Arrow Down Arrow Left Arrow Right Arrow Up Camera icon set icon set Ellipsis icon set Facebook Favorite Globe Hamburger List Mail Map Marker Map Microphone Minus PDF Play Print RSS Search Share Trash Crisiswatch Alerts and Trends Box - 1080/761 Copy Twitter Video Camera  copyview Youtube
A la frontière Niger-Mali, le nécessaire dialogue avec les hommes en armes
A la frontière Niger-Mali, le nécessaire dialogue avec les hommes en armes
Report 201 / Africa

Mali: Security, Dialogue and Meaningful Reform

Mali and its international partners need to seize the moment for national dialogue to forestall renewed political and security crises.

  • Share
  • Save
  • Print
  • Download PDF Full Report

Executive Summary

For the population of northern Mali, the feeling of being “liberated” by the French military intervention launched on 11 January 2013 is real. The sudden, but clearly well-prepared intervention, which received widespread support in Mali, West Africa and beyond, ended the offensive by jihadi groups that the Malian army had been unable to repel. France also took the opportunity to try and destroy al-Qaeda in the Islamic Maghreb (AQIM) forces. Although Mali is in a better place than a few months back, sporadic fighting in the north continues and formidable threats to security, stability and the coexistence of the country’s various communities remain. The authorities in Bamako, regional organisations and the UN, which is preparing to deploy a stabilisation mission, must quickly agree on a strategy for the resolution of the crisis that provides security, protects civilians, promotes an inclusive inter-Malian dialogue, reestablishes state authority in the north and sees peaceful, credible elections.

Mali descended into turmoil at the beginning of 2012 when the National Movement for the Liberation of Azawad (MNLA) chased the Malian army out of the north and demanded independence for this vast part of the country. With its roots in the Algerian civil war, AQIM has established itself in northern Mali over the last decade, building local alliances that allowed it to significantly weaken both the state and the MNLA and resulted in armed jihadi groups – Ansar Dine and the Movement for Oneness and Jihad in West Africa (MUJAO) – taking control of the north in June 2012. This and the coup in Bamako on 21 March 2012 brought the country to its knees. A laboriously prepared Economic Community of West African States (ECOWAS) plan to deploy an African force was finally, though reluctantly, endorsed by UN Security Council Resolution 2085 on 20 December 2012.

The sudden jihadi offensive towards the centre of the country in January 2013 proved suicidal. The jihadi groups did not anticipate France’s strong military response, following a request from interim President Dioncounda Traoré. The Malian army itself did nothing more than accompany the French forces that took the three most important towns in the north, Gao, Timbuktu and Kidal. French and Chadian troops entered the northernmost Kidal region without the Malians, less to reconquer it for the Malian state than to pursue AQIM combatants into their sanctuaries, destroy stocks of arms, ammunition, fuel and food supplies, and “finish the job” in the context of a declared war against terrorism. Whether or at what point it will be possible to declare the capacities of jihadi groups sufficiently reduced to avoid exposing the civilian population and the forces of the African-led International Support Mission to Mali (AFISMA) to terrorist reprisal attacks is unclear.

Now as much as before the French intervention, a solution to the crisis will only be sustainable if it combines political and military measures. The north remains very insecure and the state is absent from the Kidal region, where the MNLA claims control. Mali’s army is fragmented and incapable of preventing its soldiers from committing atrocities against civilians, notably Tuaregs and Arabs who are indiscriminately accused of collusion with the enemy. The military action in the north has strengthened the president’s authority, but the ex-junta retains influence and civilian political actors look incapable of mobilising citizens to take the country’s destiny into their hands. The government has announced that presidential elections will be held in July, although conditions – technical, political, security and psychological – for a genuine vote look unlikely to be met.

Even if French troops remain and AFISMA is rehatted as a UN stabilisation mission – which currently appear probable – the interim authorities, political actors and civil society face an immense political challenge. Political dialogue in Bamako, zero tolerance for atrocities by members of security forces, intercommunal dialogue and the redeployment of the state in the north are essential. Elections must be held soon, but not at any cost. The work of reconciliation should begin immediately. So too should the provision of basic social and economic services in the north, so as to facilitate the gradual return of thousands of internally displaced and refugees. The radicalisation of public opinion is a major risk, especially during the election campaign, and firm action by Malian leaders and institutions should aim to prevent people lumping together rebels, terrorists and drug traffickers with all Tuaregs and Arabs.

A focus on terrorism alone also risks distracting from the north’s real problems. The roots of the crisis lie much more in corruption and bad governance than they do in the terrorist threat, the Tuareg issue or even the north-south divide. The international community must insist that Malian leaders assume responsibility for tackling these problems. The most reasonable and realistic way for the state to regain its presence across Mali and maintain lasting security is to find a compromise between the representatives of all communities, ensure even the most isolated populations feel included, and take into account the vulnerability of vast border areas to the flow of weapons and armed groups.

The most important and immediate challenge for regional organisations and the UN is to align their positions on the political process. First, they must convince the MNLA that its interests are best served by renouncing its armed struggle and discussing how its representatives and supporters can participate in a dialogue on the north’s real problems. Secondly, they should persuade Bamako that it should not impose so many pre-conditions on talks – such as, for instance, requiring the MNLA to immediately disarm – that it closes the door to dialogue, or even discrete contacts, with MNLA representatives. ECOWAS, the African Union (AU), the UN Security Council, Mauritania, Algeria, Niger, Burkina Faso and France must all send the same message to the authorities in Bamako and the leaders of those armed groups in the north. Even this would not resolve everything, however. Without new regional security mechanisms involving all the countries of North and West Africa, any victory over terrorism, extremism and drug trafficking in Mali will only be temporary.

Dakar/Brussels, 11 April 2013

Op-Ed / Africa

A la frontière Niger-Mali, le nécessaire dialogue avec les hommes en armes

Originally published in Jeune Afrique

La stratégie qui privilégie une option militaire disproportionnée à la frontière entre le Niger et le Mali fait peser un risque sur la région : celui de créer un nouveau foyer d’insurrection. C'est le constat que dresse l’International Crisis Group, qui fait une série de recommandations.

Plus de cinq ans après le début de l’intervention militaire française au Mali, la lutte contre les groupes armés jihadistes agite toujours le Sahel. Non seulement les tensions s’étendent à de nouvelles zones, mais elles alimentent aussi de nouvelles violences en interférant avec des tensions intercommunautaires plus anciennes. C’est le cas, en particulier, à la frontière entre le Niger (régions de Tillabéri et Tahoua) et le Mali (région de Ménaka).

Dans un récent rapport, l’International Crisis Group (ICG) alerte ainsi le gouvernement du Niger, l’opération française Barkhane et leurs différents partenaires internationaux des risques liés à des interventions qui privilégient de manière disproportionnée les réponses militaires dans la zone.

Pour éviter qu’un nouveau foyer d’insurrection se développe au Sahel, le gouvernement nigérien et ses partenaires occidentaux devraient sortir du cadre restrictif de la lutte antiterroriste et subordonner l’action militaire à une approche plus politique, y compris en engageant un dialogue avec les insurgés de toute obédience.

Un « vivier d’hommes en armes »

Beaucoup de militants jihadistes ont rejoint depuis mai 2015 la branche locale de l’etat islamique dans le grand Sahara.

La situation sécuritaire dans la zone frontalière entre le Mali et le Niger s’est dégradée progressivement dans les deux dernières décennies. Les violences en zones rurales se sont aggravées à la frontière entre le Mali et le Niger sur fond de rivalités entre communautés pour le contrôle de l’espace et de difficulté des États à réguler les conflits locaux.

Dans le sillage des rébellions arabo-touareg des années 1990, la prolifération des armes de guerre a accru les niveaux de violence et graduellement changé la nature des conflits. Elle a notamment permis à une génération de jeunes hommes de vivre du métier des armes, en versant dans le banditisme ou en intégrant des milices communautaires pour défendre hommes et bétail ou négocier des prébendes avec l’État.

La crise malienne de 2012 a aggravé cette situation en amplifiant un peu plus encore la circulation des armes de guerre et en permettant à des groupes jihadistes de s’implanter. Ils ont attiré en particulier, mais pas exclusivement, de jeunes nomades dossaak et surtout peul, inquiets de voir d’autres communautés s’armer et s’organiser en groupes politico-militaires, à l’instar des Touareg avec le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA).

Les jihadistes sont parvenus à prendre pied dans la zone en fournissant des services aux communautés nomades, notamment une justice fondée sur la « Charia ». Dans le même temps, ils ont redirigé les griefs locaux contre les États centraux, accusés de partialité dans le traitement des conflits entre communautés nomades.

En 2016 et 2017, les militants jihadistes, dont beaucoup ont rejoint depuis mai 2015 la branche locale de l’Etat islamique dans le Grand Sahara (EIGS), ont multiplié les attaques contre les forces de sécurité nigériennes (FDS) dans la zone du Nord-Tillabéri, au Niger.

La tentation de collaborer avec des groupes politico-militaires

Les FDS et leurs partenaires occidentaux peinent à lutter contre un front insurrectionnel localisé dans la zone frontalière, capable de mobiliser rapidement des combattants, et d’échapper ensuite aux poursuites en se repliant du côté malien de la frontière. L’embuscade du 4 octobre 2017 à Tongo Tongo, au cours de laquelle quatre membres des forces spéciales américaines et quatre soldats nigériens ont été tués, l’a très bien illustré.

Le recours à ces groupes à des fins contre-insurrectionnelles renforce les tensions intercommunautaires.

Les autorités nigériennes déplorent l’incapacité de l’État malien à déployer des forces suffisantes dans une zone frontalière que les jihadistes utilisent comme base arrière. Pour pallier cette faiblesse, le gouvernement nigérien comme ses partenaires internationaux, en particulier la France, sont tentés de collaborer avec des groupes armés maliens qui connaissent bien le terrain, en l’occurrence le Mouvement pour le salut de l’Azawad (MSA), et le Groupe armé touareg imghad et alliés (Gatia), à majorité dossaak et touareg imghad respectivement.

Pourtant, en dépit de succès militaires à court terme, le recours à ces groupes à des fins contre-insurrectionnelles renforce les tensions intercommunautaires et menace d’embraser la région.

Ainsi, entre le 27 avril et le 18 mai, plus d’une centaine de civils auraient été tués lors d’attaques de campements dossaak et peul dans la zone frontalière. En effet, l’appui à certains groupes armés à base communautaire, comme le MSA et le Gatia, à des fins contre-insurrectionnelles ne s’effectue pas dans un espace vide d’enjeux politiques locaux mais sur fond de luttes pour le contrôle de territoires et de ressources. Les violences prennent une dimension communautaire dans une région où les groupes armés s’organisent sur la base des affinités ethniques.

Mais les raisons de prendre les armes sont multiples : la frontière entre le combattant jihadiste convaincu, le bandit armé et celui qui prend les armes pour défendre sa communauté est souvent floue. Or, faire l’économie de cette distinction conduit à ranger imprudemment dans la catégorie « jihadiste » des communautés entières ou, tout au moins, un vaste vivier d’hommes en armes que les autorités politiques et militaires du Niger, comme leurs partenaires français, gagneraient à traiter différemment.

Mettre les stratégies militaires au service d’une approche politique

Il est aujourd’hui nécessaire d’enrayer ce cycle inquiétant de violences, qui font le jeu des éléments les plus extrêmes. Aux réponses essentiellement militaires enfermées dans le cadre restrictif de la lutte antiterroriste, il faut substituer des initiatives politiques. Replacées au cœur des stratégies sécuritaires, celles-ci devront passer par un redéploiement des services publics adaptés aux populations nomades et une réforme de la carte administrative permettant une meilleure représentation des populations, en particulier des peul nomades.

Les autorités nigériennes devraient également privilégier le dialogue avec les hommes en arme, même avec les jihadistes, tant qu’ils n’ont pas commis de crime grave, et faire des offres de pardon ou d’insertion dans les forces de sécurité locale.

Négocier avec les insurgés n’est pas une voie aisée et les tentatives de dialogue se sont jusqu’ici avérées difficiles voire décevantes. Cependant, l’écrasement par la force seule de ces insurrections, option fort coûteuse en vies humaines, n’est pas réaliste dans une région où les violences à l’égard des civils renforcent le rejet de l’Etat et contribuent à l’enracinement des groupes jihadistes.

Dans ce contexte, les initiatives de dialogue mises en place par les autorités du Niger avec une partie des insurgés à la frontière ouest, ou celles ayant permis de démobiliser une partie des combattants de Boko Haram au Sud-Est du pays, apparaissent comme la seule piste raisonnable pour limiter l’extension des insurrections jihadistes.

Ces initiatives n’excluent pas le recours à l’outil militaire, elles en sont le complément. Elles replacent surtout les opérations antiterroristes dans une stratégie politique plus large qui requiert que les acteurs militaires, locaux comme occidentaux, acceptent de voir le tempo des opérations en partie dicté par les responsables politiques sahéliens.

Contributors

Director, Sahel Project
jhjezequel
Former Research Assistant, West Africa
cherbibhamza