icon caret Arrow Down Arrow Left Arrow Right Arrow Up Line Camera icon set icon set Ellipsis icon set Facebook Favorite Globe Hamburger List Mail Map Marker Map Microphone Minus PDF Play Print RSS Search Share Trash Crisiswatch Alerts and Trends Box - 1080/761 Copy Twitter Video Camera  copyview Whatsapp Youtube
Algerian demonstrators stage a sit-in on 5 March 2015 at Somoud Square in the Sahara desert village of In-Salah, south Algeria, against the exploration of shale gas. AFP/Farouk Batiche
Report 171 / Middle East & North Africa

Algeria’s South: Trouble’s Bellwether

As waves of protests have hit the hydrocarbon-rich Algerian south since 2013, authorities maintained a tenuous peace through handouts, repression and policing. To calm tensions, the state needs to clarify policies, communicate with local protestors and address underlying issues of governance.

  • Share
  • Save
  • Print
  • Download PDF Full Report

Executive Summary

Since 2013, the politically marginal but economically crucial oil-producing areas of the Algerian south have experienced successive waves of unrest over what may appear local economic, environmental and communal issues. Taken together, however, a pattern emerges: resentment is growing against central authorities in a part of the country long peripheral to its politics. Thus far, authorities have managed this burgeoning discontent with a stick-and-carrot policy that has kept a tenuous peace but not addressed underlying issues. Ahead of an uncertain presidential succession and given the painful consequences of low oil prices, Algeria should go beyond treating the symptoms to address governance shortcomings and include its peripheral populations in political decision-making. It should do so now, when the challenges are still amply manageable, rather than allow them to fester and bleed dangerously into the coming political transition.

Three separate movements in three southern cities have evolved in recent years to mobilise thousands of Algerians, both in the desert region and elsewhere in the country. The historic town of Ghardaia has seen recurrent clashes between Sunni Arabs and a Berber minority that follows Ibadism, an Islamic school of jurisprudence, in a rare instance of sectarian violence in an overwhelmingly Sunni country. In the far south, the town of In Salah has given birth to the Maghreb’s most significant ecological protest movement, with thousands mobilising against shale gas exploration the government concealed. In Ouargla, widespread unemployment has provoked unrest by local youths, who have formed a movement that demands an end to what they consider central-authority neglect.

These issues, long considered politically marginal, must be taken seriously, not only for the sake of the vast region, but also because of their growing and very real impact on the country’s political “core” in the north. Central authorities in Algiers, who tend to view local discontent with suspicion, have failed to appreciate its depth. They continue to think in terms of handouts, repression and policing, tools which have barely kept a lid on an occasionally violent cauldron. That most of the south remains calm, and the state has managed to restore order in the areas where there has been turmoil, indicates southern unrest is still manageable. Defusing the possibility of renewal and spread is an opportunity as well as a necessity: deep political engagement would pay dividends across the country.

Facing the most serious economic challenges in decades due to falling oil production and low international prices, Algeria is less and less able to substitute spending for inclusive politics and good governance. A strategy that helped secure peace in the 2000s – when it was still recovering from a conflict between the state and Islamist insurgents that claimed over 200,000 lives and pursuing national reconciliation – is no longer viable. The unrest of the last few years demonstrates that southern citizens are no longer willing to put aside their demands for improved transparency, communication and respect from their government.

The Algerian state, born of a long struggle against colonialism and an advocate for a strict doctrine of sovereignty, is certain to reject anything it perceives as meddling, which is how it often interprets outside advice. But it should listen to its citizens: much of the protesters’ outrage derives from their sense that they are neither being heard nor engaged. The government should consider several meritorious demands whose fulfilment would contribute to building greater trust. These include:

  • establishing a parliamentary enquiry, or another form of independent investigation, headed by personalities accepted by locals, to examine intercommunal relations in Ghardaia. Such an entity could look into causes of past violence, devise measures to improve community relations, assess what reparations could be made and offer recommendations to improve policing strategies and local governance;
     
  • creating more transparent procedures for public-sector hiring and improving guarantees of fairness in making such appointments. Encouraging responsible private investment and diversification from extractive industries in Saharan provinces would also relieve pressure on the state to create jobs that burden its finances; and
     
  • adopting a more transparent policy toward shale gas exploration and production, starting with clearly stating where it is pursued, and encouraging research into its potentially adverse local effects and how to mitigate them. This could take the form of dialogues with local populations as well as encouraging academia, civil society groups and private-sector partners to participate. At the national level, the authorities should encourage open discussion of fracking’s potential economic benefits and environmental pitfalls.

Southern unrest is a bellwether of a wider governance problem that jihadist groups have already sought to capitalise upon. If recognised early, it could prompt a course correction that would defuse tensions at a time of global geopolitical upheaval, regional turmoil, economic downturn and political uncertainty. The lessons learned from such an exercise would have relevance for other challenges the country faces in the years ahead.

Algiers/Brussels, 21 November 2016

I. Introduction

The Algerian south, the vast area beyond the Atlas Mountains and the High Plateaux that border the Mediterranean, comprising 85 per cent of the national territory and virtually all its oil and gas reserves but less than 9 per cent of its population, was long sheltered from the mass protests and armed insurrections that have flared up sporadically in the north since the 1980s. But spurred by the Arab uprisings and local grievances, politics in the south has grown increasingly contentious since 2013, and the region has overtaken the north as the epicentre of protest.

Three sites, each with local specificities, have demonstrated over the past few years the potential for seeding wider unrest. Since 2013, intercommunal clashes between Ibadi Mozabites and Sunni Maliki Arabs in the Mzab Valley have led to dozens of deaths, the burning and looting of thousands of businesses and homes and the destruction of cultural heritage sites, including a UNESCO-classified Ibadite shrine.[fn]The Mzab Valley Mozabites are Amazigh followers of the Ibadi school of Islamic jurisprudence, common only in Oman and Zanzibar, but with followers in Algeria, Libya and Tunisia. Malikis follow the school of Islamic jurisprudence founded by Imam Malik Ibn Anas, one of Sunni Islam’s four main schools and dominant in the Maghreb.Hide Footnote The remote Saharan town of In Salah became the site of a large mobilisation against shale gas exploitation after the government announced successful test drills nearby in December 2014. Peaceful unemployment protests in the towns of Laghouat and Ouargla were met with arrests and intimidation in 2013.

As Crisis Group has advocated regarding foreign policy, President Abdelaziz Bouteflika’s fourth-term administration needs to build a long-term strategic vision.

The state so far has managed to contain tensions through familiar carrots – including dhamanat (literally “guarantees”, in this case of various reforms), patronage and largesse – and sticks, such as intimidation and harassment of protest leaders. However effective in the short term, these measures, by failing to address the underlying political causes of unrest, risk exacerbating them in the long run. Conflict and violence are already expanding, overlapping and deepening. New forms of contestation are emerging as the state’s welfare role shrinks.[fn]Cuts to electricity subsidies, one of a host of moderate austerity measures passed in the 2016 and 2017 budgets, are already sparking new rounds of protests across southern cities such as Biskra, In Salah and Ouargla. See “Algérie: Le Sud grogne contre une facture d’électricité salée”, Jeune Afrique, 27 October 2016.Hide Footnote As Crisis Group has advocated regarding foreign policy, President Abdelaziz Bouteflika’s fourth-term administration needs to build a long-term strategic vision.[fn]Crisis Group Middle East and North Africa Report N°164, Algeria and Its Neighbours, 12 October 2015.Hide Footnote

The Algerian state often represents itself as a model of security and stability in troubled times, while critics at home and abroad say that plummeting oil prices and uncertainty about the presidential succession are pushing it toward a new crisis. Contestation in the south could herald promise or peril, depending on how it is managed. If well, it could encourage political inclusivity and transparency; if poorly, it could emerge as a major vulnerability when, as likely in only a few years’ time, oil money runs low.

II. Why the South Matters

Algeria took shape as a unified territory only in the nineteenth and twentieth centuries, after waves of conquest (by the Ottoman Empire in the sixteenth and France in the nineteenth centuries) and the settlement of territorial disputes with its neighbour Morocco (in the twentieth). Historically, control over the regions that today comprise the south focused on trade routes; authority was concentrated around the coast, stretching only weakly to the interior and barely to the Sahara.[fn]Y. Kouzmine, J. Fontaine, B.E. Yousfi and T. Otmane, “Étapes de la structuration d’un désert: l’espace saharien algérien entre convoitises économiques, projets politiques et aménagement du territoire”, Annales de géographie, no. 670, 6 (2009), pp. 659-685.Hide Footnote The French started to define the southern border in the mid-1800s, a process finished only in the early 1900s. Since independence in 1962, the state has worked unevenly to integrate the south into the national fabric.

The central authorities have long had an ambivalent relationship with the southern regions. Weak control there has posed security dilemmas, with, for example, the region famously providing sanctuary for nineteenth century anti-colonial rebel leader Emir Abdelkader in his struggle against the French. Swayed more by wishful thinking than a clear understanding of reality on the ground, the state – first French, later Algerian – has seen southern populations as more amenable to its control than those of the north; this perception was reflected in the mid-nineteenth century notion of “pénétration pacifique”, which evolved into the idea of “le sud tranquille” in the late twentieth, when the north was awash in violence.[fn]See Benjamin Claude Brower, A Desert Named Peace (New York, 2009), pp. 22, 207. See Appendix C below for a glossary of terms and phrases, including English translations, for those given only in French in the main text.Hide Footnote  But while political activism long has been more energetic in the north, the misperception of southern passivity has had real and dangerous consequences, arguably contributing to policymakers overlooking the region’s needs and grievances.

A. The Algerian Sahara

The central authorities have long had an ambivalent relationship with the southern regions.

As independent Algeria constructed a national identity based on socialist and Arab nationalist ideologies, it sought to reduce inter-regional disparities, with limited success. The south’s hydrocarbon reserves, discovered in the 1950s, shaped the region’s infrastructure, which was built around the extraction and transport of oil and gas. State policy formally emphasised regional equality, but security, particularly but not only since the civil war of the 1990s, has been trump. So too has the Arabisation policy; pursuit of the ostensible goal of national cohesion and social integration by imposing Arabic as the language of education and administration has come at the expense of speakers of French and Amazigh (Berber) dialects, inciting protest among the latter.

In the early 2000s, the contradictions between the Algerian Sahara’s resource wealth and its residents’ relative deprivation grew sharper. The Mouvement des Enfants du Sud pour la Justice (MSJ), founded in 2004, demanded greater economic opportunity and fairer wealth distribution. At a time of rising foreign investment and job growth, southerners saw few of the benefits, even as their region produced most of the nation’s wealth.

At the same time, jihadist activity expanded. Abdelmalek Droukdel, leader of the Kabylie-based jihadist Groupe pour la Prédication et le Combat (GSPC), an Algerian body founded in 1998, shifted his focus from the north, curbed his ambitions of striking Europe, which his group had failed to do, and concentrated on forming Saharan katibas (brigades). Under Mokhtar Belmokhtar and Abdelhamid Abu Zeid, these carried out attacks against Western targets in parts of the Algerian Sahara and the wider Sahel region, such as Mali and Mauritania, where security was weak.[fn]The Sahara Desert includes most of North Africa east of the Atlas Mountains and south of the fertile regions of the Mediterranean coast. In this report, “Algerian Sahara” means the part in Algeria, and Sahel refers to the semi-arid region on the Sahara’s southern edge stretching from the Atlantic Ocean to the Red Sea, including southernmost Algeria and parts of neighbour states.Hide Footnote They grew rich off smuggling as well as ransoms for Western hostages.[fn]See Jean-Pierre Filiu, “The fractured jihadi movement in the Sahara”, Current Trends in Islamist Ideology, 10 January 2014. AQIM Emir Abdelmalek Droukdel, an “Arab Afghan” and former GSPC commander, is believed to still be based in the Kabylie region. His Sahara deputy, Abdelhamid Abu Zeid, was killed in a French airstrike in northern Mali in February 2013. Mokhtar Belmokhtar, mastermind of the In Amenas attack, commands the al-Morabitoun jihadist group, which has links to al-Qaeda and the Islamic State (IS) and is responsible for attacks as far west as Ivory Coast. Despite repeated reports of his death, including in a U.S. airstrike targeting him in Libya in June 2015, he is believed to be alive.Hide Footnote

The GSPC formally affiliated with al-Qaeda in 2007, when it was renamed al-Qaeda in the Islamic Maghreb (AQIM). Jihadist interest in the Sahara, which during the 1990s was mainly a logistical and support hub, culminated in AQIM’s 2012 seizure of northern Mali, in cooperation with the trans-Sahelian jihadist groups Ansar Dine and the Movement for Monotheism and Jihad in West Africa (MUJAO). France’s Operation Serval, launched in January 2013, led to the recapture of northern Malian towns, but attacks on military and civilian targets there remain common, while implementation of the Algiers peace agreement signed between non-jihadist northern rebels and the Malian authorities in June 2015 has stalled.[fn]See Crisis Group Africa Report N°226, Mali: An Imposed Peace?, 22 May 2015; Africa Briefing N°115, Mali: Peace from Below?, 14 December 2015.Hide Footnote

B. A Resource-rich Region

Longstanding southern frustrations have grown sharper in the past decade and a half as a result of mismanagement and changes in the global economy. In the early 2000s, President Bouteflika’s administration raised expectations of rising wealth when he liberalised the oil and gas industry.[fn]Unemployed urban youth recalled their expectations that new jobs and investments would benefit them. Crisis Group interview, southern activists, Ouargla, May 2015.Hide Footnote A new Hydrocarbons Law in 2005, which aimed to attract foreign investment by loosening ownership requirements, set off a wave of exploration and production in the south.[fn]The 2005 law ended Sonatrach’s monopoly on exploration, production and transportation, forcing it to compete with international oil companies investing in the liberalised activities.Hide Footnote But Bouteflika, for reasons that remain unclear, backtracked when the 2006 Hydrocarbons Order reinstated the requirement that the state oil company, Sonatrach, have a majority stake in almost all upstream, midstream and downstream activities.

Over the next years, culminating in 2013, southern hopes soured. Even as oil prices soared, enabling Algeria to amass foreign exchange reserves of $200 billion in 2012, social investments failed to materialise, and corruption scandals multiplied. Many southerners came to perceive national authorities and multinational companies as at best reckless and at worst criminal. A southern activist said, “Bouteflika authorised them to come, all kinds of companies with all sorts of activities, and they dug in the south without protecting the environment and do nothing for the society. They don’t even create local jobs: they bring their own employees”.[fn]Crisis Group interview, southern activist, Adrar, May 2015.Hide Footnote

In 2010, after a six-month investigation by the Départment du Renseignement et de la Sécurité (DRS) – the now-defunct but then-powerful intelligence agency often at loggerheads with the presidency in the last decade – corruption charges were brought against Sonatrach CEO Mohamed Meziane, his two sons and several top managers. Corruption at the highest levels of the company, which is involved in every oil operation in the country, is alleged to have cost Algeria billions of dollars in annual revenue in the oil sector alone.[fn]Aomar Aouli, “Algeria oil corruption trial begins after 5-year delay”, Associated Press, 15 March 2015. For background on the rivalry between the DRS and President Bouteflika, see Crisis Group, Report Algeria and Its Neighbours, op. cit. ENI subsidiary Saipem is on trial over allegations it paid $200 million in bribes to Sonatrach, 2007-2010, in exchange for seven contracts worth €8 billion. In early 2016, a criminal court sentenced six, including Meziane and his two sons, to jail for corruption offences ranging from embezzling public funds to accepting bribes. “Affaire Sonatrach 1: sursis pour Mohamed Meziane, prison ferme pour son fils”, TSA, 2 February 2016.Hide Footnote

Over the past five years, oil production has declined, as bureaucratic hurdles and poor management of oil and conventional gas reserves have driven investors away. Algeria depends on hydrocarbon exports for 98 per cent of its foreign earnings (70 per cent of national revenue). Declining production for export, rising domestic demand due to population growth and the vertiginous drop in oil prices in 2015 mean that a fiscal breaking point looms on the three-year horizon: at current spending levels, the Fond de regulation des recettes, the revenue regulation sovereign wealth fund created in 2000 to manage surplus hydrocarbon revenue, is expected to run out in 2016, and foreign exchange reserves, which fell $35 billion in 2015 to $143 billion, are expected to be exhausted by 2018.[fn]British Gas and Total have each abandoned a field within the past two years, due to obstacles such as a new three-year exploration license when five to ten years is the industry standard. Response to bidding rounds since 2007 has been “dismal”. Crisis Group interview, international oil company executive, Algiers, May 2015. George Joffe, “Fracking won’t fix Algeria’s oil woes,” al-Araby al-Jadeed, 13 March 2015. “Le fonds de régulation des recettes s’épuisera dès la fin de l’été 2016, selon des experts”, Maghreb Emergent, 5 March 2016.Hide Footnote

The government has sought a solution in shale gas exploration. The U.S. Energy Information Administration (EIA) estimates that Algeria has almost 20 trillion cubic metres (707 trillion cubic feet) of technically recoverable shale gas and 5.7 billion barrels of technically recoverable shale oil, placing it third after China and Argentina in technically recoverable shale gas resources.[fn]Crisis Group interview, senior oil company analyst, Algiers, June 2015. “World Shale Resource Assessments”, EIA, 24 September 2015.Hide Footnote A long-time analyst of its hydrocarbon sector said:

Shale is Algeria’s get-out-of-jail-free card. The industry perspective right now is that Algeria is an also-ran – they’re there producing oil and gas but not in any interesting or competitive way. But if they become a shale producer then they can meet their domestic energy needs and export to Europe.[fn]Crisis Group interview, Geoff Porter, CEO, North Africa Risk Consulting, June 2016.Hide Footnote

Industry specialists also say improvements in management, anti-corruption measures and red-tape reduction could raise conventional gas and oil production enough to make up for lower oil prices, with less political impact than developing unconventional sources such as shale.[fn]Crisis Group interview, senior foreign oil company adviser, Algiers, June 2015.Hide Footnote

C. The Transformation of the South

As oil prices and production have dropped, so too has the state’s ability to buy social peace, but banking on a rentier system, even when it functions smoothly, could prove risky. Excessive reliance on rent redistribution alone can obscure reasons for discontent and demands for justice, equality and dignity.[fn]Naoual Belakhdar, “‘l’Eveil du Sud’ ou quand la contestation vient de la marge”, Politique africaine, no. 137, March 2015, pp. 27-48.Hide Footnote Generous patronage might temporarily satisfy enough people to calm an upsurge of resentment but is at best a temporary solution as the economy worsens – especially when jihadists in neighbouring states have proven adept at exploiting social crises and even more adept at exploiting the inadequate, often heavy-handed government responses to them. The south’s sense of exclusion ultimately can be solved only through better representation and integration at the national level, recognition of region-specific needs and challenges and a more equitable distribution of resources.

The south is undergoing a far-reaching transformation, propelled by almost 2 per cent annual population growth nationally, rapid urbanisation (69 per cent of the population was rural at independence; 70 per cent live in cities today) and rising expectations born of education and the internet.[fn]“National Report on Housing for the Conference on Housing”, République Algérienne démocratique et populaire, July 2014. The expansion of education and infrastructure in the 1970s, combined with sedentarisation policies and population transfers, set the stage for the glut of unemployed graduates in Ouargla and spread oil and gas expertise in In Salah.Hide Footnote The region has just 10 per cent of the total population but 36 per cent of the country’s impoverished municipalities.[fn]Luis Martinez and Rasmus Alenius Boserup (eds), Algeria Modern (London, 2016), p. 24.Hide Footnote

Further complicating social dynamics is the south’s ethnic composition, which includes significant ethno-linguistic Amazigh communities such as Tuaregs, Ouarglis and Mozabites.[fn]Numbers are unclear because the state abolished ethnic categories in the 1966 census.Hide Footnote The national ruling party, the Front National de Libération (FLN) has long pursued a policy of co-opting traditional political and religious leaderships of southern groups, such as zaouiyas (Sufi brotherhoods), Tuareg amenoukals (traditional tribal and regional chiefs) and the organised Mozabite political leadership known as the majlis al-qurthi. Local administration in the southern provinces, perceived to favour Arabs and co-opted Amazigh elites, tends to be run by northerners.[fn]Crisis Group interviews, local residents, Ghardaia, Ouargla, In Salah, May 2015, May 2016.Hide Footnote Co-opting elites creates the appearance of inclusion but tends to spread resources narrowly; many socially influential southerners, including urban youths, unionists and even traditional elites, feel outsiders run their lives according to their own priorities.

Occasional protests, strikes and violence in the north in the 1970s and 1980s demanding economic and minority rights peaked with the October 1988 riots over rising prices, unemployment and austerity. Contestation faded in the 1990s, as the security crisis overshadowed social questions.[fn]Belakhdar, “‘l’Eveil du Sud’”, op. cit.Hide Footnote It resurfaced in the south over the first decade and a half of the present century, however, when the newly formed Mouvement des Enfants du Sud pour la Justice (MSJ) demanded solutions for unemployment and regional inequality, putting southern concerns, for the first time, on the national map; the Comité National pour la Défense des Droits des Chômeurs (CNDDC) formed in Ouargla after a decade’s incubation; citizens in In Salah launched a national movement against fracking, sparking protests in Algiers, Oran, Constantine and across southern cities; and intercommunal fighting in Ghardaia led to the first-ever strike of security forces in Algiers, who marched on the president’s office.

The sustained if sporadic unrest at these sites suggests the emergence of specifically southern political dynamics. Governance shortcomings in the oil-rich zones are felt particularly forcefully. The south – far less populated, far more strategically important in terms of natural resources and far more difficult to control given its geography – has replaced northern regions like Kabylie as the epicentre of contestation. Its grievances are tightly wound social, economic, political and environmental concerns, in part specific to their communities, in part reflective of national sentiment, particularly resentment of a rentier state in crisis.

III. Southern Unrest: Three Case Studies

The coincidence of unrest at In Salah, Ouargla and Ghardaia, particularly given relative calm elsewhere, demonstrates the centrality of the Sahara to peace and security in Algeria today.[fn]Crisis Group interview, Dida Badi, research director, National Centre for Prehistoric, Anthropological and Historical Research, Algiers, May 2015. Nevertheless, while the nucleus of sustained unrest has transferred to the south, an official gendarmerie report recorded 429 “disturbances to the public order” during 2016’s second trimester (a five-a-day average), with interventions in northern urban centres such as Medea, Algiers, Boumerdes, Blida, Annaba and Skikda. “La gendarmerie s’inquiète d’une situation sociale qui reste préoccupante”, TSA, 8 August 2016.Hide Footnote While top officials tend to depict southern activists as separatists, they are fighting, in different ways, for more inclusion and voice in the state.[fn]“[Prime Minister Abdelmalek Sellal] accuses us of being separatists. We won’t negotiate with him …”. See “Ouargla: les organisateurs de la marche du 14 mars refusent de rencontrer l’envoyé spécial de Sellal”, Algerie-focus.com, 11 March 2013.Hide Footnote Fuelling the protest movements in Ouargla and In Salah are demands for greater benefits from the extraction of natural resources – what an analyst calls “resource regionalism” – as well as environmental concerns.[fn]“If resource nationalism was about states insisting on greater benefits from the extraction of the natural resources by foreign firms, then resource regionalism is about local communities demanding greater benefit from those same industries but at the expense of the central state”. Geoff Porter, “The new resource regionalism in North Africa and the Sahara”, Dossiers du CERI, Centre de recherches internationales, July 2013.Hide Footnote Exclusionary politics and weak governance in a resource-rich zone helped enflame tensions in Ghardaia, where they manifested as intercommunal conflict.

The coincidence of unrest at In Salah, Ouargla and Ghardaia, particularly given relative calm elsewhere, demonstrates the centrality of the Sahara to peace and security in Algeria today.

The crisis in Ghardaia is distinct in that it weaves the issue of ethnic and religious minorities together with political and economic concerns felt elsewhere in the south.[fn]The “Berber spring” was a period of activism in the Kabylie region and Algiers in 1980 that was violently put down by the military.Hide Footnote The Mozabites of the Mzab Valley, Amazigh followers of the Ibadi school, say they face structural discrimination in Arabisation policies as well as attacks on their homes, religious symbols and businesses by Arab Maliki groups.[fn]Algeria’s Mozabites are the founders of a 1,000-year-old pentapolis (a five-city aggregation that includes Ghardaia, Beni Isguen, El-Ateuf, Melika and Bounoura, and subsumes as well the more recently established Berriane and Guerrara) 600km south of Algiers. On allegations of discrimination against Mozabites, see below.Hide Footnote Their historical demographic predominance in the Mzab Valley has been undermined by a rapid population shift since the 1980s, in part due to state settlement of Arab tribes and designation of Ghardaia as the provincial capital in 1985. This, they say, multiplied official administrative posts that were filled primarily by Arabs and deepened class tensions, pitting relatively wealthy urban Mozabites against poor Bedouin Arabs who used the Arab national parties and their influence for social mobility.[fn]Crisis Group interviews, Mozabite residents, Ghardaia, May 2015. Nacer Djabi, “Solving the tensions in Algeria’s Ghardaia region”, Arab Reform Initiative, July 2015.Hide Footnote More recently, takfiri preachers in the region have accentuated the stigmatisation of Mozabites as “Shia apostates”, justifying violent attacks on them.[fn]Takfir is the act of a Muslim declaring another Muslim to be a kaffir (unbeliever). Takfiris are radical Islamists (including most contemporary Sunni jihadist groups) who practice takfir, often to sanction lethal violence against other Muslims that otherwise would violate a Quranic injunction. Some takfiris erroneously consider Ibadis to be Shia.Hide Footnote

A. Ghardaia

1. Ethno-sectarian conflict: Mozabites vs Arabs

Since 2013, local flare-ups between Mozabites and Arabs have been quick to ignite and nearly impossible to extinguish.[fn]Outbreaks have occurred in Ghardaia, Berriane and Guerrara. The current violence broke out in 2013, but clashes date to 1985, when land in Ghardaia belonging almost entirely to Mozabites was appropriated and distributed to Arabs as part of the sedentarisation process of extending control over remote and often nomadic southern populations.Hide Footnote Ghardaia province (wilaya) has a dozen towns and some 360,000 residents. In October 2015, after hundreds of riot police were stationed there for ten months under difficult conditions, they returned to the capital and, with others who remained in Ghardaia and a few dozen in Oran, launched the country’s first-ever strike by security forces, demanding improved working conditions and an end to long deployments.[fn]The Compagnies républicaines de sécurité (CRS) riot police unit was responsible for the strike, demanding better working conditions, the right to unionise and departure of the managing director of the Direction générale de la sécurité nationale (DGSN), Major-General Abdelghani Hamel.Hide Footnote When those in Algiers marched to the presidency’s El Mouradia palace, they found themselves in a standoff with the presidential guard. Prime Minister Abdelmalek Sellal met with them that evening, promising to respond to their demands, though not their leading one, the departure of police chief Major-General Abdelghani Hamel.

Destruction des mausolées berbères de la vallée du Mzab en Algérie

ImazighenLibya

The escalation between Mozabite and Arab groups began in November 2013, when 150 people were arrested during clashes over a football match in Guerrara, 100km north east of Ghardaia. Neutral observers supported the Mozabite perception that security forces intervened on the Arab side.[fn]Crisis Group interviews, Mozabite activists, local journalists, Ghardaia and Algiers, May 2015; Ghardaia, May 2016.Hide Footnote The next month, Mozabite protesters shut down Ghardaia’s centre, demanding that authorities divulge public housing and land allotments. After the police reopened the area, the Mozabite businesses there were burned, leading to more reprisals and counter-reprisals. In the end, fifteen people were killed, mostly Mozabites.[fn]Mozabites say the wilaya security head, Abdelhak Bouraoui, is clearly visible in a cellphone video of the desecration of a Mozabite cemetery and destruction of the mausoleum of the Mozabite Sheikh Ammi Said, a UNESCO world heritage site sacred to Mozabites. See ImazighenLibya, "Destruction des mausolées berbères de la vallée du Mzab en Algérie", YouTube, 6 Feb 2014 and mzab europe, "attaque des criminels chaamba et mdabih sur la cimetière Ammi Said vandalisé encore une fois", YouTube, 14 April 2014.

For the next two years, amid sporadic deadly violence, the community’s mixed neighbourhoods self-segregated. Long-term residents were driven out by neighbours’ threats and their own fears. Mozabites and Arabs who ventured from their streets or neighbourhood risked danger; only Sub-Saharan migrants, seen as neutral, could confidently cross the invisible boundaries. Armed with knives and Molotov cocktails, Mozabites formed self-defence groups and filmed and distributed videos of police sheltering Arab protesters, proof, they say, of authorities’ bias.[fn]Crisis Group interview, local journalist, Ghardaia, June 2015. “We started forming self-defence groups when we noticed our houses were being burned, and the police intervened on the side of the Arabs”. Crisis Group interview, Mozabite self-defence group leader, Ghardaia, May 2015. He said dozens of neighbourhood patrols have since formed, and even high school students had units with light weapons. “En Algérie, Ghardaïa enflammée par les violences communautaires”, Le Monde, 19 February 2014.Hide Footnote

Violence crested in 2015. In June, at Ramadan, Arabs threw Molotov cocktails into a car in Berriane, leaving four Mozabites gravely burned. The next month, dozens on both sides were killed and hundreds wounded in less than a week. The military was deployed to contain the situation, but by then thousands of homes and businesses had been burned and schools closed for long stretches.[fn]“Ghardaia: nouvelles échauffourées entre jeunes à Berriane”, Algérie Press Service, 17 June 2015. The most intense, sustained fighting was in mixed neighbourhoods such as Thienniet al-Makhzen and Hajj Massoud, and around the al-Qurthi housing block, which 1,000 Arab residents could access only via a Mozabite area, where they were pelted with rocks and Molotov cocktails.

2. Intra-communal differences

Tensions highlighted differences not just between the two communities, but within them as well. As social and economic conditions have worsened, Mozabite elites – who form highly structured, interlocking spiritual, political, tribal and neighbourhood networks – have lost traction with the community’s youth.[fn]There are roughly 200 tribal groupings in the Mozabite community, split among seven main cities – the Ghardaia pentapolis plus Guerrara and Berriane – each with a tribal authority (majmua ashair) responsible for social issues such as education. The Majlis al-Qurthi groups together elites of the seven cities and serves as the political interface with the Algerian authorities.Hide Footnote Traditional authorities, unable to protect their people and seen as co-opted by the state, are losing ground to fiery activists like Fekhar Kameleddine, the doctor-turned-activist who founded the Mouvement pour l’Autonomie du Mzab and wrote the UN Secretary-General denouncing an “ethnic cleansing” campaign by the Algerian state.[fn]Appel de détresse et demande d’intervention urgente!!”, open letter to UN Secretary-General Ban Ki-moon by Dr Kameleddine Fekhar, 3 July 2015, as published by siwel.info.Hide Footnote

Many Mozabite youth, framing their predicament in communal terms, have concluded their only realistic option is to fight back.[fn]Crisis Group interviews, Mozabite self-defence groups, Ghardaia, June 2015. Pro-Amazigh websites like siwel.info and tamazgha.fr portray Mozabites as facing campaigns of eradication; some Facebook groups openly incite violence.Hide Footnote This contrasts with the community’s traditional conservative bodies such as the Majlis al-Qurthi, the regional council that maintains strong links to the state, has called for calm and explains the climate of insecurity as a product less of ethnic violence than the breakdown of law and order. Explaining its preference to negotiate, a member said:

It’s not our point of view that these are inter-community incidents. There are repeated attacks by organised criminal mafias. But we have tried first on our side, aware that most of the damages suffered has been on our side, to take a moment to reflect and observe. And we reminded the state of its duty according to the constitution to preserve the security of citizens and their goods.[fn]Crisis Group interview, Majlis al-Qurthi leadership, Ghardaia, May 2015.Hide Footnote

While the council claims satisfaction with how the state is handling the situation, a member recently left his house of 40 years in the once-mixed, now self-segregating Ghardaia neighbourhood of Tahnia el-Makhzen after Arabs ransacked it and lamented: “All we can do is to swallow the indignity and smile”.[fn]Crisis Group interviews, members of Majlis al-Qurthi, Ghardaia, May 2015.Hide Footnote

Message to the Algerian government

سقلاب ابوالبراء

Arab communities are also fragmenting, though differently. Compared with Mozabites, the Arabs of the Ghardaia region lack unifying structures. They are an amalgamation of regional tribes – the Chaamba, Medebi, Said and Mokhadema – in addition to economic immigrants from elsewhere in Algeria. On the whole, they are becoming more Salafi, with some militant elements among them.[fn]Crisis Group interview, Dida Badi, research director, National Centre for Prehistoric, Anthropological and Historical Research, Algiers, May 2015.Hide Footnote Incitement to violence came from, for instance, Ahmed Seqlab, a young, Saudi-trained preacher from Berriane with a significant online following. Also, the privately-owned Saudi satellite television channel Iqraa, popular among Algerian Salafis, broadcast a fatwa from an Algerian cleric declaring Ibadis “enemies of Allah”.[fn]سقلاب ابوالبراء, “Message to the Algerian government”, YouTube, 4 August 2014. “Ghardaia: les tenants et aboutissements d’une fitna organisée”, Algerie-Focus.com, 9 July 2015.Hide Footnote

Arab antipathy for their Mozabite neighbours has other sources, too. Having long ago settled in cities, built trade links and invested in education, Mozabites tend to be more commercially successful. They also benefit from certain exclusive minority rights; their private schools and mosques, for instance, are not subject to state control of teaching and content, unlike those of Arabs. Yet overall, Arabs tend to feel represented by the Algerian state.[fn]Crisis Group interview, Moustapha Rebbahi, Arab professor of sociology, University of Ghardaia, Ghardaia, June 2015.Hide Footnote In this sense, Mozabite cultural autonomy is less something for Arabs to emulate than a threat to be contained, and the state is an ally in doing so. An Arab community leader said:

Mozabites who pass through private schools have complexes against Arabs. The Ibadis call themselves the only group that is on the right path; they consider themselves superior. The state should put these schools under its control.[fn]Crisis Group interview, Arab community leader, Ghardaia, June 2015.Hide Footnote

3. A confused response

Neither local nor national authorities have been able to negotiate an end to the impasse. Appeals for peaceful dialogue by traditional Mozabite and Arab authorities failed to stem the violence, and national authorities have yet to respond to calls by Arabs, Mozabites and parliament for an official public investigation into the clashes. Calm was restored only with the militarisation of the province, which in July 2015 was placed under the authority of Major General Abderrazak Cherif.[fn]Algerie – La wilaya de Ghardaia passe sous l’autorité de l’Armée”, Canal Algérie, 8 July 2015.Hide Footnote However, the deployment of thousands of police, gendarmes and soldiers is at best a temporary solution. At worst, it risks creating more violence, as evidenced by clashes between police and Arabs in Arab-majority neighbourhoods, and between gendarmes and Mozabites in mixed neighbourhoods like al-Qurthi.

Political parties, in capitalising on the growing sectarianism, have worsened it. The city’s FLN, the national ruling party, has long been dominated by the powerful Chaamba Arab community, which combines Arab nationalist and cultural identities with sometimes thuggish behaviour.[fn]A Ghardaia-based source recalled local FLN politicians turning a blind eye to Arab-led expropriation of Mozabite land. Crisis Group interview, Algerian journalist, Ghardaia, May 2015.Hide Footnote Radicals have weakened traditional Mozabite elites who have sided with the moderate mainstream discourse of the second ruling party, Rassemblement National Démocratique (RND).[fn]Crisis Group interviews, members of the Majlis al-Qurthi, Ghardaia, May 2015.Hide Footnote Fekhar Kameleddine, for instance, established ties to the Front des Forces Socialistes (FFS), a historical pro-Amazigh opposition party, before founding his own militant separatist movement. Only Islamist parties – Nahda and the Mouvement de la Société pour la Paix (MSP, the Algerian branch of the Muslim Brotherhood) – span the communal divide and count members of each among their ranks.[fn]The Ghardaia mayor is an Ibadi member of the Islamist Green Alliance coalition, for instance.Hide Footnote

Accusations of responsibility for the chaos flourish. The government has sought to pin the blame on various outsiders: Prime Minister Abdelmalek Sellal, President Bouteflika’s chef de cabinet, Ahmed Ouyahia, and Foreign Minister Ramtane Lamamra have blamed Morocco for stirring up trouble, while Religious Affairs Minister Mohamed Aissa attributed the violence to a Salafi conspiracy.[fn]Ghardaia: Lamamra prend le relais de Sellal et Ouyahia pour accuser le Maroc”, yabiladi.com, 1 August 2015; “‘Un pays frère a financé ce qui s’est passé à Ghardaia’ selon Sellal”, algerie1.com, 12 July 2015; “Ghardaia: Mohamed Aïssa met en cause des salafistes extrémistes liés à l’école yéménite de Dammaj”, Huffington Post Algerie, 19 July 2015.Hide Footnote Mozabites say the government has stoked fears and created discord to keep Bouteflika in power and perpetuate his camp’s control, pointing to the promotion of several security officials who presided over periods of chaos in Ghardaia. Still others from Mozabite and Arab camps, trying to show that his promises to maintain stability are hollow, allude to a DRS conspiracy to stoke violence in Ghardaia.[fn]Crisis Group interviews, Mozabites, Ghardaia, May 2015.Hide Footnote

Such theories underestimate the complex roots of communal conflict. Though national and regional factors ought not to be discounted, local causes are more important, among which Mozabite lack of trust in the authorities and the secrecy of government operations figure prominently. As a first step, the authorities should publicly investigate the clashes, especially the role security forces may have played.

B. In Salah

1. From a peaceful grassroots movement …

There was little reason to think In Salah, 1,200km south of Algiers, with fewer than 40,000 inhabitants, would become the centre of a nationwide environmental movement. In December 2014, the day after Energy Minister Yousef Yousfi announced Algeria’s first successful shale drilling test, 30km from In Salah, some 5,000 townsfolk occupied the central square, Sahat Soumoud, and closed roads. The town, like the rest of the country, learned of the drilling from the news; even local officials had not been informed. Mobilisation was spontaneous, the result of high levels of education, particularly about the hydrocarbons sector; a traditional environmental consciousness, especially among women; and social media forums like Facebook, which spread information on fracking risks.[fn]Crisis Group interview, Mohamed Belamine, parliamentarian, Front National pour la Justice Sociale, May 2015. Two of the movement’s most vocal leaders, Hacina Zegzag and Fatiha Touni, led the town’s women in marches and sit-ins and spoke with the press. Women, traditionally tasked to provide water in Saharan societies, are especially sensitive to fracking’s potential to pollute groundwater. The U.S. documentary “Gasland”, in which a woman holding a lighter under her faucet triggers a gas explosion, was widely disseminated on social networks.Hide Footnote  That the authorities permitted the French company Total to test unconventional extraction techniques outlawed in France was met with acute resentment in In Salah, partly because the area previously had been used as a laboratory for testing new and dangerous technology, including French nuclear weapons in the 1960s.[fn]Total acquired a 47 per cent stake in the Ahnet basin in 2009. Officially, Sonatrach undertook the pilot shale gas drilling project, but Total’s involvement was an open secret and confirmed when it announced in January 2015 it had not been at the site since June 2014. “Total Algérie: Nous n’avons jamais eu de license de gaz de schiste”, Algerie-Focus.com, 3 March 2015. Hydraulic fracturing has been banned in France since 2011, due to public pressure fuelled by environmental concerns. See Tara Patel, “The French public says no to ‘le fracking’“, Bloomberg Businessweek, 31 March 2011.Hide Footnote

Rassemblement Anti-Gaz de schiste à Alger

DZ Militant

The night the test drill was announced a local Sonatrach engineer and renewable energy activist, Abdelkader Bouhafs, organised students and geology, hydrogeology and drilling engineers to go door-to-door warning households that fracking would pollute the water table.[fn]Crisis Group interview, Hacina Zegzag, founding member, Committee for a National Moratorium on Shale Gas, Adrar, June 2015.Hide Footnote  These activists, most of whom worked in the hydrocarbons sector, subsequently formed the “Committee of 22”, which steered and represented the thousands who turned out the next day at Sahat Soumoud. The atmosphere was joyful and family friendly, with men, women and children reading poetry and singing and volunteers in yellow vests leading hundreds through the streets. The gathering became the nucleus of the anti-shale drilling movement, drawing support from elsewhere in the country.[fn]See, for instance, DZ Militant, “Rassemblement anti-gaz de schiste à Alger”, YouTube, 18 January 2015.Hide Footnote

By contrast, zaouias, Sufi brotherhoods with strong religious, cultural and political influence in the area, have refused to take a position on shale gas, cementing their image as co-opted by state patrons.[fn]In the late 1980s, Algeria went from repressing to reviving zaouias in an effort to co-opt them. “The official portrayal is remarkably simplistic and essentialist: the zaouias are portrayed as ‘sanctuaries of peace’, allegedly ‘unchanged for centuries’, ‘remote from worldly affairs’ and ‘profoundly apolitical’. However, both the state’s instrumentalisation of them as well as the zaouias’ proper interests and activities stand in stark contrast to such ascriptions”. Isabelle Werenfels, “Promoting the ‘good Islam’: the regime and Sufi brotherhoods in Algeria”, Eurasia Review, 12 September 2011.Hide Footnote  Their retreat on the highly politicised issue has opened space for others: activists have encouraged proactive use of conventional and social media – long feared as instruments of meddling, foreign and domestic – to spread the idea that activism, including with civil disobedience, can block government policy.[fn]Crisis Group interview, Mohad Gasmi, anti-shale gas protest leader, Adrar, June 2015. A dozen prominent anti-shale gas and anti-unemployment leaders attended 2013 training by Laghouat CNDDC co-founder and activist Yacine Zaid on using information technologies and interacting with media. “Our activism is not centralised, but each of us benefited from this training”. Ibid.Hide Footnote  New information and communications technologies were instrumental both in coordinating actions and building support within the south and nationally: after the first In Salah protests, solidarity protests occurred in Tamanrasset, Timimoune, Metlili, Adrar, Touggourt, Ghardaia and Ouargla, which share common traditions, family relations and dependence on the same water aquifer, as well, further north, in Tizi Ouzou, Bejaia and eventually Algiers.

2. … to violence and politicisation

Surprised by the immediacy and intensity of the popular response, the government dispatched Energy Minister Yousfi to appease the Committee of 22, without success. Participants, many themselves experts in various facets of natural resource extraction, felt him condescending, especially because, they say, he questioned their grasp of fracking basics. After the sit-ins and marches continued peacefully for another two months, President Bouteflika sent a delegation to In Salah, led by national police chief Abdelghani Hamel. That too ended with failure, when he responded to the Committee of 22’s call to stop exploratory drilling (as a condition for further talks) by listing the security risks the country faces. Days later, Prime Minister Sellal’s assurances on state television that fracking was in a strictly exploratory phase and no exploitation license had been granted led protests to swell, since activists were demanding a moratorium on all fracking.[fn]Crisis Group interview, anti-shale gas protest leaders Mohad Gasmi and Hacina Zegzag, Adrar, June 2015. “Gaz de schiste: le DGSN Abdelghani Hamel quitte In Salah sans régler le probleme”, El Watan, 18 January 2015. “Quand Sellal fait flamber In Salah”, Algérie1.com, 23 January 2015.Hide Footnote

A moratorium was the central demand of an unauthorised march by the political opposition in Algiers on 24 February 2015, the 44th anniversary of the nationalisation of natural resources.[fn]On the anniversary of the 1971 nationalisation of resources, political opposition coalitions Instance de suivi et de coordination de l’opposition (ISCO) and Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique (CNLTD) defied the protest ban and marched through the capital with slogans linking anti-fracking mobilisation to their democratic-transition demands.Hide Footnote  It figured prominently again on 14 March with the some 8,000 demonstrators at Ouargla’s second millioniya (literally “million-man march”, a term popularised by the 2011 Arab uprisings).[fn]Des milliers des personnes au sit-in d’Ouargla”, leconews.com, 14 March 2015. Slogans included “Non au gaz de shiste” (“no to shale gas”), “samidoun, samidoun, lil ghaz essakhri raffidoun” (“steadfast, steadfast, we will remain steadfast against shale gas”), “la shamal, la janoub, el-jazair fil quloub” (“no north, no south, Algeria is in everyone’s heart”), and “el-wihda wa essiyada, li-iqqaf el- ghaz essakhri” (“unity and sovereignty, for a stop to shale gas”).Hide Footnote

The Committee of 22 succeeded for two months to keep protests peaceful. Demonstrators warmly greeted and gave cigarettes, shade and cool drinks to the hundreds of police dispatched from the north to monitor the square.[fn]Crisis Group interviews, Mohad Gasmi, Hacina Zegzag, anti-shale gas protest leaders, Adrar, June 2015.Hide Footnote  But frustrated by officials’ non-committal response and encouraged by the wider support they enjoyed, protesters at In Salah four days after the February Algiers opposition event more confrontationally tried to close the access road to a second exploratory drilling site for shale gas Sonatrach and Halliburton managed 10km north of the town. This led to the first violent clashes with security forces. Gendarmes fired teargas and live ammunition, wounding three protestors seriously, and set fire to the tent encampment in Sahat Soumoud.[fn]Crisis Group interviews, witnesses, Adrar, June 2015.Hide Footnote

The Algiers protest brought another development unwelcome in the south. During its first two months, the movement there had more or less remained above the political fray.[fn]A popular slogan was, “No political parties and no politicisation of the movement”. Crisis Group interview, Mohad Gasmi, anti-shale gas protest leader, Adrar, May 2015.Hide Footnote  Wary of being co-opted by the main opposition political parties and sceptical of their intentions since they had not opposed the 2013 hydrocarbons law authorising shale gas exploitation, leaders characterised their movement as purely social.[fn]Crisis Group interviews, anti-shale gas activists, Adrar, June 2015. “Loi no. 13-01 …”, Journal Officiel De La République Algérienne no. 11, 24 February 2013.Hide Footnote  It became harder to maintain that line after the 24 February event in the capital, as activists allied more broadly with opposition parties, linking their cause with wider criticisms of national governance.[fn]“The fact that the government is not responding to our demands means that it is the population’s right to use the opposition to assert its rights”. Crisis Group interview, Mohad Gasmi, anti-shale gas protest leader, Adrar, June 2015.Hide Footnote

The authorities eventually quelled the protests by intimidating and co-opting the Committee of 22.[fn]Crisis Group interview, Hacina Zegzag, founding member, Committee for a National Moratorium on Shale Gas, Adrar, June 2015. She added: “I don’t think they left [the square] because of the jobs. I think they left because they were afraid. They were pressured effectively”.Hide Footnote Energy Minister Yousfi, on 23 February 2015, announced creation of an independent, albeit state-funded, observatory at In Salah, where many committee members, were offered senior posts. The observatory has not been implemented. Others obtained jobs or promotions at the Sonatrach subsidiary Naftal, the pro-regime TV station Ennahar or in the wilaya of Tamanrasset.[fn]Gaz de schiste: vers la creation d’une Observatoire independent”, El Watan, 24 February 2015. Crisis Group interviews, anti-shale gas protest leaders, Adrar, June 2015. Bouhafs did not accept any post or promotion and continues his ecological activism. Crisis Group email correspondence, Abdelkader Bouhafs, November 2016.Hide Footnote

With the committee defunct, pressure on the government to change direction on shale gas evaporated. It has not replied officially to the moratorium demand.[fn]“The statement that fracking was frozen, that they would stop drilling and fracking, evaluate potential and decide by 2019 whether or not to pursue, was false, an attempt to calm the population. In reality, production is still scheduled for 2022”. Crisis Group interview, Algerian legal counsel for multinational oil company, Algiers, September 2015. The government has issued contradictory statements on the future of shale gas drilling and replaced Yousfi soon after the protests. The Collectif national pour un moratoire sur les gaz de schiste, a splinter movement of the committee, has used meetings and social media to keep up pressure for a moratorium.Hide Footnote  Oil industry executives affirm that shale gas activity was never suspended, and President Bouteflika came out clearly for exploitation when he described shale gas, alongside oil, conventional gas and renewable energies, as “gifts from God”.[fn]Crisis Group interview, senior foreign oil company adviser, November 2015. “Bouteflika: ‘Le gaz de schiste est un don de Dieu”, algeriepatriotique.com, 24 February 2015.Hide Footnote

Yet, what activism did not accomplish, the high cost of production and the oil-price crash have. In January 2016, El Khabar revealed that faced with rising costs and decreasing revenue, Sonatrach had decided to suspend shale gas production pending a price return to $80 per barrel. (Crude-oil has not exceeded $60 per barrel since November 2014; in the first nine months of 2016, the price hovered between $30 and $50 per barrel.) The government is, however, preparing for that day: Prime Minister Sellal, meeting his Russian counterpart, Dimitri Medvedev, on 27 April 2016, offered cooperation with Russia’s Gazprom on shale gas.[fn]Algérie: Sonatrach suspend l’exploitation du gaz de schiste”, Radio France Internationale (RFI), 21 January 2016. “The Algerians suspended shale gas not because they care [about environmental effects] but because it’s not profitable. Companies think [they] will eventually go ahead with shale gas when the price is right”. Crisis Group interview, Geoff Porter, CEO North Africa Risk Consulting, June 2016. “Algeria could cooperate with Russia’s Gazprom on shale gas”, Sputniknews.com, 27 April 2016.Hide Footnote

C. Ouargla: The Movement of the Unemployed

1. The men behind the millioniya

The largest southern demonstrations have been in Ouargla, a strategically important town of about 140,000 near the major oil fields of Hassi Messaoud and gas fields of Hassi Rmmel that hosts a military base for the central and north-east Saharan zone. Grievances there have mixed in ways difficult to disaggregate and no easier to solve. These include rapid population growth, agricultural decline and decreasing cross-border commerce following closure of the borders with Libya, Tunisia and Mali due to security concerns. They have inflamed a countrywide socio-economic crisis that is worse in the south, where unofficial unemployment rates are as high as 30 per cent, especially among youth.[fn]Crisis Group interview, labour expert, Algiers, March 2014. Officially, unemployment fell from 30 per cent in 2000 to 11.2 per cent in 2015, according to the National Office of Statistics (ONS).Hide Footnote

The anti-government mood around the Arab world in 2011 found fertile ground in this environment. Among the first manifestations was the Ouargla-based, largely male CNDDC youth movement. Its leaders transcend the party lines that typically pit Islamists against secular activists. Its most visible leader, Taher Belabbes, a ten-year veteran activist, recruited Yacine Zaid, a trade union and human rights activist in his 40s, and Khencha Belqacem, an Islamist dedicated to broad-based social organising.[fn]Crisis Group interview, Yacine Zaid, 12 August 2016.Hide Footnote The group sought, with fair success, to build a peaceful and inclusive movement, with wide support among liberals, Islamists and students. They united around shared beliefs that unemployment was driving southerners toward fatalism, religious radicalism and extreme acts; handouts might temporarily assuage but not eliminate grievances; the state’s economic mismanagement had created dependency for southerners, not opportunities; and the south was a “disgraced territory” due to extreme neglect in comparison with the north.[fn]Crisis Group interview, CNDDC activist, Ouargla, May 2015.Hide Footnote

On 8 June 2011, several hundred protesters clashed with security forces in Ouargla, after several months of peaceful protests, sit-ins, suicides and self-immolations there and in Hassi Messaoud brought no official response. More clashes broke out six months later 260km away in Laghouat, between security forces and residents denouncing unemployment, public-housing corruption and hiring practices said to favour northerners. The CNDDC led southerners, for the first time in memory, to demand a say in distribution of national resources and call on the government to account for its economic policies.[fn]Luis Martinez, “Algérie: le calme avant la tempête?”, Le Monde, 10 January 2012.Hide Footnote

By 2013, the CNDDC’s mobilising capacity had grown. On 14 March, between 5,000 and 10,000 protesters assembled in front of Ouargla’s city hall for a millioniya carrying flags and banners and shouting slogans demanding jobs and development of the south. Belabbes said:

With [the millioniya] we were seizing our right to protest and express ourselves publicly … all across Algeria, with the exception of Algiers, which remains to be conquered. It was also our response to the slanderous and insulting declarations of the prime minister, Abdelmalek Sellal, and of Daho Ould Kablia, then interior minister. The people of the south will always remember this unfortunate phrase of Sellal who described the young unemployed as chirdhima [insignificant] or minor terrorist groups. The outrageous words of Ould Kablia who spoke of “neutralising” the protests and controlling the security situation in the south in order to protect oil installations still resonate in my ears.[fn]“‘Je démissionne pour couper court aux subterfuges du gouvernement’, Taher Belabbes, ex porte-parole de la Coordination nationale de défense des droits des chômeurs”, El Watan, 21 February 2014.Hide Footnote

The 2013 millioniya, which went off peacefully in the presence of security forces, led the state to take the protests seriously, implementing a series of emergency measures.[fn]Sellal ordered emergency measures: making zero-interest development-oriented bank loans available in the south, pressure on foreign and domestic contractors as well as national agencies to recruit locally and raising public-employee salaries. Belakhdar, “‘l’Eveil du Sud’”, op. cit. The governor received and offered jobs, mostly in the gendarmerie, to a delegation of unemployed.Hide Footnote  Leaders felt they had established the movement as an interlocutor for local and national authorities on resource distribution in the south.[fn]Protesters said that after the event they had more self-respect and felt that by challenging those perceiving them as docile, insignificant or criminal, they had begun to play a productive role in society. Crisis Group interview, Ouargla, June 2013. Belakhdar, “‘L’Eveil du Sud’”, op. cit.Hide Footnote  However as with other protest movements in the south, their hopes were soon disappointed. Deep reform – rooting out corruption and nepotism in hiring and effective training for lucrative local jobs in the oil and gas industry – never materialised. Leadership schisms weakened the movement and slowed its momentum.[fn]A centre created in 2014 demonstrated training shortcomings: Sonatrach hired none of the 40 trainees who completed the first six-month course; only twelve found jobs. The second class of 30 was still unemployed six months after training. “Ouargla à bout de patience”, El Watan, 13 March 2015. Crisis Group interviews, Ouargla, May 2013. Belabbes began denouncing political and military figures and demanding more radical change on the national level. Zaid focused on the CNDDC itself and local goals.Hide Footnote  Perhaps most important was the constant surveillance, harassment and intimidation of organisers, whom the media, with no evidence, accused of drug or alcohol addiction, acting as foreign agents and secretly pursuing southern autonomy.

By 2015, Belabbes had left the leadership and Zaid the country, and Belqacem was in prison.[fn]Starting in 2011, Belabbes was summoned for questioning and beaten. In January 2013, he was sentenced to one month in prison for unauthorised gathering and breach of state security. “Taher Belabbes interpellé par les RG de Batna”, Quotidien d’Algérie, 17 October 2011; Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (SNAPAP), “les policiers frappé Taher Belabbes”, YouTube, 4 May 2011; communiqué de SNAPAP, 7 January 2013. In October 2012, Zaid was given a suspended six-month sentence for assault of a security agent. In 2014, he fled the country after threats against himself and his family. “Yacine Zaid condamné à six mois de prison avec sursis”, Le Matin d’Algérie, 8 October 2012; Crisis Group interview, Zaid, Laghouat, 2014. Belqacem was arrested in January 2015. The First Instance Tribunal of Laghouat sentenced him and eight other leaders of the unemployed movement to prison terms from twelve to eighteen months for “unauthorised gathering” after they protested for an independent judiciary before the Ouargla tribunal. Months after release, he received another six months for a Facebook video criticising imprisonment of a fellow activist. “Algeria: prison for criticizing judiciary”, Human Rights Watch, 7 June 2016.Hide Footnote  The CNDDC had grown so weak by that year’s millioniya that the national political opposition, which shared the regime’s tendency to disregard local concerns, was able to co-opt the event, diluting its unemployment and anti-fracking messages to focus instead on democratic transition.[fn]National political opposition participants included the Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique (CNLTD), which includes ex-Prime Minister Ahmed Benbitour and Jil Jadid (New Generation) party President Sofiane Djilali, and representatives of the Rally for Culture and Democracy (RCD) party and the Islamist Muslim Brotherhood-affiliated Movement of Society for Peace (MSP).Hide Footnote

2. Security risks of mishandling the “southern question”

Repression in Ouargla, a constant since 2011, has led some activists to embrace extreme measures. In February 2013, days after police arrested more than a dozen CNDDC activists who had come together in Laghouat to burn their diplomas in front of the employment agency, clashes broke out between security forces and demonstrators gathered in solidarity with detained colleagues. More recently, protestors have adopted new and disturbing tactics, such as stitching their mouths shut and cutting their arms and chests.[fn]“Violentes émeutes à Laghouat: les jeunes réclament du travail”, Liberté, 24 February 2013. “Les nouvelles formes de protestation des chômeurs à Ouargla”, TSA, 24 February 2016.Hide Footnote

The path of a previous generation of leaders should give the government pause before ignoring local demands. The MSJ, founded in 2004 by Abdesslam Tarmoune and Lamine Bencheneb to demand economic opportunities and improved wealth distribution in the south, is a cautionary tale. After nearly a decade of unfruitful peaceful protest, it split into a faction (CNDDC) that stayed mostly peaceful and two radicalised factions that took up arms. Bencheneb’s faction collaborated with Mokhtar Belmokhtar’s al-Mourabitoun group to plan and execute the attack on the In Amenas gas complex in the south in January 2013; Tarmoune fled to the maquis and threatened to violently restore southern youths’ “usurped rights”.[fn]Hannah Armstrong, “The In Amenas attack in the context of southern Algeria’s growing social unrest”, CTC Sentinel, vol. 7, no. 2, 24 February 2014. “Enquete sur la disparition des jeunes du Sud suspectés d’avoir rejoint les rangs du MSJ”, Echourouk Online, 17 June 2013. On 2 February 2014, residents of the southern town of Djanet, along the Tassili n’Ajjer mountain range where Tarmoune was hiding, held a sit-in in his support, asking authorities to stop military operations and open a dialogue for his surrender. “A Djanet, on veut que l’armée dialogue avec Abdessalam Tarmoune”, El Watan, 7 February 2014.Hide Footnote

Continued failure to engage with and effectively respond to southerners’ demands is particularly dangerous given the proliferation of jihadist groups and the smuggling networks that sometimes assist them. Beyond the January 2013 In Amenas attack, AQIM claimed responsibility for an 18 March 2016 rocket attack on the British Petroleum (BP) - and Statoil-operated Krechba gas facility in In Salah province. AQIM’s statement claiming responsibility said it aimed not only to wage “war on the interests of the crusaders”, but also to protect the environment and discourage shale gas exploration – evidence that jihadist groups are attuned to and seek to exploit southern grievances.[fn]Situation on Krechba plant in Algeria clarified”, statoil.com. “Algerian army kills militants behind Krechba gas plant attack: source”, Reuters, 20 March 2016. Clifford Krauss, “BP and Statoil pull employees from Algeria gas fields after attack”, The New York Times, 21 March 2016. None of over 600 employees were injured.Hide Footnote

Moreover, the Algerian Sahara, in the midst of an increasingly troubled region and connecting Libya and West Africa with Mali and Niger, is vulnerable also to flourishing networks of illicit commerce. Smuggling can attract young southerners without jobs who feel abandoned by the authorities. Arms smuggling in particular is on the rise: the army seized more large-calibre weapons between February and April 2016 than at any time since the “black decade” began in 1992.[fn]“Dans le sud algérien, le spectre de la radicalisation des mouvements de protestation”, tsa-algerie.com, 5 March 2015. “Saisies d’armes: du jamais vu dans l’histoire de l’Algérie”, El Watan, 15 April 2016.Hide Footnote

IV. State Responses

A. Managing Southern Unrest

Algerian authorities are taking some measures to improve administration in the south and pursue dialogue. In May 2015 for instance, they announced an administrative redistricting, creating ten new districts, each under a delegate wali (provincial governor), including Ghardaia and Ouargla, as well as Tamanrasset, where In Salah is located. Local elected officials welcome the move, which could strengthen administration, though there is some wariness that it also will expand and refine security structures and control.[fn]Crisis Group interview, Mohamed Hadou, regional deputy, Assemblée populaire de la Wilaya d’Adrar, Adrar, May 2015. The reform, which began as a 2014 Bouteflika campaign promise, is meant to develop public services, increase public sector employment and improve citizen-state relations in the south, taking into consideration the vast territory a single central wilaya manages and the expense of doing so. It is also to make monitoring citizens and cross-border traffic easier.Hide Footnote Also well received have been Education Minister Nouria Benghebrit’s efforts since 2016 to close the gap between educational indicators in south and north, though this long-term project will not soon solve the former’s challenges.[fn]“Education: Benghebrit au secours du Sud”, El Watan, 27 May 2016.Hide Footnote  Dialogue between local stakeholders and high-ranking officials has led to fulfilling certain protester demands, such as job creation.[fn]In Ouargla, the millioniya established the unemployed movement as an interlocutor with local authorities, with negotiations around distribution of jobs. See Section III.C above.Hide Footnote  The unrest has had some intangible benefits as well, such as elevating the visibility of southern populations, which has helped them push their agenda and argue that solutions can come only through engagement, not top-down imposition.

While positive, the state’s responses so far have largely been tactical and tentative and do not address issues that require far-reaching policy changes,

It is unlikely, however, that this will be enough. While positive, the state’s responses so far have largely been tactical and tentative and do not address issues that require far-reaching policy changes, such as rooting out corruption and nepotism and consulting on controversial drilling techniques. Southern activists are even more pessimistic that the state will go further to recognise their “dignity as citizens”, code for building an inclusive national society that takes full account of their cultural identity and provides broadly for their economic well-being. Without that, small steps, though appreciated, come off as a way of managing dissent.[fn]Crisis Group interviews, CNDDC activists, Ouargla, May 2013. “They [the authorities] react as they always do to a socio-economic crisis: they send a high-ranking government official, commit funds, then vanish. There’s no security when there’s no development. Development would be tourism, marathons, bringing people here. It’s not happening”. Crisis Group interview, Western diplomat, Algiers, May 2015. “When there is a problem that may have political consequences, it’s insufficient to give directives to recruit the people of the south. More must be done, for example a Marshall Plan …. Does the government not realise this? … To force an American company to hire in the south does not work and does not solve the problem”. Crisis Group interview, Moustapha Bouchachi, ex-FFS parliamentarian, Algiers, May 2015.Hide Footnote  Dida Badi, an anthropologist from Tamanrasset, argues:

There’s no strategy. First they tried to use local elites, because they thought it was a problem of the youth. When that didn’t work, they used police, force, repression, in Ghardaia, in Ouargla, in In Salah. Then they saw that wasn’t working, because these movements were becoming national, and even international. Now what will they do?[fn]Crisis Group interview, Algiers, May 2015.Hide Footnote

The recent government response indicates its direction, as well as the difference from three decades ago: 1980s protests in the north were brutally put down; today’s more nuanced tactics target protest leaders and favour co-optation.

B. The South as Bellwether

The fourth-term Bouteflika administration has undertaken sweeping measures, first promised in 1999, in the name of promoting rule of law, culminating in dismantling the powerful DRS in January 2016 and ratifying an amended constitution in February. But while these measures have radically circumscribed and even eliminated security agency meddling in politics and might indicate new guarantees for civil liberties and minority rights, the future remains in doubt.[fn]The amended constitution enshrines Tamazight as an official language (Article 4) and eliminates mention of press offences. For the full text, see Journal Officiel de la République Algérienne N°14, 7 March 2016, joradp.dzHide Footnote  The presidency has been strengthened and a rival power centre removed, but whether this will lead to the institutionalisation of rule of law remains to be seen. Ultimately, the government must strengthen reforms if it is to convince citizens it is working on their behalf, particularly given the most serious economic crisis in decades and turmoil on most borders.

The historical context has imbued southern concerns with national political significance for both government and opposition. The latter sees potential leverage for rejuvenating its fortunes and pushing for democratisation, starting with a transparent transition.[fn]“We’re starting to understand that in order to be more effective, it is necessary to coordinate our actions and move in the same direction, at the right moment”. Crisis Group interview, Salah Dabbouz, president, LADDH national bureau, and member, Instance de suivi et de concertation de l’opposition (ISCO), Algiers, May 2015.Hide Footnote  The opposition bloc CNLTD initially gathered steam as it united Islamist and secular parties for the first time, against Bouteflika’s fourth term in 2014. It has lost relevance, however, because it has come to be seen as hijacked by pro-regime figures and internally fragmented. Most coalition members are veterans of past governments, lack a platform for change and focus their critique narrowly on the president rather than the broader system.[fn]Crisis Group interview, Western diplomat, Algiers, May 2015.Hide Footnote  By joining the millioniya in Ouargla and sending a delegation to In Salah in 2015, the CNLTD was trying to regain some of its lost credibility.

Southern activists are wary of co-optation but seem willing to risk cooperation with the opposition given its substantial resources and the visibility it brings their cause.[fn]Crisis Group interviews, activists, Ouargla, In Salah, Algiers, May 2015.Hide Footnote  The opposition itself has yet to garner much support in the south; isolated appearances are insufficient either to win a broad base or convince its populations that their commitment is genuine rather than opportunistic.

Perhaps more importantly, the south has become a bellwether for regime intentions. The protests offer an opportunity to show what movement toward democratic civilian rule and improved governance would look like. Signs are not encouraging. The combination of security measures, buying off or prosecuting protest leaders on flimsy charges does not inspire confidence that the state will address the most consequential national issues.

V. Conclusion

Southern unrest is acutely sensitive in and for Algeria not only because of the resource reserves located there, but also because of longstanding national sovereignty concern. Recent geopolitical reconfigurations, such as an increasingly autonomous Iraqi Kurdistan, an independent South Sudan and a fracturing Libya, have fuelled concern, some would say paranoia, about Western designs to partition Arab states to control their energy reserves.[fn]Algeria favours preservation of national unity and post-independence borders and has worked to ward off partition talk in Mali, Libya and Syria. Crisis Group Report, Algeria and Its Neighbours, op. cit.; interviews, Algerian diplomats, security officials, Algiers, 2015.Hide Footnote  But the authorities imagine separatist inclinations where there are none among southern protesters, whose issues are unfairness and mismanagement: that the state hides shale gas drilling, exacerbates intercommunal tensions and does not engage effectively with legitimate southern grievances such as unemployment. The security-centric government approach treats protesters as a public order risk, not a party to engage substantively.

After armed forces put down the violence in Ghardaia without addressing underlying factors, the calm is brittle. Compensating merchants for sacked and looted stocks is a start but will not prevent future clashes. As requested locally, authorities should appoint a committee to investigate recent violent outbreaks and ensure accountability among both Mozabite and Arab communities and security forces.

Southern demands for jobs and environmental protection, embodied in the movement of the unemployed in Ouargla and the anti-shale gas protesters in In Salah and beyond, raise challenges of inclusion and representation that authorities must address. A start might be to improve communication with protest leaders and their constituencies. Dialogue efforts should begin with the state clarifying its policy where there is ambiguity. If economic exigencies mean shale gas is its only option, it should declare so. Tunisia announced in June 2016 the “total and immediate” publication of all its oil contracts in response to the “Where is the oil?” campaign and clashes with security forces.[fn]La Tunisie entame la publication des contrats pétroliers en ‘open data’”, Jeune Afrique, 17 June 2016.Hide Footnote  Likewise, if Algeria has a good case that shale gas can be extracted without harming the environment, it should make it transparently. The same applies to the discussion of job creation.

Such efforts should be carried out, where relevant, together with Sonatrach and its partners operating in the area, since they are major employers and directly affected by local unrest. Foreign oil and gas companies complain that the state makes corporate social responsibility difficult if not impossible. This is a problem because sustainable investment relies on social engagement and requires not only formal operating licenses, but also a “social license” from local stakeholders.[fn]Crisis Group interview, senior foreign oil company analyst, Algiers, June 2015. The secrecy and bureaucracy imposed by the state ensure that the gulf between companies and residents remains wide. “In corporate social responsibility, you talk about social license operators …. You want local stakeholders to see your presence and your operation as something positive that they can benefit from. When it comes to shale gas, you have protests against fracking but not against conventional projects, which means that it will be more challenging to receive this kind of social license to operate. But unconventional [projects] of course are seen as the future”. Ibid.Hide Footnote

The challenge for both government and opposition is to understand the south and its grievances on its own terms, rather than as a foreign tool of destabilisation or a popular groundswell to be co-opted. This is also a wider opportunity to rethink governance and seize the moment as the country enters a transition or at least a leadership change. Adding urgency is the risk that southern discontent could become an instrument of an opposition seeking to paint the current system as illegitimate and ineffective, or worse, exacerbate the anti-state sentiment and feelings of neglect and exclusion upon which radical groups prey.

Algiers/Brussels, 21 November 2016

Appendix A: Map of Algeria

Map of Algeria. Courtesy of the University of Texas at Austin

Appendix B: Map of Oil and Gas Fields in Algeria

Map of Oil and Gas Fields in Algeria Mike Shand/Crisis Group

Appendix C: Glossary of Terms

Ansar Dine: Tuareg-led jihadist group in northern Mali with ties to AQIM.

AQIM: al-Qaeda in the Islamic Maghreb.

CNDDC: Comité National pour la Défense des Droits des Chômeurs (National Committee for the Defence of the Rights of the Unemployed).

CNLTD: Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique (National Coordination for Freedoms and Democratic Transition), opposition coalition.

CRS: Compagnies républicaines de sécurité (Republican Security Companies), riot-control police.

DRS: Département du Renseignement et de la Sécurité, once powerful military intelligence agency disbanded in January 2016.

FFS: Front des Forces Socialistes (Socialist Forces Front), historic opposition party with a stronghold in the Kabylie region.

FLN: Front National de Libération (National Liberation Front), historical post-independence ruling party.

GSPC: Groupe pour la Prédication et le Combat (Group for Preaching and Combat), precursor to AQIM.

ISCO: Instance de suivi et de coordination de l’opposition (Authority for Follow-up and Coordination of the Opposition), opposition coalition.

Mourabitoun: Jihadist group led by Mokhtar Belmokhtar, affiliated with AQIM.

MSJ: Mouvement des Enfants du Sud pour la Justice (Mouvement of the Children of the South for Justice), southern activist group.

MSP: Mouvement de la Société pour la Paix (Movement of the Society for Peace), leader of the Alliance Verte Islamist coalition, the largest opposition group in parliament.

MUJAO: Mouvement pour l’Unicité et le Jihad en Afrique Occidentale (Movement for Monotheism and Jihad in West Africa), AQMI offshoot focused on West Africa.

Nahda: Islamic Renaissance Movement, part of the Alliance Verte Islamist coalition.

RND: Rassemblement National Démocratique (National Democratic Rally), junior partner in the governing coalition led by the FLN.

Sonatrach: The state oil company.

People attend a demonstration in Paris on July 5, 2020 in support of Algeria's Hirak key protest movement as Algeria celebrates today the anniversary of its 1962 independence from France. FRANCOIS GUILLOT / AFP

Algeria: Bringing Hirak in from the Cold

Les retombées économiques et sociales de la crise de Covid-19 et les mesures de confinement risquent de multiplier les défis auxquels l’Algérie est confrontée. Les autorités devraient desserrer leur étau sur la contestation populaire et établir un dialogue économique avec le hirak.

ما الجديد؟ تواجه الجزائر الآن المزيد من التحديات بسبب التداعيات الاجتماعية والاقتصادية الناجمة عن أزمة كوفيد–19 وإجراءات الحجر الصحي الرسمية التي اتخذتها البلاد.

ما أهمية ذلك؟ يمكن للحكومة الجزائرية أن تستجيب لهذا الوضع باللجوء إلى الاقتراض من الخارج وزيادة التدابير التقشفية في موازنتها. إلا أن مثل تلك المقاربة من شأنها أن تحدث توترات اجتماعية وأن تفاقم من حدة الصراع بين الحراك والدولة.

ما الذي ينبغي فعله؟ ينبغي على السلطات أن تستغل لحظة التضامن الوطني هذه التي أوجدتها الجائحة بالاستجابة للاحتجاجات الشعبية بلمسة أكثر خفة. كما ينبغي على الحكومة والحراك أن يجلسا معاً لمناقشة الأحوال الاقتصادية للبلاد واقتراح طرق محددة لتقليص تعرضها لتقلبات أسعار النفط والغاز.

الملخص التنفيذي

تخاطر التداعيات الاقتصادية والاجتماعية الناجمة عن أزمة كوفيد-19 وإجراءات الحجر الصحي التي اتخذتها السلطات الجزائرية بدفع حركة الاحتجاجات الشعبية (الحراك) نحو التطرف. لتحاشي وقوع مثل هذا السيناريو، ينبغي على سلطات الدولة الجزائرية الاستفادة من حالة التضامن الوطني التي أحدثتها الجائحة لاستخدام لمسة أخف في تعاملها مع الحراك ودعم بعض المبادرات التي يقودها المواطنون. إذا كان الحوار السياسي غير واقعي على المدى القصير، فإن الحكومة والجهات المشاركة في الحراك ينبغي على الأقل أن تنخرط في حوار اقتصادي وطني لإيجاد السبيل لتنفيذ التغييرات البنيوية اللازمة لتفادي وقوع أزمة اقتصادية حادة. كما ينبغي على المنظمات المالية الدولية والدول الصديقة أن تكون مستعدة لتقديم الدعم المالي للبلاد، خصوصاً للإصلاحات الاقتصادية، لكن دون فرض شروط مفرطة في الصرامة. إذا قبلتها الجزائر، فإن من شأن تلك الإصلاحات أن تضعف الشبكات الزبائنية القوية التي تتربح من صناعة النفط والغاز، وبالمقابل يمكن أن تؤدي إلى المزيد من العنف، في تكرار لما حدث في تسعينيات القرن العشرين.

يعد الحراك حركة غير عنيفة بشكل عام يقودها المواطنون انطلقت في شباط/فبراير 2019 عندما أعلن الرئيس عبد العزيز بوتفليقة ترشحه لفترة رئاسية جديدة. في مواجهة حالة الطوارئ الصحية بسبب كوفيد-19، أظهر الحراك مسؤولية مدنية من خلال احترامه للقيود التي فرضتها الحكومة على الحركة في محاولة منها لكبح انتشار الفيروس؛ وعلقت المظاهرات التي تخرجها في الشوارع وأسست شبكة تضامن لتقليص الآثار الاجتماعية للحجر الصحي.

رغم اتخاذ الحكومة الجزائرية لإجراءات طارئة فيما يتعلق بالقضايا الاجتماعية والاقتصادية، يبدو أنها أوقفت سياسياً حالة التهدئة مع الحراك والتي ظلت سائدة منذ انتخاب عبد المجيد تبون في 12 كانون الأول/ديسمبر 2019. وهكذا، ورغم وعود بإجراء إصلاحات دستورية قطعت استجابة لمطالب الحراك، كان هناك عمليات قمع أمني ملحوظة. علاوة على ذلك، تواجه الجزائر جملة واسعة من التحديات الاجتماعية والاقتصادية بسبب الركود الاقتصادي العالمي وتدهور أسعار النفط. الآفاق الاقتصادية الكلية للبلاد قاتمة بالنظر إلى اعتمادها على صادرات النفط والغاز وبسبب آثار الحجر الصحي.

على المدى القصير، قد يترتب على الحكومة الجزائرية اللجوء إلى الديون الخارجية وإحكام الإجراءات التقشفية، وربما مواجهة عودة التوترات الاجتماعية إلى الظهور نتيجة ذلك. ولهذا السبب، فعندما ترفع قيود الحجر الصحي في سائر أنحاء البلاد، قد يلجأ الحراك إلى موقف أكثر عدوانية. ويمكن أن تشتعل الصراعات مع الحكومة بالنظر إلى أن الظروف مواتية لاستئناف المظاهرات التي كانت تخرج كل أسبوعين وأيضاً لإعلان الاضرابات وانتشار حالات العصيان المدني. ثم يمكن للمواجهة بين السلطات والحراك المستمرة منذ شباط/فبراير 2019 أن تصبح أكثر تجذراً. أو يمكن للحراك أن يتفرق، وأن يترك خلفه فراغاً، في غياب إجراءات تعالج المظالم التي عبر عنها. ويمكن لهذا أن يدفع مجموعات صغيرة إلى اتخاذ مقاربة متشددة على نحو متزايد وإجراءات أكثر تطرفاً في المستقبل غير البعيد.

من أجل منع مثل تلك التطورات غير المرغوبة وتوسيع قاعدة الدعم للرئيس تبون، ينبغي على السلطات تنفيذ الوعود التي قطعها رئيس الدولة الجديد بإحداث انفتاح سياسي أكبر. ويمكن لمثل تلك الاستجابة أن تشمل، على سبيل المثال، إطلاق سراح المعتقلين السياسيين، وإنهاء الرقابة على الإعلام، ووضع حد للاعتقالات العشوائية. كما يمكن للحكومة أن تقدم المزيد من الدعم لشبكات المواطنين التي أنشأها قادة الحراك للمساعدة في محاربة الجائحة وتقليص آثارها الاجتماعية، لكن دون أن تسعى إلى احتوائها.

من غير المحتمل التوصل إلى تسوية فورية للصراع من خلال الحوار السياسي؛ إلا أن حواراً اقتصادياً وطنياً واسعاً يمكن أن يحقق هذا الهدف بجمع المجموعات السياسية الرئيسية، والاتحادات والمنظمات، إضافة إلى ممثلين عن الحكومة وأكثر رجال الأعمال نفوذاً في البلاد، حتى من القطاع غير المنظم. وسيكون الهدف تحديد العقبات التي تعيق إجراء إصلاح اقتصادي حقيقي واقتراح حلول واقعية ومقبولة على نطاق واسع للتغلب عليها.

أخيراً، إذا قررت الحكومة الجزائرية تقديم طلب للمنظمات المالية الدولية والدول الصديقة للحصول على الدعم المالي، ينبغي على تلك المنظمات والدول تقديم مثل ذلك الدعم، خصوصاً لدعم استراتيجية إصلاح اقتصادي كلي. في تلك الحالة، ينبغي على الجهات المانحة توفير المساعدة المالية دون فرض شروط مفرطة في الصرامة (مثل التحرير الكلي للاقتصاد وإجراءات تقشفية حادة). في غياب البديل، فإن السلطات إما سترفض تلك المساعدات أو ستشعر بأنها مجبرة على قبولها. في حالة السيناريو الثاني، يمكن لذلك أن يزعزع استقرار الشبكات الزبائنية المهمة الضالعة في السيطرة على الأرباح المتحققة من صناعة النفط والغاز، كما حدث في تسعينيات القرن العشرين عندما كان ذلك عاملاً مساهماً في تصاعد حدة العنف خلال "العقد الأسود".

تونس/الجزائر/بروكسل، 27 يوليو 2020

Malgré les promesses de réforme constitutionnelle formulées en réponse aux revendications du hirak, le raidissement sécuritaire devient perceptible.

Si, sur le plan socioéconomique, le gouvernement algérien a été réactif, mettant en place une série de mesures d’urgence, sur le plan politique, il semble mettre un terme à la période de détente vis-à-vis du hirak qui a suivi l’élection, le 12 décembre 2019, d’Abdelmadjid Tebboune. Ainsi, malgré les promesses de réforme constitutionnelle formulées en réponse aux revendications du hirak, le raidissement sécuritaire devient perceptible. De surcroit, la paralysie économique mondiale et la chute du prix du baril de pétrole ont multiplié les défis économiques et sociaux auxquels l’Algérie est confrontée. Vu la dépendance du pays à l’exportation d’hydrocarbures et l’impact du confinement, la plupart des projections macroéconomiques sont peu optimistes.

A court terme, le gouvernement algérien pourrait devoir recourir à l’endettement extérieur et renforcer considérablement les mesures d’austérité budgétaire, avec pour conséquence possible une recrudescence des tensions sociales. Dès lors, lorsque les mesures de confinement seront levées dans l’ensemble du pays, le hirak pourrait adopter une position plus offensive. Les conditions sont réunies pour que les marches bihebdomadaires reprennent et que s’y ajoutent des grèves générales et la désobéissance civile, ce qui exacerberait le conflit avec le pouvoir. Le bras de fer auquel le pouvoir et le hirak se livrent depuis février 2019 risquerait de se durcir. A défaut, le hirak pourrait s’épuiser, et en l’absence de mesures répondant aux aspirations que le mouvement exprime, créer un vide laissant la place, dans quelques années, à des groupes minoritaires prônant un discours plus dur et des modes d’actions plus radicaux.

Pour écarter les scénarios les plus risqués et élargir le soutien au président Tebboune, le pouvoir devrait concrétiser les promesses d’ouverture politique faites par le nouveau chef de l’Etat. Ceci passerait, par exemple, par la libération des prisonniers d’opinion, la levée de la censure médiatique et la fin des arrestations arbitraires. De même, il pourrait, sans chercher à les coopter, apporter un soutien accru aux réseaux citoyens que les animateurs du hirak ont mis en place afin de lutter contre l’épidémie et son impact social.

Un dialogue politique qui mettrait fin au conflit est peu probable dans l’immédiat. En revanche, un dialogue économique national suivi et approfondi l’est davantage. Ce dernier pourrait réunir les principales forces politiques, syndicales et associatives, ainsi que des représentants du gouvernement et les entrepreneurs les plus influents du pays, y compris ceux du secteur informel. L’objectif serait d’identifier les obstacles à une réforme économique réelle et de proposer des solutions réalistes et largement acceptées pour les surmonter.

Enfin, si le gouvernement algérien les sollicite, les organisations financières internationales et les pays amis de l’Algérie devraient la soutenir financièrement, notamment son éventuelle stratégie de réformes économiques. Dans ce cas de figure, les éventuels bailleurs de fonds devraient se garder de tenter d’imposer des critères de conditionnalité trop rigides (libéralisation à outrance et austérité budgétaire). Soit les autorités les refuseraient, soit elles se sentiraient contraintes de les accepter, faute d’alternative. Dans ce dernier cas, d’importants réseaux clientélistes qui participent à la gestion de la rente pétrolière et gazière pourraient être déstabilisés, comme ce fut le cas durant les années 1990, contribuant, entre autres facteurs, à l’intensification des violences de la « décennie noire ».

Tunis/Alger/Bruxelles, 27 juillet 2020

I. Introduction

Depuis février 2019, le pouvoir algérien fait face à un mouvement de contestation populaire sans précédent par son ampleur (hirak). Le 2 avril 2019, il conduit le chef d’Etat-major et vice-ministre de la Défense, Ahmed Gaïd Salah, à forcer la démission du président Bouteflika. Il pousse l’Etat-major de l’armée, la présidence de la République et les ministères de l’Intérieur et de la Justice à arrêter et condamner plus d’une centaine de hauts responsables politiques et sécuritaires et d’entrepreneurs disposant de liens politiques privilégiés, et à reporter par deux fois les élections présidentielles, les 18 avril et 4 juillet 2019.[fn]Voir « La liste des ex-hauts responsables et hommes d’affaires actuellement en prison », Algérie 360, 4 novembre 2019.Hide Footnote  Le 12 décembre 2019, ce scrutin s’est finalement tenu et Abdelmadjid Tebboune l’a remporté.[fn]Abdelmadjid Tebboune a recueilli 58 pour cent des voix avec un taux de participation officiel de 40 pour cent (9 pour cent de participation réelle selon plusieurs militants du hirak). Tebboune est un ancien ministre de l’Habitat, membre du Front de libération nationale (FLN), le principal parti au pouvoir, et Premier ministre furtif en 2017, déchu pour avoir dénoncé les pratiques affairistes d’entrepreneurs proches d’Abdelaziz Bouteflika et de son frère Saïd. Entretiens de Crisis Group, activistes du hirak, Alger, décembre 2019-février 2020. Voir également le rapport Moyen-Orient et Afrique du Nord de Crisis Group N°192, Surmonter la paralysie économique de l’Algérie, 19 novembre 2018.Hide Footnote

Si le régime est encore loin de l’effondrement, les retombées économiques et sociales de la crise internationale de la Covid-19 multiplient les défis auxquels il est confronté.

Ce rapport se fonde sur des entretiens conduits entre février 2019 et mai 2020 avec des hauts fonctionnaires, principalement d’anciens responsables administratifs, des universitaires algériens, des élus locaux, des responsables de partis politiques, des citoyens impliqués dans le hirak et des membres d’organisations internationales. Il est également étayé par une observation régulière des manifestations bihebdomadaires, surtout à Alger.

 

II. Le dilemme du pouvoir face au hirak

A. Le hirak : un mouvement citoyen largement pacifique

Le hirak, né en février 2019 à la suite de l’annonce « humiliante » de la candidature d’Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat, se présente avant tout comme un mouvement citoyen et pacifique, en dehors de quelques échauffourées avec les forces de l’ordre en fin de marches.[fn]Entretien de Crisis Group, militant du hirak, Alger, mars 2019. En février 2019, beaucoup d’Algériens affirmaient que cette annonce était humiliante étant donné l’état de santé de Bouteflika (paralysie, difficulté d’élocution). Nombre de citoyens estimaient que le pays méritait un représentant plus jeune et dynamique et que sa candidature à un nouveau mandat malgré sa condition physique montrait qu’il était l’otage d’un cercle de proches, lesquels gouvernaient à sa place sans avoir été élus. Entretiens de Crisis Group, anciens hauts fonctionnaires, économistes, journalistes, militants du hirak, Alger, Tunis, Marseille, Paris, mars-octobre 2019. Observations de Crisis Group, Alger, février 2019-mars 2020.Hide Footnote  Selon ses partisans, il exprime la volonté collective de se réapproprier l’espace public, espace que le régime a verrouillé en interdisant les manifestations et en domestiquant quasiment toute forme d’opposition.[fn]Depuis le début de la contestation populaire, les partis politiques de l’opposition traditionnelle tentent également de former une coalition, mais n’ont que peu d’écho, voire de légitimité, auprès des manifestants. Entretiens de Crisis Group, journalistes, universitaires, Alger, mars 2019. Observations de Crisis Group, Alger, février 2019-mars 2020.Hide Footnote  Le mouvement prône une vision de la citoyenneté qui entend dépasser les clivages politiques et socio-régionaux qui ont provoqué des luttes violentes par le passé.[fn]C’est le cas notamment de l’identité amazigh et de l’islamisme. Voir « Socialités et humanités. La citoyenneté en mouvement », Revue des sciences sociales, no. 7 (2019).Hide Footnote

Les mobilisations de foules – des millions de personnes à l’échelle nationale durant la première moitié de 2019 et des centaines de milliers par la suite – que le mouvement suscite sécurisent ceux qui y participent.[fn]Voir « Socialités et humanités. La citoyenneté en mouvement », op. cit.Hide Footnote  Ces mobilisations leur redonnent la stature d’acteurs politiques dont ils estiment avoir été privés par le pouvoir.[fn]Comme le notait l’un des premiers animateurs du mouvement à Kheratta : « Cela a été difficile de mobiliser le 16 février car beaucoup de gens ont perdu espoir. La société a perdu confiance dans toutes les organisations. Le peuple doit construire le changement lui-même ». Entretiens de Crisis Group, activistes du hirak, Kheratta, février 2019. Voir « Socialités et humanités. La citoyenneté en mouvement », op. cit.Hide Footnote

Ces rassemblements, ritualisés sous forme bihebdomadaire les mardis et vendredis, dans les principales villes du pays, permettent, note un manifestant, de se conduire en véritable citoyen.[fn]Entretien de Crisis Group, manifestant, Alger, mars 2019.Hide Footnote  Dès les premières semaines du mouvement, les débats publics dans les espaces publics, les universités de la capitale et de grands centres urbains se sont multipliés. Des Algériens qui n’étaient pas militants avant le 22 février 2019 se sont organisés en comités locaux et lancent des initiatives dans leur quartier depuis lors. Ils sensibilisent leurs voisins aux questions démocratiques que le mouvement soulève et discutent également de ce qu’implique être citoyen (lutte contre la petite corruption, conscientisation des jeunes, etc.).[fn]Observations de Crisis Group, Alger, mars-novembre 2019. Entretiens de Crisis Group, activistes du hirak, Alger, février-novembre 2019.Hide Footnote  L’expression pacifique de cette citoyenneté permet aux Algériens et Algériennes de se défaire de l’étiquette de violents et d’incivils dont nombre d’entre eux se sont sentis souvent injustement affublés.[fn]Observations de Crisis Group, Alger, mars-novembre 2019. Entretiens de Crisis Group, militants du hirak, Alger, Kheratta, mars-décembre 2019.Hide Footnote

Les militants du hirak affirment que leur mouvement est devenu un contre-pouvoir durable.

En outre, les militants du hirak affirment que leur mouvement est devenu un contre-pouvoir durable.[fn]Entretiens de Crisis Group, militants du hirak, Alger, Kheratta, mars-décembre 2019. Voir aussi Amel Boubekeur, « Demonstration effects: how the Hirak protest movement is reshaping Algerian politics», European Council on Foreign Relations, 27 février 2020.Hide Footnote  En son sein, si des clivages historiques sur l’identité amazigh et le conservatisme religieux apparaissent puis s’estompent régulièrement, deux tendances distinctes, qui regroupent entre autres des petits partis politiques d’opposition et des associations militantes, se font face.[fn]Voir Mohan Tilmatine, « Interdiction des emblèmes berbères et occupation des espaces symboliques : amazighité versus algérianité ? », L’Année du Maghreb, no. 21 (2019), p. 149-164. Voir également Ryad Hamadi, « Islamistes et hirak : Saïd Sadi met en garde contre les dangers de la “confusion” », Tout sur l’Algérie, 29 février 2020.Hide Footnote  La première, le « Pôle démocratique », est favorable à une négociation avec le pouvoir et à la recherche d’un consensus ; ses représentants ont notamment soutenu les travaux de la Commission du dialogue national, dirigée par le diplomate Karim Younes, qui a fait long feu.[fn]Voir Fayçal Métaoui, « Le pôle démocratique plaide pour le dialogue et dénonce les atteintes aux libertés », Tout sur l’Algérie, 26 juin 2019.Hide Footnote  La seconde, les « Forces du pacte de l’alternative démocratique », refuse toute discussion avec les autorités en place et exige le départ pur et simple du « système », l’ouverture d’une phase de transition démocratique et l’élection d’une assemblée constituante.[fn]Voir « Algérie : pacte politique pour une véritable alternative démocratique », Blog Ensemble, 1er juillet 2019. Voir également « Réunies hier au siège du RCD : les Forces de l’alternative démocratique rejettent l’agenda de la présidentielle », El Watan, 10 septembre 2019.Hide Footnote

Le hirak est organisé de manière horizontale. Il refuse à priori toute forme de hiérarchie. Il n’a pas de représentant officiel, bien qu’il compte dans ses rangs des animateurs et des leaders d’opinion ainsi que des militants associatifs, d’anciens activistes du parti historique d’opposition, le Front des forces socialistes, comme Mustapha Bouchachi ou Karim Tebbou, et des artistes engagés, dont les compositions inspirent les slogans essentiellement politiques, scandés lors des manifestations et diffusés sur les réseaux sociaux.[fn]Entretiens de Crisis Group, militants du hirak, Alger, Kheratta, mars 2019-mars 2020.Hide Footnote

B. Un pouvoir qui doit maintenir son équilibre

Le pouvoir, que beaucoup d’Algériens et d’Algériennes appellent « le régime » ou le « système » depuis sa consolidation après l’indépendance en 1962, a connu plusieurs crises graves. Pour l’instant, il a réussi à toutes les surmonter. Pour ce faire, il a associé réformes économiques et politiques, achat de la paix sociale, cooptation et répression de ses adversaires.[fn]Ce fut le notamment le cas en 1976, année où le capital d’espoir et de confiance né de l’indépendance s’est tari. Le régime a dissout le Conseil de la révolution créé en 1965, organisé des élections présidentielles, établi une assemblée nationale et une charte nationale suivie d’une nouvelle Constitution. Ce fut le cas également en 1988 lorsque, suite au contre-choc pétrolier et aux émeutes d’octobre, l’armée a quitté le Comité central du FLN, le parti au pouvoir, et le régime a autorisé le multipartisme. S’est ensuivie une violente confrontation entre le gouvernement militaire et les groupes islamistes. Ce fut aussi le cas en 2011 dans le sillage des soulèvements arabes. Le régime a autorisé de nouveaux partis politiques d’opposition et est parvenu à acheter la paix sociale jusqu’en 2014. Voir Miriam R. Lowi, Oil wealth and the poverty of politics (Cambridge, 2009). Voir également les chroniques annuelles sur Algérie de l’Annuaire de l’Afrique du Nord (1962-2003) et de l’Année du Maghreb (2004-2019).Hide Footnote  Il est parvenu à se maintenir en équilibre en dépassant les divisions internes et les conflits qui opposaient ses trois institutions principales : l’armée, notamment son Etat-major, les services de renseignement militaires et civils, et la présidence de la République.[fn]Voir Hugh Roberts, The Battlefield: Algeria 1988-2002, Studies in a Broken Polity (Londres et New York, 2003).Hide Footnote

Néanmoins, avec l’essoufflement grandissant du système, le marasme économique, et la crise ouverte en février 2019 par le hirak, conserver cet équilibre devient de plus en plus difficile.[fn]Voir la section III de ce rapport. Voir également l’intervention de Louiza Dris Aït Hamadouche, « La lutte de clans, Tebboune-généraux de Gaïd Salah, réalité ou intox ? », Radio M, 22 avril 2020.Hide Footnote  Les conflits entre ses principales institutions, et au sein de celle-ci, sont plus prononcés que d’ordinaire, même s’ils sont beaucoup moins violents que durant la décennie noire.[fn]Ibid. L’expression « décennie noire » désigne la période du conflit entre le gouvernement militaire et les groupes islamistes armés qui a fait entre 100 000 et 200 000 victimes entre 1991 et 2002.Hide Footnote  Le pouvoir doit gérer cette crise alors que ses deux rentes s’épuisent : la rente conférée par la légitimité révolutionnaire de la guerre de libération et celle issue de la redistribution du revenu tiré de la production et de l’exportation d’hydrocarbures.[fn]Voir Nadji Safir, « Algérie 2019 : une crise majeure », Diploweb, 3 avril 2019.Hide Footnote

Face à cette double crise de légitimité, le pouvoir doit apporter une réponse fine au défi que représente le hirak.

Face à cette double crise de légitimité, le pouvoir doit apporter une réponse fine au défi que représente le hirak. D’une part, vu l’ampleur, la durée, la popularité et la non-violence qui caractérisent ce mouvement – des centaines de milliers d’Algériens et d’Algériennes sont descendus dans la rue chaque semaine pendant plus d’un an – une répression sanglante pourrait se révéler très risquée. C’est notamment pour éviter de s’exposer à une telle répression que le hirak demeure largement pacifique et se garde de s’aventurer hors de sa tranchée (violence, grève générale de plusieurs jours voire semaines, désobéissance civile, sabotage, etc.).[fn]Voir la section II.B de ce rapport.Hide Footnote  D’autre part, le pouvoir est peu disposé à céder aux principales revendications du hirak qui mettent en péril sa survie : renouvellement total et rajeunissement de la classe politique, armée garante des institutions républicaines et absente de la scène politique, respect effectif de la liberté d’organisation politique et associative, mise en place d’une commission électorale « véritablement indépendante », création d’une Cour constitutionnelle indépendante, élection d’une assemblée constituante.[fn]Entretiens de Crisis Group, président et porte-parole de partis d’opposition, responsables d’associations, militants du hirak, Alger, mars 2019. Voir également « Is a Democratic Transition Possible in Algeria? Fourteen Experts Respond », Project on Middle East Democracy (POMED), décembre 2019 ; et « Algérie : pacte politique pour une véritable alternative démocratique », Blog Ensemble, 1er juillet 2019.Hide Footnote

Cependant, tous les citoyens ne soutiennent pas le hirak et le pouvoir peut compter sur l’appui d’une partie de la population. Certains, parmi lesquels ceux qui ont voté pour le président Tebboune, estiment que le principal acquis démocratique en Algérie est la souveraineté populaire, et voient planer sur le mouvement l’ombre de l’étranger qui encouragerait une transition risquant de consacrer les intérêts particularistes (régionaux, tribaux, corporatistes) au détriment de l’intérêt national.[fn]Entretiens de Crisis Group, cadres, médecins, électeurs au scrutin présidentiel du 12 décembre 2019 hostiles au hirak, Alger, octobre-décembre 2019. Voir les éditoriaux d’El Djeich, la revue mensuelle de l’armée nationale populaire, en 2019 et les discours hebdomadaires de Gaïd Salah, notamment en avril et septembre 2019 ; entretien de Crisis Group, cadre dans une entreprise publique, Alger, décembre 2019.Hide Footnote  Ceci affaiblirait l’unité du pays et donc l’Etat, alors que l’Algérie a besoin d’un Etat fort, « dans un environnement régional en proie à des violences » (Libye, Mali, Niger).[fn]Entretien de Crisis Group, cadre dans une entreprise publique, Alger, décembre 2019. Entretiens de Crisis Group, cadres, médecins, électeurs au scrutin présidentiel du 12 décembre 2019 hostiles au hirak, Alger, octobre-décembre 2019.Hide Footnote  D’autres, principalement des cadres du secteur public, craignent les effets d’une libéralisation économique poussée.[fn]Entretiens de Crisis Group, cadres dans le secteur public, Alger, octobre-décembre 2019.Hide Footnote  Commercer librement à l’échelle internationale, surtout, ferait perdre aux responsables de l’armée et à certains hauts fonctionnaires et responsables politiques « le monopole de la gestion de la rente tirée des hydrocarbures, ou, du moins, risquerait d’autonomiser davantage les hommes d’affaires qu’ils parrainent, comme ceci s’est produit à la fin des années 2000. Et cela, ces tenants du système ne le veulent pas », précise un universitaire.[fn]Entretien de Crisis Group, universitaire, Marseille, mars 2019. Voir également le rapport de Crisis Group, Surmonter la paralysie économique de l’Algérie, op. cit.Hide Footnote

C. Pouvoir et hirak : l’union nationale face à l’épidémie

Sur le plan sanitaire, le gouvernement algérien a plutôt fait preuve de réactivité et de flexibilité.

Sur le plan sanitaire, le gouvernement algérien a plutôt fait preuve de réactivité et de flexibilité. Le 17 mars 2020, alors que le pays compte 80 cas diagnostiqués et huit morts, les autorités adoptent des mesures de distanciation sociale : interdiction de toute forme de rassemblement, fermeture des lieux de culte, écoles, cafés, restaurants, commerces de détail hors alimentation et produits d’hygiène et pharmaceutiques. Elles ferment les frontières terrestres et suspendent les vols aériens et la navigation maritime, sauf cas exceptionnels, parmi lesquels l’importation de matières premières indispensables, médicales et alimentaires et le rapatriement de citoyens.[fn]Voir le décret exécutif n° 20-69 du 26 Rajab 1441 correspondant au 21 mars 2020 relatif aux mesures de prévention et de lutte contre la propagation du coronavirus (Covid-19).Hide Footnote  Un groupe industriel algérien lance la fabrication de masques de protection.[fn]Voir « Covid-19 : le groupe Getex lance la fabrication de masques de protection », Algérie Presse Service, 25 mars 2020. Voir également, « Soutien. La Chine à la rescousse d’une Algérie reconnaissante », Courrier international, 31 mars 2020. Mi-mai, les autorités facilitent les importations de produits médicaux. Voir le décret exécutif n° 20-109 du 12 Ramadhan 1441 correspondant au 5 mai 2020 relatif aux mesures exceptionnelles destinées à la facilitation de l'approvisionnement du marché national en produits pharmaceutiques, en dispositifs médicaux et en équipements de détection en riposte à la pandémie du coronavirus (Covid-19).Hide Footnote

Le gouvernement encourage le confinement volontaire, excepté pour les Algériens rapatriés qui sont placés en quarantaine obligatoire. Le 24 mars, suite à l’augmentation du nombre de cas, 264 confirmés et dix-neuf décès, il décrète la mise en œuvre de mesures de confinement partielles ou totales selon la situation épidémiologique de chaque région et localité.[fn]Voir le décret exécutif n° 20-69 du 26 Rajab 1441 correspondant au 21 mars 2020 relatif aux mesures de prévention et de lutte contre la propagation du coronavirus (Covid-19).Hide Footnote  Etant donné qu’un important foyer de contagion se trouve dans la wilaya (province) de Blida (au sud-est d’Alger), le Haut conseil de sécurité, présidé par le président Tebboune, y décide un confinement total assorti d’un couvre-feu, interdisant toute sortie du domicile, sauf en cas de nécessité ou sur autorisation des forces de l’ordre.[fn]Voir le décret exécutif n° 20-70 du 29 Rajab 1441 correspondant au 24 mars 2020 fixant des mesures complémentaires de prévention et de lutte contre la propagation du coronavirus (Covid-19).Hide Footnote  Le 4 avril, les autorités instaurent dans le reste du pays un confinement et un couvre-feu partiels, de 15h à 7h.[fn]Voir le décret exécutif n° 20-92 du 11 Chaâbane 1441 correspondant au 5 avril 2020 modifiant et complétant le décret exécutif n° 20-72 du 3 Chaâbane 1441 correspondant au 28 mars 2020 portant extension de la mesure de confinement partiel à domicile à certaines wilayas.Hide Footnote

Le 24 avril, peu avant le début du ramadan et après plusieurs messages rassurants du chef de l’Etat et du ministre de la Santé, déclarant que le pic de l’épidémie avait été atteint, le nombre de cas diagnostiqués demeurant inférieur à 2700 pour 375 morts, le gouvernement allège le couvre-feu de 2h – il passe de 17h à 7h.[fn]Voir le décret exécutif n° 20-92 du 11 Chaâbane 1441 correspondant au 5 avril 2020 modifiant et complétant le décret exécutif n° 20-72 du 3 Chaâbane 1441 correspondant au 28 mars 2020 portant extension de la mesure de confinement partiel à domicile à certaines wilayas.Hide Footnote   Le 20 mai, le gouvernement décrète le port obligatoire du masque de protection dans l’espace public.[fn]Voir le décret exécutif n° 20-127 du 27 Ramadhan 1441 correspondant au 20 mai 2020 modifiant et complétant le décret exécutif n° 20-70 du 29 Rajab 1441 correspondant au 24 mars 2020 fixant des mesures complémentaires de prévention et de lutte contre la propagation du coronavirus (Covid-19).Hide Footnote  Le 28 mai, il reconduit le confinement partiel jusqu’au 13 juin, excepté dans le sud du pays, peu peuplé (Saida, Tindouf, Illizi et Tamanrasset).[fn]Voir le décret exécutif n° 20-131 du 5 Chaoual 1441 correspondant au 28 mai 2020 portant prorogation de la mesure de confinement partiel à domicile avec réaménagement de ses horaires et reconduction du dispositif de prévention et de lutte contre la propagation du coronavirus (Covid-19).Hide Footnote Le 13 juin, il l’allège dans 29 régions, y compris Alger – le couvre-feu y reste en vigueur de 20h à 5h – et le lève dans le reste du pays, notamment à Tebessa, Tlemcen et Tizi Ouzou.[fn]Voir le décret exécutif n° 20-159 du 21 Chaoual 1441 correspondant au 13 juin 2020 portant réaménagement du confinement à domicile et des mesures prises dans le cadre du dispositif de prévention et de lutte contre la propagation du coronavirus (Covid-19).Hide Footnote

Enfin, début juillet, suite à une augmentation des diagnostics de cas (près de 300 par jour), le gouvernement durcit ses mesures. Il prolonge de nouveau le confinement partiel et reconfine plusieurs régions où celui-ci avait été levé. Il permet également aux walis (gouverneurs) de mettre en place des mesures supplémentaires en fonction de l’évolution de la situation sanitaire dans leur région.[fn]Voir le communiqué du premier ministère du 1er juillet 2020. Voir également, Nabila Amir, « Confinement partiel prolongé au 13 juillet : nouvelles charges pour les walis », El Watan, 1er juillet 2020.Hide Footnote  C’est le cas à Sétif et à Ouergla, où les autorités régionales suspendent, dans la plupart de leurs communes, l’ensemble des activités commerciales, économiques et sociales ainsi que la circulation des piétons et des voitures.[fn]Voir communiqués du ministère de l’Intérieur et des collectivités locales, 7 et 9 juillet 2020.Hide Footnote  Nouveauté, le 9 juillet, le gouvernement interdit les déplacements entre 29 régions.[fn]Voir « Coronavirus en Algérie, durcissement du confinement dans 29 wilayas », Dzaïr Daily, 10 juillet 2020.Hide Footnote

De leur côté, les protagonistes les plus actifs du hirak ont également réagi au danger sanitaire posé par la Covid-19, ainsi qu’aux mesures de restriction mises en place par les autorités. Depuis le début de la crise sanitaire en mars, l’idée que le pouvoir instrumentalisait le coronavirus afin de « casser le mouvement populaire » était peu répandue parmi les contestataires.[fn]Entretiens de Crisis Group, militants du hirak, Alger, mars-avril 2020.Hide Footnote  La dernière manifestation du hirak, le 13 mars, dans le centre d’Alger, a été très critiquée par les figures du mouvement et de nombreux citoyens, lesquels appelaient à une pause et à des mesures strictes de lutte contre la pandémie, notamment le confinement total du pays.[fn]Entretiens de Crisis Group, militants du hirak, Alger, mars-avril 2020. Voir Rosa Djaz « L’Algérie se confine toute seule », Politis, 1er avril 2020.Hide Footnote  Peu de voix s’élèvent, y compris au sein du hirak, contre les mesures de confinement. Peu s’insurgent contre les coupes budgétaires dans le secteur de la santé ou assimilent confinement partiel à catastrophe économique et sociale.[fn]Entretiens de Crisis Group, militants du hirak, Alger, mars-mai 2020.Hide Footnote  La comparaison avec la décennie noire a sans doute joué un rôle, l’Algérie ayant connu bien pire en termes de limitation des déplacements, de difficultés d’approvisionnement et surtout de paralysie économique. Certains activistes du hirak soulignent que les biens de première nécessité ne sont pas en pénurie dans le pays et que la situation économique est meilleure aujourd’hui qu’elle ne l’était durant les années 1990.[fn]Entretiens de Crisis Group, militants du hirak, Alger, avril 2020.Hide Footnote  Le fait que le budget de l’Etat ne soit pas grevé par une dette extérieure insoutenable rassure également. Il y a « beaucoup d’argent dans les caisses. La crise de la Covid-19 ne va pas ruiner le pays », explique l’un d’eux.[fn]Entretien de Crisis Group, activiste du hirak, Alger, avril 2020.Hide Footnote  Ceci donne à ces militants l’espoir que lorsque les représentants du « système » auront cédé leur place à une nouvelle génération de décideurs élus démocratiquement, l’économie se développera de manière significative.[fn]Entretiens de Crisis Group, militants du hirak, Alger, avril-mai 2020.Hide Footnote

La grande majorité des manifestants ont accepté de laisser de côté leurs revendications et de ne plus manifester dans la rue.

Par ailleurs, dès mars, la grande majorité des manifestants ont accepté de laisser de côté leurs revendications et de ne plus manifester dans la rue. Les « réguliers » (ceux qui participent à toutes les marches) se contentent d’échanger sur les réseaux sociaux et de défendre les prisonniers d’opinion.[fn]Entretiens de Crisis Group, militants du hirak, Alger, avril-mai 2020.Hide Footnote  Il faut « mettre en pause le hirak pour mieux revenir » affirme l’un d’entre eux.[fn]Entretien de Crisis Group, militant du hirak, Alger, avril-mai 2020.Hide Footnote

Le gouvernement n’est pas à l’abri des critiques pour autant. Certains considèrent que les autorités sous-estiment le nombre de décès liés à la Covid-19, et ont créé des pages sur les réseaux sociaux afin de recenser les cas « réels ».[fn]Voir Vish Sakthivel, « Algeria’s Hirak: A political opportunity in COVID-19 ? », Middle East Institute, 1er avril 2020.Hide Footnote  D’autres dénoncent le manque d’équipement de certains hôpitaux, comme ce fut le cas, récemment, à Biskra.[fn]Voir « Rassemblement à l’hôpital de Biskra : Le personnel de la santé exprime son ras-le-bol », Algérie 360, 8 juillet 2020.Hide Footnote  D’autres encore prônent la solidarité et l’auto-organisation face à la pandémie sans « attendre quoi que ce soit de l’Etat », précise l’un d’eux : distribution de repas gratuits à la sauvette, collecte d’équipements de protection individuelle et campagnes de désinfection à Alger et à Blida.[fn]Comme le souligne un commerçant d’Alger : « J’ai commencé à préparer des repas dès que les commerces ont fermé. J’ai vu que beaucoup de gens n’avaient plus à manger. On m’a mis à disposition la cuisine d’un restaurant fermé à cause du confinement. Je prépare et distribue jusqu’à 250 repas le soir. Les autorités m’ont dit que j’avais besoin d’une autorisation mais personne ne peut me dire comment l’obtenir. Depuis, je les prépare discrètement chez moi et les distribue avant le couvre-feu. J’ai recensé jusqu’à 1000 personnes qui n’avaient pas de quoi manger dans le centre d’Alger ». Entretien de Crisis Group, Alger, avril 2020. Voir Faiza Kissi, « A Alger, les bénévoles s’organisent pour pallier les déficiences de l’Etat », Le Desk, 26 mars 2020. Voir également Vish Sakthivel, « Algeria’s Hirak: A political opportunity in Covid-19 ? », op. cit.Hide Footnote  Dans des villages de Kabylie, les habitants ont mis en place leur propre version du confinement : interdiction d’entrer ou de sortir du village sans passer par un barrage désinfectant, listes de personnes pour assurer les gardes, etc.[fn]Entretiens téléphoniques de Crisis Group, personnes originaires de villages de Kabylie, Tunis, avril 2020.Hide Footnote  Il arrive que des militants coordonnent leurs actions avec les administrations centrale et régionales, comme à Alger, où celles-ci ont mis à leur disposition des entrepôts pour qu’ils puissent stocker du matériel sanitaire et le distribuer.[fn]Des activistes du hirak ont ainsi mis sur pied un réseau de solidarité composé notamment de 600 médecins bénévoles. Celui-ci a collecté et distribué plus de 10 000 masques à Alger et Blida. Comme le note l’un des animateurs de ce réseau : « Nous avons anticipé la situation depuis le début de l’épidémie à Wuhan en janvier 2020. Nous avons mis en place un plan d’action pour sensibiliser les gens et fédérer les initiatives. L’Etat a pris en considération notre plan ». Entretien de Crisis Group, animateur d’un réseau de solidarité, Alger, avril 2020.Hide Footnote

D. Revirements du pouvoir face à la contestation populaire

Le sens civique des militants du hirak qui a contribué à l’union nationale contre la crise sanitaire aurait pu encourager le pouvoir à prolonger la période de détente ouverte après l’élection du nouveau chef de l’Etat fin 2019.[fn]Le scrutin présidentiel s’est finalement tenu le 12 décembre 2019, après deux reports, malgré l’opposition de la rue et un climat de tensions sans précédent depuis le début du mouvement.Hide Footnote  Or, c’est le contraire qui se produit.

1. Une période de détente dans le sillage de l’élection de Tebboune

A la suite de l’élection du président Tebboune fin 2019, le pouvoir multiplie les gestes d’apaisement. Le soir de son élection, le 12 décembre 2019, le nouveau chef de l’Etat qualifie le hirak de « béni » et déclare lui tendre la main « pour un dialogue sérieux ».[fn]En outre, lors de sa prestation de serment, il affirme ne plus vouloir voir les termes « son excellence » précéder ses nom et prénom, expression usuelle depuis l’indépendance, consacrant d’après lui « le « culte de la personnalité ». Voir Zeinab Filali, « Algérie : le président Tebboune met fin à une expression aussi vieille que l’indépendance », Financial Afrik, 23 avril 2020.Hide Footnote  Entre fin décembre et mi-janvier, il rencontre une série d’anciens chefs de gouvernement et d’opposants politiques, partisans du hirak, tels que Abdelaziz Rahabi, Ahmed Benbitour, Taleb Ibrahimi, Mouloud Hamrouche et Soufiane Djilali.[fn]Abdelaziz Rahabi est un ancien diplomate et ministre de la Culture. A l’été 2016, les autorités le chargent de coordonner une initiative de dialogue avec les représentants du hirak. Ahmed Benbitour est un ancien ministre et bref chef de gouvernement de la fin des années 1990. Il a également été candidat à l'élection présidentielle de 2014. Taleb Ibrahimi a été ministre des Affaires étrangères de 1982 à 1988 puis président d’un petit parti politique (Wafa – fidélité) et candidat au scrutin présidentiel de 1999. Mouloud Hamrouche a été chef de file de l’aile libérale du parti au pouvoir, le FLN, dans les années 1980, puis Premier ministre de septembre 1989 à juin 1991. Sofiane Djilali est président d’un parti politique d’opposition impliqué dans le hirak, Jil Jadid (« nouvelle génération »).Voir « Le président Tebboune reçoit l’ancien chef de gouvernement Ahmed Benbitour », Algérie Presse Service, 29 décembre 2019 ; « Dialogue : rencontre Tebboune et Rahabi », Le Matin d’Algérie, 10 janvier 2020 ; « Le président poursuit les consultations : Tebboune reçoit Hamrouche et se rend chez Taleb Ibrahimi », El Watan, 14 janvier 2020 ; Abdelghani Aichoun, « Soufiane Djilali revient sur sa rencontre avec Tebboune : “Les intentions semblent aller dans le bon sens” », El Watan, 18 janvier 2020.Hide Footnote  Le 2 janvier, le nouveau président supprime le poste de vice-ministre de la Défense, dernière position civile occupée par un militaire, créé en septembre 2013 pour le chef d’Etat-major de l’armée, Gaïd Salah.[fn]Salah est décédé en décembre 2019, après avoir, au cours de l’année, contraint Bouteflika à la démission et encouragé la purge au sein des milieux politiques, administratifs et économiques. Voir « Algérie : Tebboune supprime le poste de vice-ministre de la Défense », Dzair Daily, 2 janvier 2020.Hide Footnote  Le 18 janvier 2020, comme pour symboliser un certain rejet du présidentialisme, Tebboune transfère au Premier ministre fraichement désigné, Djerad, le pouvoir de nommer une série de hauts fonctionnaires au sein de l'administration.[fn]Voir « Transfert du pouvoir de nomination de certains cadres de l’Etat au Premier ministre », Algérie Presse Service, 19 janvier 2020.Hide Footnote

Par ailleurs, le 1er janvier 2020, après huit mois de prison pour « fausse déclaration concernant des mouvements de capitaux de et vers l’étranger », le parquet libère Issad Rabrab, l’un des hommes d'affaires les plus riches d'Algérie et considéré comme l'un des premiers soutiens du hirak.[fn]Entretiens de Crisis Group, militants associatifs, Alger, avril 2020. Voir également « Algérie : plusieurs industriels arrêtés », Agence France Presse, 22 avril 2019.Hide Footnote  Le lendemain, 67 des 180 activistes du hirak encore en détention sont libérés sous conditions, dont Lakhdar Bouragaa, un vétéran de l’Armée de libération nationale, très populaire parmi les contestataires.[fn]Une partie de ces activistes avait été interpellée à la suite d’échauffourées avec la police à la fin de rassemblements. Une autre avait été arrêtée pour ses opinions politiques. La justice a lancé des accusations, que plusieurs journalistes jugent classiques en Algérie, telles que « atteinte à l’intégrité du territoire national », « enrôlement de volontaires ou mercenaires pour le compte d’une puissance étrangère en territoire algérien », « atteinte à la sécurité nationale », « diffusion de tracts susceptibles de porter atteinte à l’intérêt national ». Entretiens de Crisis Group, journalistes, Alger, avril 2020. Voir également Idir Nadir, « Ils ont été interpellés à la fin de la marche populaire du vendredi 1er mars […] », El Watan, 13 janvier 2020. Voir aussi « Près de cinquante détenus d’opinion dans les geôles algériennes », Algeria-Watch, 9 avril 2020. Voir page Facebook du Comité national de la libération des détenus (CNLD).Hide Footnote

D’autres gestes politiques reflètent une volonté de réforme.

D’autres gestes politiques reflètent une volonté de réforme. Le 8 janvier 2020, conformément à ses promesses de campagne, le nouveau chef de l’Etat met en place une commission de constitutionnalistes chargée de formuler des propositions pour une nouvelle constitution qui garantirait davantage que l’actuelle les libertés publiques, l’indépendance de la justice et l’équilibre entre les pouvoirs.[fn]« Algérie : le président nomme une commission pour réviser la Constitution », Reuters, 8 janvier 2020.Hide Footnote  Un mois plus tard, le 6 février 2020, le gouvernement publie un plan d’action pour mettre en œuvre le programme du président. Ce document fait écho aux revendications des principaux partis d’opposition et collectifs associatifs mobilisés au sein du hirak.[fn]C’est le cas notamment de la « refonte du dispositif législatif d’organisation des élections », de la « moralisation de la vie publique », de la « liberté de réunion et de manifestation », de « l’indépendance de la justice », de la « promotion et l’autonomisation des femmes ». Voir « Plan d’action du gouvernement pour la mise en œuvre du programme du président de la République », République algérienne démocratique et populaire, 6 février 2020.Hide Footnote  Il prône « l’instauration d’une nouvelle république répondant aux aspirations légitimes du peuple et dont les fondements seront basés sur l’enracinement des principes démocratiques et la protection des droits et des libertés ».[fn]C’est le cas notamment de la « refonte du dispositif législatif d’organisation des élections », de la « moralisation de la vie publique », de la « liberté de réunion et de manifestation », de « l’indépendance de la justice », de la « promotion et l’autonomisation des femmes ». Voir « Plan d’action du gouvernement pour la mise en œuvre du programme du président de la République », République algérienne démocratique et populaire, 6 février 2020.Hide Footnote  Enfin, en mai 2020, la présidence présente six grands axes du projet de révision constitutionnelle, notamment le droit de créer des associations et d’exercer la liberté de réunion et de rassemblement public sur simple déclaration.[fn]Entretien téléphonique de Crisis Group, journaliste, Tunis, mai 2020. Voir également « Avant-projet de la Constitution 2020 », document PDF, 2020. Voir également « Révision de la Constitution : la mouture de l’avant-projet prête pour le débat », Algérie Presse Service, 7 mai 2020.Hide Footnote

2. Un certain resserrement sécuritaire renforcé par l’arrêt des manifestations

Cette période de détente relative commence à se fermer à l’approche du premier anniversaire du déclenchement du mouvement, le 22 février 2020, et prend fin lors de la crise de la Covid-19. Le 20 février 2020, des organisations militantes de tout le pays réunissent près de 1 400 personnes – collectifs d’étudiants, Coordination d’activistes du hirak, Collectif des journalistes unis, Coordination de collectifs de la diaspora et Collectif pour la transition démocratique – et appellent à une conférence unitaire (Initiative du 22 février) visant à coordonner les actions du mouvement. Les autorités l’interdisent, alors qu’elles toléraient des réunions de ce type quelques mois auparavant.[fn]Observations de Crisis Group, Alger, 2019-2020. Voir également Tarek Hafid, « Le pouvoir algérien interdit une conférence du Hirak », Sputnik News, 20 février 2020.Hide Footnote

C’est toutefois depuis le 17 mars 2020 et la suspension des manifestations en raison de la Covid-19 que le durcissement se ressent davantage. Aux yeux de nombreux activistes, le ministère de la Justice profite de l’absence de manifestations de rue pour « revenir en arrière » ; certains, à tort ou à raison, comparent même la situation politique à celle qui prévalait le 21 février 2019, à la veille du déclenchement de la contestation populaire.[fn]Entretiens de Crisis Group, activistes du hirak, membre d’une organisation internationale, Alger, avril 2020.Hide Footnote

Entre mars et juillet 2020, des séries d’arrestations et de libérations provisoires se succèdent.

Entre mars et juillet 2020, des séries d’arrestations et de libérations provisoires se succèdent : le 24 mars, le parquet alourdit la condamnation de Karim Tabbou, ancien responsable du parti d’opposition historique, le Front des forces socialistes (FFS), et « figure crédible et respectée » du hirak, lequel est libéré de manière provisoire le 2 juillet 2020.[fn]Entretien de Crisis Group, activiste du hirak, Alger, avril 2019. Voir également « Algérie, Evènements de 2019 », Rapport mondial 2020, Human Right Watch, 2020.Hide Footnote La liste ne s’arrête pas là. Le 27 mars, le parquet place en détention provisoire le correspondant de l’organisation non gouvernementale Reporters sans frontières, Khaled Draréni, particulièrement investi au sein de la contestation.[fn]Voir la page Facebook du CNLD. Hide Footnote  Le 20 avril, le tribunal de Sidi Mhamed à Alger condamne à un an d’emprisonnement Abdelwahab Fersaoui (il sera libéré le 17 mai), président de l’association Rassemblement action jeunesse (RAJ), un collectif associatif très actif dans l’organisation de plateformes destinées à fédérer le hirak autour d’un programme de « transition démocratique », notamment l’élection d’une assemblée nationale constituante.[fn]Entretiens de Crisis Group, responsables du RAJ, Alger, mars 2019. Voir également « Abdelouahab Fersaoui condamné à un an de prison ferme », Algérie Eco, 6 avril 2020. Sa peine sera réduite en appel. Voir « Algérie : libération d’Abdelouahab Fersaoui, figure du hirak, en prison depuis octobre 2019 », Agence France Presse, 18 mai 2020.Hide Footnote  Le 21 juin, le tribunal de Chéraga à Alger condamne Amira Bouraoui, une opposante à Bouteflika dans les années 2010 et militante du hirak, à un an de prison ferme au titre de plusieurs chefs d’accusation dont « offense au président de la République par une expression outrageante, injurieuse ou diffamatoire » ; le tribunal de Tipaza (à l’ouest d’Alger) la libère dans l’attente d’un nouveau jugement fin septembre.[fn]Voir Arezki Benali, « Tribunal de Chéraga : les accusations retenues contre Amira Bouraoui », Algérie Eco, 21 juin 2020. Voir également « Amira Bouraoui, retrouve sa liberté », Algérie 360, 2 juillet 2020.Hide Footnote  A Alger, plusieurs journalistes observent des interpellations policières quotidiennes qui instaureraient un « climat de paranoïa », souligne l’un d’eux.[fn]Entretiens de Crisis Group, journalistes, Alger, juin 2020.Hide Footnote

Malgré des signes d’apaisement du pouvoir, comme la grâce présidentielle accordée à 6 militants du hirak à l’occasion de la fête de l’indépendance le 5 juillet, la liberté d’expression semble être mise à mal.[fn]Voir « Grâce présidentielle pour 6 détenus », 24h Algérie, 1er juillet 2020.Hide Footnote  A la mi-avril, la justice bloque l’accès à plusieurs médias en ligne, dont Maghreb Emergent et Radio M, pour avoir notamment critiqué de manière trop virulente le bilan du président Tebboune.[fn]Voir Nabila Amir, « Inaccessibilité des sites Maghreb Emergent et Radio M en Algérie : polémique entre l’éditeur et le ministre de la Communication », El Watan, 16 avril 2020.Hide Footnote  Selon des journalistes algériens, le ministère de la Communication agite l’épée de Damoclès de l’interdiction des financements étrangers de la presse algérienne afin de leur rappeler « qu’ils doivent modérer leur critique du gouvernement » sans quoi les « dossiers contre eux » seront facilement mobilisables.[fn]Entretien de Crisis Group, journaliste, Alger, mai 2020. Voir également « Tous les dossiers de financements étrangers de la presse nationale seront ouverts », Algérie Presse Service, 16 avril 2020.Hide Footnote  Autre signe de crispation potentielle du pouvoir : le projet de révision du code pénal dans le sens d’une « criminalisation de la diffusion et de la propagation de fausses informations portant atteinte à l’ordre et à la sécurité publics ».[fn]Voir « APN : présentation du projet de loi modifiant et complétant le Code pénal », Radio algérienne, 22 avril 2020. Voir également « Criminaliser les actes qui menacent la sécurité et la stabilité du pays », El Djeich, no. 682 (mai 2020). Un membre d’une organisation internationale à Alger redoute que les autorités utilisent ce renforcement de l’arsenal juridique afin « d’alourdir la répression à l’égard des associations et des individus fortement impliqués dans le hirak ». Entretien téléphonique de Crisis Group, Alger, avril 2020. Par ailleurs, le 26 mai, la diffusion d’un documentaire sur la jeunesse algérienne et le hirak sur une chaine de télévision française a suscité une vague d’indignation parmi les Algériens, y compris au sein du hirak, ainsi qu’une crise diplomatique avec la France, qui a accentué la suspicion des autorités et de nombre de citoyens envers les médias, notamment étrangers. Entretiens de Crisis Group, militants du hirak, habitants d’Alger, Alger, mai 2020. Voir Lyes B, « Les démons de l’Algérie ne lâcheront pas prise », Algérie Eco, 3 juin 2020.Hide Footnote

3. Un hirak sceptique face aux discours d’ouverture démocratique

En dépit des promesses d’ouverture démocratique, toujours d’actualité au niveau constitutionnel, les militants du hirak restent méfiants quant aux intentions du pouvoir. Plusieurs contestataires estiment que les faits contredisent ces promesses et craignent que les dispositions libérales prévues dans la future constitution ne se concrétiseront pas.[fn]Entretiens de Crisis Group, militants du hirak, Alger, mai 2020. Comme l’affirme un activiste : « La population doit croire sur parole le gouvernement car elle n’a pas son mot à dire ». Entretien de Crisis Group, activiste, Alger, mai 2020.Hide Footnote  L’un d’eux ironise : « La Constitution actuelle est déjà la plus libérale du monde. Un texte n’est qu’un texte. De plus, il est imposé par le haut, par un comité d’experts, ce qui montre qu’il n’est pas fait pour être discuté par le peuple, même si un référendum devrait l’entériner ».[fn]Entretien téléphonique de Crisis Group, activiste du hirak, Tunis, mai 2020.Hide Footnote

De plus, nombre d’activistes redoutent que les autorités utilisent la Covid-19 – la peur du virus et les mesures prises pour l’endiguer – pour réaffirmer leur emprise.[fn]Entretien de Crisis Group, activistes du hirak, Alger, avril 2020. Voir « La lutte de clans, Tebboune-généraux de Gaïd Salah, réalité ou intox ? », Radio M, 22 avril 2020. Voir aussi Sarah Haidar, « Coronavirus et Hirak algérien : des effets secondaires à haut risque ! », Middle East Eye, 1er avril 2020.Hide Footnote  Un ancien haut fonctionnaire indique d’ailleurs avoir l’impression que le pouvoir renoue avec « son approche autistique » consistant à imposer sa feuille de route comme si le hirak n’existait pas.[fn]Entretien téléphonique de Crisis Group, Alger, novembre 2019.Hide Footnote  En témoignent les déclarations martiales du chef de l’Etat, notamment celle du 2 juin 2020, prononcée au siège du ministère de la Défense, fustigeant les « lobbies et leurs ramifications » qui tentent d’affecter le moral de l’armée – référence implicite aux activistes du hirak qui rejettent le projet de réforme constitutionnelle.[fn]Voir Akli Ouali, « Tebboune et Chengriha sur la même longueur d’onde », L’Est républicain, 4 juin 2020.Hide Footnote  Au cœur de ce projet que plusieurs franges du mouvement de contestation refusent se trouve la réforme territoriale, qui vise à augmenter le nombre de communes et de régions.[fn]Voir le projet de loi modifiant et complétant la loi 84-09 du 4 février 1984 relative à l'organisation territoriale du pays. Voir Luiz Martinez, « L’armée algérienne à l’épreuve du hirak », Le Point, 20 février 2020.Hide Footnote  Y figurent également les prochains scrutins, notamment le référendum constitutionnel prévu fin 2020, lequel, d’après le porte-parole de la présidence, permettra au pays de se doter d’une constitution consensuelle l’empêchant de « tomber dans l’autoritarisme ».[fn]Voir Ali Boukhlef, « Belaïd Mohand Oussaïd : “La présidence veut une Constitution consensuelle” », Liberté Algérie, 14 mai 2020.Hide Footnote  Les élections communales et législatives prévues en 2021 ou 2022 y sont également reprises.[fn]D’après la présidence de la République, les assemblées législatives et locales pourraient être dissoutes en 2021 après le référendum constitutionnel de fin 2020. Leur mandat prend fin légalement en 2022. Voir « Tebboune : le référendum sur la nouvelle constitution aura lieu avant la fin de l’année », Algérie Eco, 23 février 2020. Voir également Mouhand Ouamar, « Algérie : pas d’élections législatives et locales cette année (Présidence) », Observ’Algérie, 14 mai 2020.Hide Footnote

III. Les retombées économiques et sociales 
de la crise de la Covid-19

A. Une série de mesures économiques et sociales d’urgence

Le gouvernement a pris une série de décisions proactives.

Afin de limiter l’impact économique et social de la pandémie, en particulier celui du confinement partiel, le gouvernement a pris une série de décisions proactives. Le 17 mars, la direction générale des impôts reporte de deux mois le paiement des revenus imposables et de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) ; un mois plus tard, elle exempte de droits de douane les associations humanitaires et caritatives. Le gouvernement décrète également le versement d’une prime aux professionnels de la santé.[fn]Voir le décret présidentiel n° 20-79 du 6 Chaâbane 1441 correspondant au 31 mars 2020 portant institution d’une prime exceptionnelle au profit des personnels de la santé.Hide Footnote  Le 22 mars, en raison de la fermeture des services publics non essentiels, la moitié des cadres et agents du secteur sont placés en congé exceptionnel rémunéré pour une période de quatorze jours renouvelable.[fn]Voir le décret exécutif n° 20-69 du 26 Rajab 1441 correspondant au 21 mars 2020 relatif aux mesures de prévention et de lutte contre la propagation du coronavirus (Covid-19).Hide Footnote  A la suite de la suspension des activités de pêche, le 23 mars, les autorités régionales de la wilaya d’Alger mettent en place une cellule de crise afin d’organiser la solidarité entre opérateurs économiques et associations professionnelles et venir en aide aux marins pêcheurs.[fn]Voir « Installation d’une cellule de suivi des marins pêcheurs confrontés aux retombées de la crise sanitaire », Algérie Presse Service, 6 avril 2020.Hide Footnote

D’autres mesures de soutien aux entreprises et aux démunis suivent. Le 7 avril, la Banque d’Algérie (Banque centrale) oblige les établissements financiers à rééchelonner les créances de leurs clients.[fn]Voir Zahra Chenaoui, « Après le Hirak, le coronavirus : en Algérie les entreprises tirent la sonnette d’alarme », Le Monde Afrique, 17 avril 2020.Hide Footnote  Les 13 et 15 avril, le gouvernement annonce le versement d’une allocation de 10 000 dinars (72 euros) aux familles nécessiteuses ainsi que la suspension des pénalités de retard pour les travaux et prestations prévus dans le cadre des marchés publics.[fn]Voir « Une allocation de 10 000 DA aux familles impactées par la crise sanitaire », Tout sur l’Algérie, 13 avril 2020.Hide Footnote

Dès la fin mars, les pouvoirs publics garantissent la sécurité alimentaire du pays et cherchent à rassurer les citoyens. Pour éviter les pénuries liées aux achats de panique, le gouvernement accroit les commandes de blé sur les marchés internationaux. Le chef de l’Etat annonce que la production de semoule est multipliée par trois.[fn]Voir « L’Algérie multiplie les achats de blé sur les marchés internationaux », El Iqtisadiya, 3 avril 2020. Voir également Tarik Hafid, « Algérie : la semoule de la colère », Sputnik News, 2 avril 2020.Hide Footnote  Nombre d’Algériens et d’Algériennes reçoivent sur leur téléphone portable des messages du gouvernement et d’entreprises publiques les assurant de la disponibilité des denrées essentielles.[fn]Observations de Crisis Group, mars 2020, Alger.Hide Footnote  Le ministre de l’Agriculture déclare par ailleurs que le soutien de l’Etat aux produits alimentaires de base se poursuivra. Le ministre du Commerce effectue des visites de terrain dans des dépôts de denrées alimentaires afin de montrer que le gouvernement prévient la spéculation sur les produits de première nécessité.[fn]Voir « M. Rezig inspecte des espaces commerciaux à Alger et Tipasa : respecter les mesures de prévention », El Moudjahid, 3 mai 2020.Hide Footnote

Enfin, les autorités passent un contrat tacite avec plusieurs travailleurs du secteur informel, des grossistes aux vendeurs de détails, leur demandant de faciliter l’acheminement des denrées alimentaires et de maintenir la stabilité de leur prix, en échange de la légalisation de leur activité.[fn]Entretiens de Crisis Group, cadre dans une grande entreprise, habitant d’Alger, Alger, mars 2020.Hide Footnote

B. Des projections macroéconomiques très pessimistes

Malgré ces mesures d’urgence, la plupart des projections demeurent pessimistes quant à la capacité de l’Algérie, qui tire la majorité de ses recettes fiscales de l’exportation d’hydrocarbures, à faire face à des défis macroéconomiques devenus colossaux, en raison de la paralysie économique mondiale.[fn]En Algérie, les hydrocarbures (pétrole et gaz) représentent 97 pour cent des exportations, deux tiers des revenus de l’Etat et un tiers du PIB.Hide Footnote  Les chiffres sont parlants et les scénarios à moyen terme alarmistes.[fn]Voir « Confronting the Covid-19 Pandemic in the Middle East and Central Asia », Fonds monétaire international (FMI), avril 2020. Voir également Gita Gopinath, « Le “Grand confinement” : pire récession économique depuis la Grande dépression », FMI Blogs, 14 avril 2020.Hide Footnote

Les racines de la crise remontent à plusieurs années.

Les racines de la crise remontent à plusieurs années. Depuis la chute du prix du Brent en 2014, sur lequel est indexé le prix des contrats à long terme de gaz naturel qui représentent la majorité des recettes d’exportation, les dépenses publiques augmentent par rapport aux revenus de l’Etat.[fn]Voir Abderrahmane Mebtoul, « Les six impacts de la baisse du cours des hydrocarbures sur l’économie algérienne », La Nouvelle République, 3 mai 2020.Hide Footnote  D’autant que les volumes de production et d’exportation d’hydrocarbures diminuent régulièrement.[fn]Au début des années 2000, le pays exportait 65 milliards de mètres cubes, contre seulement 51,4 milliards en 2018. Ceci s’explique notamment par l’augmentation de la consommation énergétique intérieure (le gaz est utilisé dans la production d’électricité) et la concurrence à l’échelle internationale. Dans cet environnement concurrentiel, l’Algérie éprouve des difficultés à maintenir ses contrats à long terme, dont nombre arrivent à échéance en 2024 et seront renégociés, à des conditions moins avantageuses, vu la chute du cours du Brent. Voir le rapport de Crisis Group, Surmonter la paralysie économique de l’Algérie, op. cit. Voir également « En dépit du renouvellement de ses contrats : les exportations gazières de l’Algérie en baisse », El Watan, 26 novembre 2019 ; Khelifa Litamine, « Gaz algérien : les clients européens réduisent de moitié leurs demandes », Algérie Eco, 29 janvier 2020 ; Nadija Bouaricha, « Dr Mourad Preure : “S’engager dans un véritable patriotisme économique” », El Watan, 4 avril 2020.Hide Footnote  Afin de limiter ce déficit budgétaire, qui conduit l’Etat à emprunter auprès des banques nationales, Alger adopte tantôt des mesures impopulaires, comme la diminution des dépenses, l’accroissement de la pression fiscale et la variation du taux de change, tantôt des expédients économiques moins douloureux à court terme pour les citoyens, comme l’augmentation de la masse monétaire et la limitation des importations.[fn]Voir le rapport de Crisis Group, Surmonter la paralysie économique de l’Algérie, op. cit.Hide Footnote

La crise s’accélère brutalement avec la chute historique des prix du Brent et du Sahara Blend (pétrole que le pays exporte), encore accélérée par les effets de la Covid-19, qui font plonger les cours du baril aux niveaux les plus bas de ces 40 dernières années en dollars constants. Dès lors, les déficits budgétaires et commerciaux ne pourront se résorber sans un endettement extérieur et des mesures d’austérité susceptibles d’attiser les tensions sociales.[fn]Le Brent et le Sahara Blend sont passés respectivement de 70 et 65 dollars le baril en janvier 2020 à 19 et 15 dollars en avril 2020. En juin, leurs cours sont remontés mais restent très volatils, atteignant les 42 dollars chacun, et dépendant de la prolongation de la diminution de l’offre que l’Organisation des pays producteurs de pétrole (OPEP+) a décidée. Voir « L’OPEP+ poursuit sa stratégie de baisse de l’offre pétrolière », Connaissance des énergies, 8 juin 2020.Hide Footnote  Même si les prix de revient du pétrole sont très compétitifs, notamment dans les champs de Hassi Messaoud où ils atteignent parfois moins de 3 dollars le baril, le prix minimum par baril dont le pays a besoin pour équilibrer son budget est l’un des plus élevés de la région ; il dépasse, en effet, les 100 dollars.[fn]Voir Breakeven Oil Prices, Data IMF, 2019.Hide Footnote  Les déficits budgétaires et commerciaux continueront donc de se creuser de manière régulière.[fn]En 2019, le premier franchissait déjà 75 milliards de dollars et le second près de quatre milliards. Voir « Les indices de valeurs unitaires du commerce extérieur de marchandises 2019 - n°888», Office national des statistiques. Voir également Karim Zeidane, « Algérie, loi de finances 2020 : financer le déficit budgétaire, un vrai casse-tête », Le 360, 7 novembre 2019.Hide Footnote  Il est donc probable que si les prix du baril de Brent et de Sahara Blend restent bas et volatils, entre 20 et 45 dollars sur cinq ans (2020-2025) pour le premier, et entre 10 et 45 dollars pour le second, les réserves de change diminueront fortement.[fn]Entretiens de Crisis Group, ancien responsable de la sécurité d’une compagnie pétrolière implantée en Algérie, ancien PDG d’une compagnie pétrolière active en Tunisie, Tunis, avril 2020. Voir les analyses et prévisions publiées sur le site oilprice.com.Hide Footnote

L’Algérie risque néanmoins d’être rapidement contrainte de laisser sa monnaie se déprécier et de recourir à l’endettement extérieur.

Pour le moment, l’absence d’endettement extérieur montre que l’Etat dispose d’une certaine marge de manœuvre financière, ce qui rend le scénario libanais d’un défaut de paiement assorti d’une chute de la valeur de la monnaie nationale peu probable à court terme. Mais l’Algérie risque néanmoins d’être rapidement contrainte de laisser sa monnaie se déprécier et de recourir à l’endettement extérieur.[fn]Voir le rapport Moyen Orient et Afrique du Nord de Crisis Group N°214, Pulling Lebanon out of the Pit, 8 juin 2020.Hide Footnote  Malgré les déclarations répétées du président Tebboune écartant cette éventualité, le pays pourrait avoir besoin de recourir au soutien du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale afin de renflouer ses réserves de change.[fn]Les autorités semblent vouloir éviter ce scénario qui rappelle l’effondrement économique de la décennie noire, « camouflé », note un ancien haut fonctionnaire, par « la violence de l’armée et des groupes islamistes ». Néanmoins, la loi des finances 2020 l’évoque. Entretien téléphonique de Crisis Group, ancien haut fonctionnaire, Tunis, avril 2020. Voir également « Le président algérien exclut le recours au FMI malgré la chute des cours du pétrole », Agence France Presse, 2 mai 2020 ; « L’entretien exclusif : le président algérien Tebboune croit à un apaisement de la situation avec la France », France 24, 4 juillet 2020. Voir article 108 de la loi n° 19-14 du 14 Rabie Ethani 1441 correspondant au 11 décembre 2019 portant loi de finances pour 2020.Hide Footnote  En effet, si celles-ci s’épuisaient, hypothèse plausible à l’horizon 2023, la sécurité alimentaire et sociale minimale ne serait plus assurée, ce que le gouvernement cherchera à éviter.[fn]Entretiens de Crisis Group, analystes, Tunis, Alger, janvier-mars 2020. Les réserves de change sont passées de 179 milliards d’euros en 2014 à 62 milliards de dollars fin 2019. Le 3 mai 2020, le porte-parole du gouvernement a annoncé qu’elles chuteraient à 44 milliards de dollars, soit l’équivalent d’une seule année d’importation. Voir Ali Benouari, « Crise économique : rompre impérativement avec les méthodes de gestion du passé », Le Soir d’Algérie, 16 avril 2020.Hide Footnote

D’autres facteurs risquent de nuire à l’économie nationale. D’après la Confédération des industriels et producteurs algériens (CIPA), la purge au sein des milieux politique, administratif et économique que les autorités ont entamée fin 2019 en réponse aux revendications du hirak conduit à la liquidation de plus de 60 pour cent des entreprises de bâtiments publics, l’un des secteurs économiques les plus importants, en dehors de celui des hydrocarbures.[fn]Voir le Briefing Moyen-Orient et Afrique du Nord de Crisis Group N°68, L’Algérie de l’après-Bouteflika : Protestations grandissantes, signes de répression, 26 avril 2019. Voir également, « Crise politique en Algérie : près de 60 pour cent des entreprises BTP ont déjà mis la clef sous le paillasson », Radio algérienne, 6 octobre 2019 ; Zahra Chenaoui, « Après le Hirak, le coronavirus : en Algérie les entreprises tirent la sonnette d’alarme », Le Monde Afrique, 17 avril 2020.Hide Footnote  Ces fermetures ne concernent cependant pas uniquement ce secteur. Depuis l’apparition de l’épidémie en Algérie en mars 2020, près de 65 pour cent des entreprises opérant en Algérie sont à l’arrêt.[fn]Voir « Abdelwahab Ziani, président de la CIPA : “60% des patrons sont inquiets sur l’avenir de leurs entreprises” », Radio algérienne, 30 avril 2020.Hide Footnote  Le 7 juillet, le président de l’Association nationale des commerçants et artisans algériens (ANCAA) déclare que près de 50 000 cafés et restaurants sont menacés de faillite en raison des mesures de confinement.[fn]Voir « Plus de 50 000 restaurants et cafés au bord de la faillite », El Watan, 7 juillet 2020.Hide Footnote  Le profond ralentissement de l’économie formelle risque de réduire drastiquement les recettes fiscales.[fn]Le FMI prévoit une récession de 5,2 pour cent en 2020. Voir « Confronting the Covid-19 Pandemic in the Middle East and Central Asia », FMI, avril 2020. Voir également Younes Saadi, « L’Algérie fait face à quatre grandes crises en 2020 », Maghreb Emergent, 8 avril 2020 ; Mathilde Blayo, « Un dialogue national pour une sortie de crise en Algérie », La Croix, 26 juillet 2019.Hide Footnote

Autre difficulté : certains pays freinent les exportations de matières premières agricoles, notamment le blé, ce qui pourrait générer une flambée de leurs cours sur les marchés internationaux.[fn]Voir Ali Idir, « Blé et riz : les prix flambent sur les marchés internationaux », Tout sur l’Algérie, 6 avril 2020. Voir également « Policy Brief: The impact of Covid-19 on Food Security and Nutrition », Organisation des Nations unies, juin 2020.Hide Footnote  Ceci, pour reprendre l’expression d’un ministre des Finances du milieu des années 1970, conduirait le pays à « manger » davantage de revenus pétroliers et gaziers, étant donné sa forte dépendance alimentaire (plus de 45 pour cent).[fn]Voir Hubert Michel, « Chronique politique Algérie », Annuaire de l’Afrique du Nord, 1975. Voir également Akli Rezouali, « L’Algérie ne couvre ses besoins alimentaires qu’à 55 % », El Watan, 30 janvier 2019.Hide Footnote  Par ailleurs, une perturbation de l’approvisionnement en intrants industriels et agricoles (engrais, pesticides, pièces de rechange nécessaires à la maintenance des machines, etc.) mènerait à une baisse importante de productivité et donc à une augmentation des prix.[fn]Entretiens téléphoniques de Crisis Group, homme d’affaires, fonctionnaire au sein de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, Tunis, mars 2020.Hide Footnote

Enfin, plus de 10 millions de travailleurs informels (soit environ la moitié des travailleurs), en particulier dans l’agriculture mais également la construction, le commerce, les hôtels-restaurants, les industries manufacturières, les transports, la communication et le marché de change, ont vu leurs revenus sensiblement réduits au cours du confinement partiel.[fn]Voir « L’emploi informel en Algérie : tendances et caractéristiques (2001-2010) », Les cahiers du MECAS, no. 12 (juin 2016). Voir également « Le secteur informel à Alger représente 45 pour cent du PNB », Algérie Eco, 4 mars 2017. Ces travailleurs auraient été encore plus affectés par un confinement total, comme ce fut le cas en Tunisie. D’après un fonctionnaire d’une organisation internationale à Alger, les autorités auraient opté pour un confinement partiel pour cette raison, « afin d’éviter de faire basculer dans l’extrême pauvreté ce large segment de la population ». Entretien téléphonique de Crisis Group, Tunis, avril 2020. Observations de Crisis Group, Tunis, avril-mai 2020.Hide Footnote  Le nombre de chômeurs et de familles dans le besoin risque donc d’augmenter considérablement.

C. De l’austérité budgétaire aux tensions sociales et corporatistes

Vu la conjoncture économique critique, le gouvernement semble n’avoir d’autre choix que de réduire drastiquement les dépenses publiques, ce qui devra se faire de manière graduelle.[fn]Voir Zeinab Filali, « Pétrole : l’Algérie, obligée de revoir sa loi de finance », Financial Afrik, 17 mars 2020.Hide Footnote  Les autorités devront décider du secteur à aborder en priorité, ce qui suscitera sans doute de nombreuses tensions sociales et corporatistes. Fin mars et début mai 2020, le président Tebboune avait annoncé une compression du tiers, puis de la moitié, du budget de fonctionnement de l’Etat, avant d’abandonner cette idée.[fn]Voir « Coronavirus : Alger taille dans son budget pour faire face à la chute des cours », Agence France Presse, 23 mars 2020. Voir également « La baisse du budget de fonctionnement portée à 50 pour cent, hausse du SNMG », Tout sur l’Algérie, 3 mai 2020 ; « PLFC 2020 : le gouvernement abandonne l’idée de réduire de 50 pour cent le budget de fonctionnement », Algérie Eco, 26 mai 2020.Hide Footnote  Le gouvernement prévoit également que les importations se réduiront d’un tiers et que le budget de l’entreprise pétrolière et gazière publique, la Sonatrach, diminuera de moitié, mesure que son PDG annonce effective le 2 juillet 2020.[fn]Les dépenses de fonctionnement – qui représentent plus de 60 pour cent des dépenses totales de l’Etat – couvrent en majeure partie la rémunération du personnel. Entretien téléphonique de Crisis Group, économiste, Alger, mai 2020. Voir « Coronavirus : Alger taille dans son budget pour faire face à la chute des cours », Agence France Presse, 23 mars 2020. Voir également la loi n° 19-14 du 14 Rabie Ethani 1441 correspondant au 11 décembre 2019 portant loi de finances pour 2020. Voir, « Réduction de 50 pour cent des dépenses de Sonatrach sans impacter l’activités de production », El Watan, 2 juillet 2020.Hide Footnote

La situation est complexe. La loi sur les finances complémentaires de 2020 réduit déjà les dépenses de fonctionnement de 6 pour cent et les dépenses d’équipement de 10 pour cent.[fn]Entretien téléphonique de Crisis Group, économiste algérien, Alger, mai 2020. Voir la loi n° 19-14 du 14 Rabie Ethani 1441 correspondant au 11 décembre 2019 portant loi de finances pour 2020. Voir également la Loi n° 20-07 du 12 Chaoual 1441 correspondant au 4 juin 2020 portant loi de finances complémentaire pour 2020.Hide Footnote  Etant donné la répartition du budget de fonctionnement par département ministériel, il est plus que probable que dans les années à venir, le gouvernement devra réduire le financement du ministère de la Défense (28 pour cent du budget total) s’il veut éviter que les dépenses de l’armée ne soient disproportionnées. Un tel déséquilibre susciterait, en effet, de vives polémiques sur le coût du secteur de la sécurité, notamment de la part de corps professionnels qui se sentiraient lésés par une austérité mal partagée. Enfin, le gouvernement envisage de supprimer certains dispositifs de logements sociaux ainsi que de diminuer les crédits octroyés par l’Agence nationale de soutien à l'emploi des jeunes (ANSEJ). Peu de jeunes auraient remboursé ces derniers, qui ont permis d’acheter en partie la paix sociale dans les années 2000.[fn]Entretien de Crisis Group, analystes, ancien haut fonctionnaire algérien, Marseille, mars 2020. Certains économistes estiment que la réduction des crédits octroyés par l’ANSEJ et l’augmentation des poursuites judiciaires pour non-remboursement, suite à la diminution relative des dépenses publiques à partir de 2014, seraient entre autres à l’origine du hirak. Voir Yassine Baccouche, « Le gouvernement annonce l’abandon progressif du logement social et AADL », Tout sur l’Algérie, 10 mai 2020. Voir également « Une nouvelle formule en faveur de l’ANSEJ 2 000 milliards injecté dans un fonds spécial », Le Maghreb, 26 novembre 2019.Hide Footnote  Ces crédits pourraient être remplacés par des incitations fiscales, mais il est peu probable qu’elles suffisent à intégrer socialement la jeunesse désœuvrée.[fn]Voir Mohammed Fouzi et Sidi Mohammed Benachenhou, « La Contribution du dispositif Ansej au développement de l’entreprenariat », Les Cahiers du MECAS, vol. 4, no. 1 (2017).Hide Footnote

Le défi du pouvoir et sa grande préoccupation sera certainement d’éviter que la contestation populaire ne revête une dimension plus sociale et offensive.

Lorsque les mesures de confinement, notamment l’interdiction des rassemblements publics, seront levées dans l’ensemble du pays, une décision régulièrement reportée depuis le mois de juin, le défi du pouvoir et sa grande préoccupation sera certainement d’éviter que la contestation populaire ne revête une dimension plus sociale et offensive.[fn]Entretiens de Crisis Group, activistes du hirak, Alger, mars-novembre 2019.Hide Footnote  Certains indices le suggèrent déjà : d’après le Comité national pour la libération des détenus, 50 pour cent des personnes actuellement emprisonnées auraient été interpellées depuis le début du confinement. Il s’agit surtout de jeunes issus de régions plus ou moins défavorisées, touchés par l’arrêt de l’économie et qui risquent d’être parmi les premiers à se soulever durant les mois suivant la fin du confinement.[fn]Entretien de Crisis Group, universitaire, Alger, mai 2020. Voir également page Facebook du CNLD.Hide Footnote

En outre, le 15 juin, de violents heurts ont éclaté entre des jeunes de la localité limitrophe de Tinzaouatine à la frontière algéro-malienne, à la suite de l’installation d’un dispositif de fils de fer barbelés qui limite les déplacements de population de part et d’autre de la frontière, notamment ceux des petits contrebandiers.[fn]oir Arezki Benali, « Tinzaouatine : ce qui s’est passé », Algérie Eco, 16 juin 2020.Hide Footnote  Enfin, le 19 juin, plusieurs manifestations ont eu lieu dans les régions où le confinement avait été levé le 13 juin. Elles ont rassemblé quelques centaines de personnes.[fn]Voir Khelifa Litamine, « 70ème vendredi : reprise tendue du Hirak dans plusieurs villes », Algérie Eco, 19 juin 2020.Hide Footnote

IV. Relever les défis

A. Pouvoir et hirak : vers une lutte plus offensive

La levée du confinement partiel pourrait marquer le début d’une période de plus forte agitation sociale.

La levée du confinement partiel pourrait marquer le début d’une période de plus forte agitation sociale. Celle-ci mettrait potentiellement fin au statu quo entre le pouvoir et le hirak, débouchant sur une lutte plus offensive, dont les conséquences sont imprévisibles. D’une part, l’union nationale générée par la pandémie ne fera sans doute pas le poids face aux défis macroéconomiques. Plusieurs militants affirment en effet que la crise économique qui se profile peut leur offrir des opportunités politiques. Comme le note l’un d’entre eux : « Nous sommes nombreux à attendre la chute du prix du pétrole et la faillite de la Sonatrach. Ceci va hâter la fin de la rente, laquelle profite seulement à un cercle restreint et non à l’ensemble du peuple algérien ».[fn]Entretien de Crisis Group, militant du hirak, Alger, avril 2020.Hide Footnote  Un autre ajoute :

Cette crise pourrait enfin permettre à l’économie de se diversifier et aux citoyens d’entreprendre librement. Mais pour ce faire, il faut que les responsables politiques actuels, issus d’un vieux monde, cèdent la place à de nouvelles compétences nationales, notamment les jeunes.[fn]Entretien de Crisis Group, militant du hirak, Alger, avril 2020.Hide Footnote

D’autre part, le climat de durcissement sécuritaire relatif conduit de plus en plus d’activistes à envisager de passer « au stade 2 » de la contestation : compléter notamment les marches bihebdomadaires par une grève générale et la désobéissance civile.[fn]Entretiens de Crisis Group, militants du hirak, Alger, avril 2020.Hide Footnote

Cette stratégie s’invite dans les débats au sein du hirak lorsque la tension avec le régime est plus palpable. Ce fut notamment le cas après l’annonce, en septembre 2019, du maintien du scrutin présidentiel à la fin de l’année, et après le choc provoqué par la tenue de cette élection, malgré les résistances populaires. Pour le moment, les grèves et la désobéissance civile sont restées marginales, mais de nouveaux manifestants, heurtés de plein fouet par l’impact économique de la crise de la Covid-19 (jeunes travailleurs du commerce formel et informel surtout), pourraient encourager le hirak à y recourir davantage.[fn]Entretiens de Crisis Group, jeunes travailleurs dans le secteur privé, Alger, mai-juin 2020.Hide Footnote  Plusieurs jeunes en situation précaire dans le secteur privé affirment en effet ne plus avoir aucun revenu depuis trois mois, ce qui alimente leur défiance à l’égard des institutions et pourrait les pousser sur la voie de la délinquance et de la petite criminalité.[fn]Entretiens de Crisis Group, jeunes travailleurs dans le secteur privé, Alger, mai-juin 2020. Comme le note un jeune travailleur de l’informel : « Le confinement est comme une prison. Ce n’est pas facile pour tout le monde. Certains temporisent mais d'autres non. Certains jeunes font des bêtises parce que l’argent ne circule plus. Moi aussi je suis tenté par ces bêtises. Déjà qu'à la base, il n’y a pas de travail, maintenant, il n’y a pas de possibilité de faire des petits business. Des gens qui n'ont jamais volé se mettent à voler, d'autres à se battre, d'autres vendent de la drogue. Je connais pas mal d'amis qui ont été cambriolés ». Entretien de Crisis Group, travailleur de l’informel, Alger, juin 2020.Hide Footnote

Jusqu’à présent, les actions menées dans le secteur économique n’ont pas connu le succès escompté par leurs promoteurs, notamment des militants et ex-militants d’extrême gauche. Du 10 au 15 mars 2019, des animateurs du hirak en contact avec des syndicats autonomes avaient organisé une grève générale. Les secteurs de l’éducation et des transports sont à peu près les seuls à l’observer. Le 8 décembre 2019, un appel à la grève générale pour protester contre la tenue de l’élection présidentielle le 12 décembre a été peu suivi à l’échelle nationale, sauf en Kabylie, notamment à Bouira et Tizi Ouzou.[fn]Observations de Crisis Group, Alger, mars et octobre 2019.Hide Footnote

Lors de la levée des mesures de confinement dans l’ensemble du pays, les conditions économiques et sociales pourraient éventuellement être réunies et faire aboutir ces tentatives. Des animateurs du mouvement, désormais rompus à l’organisation de manifestations, en profiteraient pour faire avancer les revendications cardinales du hirak : changement de système et départ de l’ensemble du personnel politique. Le régime pourrait être contraint de dialoguer sur la défensive, ou se sentir acculé et réagir violemment. La contestation populaire pourrait alors se radicaliser, vu le nombre de jeunes travailleurs démunis venus grossir ses rangs.[fn]Comme le note un ancien responsable de la Banque centrale : « L’informel représente plus de 40 pour cent de notre économie. Depuis le confinement, la majorité des travailleurs vivent de la solidarité familiale mais beaucoup ont faim. Une fois le confinement levé, cela va bouger, c’est sûr. Sous quelle forme ? On n’en sait rien. Mais les conditions qui sont réunies actuellement peuvent autoriser tous les scénarios, une sortie violente du hirak ou un retour aux manifestations massives d’avril 2019 qui rassemblaient des millions d’Algériens dans les rues ». Entretien téléphonique de Crisis Group, Tunis, mai 2020.Hide Footnote

B. L’épuisement du hirak ?

Ni le pouvoir ni le hirak ne semblent prêts à subir les conséquences d’une offensive mal préparée.

Un autre scénario, dont les conséquences à moyen terme sont similaires au précédent, est également possible : celui d’un épuisement du hirak. En effet, ni le pouvoir ni le hirak ne semblent prêts à subir les conséquences d’une offensive mal préparée. En plus de 50 ans, le pouvoir a cumulé une vaste expérience dans la gestion des dissidences et les partisans d’un durcissement plus radical de la réponse au hirak seraient en train de perdre du terrain. En 2019, le camp de ceux que l’on dit « proches de Gaïd Salah », l’ancien chef d’Etat major de l’armée, a eu tendance à s’appuyer sur les discours d’union nationale et de fermeté « à l’égard des ennemis de la patrie », et sur la répression des manifestations par la bastonnade et par des incarcérations peu ciblées. Il serait toutefois en train de s’effacer au profit du camp adverse, désigné comme celui des « anciens du département du Renseignement et de la Sécurité (DRS) », partisan d’une gestion plus fine des contestations.[fn]Entretien téléphonique de Crisis Group, ancien haut fonctionnaire algérien, Alger, mai 2020. Entretiens de Crisis Group, anciens hauts fonctionnaires algériens, journalistes, militants du hirak, Alger, Tunis, Paris, mars-décembre 2019. Voir « Bengrina accuse les partisans de la transition d’être “les alliés de la bande” », Algérie Eco, 21 novembre 2019.Hide Footnote

Plusieurs éléments suggèrent ce retournement de situation. A la mi-avril, la direction centrale de la sécurité de l’armée (DCSA) a perquisitionné les locaux de la direction centrale de la sécurité intérieure (DCSI) et arrêté son responsable, le général Wassini Bouazza, réputé proche de Gaïd Salah. La DCSA a également arrêté le général Abdelkader Lachkham, responsable des transmissions au ministère de la Défense, au profil similaire. En outre, le général Ghernit Benouira, ancien secrétaire particulier de Gaïd Salah, aurait fui le pays.[fn]Entretiens téléphoniques de Crisis Group, journalistes et analystes, Alger, Paris, avril-mai 2020. Voir Nicolas Beau, « Services algériens, les couteaux sont sortis et Bouazza écarté », Mondafrique, 14 avril 2020. Voir également Ihsane El Kadi, « Wassini Bouazza, Quel sens cache la mise sous écrou de l’héritage de Gaïd Salah ? (Analyse) », Maghreb Emergent, 17 avril 2020 ; Jean Pierre Sereni « Algérie. Grand lessivage dans l’appareil militaro-sécuritaire, Orient XXI, 4 mai 2020.Hide Footnote

Le camp des dits « anciens du DRS » se renforcerait ainsi, promouvant davantage la neutralisation des figures du hirak par la cooptation, le chantage aux dossiers, l’emprisonnement suivi de négociations sur les modalités de réhabilitation conditionnelle, la récupération des mots d’ordre démocratiques et populaires, l’infiltration d’organisations associatives, syndicales et politiques ainsi que la réorientation de leurs sources de financement.[fn]Entretiens de Crisis Group, anciens hauts fonctionnaires algériens, journalistes, militants du hirak, Alger, Tunis, Paris, mars-décembre 2019.Hide Footnote

Côté hirak, plusieurs militants affirment connaitre ces méthodes pour les avoir personnellement subies dans les années 2000.[fn]Entretiens de Crisis Group, anciens militants d’extrême gauche et de la cause amazigh, actifs dans le hirak, Alger, mars 2019.Hide Footnote  C’est notamment pour cela que la stratégie consistant à désigner des représentants officiels du hirak n’a pas été retenue et ne devrait pas l’être de sitôt. Comme l’explique un sociologue, «Comment négocier, avec qui et à partir de quelles conditions préalables ? Sachant que tout négociateur crédité par le mouvement risque d’être coopté par le système ».[fn]Entretien de Crisis Group, sociologue, Alger, avril 2019.Hide Footnote

Cette absence de leadership officiel conduit donc les animateurs les plus influents du mouvement à refuser les initiatives de dialogue politique proposées par les autorités. De fait, le hirak pourrait se maintenir encore longtemps dans sa tranchée et s’épuiser. Ceci créerait un vide qui pourrait éventuellement pousser des groupes minoritaires qui en sont issus à durcir leur discours et à radicaliser leur mode d’action.

C. Tirer profit de l’union nationale face à la Covid-19

Dans l’immédiat, il est peu probable qu’un dialogue politique sincère puisse s’amorcer pour éviter un conflit plus dur entre le hirak et le pouvoir ou empêcher l’émergence, dans un avenir plus lointain, d’une contestation plus violente.

Le gouvernement devrait, au minimum, profiter de la dynamique d’union nationale générée par l’épidémie de Covid-19.

En l’absence d’un tel dialogue, le gouvernement devrait, au minimum, profiter de la dynamique d’union nationale générée par l’épidémie de Covid-19. Celle-ci est en grande partie portée par les initiatives citoyennes d’Algériens et d’Algériennes qui, d’ordinaire, défilent chaque vendredi, en particulier pour demander la chute du système. La présidence de la République et le gouvernement devraient encourager certaines de ces initiatives sans les réduire à un simple levier de cooptation politique.[fn]Selon un haut fonctionnaire, ce serait déjà la stratégie du ministère de l’Intérieur et des collectivités locales. Entretien téléphonique de Crisis Group, haut fonctionnaire sympathisant du Front de libération national, Oran, mai 2020.Hide Footnote  Ils pourraient, par exemple, soutenir financièrement les réseaux de solidarité issus du hirak qui luttent contre l’épidémie et les conséquences sociales du confinement.[fn]Entretien téléphonique de Crisis Group, haut fonctionnaire sympathisant du Front de libération national, Oran, mai 2020.Hide Footnote  Les autorités gagneraient également à faciliter leur institutionnalisation, même si certains militants ne seront pas prêts à collaborer avec le pouvoir, de peur d’être coopté. Cette facilitation pourrait prendre diverses formes : aides à la création d’entreprises dans les secteurs sanitaire, communautaire, caritatif, de l’économie numérique ou de la livraison à domicile de produits alimentaires et de plats préparés.

Parallèlement, bien que l’instabilité sociale puisse s’accentuer, le régime pourrait desserrer son étau sur le hirak. Certains gestes y contribueraient : libération des détenus d’opinion, levée de la censure des médias, notamment les médias en ligne, fin des arrestations arbitraires, autorisation des réunions des différentes coordinations militantes, consultation et implication des organisations contestataires dans le cadre de la rédaction de la nouvelle constitution. Ceci concrétiserait les promesses d’ouverture démocratique du président Tebboune et élargirait son soutien.

D. Surmonter les obstacles qui entravent la sortie de l’économie de rente

À moyen terme, en l’absence de réforme structurelle, le pays risque d’être confronté à un choc économique d’ampleur.

A court terme, sur le plan économique et social, les autorités devraient continuer à mettre en place des mesures d’urgence dans la lignée de celles adoptées entre mars et mai 2020 (rééchelonnement des crédits, allocations aux familles dans le besoin, réactivité commerciale pour éviter les pénuries alimentaires). Néanmoins, à moyen terme, en l’absence de réforme structurelle, le pays risque d’être confronté à un choc économique d’ampleur.

En effet, sa capacité à sortir de l’économie de rente est très limitée.[fn]Voir Miriam R. Lowi, Oil Wealth and the Poverty of Politics, op. cit.Hide Footnote  La dépendance envers l’exportation d’hydrocarbures, la faible autonomie alimentaire, l’entrepreneuriat embryonnaire, car entravé par l’absence d’accès au crédit et au marché pour les jeunes entrepreneurs algériens, grèvent les déficits budgétaire et commercial.[fn]Voir le rapport de Crisis Group, Surmonter la paralysie économique de l’Algérie, op. cit. Voir également Tin Hinane El Kadi, « Développement ou gain de temps ? », Fondation Friedrich Ebert, avril 2020.Hide Footnote  Si la demande internationale en énergies fossiles ne retrouve pas un niveau comparable à celui de l’avant-Covid-19, le pays pourrait, dans quelques années, soit être acculé à la faillite, soit être obligé de mettre en place une politique d’austérité extrêmement coûteuse socialement.

Depuis des décennies, toute initiative de réformes consensuelles visant à réduire cette vulnérabilité aux fluctuations du marché pétrolier et gazier et à stimuler la production et la compétitivité des entreprises a tendance à se résumer à des vœux pieux, en raison notamment des résistances des groupes d’intérêts qui profitent de la rente et du statu quo.[fn]Entretiens de Crisis Group, économistes, hauts fonctionnaires, Alger, Paris, Marseille, Tunis, mars-octobre 2019. Voir également le rapport de Crisis Group, Surmonter la paralysie économique de l’Algérie, op. cit. ; Tin Hinane El Kadi, « Développement ou gain de temps ? », op. cit. ; Miriam R. Lowi, Oil Wealth and the Poverty of Politics, op. cit.Hide Footnote  Il s’agit par exemple de la diversification de l’économie, de la réforme de l’agriculture, de la restructuration du système bancaire (augmentation des crédits octroyés au secteur privé, amélioration de la gouvernance des banques publiques), de la légalisation d’une partie du commerce informel, de la levée des obstacles bureaucratiques à l’entrepreneuriat des jeunes ou de l’intégration économique maghrébine.[fn]Entretiens de Crisis Group, économistes, hauts fonctionnaires, Alger, Paris, Marseille, Tunis, mars-octobre 2019. Voir également Rabah Arezki, « How to Liberate Algeria’s Economy », Project Syndicate, 9 avril 2019.Hide Footnote  Comme l’analyse un économiste :

Chaque fois que le régime est confronté à une baisse sensible de ses recettes en hydrocarbures, il semble dos au mur. Il s’engage alors dans les réformes de structure qui permettraient de diminuer la dépendance envers les matières fossiles. Puis, avant que ces réformes ne se concrétisent ou ne produisent les effets escomptés, le prix du pétrole et du gaz augmente, le pays parvient à conquérir de nouveaux marchés à l’exportation, ce qui le conduit à suspendre ces réformes.[fn]Entretien de Crisis Group, économiste, Marseille, mars 2019.Hide Footnote

Pour que ces réformes puissent devenir réalité à moyen terme, les autorités et le hirak devraient se lancer, dès cette année, dans un dialogue économique national suivi et approfondi, lequel devrait se poursuivre même si (cas extrêmement improbable) les prix du Brent et du Sahara Blend repassent la barre des 100 dollars en 2021-2022. D’après des responsables du Front de libération nationale (FLN) et du Rassemblement national démocratique (RND), les deux principaux partis au pouvoir, le hirak insisterait trop sur les questions politiques au détriment des questions économiques et sociales.[fn]Entretiens téléphoniques de Crisis Group, militant du FLN et responsable du Rassemblement national démocratique (RND), Oran, mai 2020.Hide Footnote  Il refuserait en outre de se doter de représentants qui pourraient entamer un dialogue avec les autorités. Pourtant, celles-ci se disent disposées à mener des consultations y compris avec les syndicats autonomes, très impliqués au sein du hirak, mais qui, jusqu’à présent, ont refusé d’y participer.[fn]Entretiens téléphoniques de Crisis Group, militant du FLN et responsable du RND, Oran, mai 2020.Hide Footnote

Bien que le hirak soit porté par un agenda politique, il pourrait éventuellement accepter un dialogue axé sur les questions économiques et sociales à condition que les autorités le présentent comme une initiative de salut national et desserrent parallèlement leur étau sur le mouvement de contestation.[fn]Entretiens de Crisis Group, militants du hirak, Alger, 2019-2020.Hide Footnote

L’objectif serait d’identifier les obstacles à la sortie de l’économie de rente et de proposer des pistes d’action réalistes afin de les surmonter et ainsi éviter un choc économique majeur. Ce dialogue réunirait les principales forces politiques, syndicales et associatives, notamment celles impliquées dans le hirak, des représentants du gouvernement, de la présidence, et, peut-être, de l’Etat-major, ainsi que des hauts fonctionnaires et les entrepreneurs les plus influents du pays, y compris ceux du commerce informel. Il rassemblerait ainsi, sur la base de critères précis et objectifs, les personnalités qui sabotent ces réformes tout comme celles qui ont intérêt à ce qu’elles se concrétisent.

Un dialogue national qui permettrait de dégager un compromis pour développer l’économie sans trop menacer les positions acquises, devient de plus en plus urgent. D’autant plus que le gouvernement risque de devoir recourir au palliatif de l’endettement extérieur, malgré les démentis répétés du chef de l’Etat, et aura bien du mal à le justifier auprès des Algériens. En effet, il entretient un discours profondément souverainiste et n’hésite pas à le brandir lorsqu’il s’agit de faire taire les dissidences.[fn]Voir les éditoriaux de la revue El Djeich au cours de 2019.Hide Footnote

Enfin, au cas où les autorités algériennes se trouveraient contraintes de les solliciter, les organisations financières internationales et les pays amis de l’Algérie auront un rôle à jouer. Ils devraient soutenir durablement l’Algérie, en particulier son éventuelle stratégie de réformes économiques. Ils devraient toutefois éviter d’imposer des conditionnalités trop rigides (libéralisation à outrance, austérité budgétaire notamment). Soit l’Algérie les refusera, soit elle n’aura d’autre choix que de les accepter ; dans ce second scénario, elles pourraient dans le pire des cas contribuer à déstabiliser les puissants réseaux clientélistes qui participent à la gestion de la rente, comme ce fut le cas dans les années 1990, avec pour effet d’intensifier les violences.[fn]Voir Hugh Roberts, The Battlefield: Algeria 1988-2002, Studies in a Broken Polity, op. cit. Voir également Luis Martinez, La guerre civile en Algérie, 1990-1998 (Paris, 1998).Hide Footnote

V. Conclusion

Il est nécessaire d’éviter que le pouvoir et le hirak n’entrent dans une lutte plus offensive, ou que le hirak ne s’enlise. Faute d’un dialogue politique qui puisse mettre fin aux hostilités, les autorités devraient profiter de l’union nationale face à l’épidémie pour desserrer leur étau sur la contestation populaire. Pouvoir et hirak devraient participer à un dialogue économique national qui identifierait les obstacles à la sortie de l’économie de rente, et proposerait des pistes d’action concrètes pour les surmonter. Vu les défis posés par la crise internationale de la Covid-19, une telle initiative devient de plus en plus impérative.

Tunis/Alger/Bruxelles, 27 juillet 2020

Appendix A: Map of Algeria
CRISISGROUP