Guinée-Bissau: Surmonter les tensions entre civils et militaires
Guinée-Bissau: Surmonter les tensions entre civils et militaires
Guinea-Bissau: Transition after the Coup
Guinea-Bissau: Transition after the Coup
Commentary / Africa

Guinée-Bissau: Surmonter les tensions entre civils et militaires

Vincent Foucher, analyste principal de Crisis Group pour la Guinée-Bissau, examine la situation politique actuelle du pays après le retour des militaires sur la scène politique en avril 2010, le rôle de l’Angola, et les mesures à envisager au niveau national et régional afin d’éviter un blocage.

guinea-bissau-podcast-24may12
Dans ce podcast, Vincent Foucher examine la situation politique actuelle dans Guinée-Bissau. CRISIS GROUP

Bonjour et bienvenue dans ce podcast d’International Crisis Group. J’ai avec moi en ligne Vincent Foucher, analyste pour la Guinée-Bissau. Nous allons parler de la situation actuelle dans le pays après le retour des militaires dans la vie politique, qui a rendu le contexte incertain et la stabilité fragile. L’Angola joue un rôle de plus en plus important, et a la légitimité et l’influence nécessaires pour aider à résoudre le conflit latent entre les civils et les militaires.

Quelle est la situation en Guinée Bissau depuis le retour spectaculaire des militaires sur la scène politique en avril 2010 ?

Avril 2010 n’a pas été un coup d’Etat. C’est une des choses frappantcs à Bissau : ies militaires ne cherchent pas à exercer le pouvoir. Ils veulent essentiellement protéger ce qu’i1s estiment être leurs droits, leurs privilèges, ils veulent garantir leur impunité... Le chef d’état-major a été remplacé, la réforme du secteur de sécurité a été suspendue, mais le premier ministre n’a été arrêté que brièvement. .. Il y a eu des mois de forte tension. .. et puis la tension a progressivement baissé. En décembre demier, il y a eu une sorte d’accord entre les différents acteurs pour calmer le jeu. ._ C’est un peu 1’histoire de la GB : le pays semble courir vers le précipioe, et au dernier moment, il Mais c’est une stabilité étrange, fragile, qui ne semble guère porteuse de développement, de vraies réformes... C’est ce blocage qui a incité par exemple l’Union européenne, ñustrée, à prendre du recul...

Quel rôle joue maintenant 1’Angola?

L’Angola a des liens historiques avec le PAIGC, le parti au pouvoir'. Et 1’Ango1a a des projets économiques en Guinée, en particulier une mine de bauxite. En donnant une aide budgétaire, en envoyant une mission bilatérale de cooperation militaire, 1’Angola a contribué à stabiliser la Guinée Bissau. Mais on revient au même problème 1 avec cette forme­là de stabilité, est-ce que le pays ne toume pas en rond ?

Que du traiîc de drogue et de son impact dans la vie politique ?

Il y a eu un très fort bruit médiatique ces dernières armées sur la cocaïne en Guinée Bissau. De 1’avis de beaucoup de spécialistes, il est en fait difficile de savoir exactement où on en est, quelle est la tendance. La démission récente de la directrice de la police judiciaire 11’est pas un bon signe. Ceci étant dit, il ne faut pas réduire la lecture de la situation en Guinée Bissau à une lutte entre des méchants narco-militaires et un gentil pouvoir civil. La tension entre les deux ailes de l’Etat bissau-guinéen, les civils et les militaires, a une très longue histoire, antérieure au trafic de drogue!

La situation est stable, mais un peu bloquée. Que peut­on faire à ce stade?

Il faut évidemment maintenir la pression sur les forces armées, montrer de la vigilance. La Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest a I’air disposée à avancer sur la RSS, et une vraie coordination avec l’Angola, à travers la Communauté des Pays de Langue portugaise, pourrait fonctionner. Une alliance Cedeao;'Cplp est probablement plus légitime que l’UE pour la RSS... Plus largement, le renforcement des services publics et une vraie croissance économique pourraient contribuer à renforcer la légitimité de la partie civile de 1’Etat. Il est essentiel en particulier que 1’Etat sorte de la ville de Bissau, que de vrais services soient fournis en dehors de Bissau. Il Faut porter Pattention sur la grande maj orité de la population qui n’est pas concernée par les disputes des militaires et des élites politiques, ni par le trafic de drogue, et qui aspire à voir le pays progresser.

Merci, c’était Vincent Foucher, analyste de Crisis Group pour la Guinée-Bissau. Pour plus d’information sur ce thème et sur d’autres, vous pouvez visiter notre site www.crisisgroup.org . Merci d’avoir écouté ce podcast d’International Crisis Group.

Video / Africa

Guinea-Bissau: Transition after the Coup

On 12 April 2012 a military uprising ousted former prime minister Carlos Gomes Júnior just as he was about to compete in a run-off presidential election that he was poised to win. Gabriela Keseberg Dávalos, Crisis Group's Senior Communications Officer, and Vincent Foucher, West Africa Senior Analyst, were in Bissau to examine the current situation in the country, the reasons for the overthrow and the priorities of the new transitional government.

guinea-bissau-transition-coup-video-cover

Guinea-Bissau: Transition after the Coup

In this video, Crisis Group Senior Communications Officer Gabriela Keseberg Dávalos and West Africa Senior Analyst Vincent Foucher interview policy makers and civil society members in Bissau to examine the country’s current situation. CRISIS GROUP

Subscribe to Crisis Group’s Email Updates

Receive the best source of conflict analysis right in your inbox.