de membres modérés de l’opposition rwandaise en exil. Sur le terrain, les FDLR bénéficiaient également de la collaboration de certains Congolais, reprochant au Rwanda son occupation et les crimes de guerre commis contre les populations civiles pendant les deux guerres de 1996-1997 et de 1998-2003.

Suite à l’accord de paix de Pretoria de juillet 2002 qui contraint Kabila à mettre fin à l’alliance officielle entre Kinshasa et les FDLR, les membres du groupe armé rebelle n’ont plus eu les moyens militaires de combattre véritablement le régime de Kigali, comme en témoignait déjà l’échec cuisant de l’opération Oracle du Seigneur contre le Rwanda en mai-juin 2001. La hiérarchie des FDLR a donc maintenu ses combattants mobilisés, par l’espoir que la communauté internationale soutienne le concept de « dialogue inclusif interrwandais ». L’ouverture de ce dialogue, similaire au dialogue intercongolais de 2002 ayant conduit à la participation de divers chefs rebelles à un gouvernement de transition, aurait alors contraint Kagame à partager le pouvoir avec eux.

Aujourd’hui, la réalité est très différente de la propagande élaborée par la hiérarchie des FDLR pour motiver ses combattants. L’accumulation des témoignages documentant depuis sept ans la systématisation des crimes commis contre les populations civiles démontre que le groupe n’est pas un mouvement d’opposition armé en exil, mais une organisation criminelle d’occupation. Les années de fuite au Congo ont transformé le mouvement rebelle en une organisation tout entière vouée au pillage des ressources naturelles du Kivu.

Pour imposer leur contrôle aux populations locales, les FDLR multiplient régulièrement les atrocités, dont les massacres et les viols collectifs. Lors de l’opération Umoja Wetu menée par la coalition Rwanda-Congo de janvier à février 2009, les villageois du Nord-Kivu ont spontanément collaboré avec l’armée rwandaise. Surpris et furieux de ce qu’ils ont considéré être une trahison, les responsables du mouvement ont alors ordonné une campagne de représailles contre les civils congolais. Malgré les violations des droits de l’homme imputables aux soldats congolais, ce sont les rebelles rwandais qui portent la responsabilité principale des 800.000 nouveaux déplacés congolais observés depuis le début de l’année par les Nations unies au Kivu.

In fine, en dépit des lacunes démocratiques graves du régime rwandais, aucun projet politique ne saurait justifier cet asservissement des populations congolaises. L’absence de résultats significatifs obtenus par Umoja Wetu ou Kimia II démontre moins la capacité de résistance opérationnelle des FDLR aux tentatives de désarmement forcé que l’obstination de leurs responsables politiques à refuser la réalité de leur isolement et la dégradation considérable de leur situation stratégique ces derniers mois.

Les dirigeants des FDLR ne reprendront pas le pouvoir à Kigali par la force et aucun acteur extérieur n’imposera à Kagame leur présence dans un gouvernement de transition. La seule option des combattants du groupe rebelle réside dans le désarmement et leur réintégration à la vie civile au Rwanda ou dans un pays tiers.

En refusant d’admettre l’échec irrémédiable de son projet politique, Ignace Murwanashyaka retient en otage la population des Kivu de même que l’ensemble des combattants voulant désarmer. Il lui faut désormais tirer les conséquences de son isolement et de ses échecs, mettre fin à cette guerre qui n’a pas de sens ou tôt ou tard, assumer les conséquences judiciaires de ses actes.